La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Cartographie des Organisations de la Société Civile qui luttent pour la participation des femmes en politique et le plaidoyer sur les violences à légard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Cartographie des Organisations de la Société Civile qui luttent pour la participation des femmes en politique et le plaidoyer sur les violences à légard."— Transcription de la présentation:

1 Cartographie des Organisations de la Société Civile qui luttent pour la participation des femmes en politique et le plaidoyer sur les violences à légard des femmes. Cas du Burkina Faso Francis Bogie Boogere

2 Plan de Présentation Introduction Objectifs de létude Résultats Types et formes de violences faites aux femmes au Burkina Faso Causes Vue densemble des organisations aux Burkina Faso Bonne pratiques Difficultés et Défis Recommandations

3 Introduction Le Burkina Faso est situé dans la boucle du Niger au cœur de lAfrique Occidentale. Il partage ses frontières avec le Mali au Nord et à lOuest, le Niger à lEst et la Côte dIvoire, le Togo, le Ghana et le Bénin au Sud. La population du Burkina Faso est de habitants (INSD 2006) Les femmes représentent 51,7% de la population contre 48,3% dhommes, avec un rapport de masculinité de 94 hommes pour 100 femmes Près de 80% de la population en milieu rural vivent de lexploitation de la terre et des autres ressources naturelles de lenvironnement (eau, forêts, pâturages). En 2003, 46,4% de la population vivaient au dessous du seuil absolu de pauvreté estimé à CFA par personne et par an : 1 euro = 655,957 FCFA

4 Objectifs de létude Identification des causes de violence à légard des femmes au Burkina-Faso, y compris d'autres facteurs y contribuent; Identifications des meilleures pratiques des organisations de la société civile et des gouvernements qui combattent la violence à légard des femmes; Identification des lacunes des meilleures pratiques; Recommandations sur les stratégies et les possibilités de combler ces lacunes dans chaque région grâce aux subventions, création de clubs, de coalitions, etc. Identification des défis qui peuvent être rencontrés dans un projet pour combler ces lacunes.

5 Résultas de létude r

6 Catégorisation des violences à légard des femmes au Burkina Faso Lanalyse documentaire et les enquêtes menées par les acteurs sur le terrain ont permis de mettre en exergue une multitude de violences aussi variées que pernicieuses à légard des femmes. Violences Physiques ou corporels Violences psychologiques Violences sexuelles Violences économiques et politiques Violences culturelles

7 Types de violences Tant au niveau local et international, des définitions conventionnelles ont été utilisées par différents auteurs et acteurs sur le terrain pour définir les différentes formes de violence à légard des femmes au Burkina Faso. 1. Lexcision 2. La femme battue 3. le trafique des jeunes filles pour la prostitution et le travail domestique 4. Le harcèlement sexuel dans les écoles par des enseignants et des élèves 5. Mariages forcés et précoces 6. Le Lévirat, sororat, "litiga" (échange des femmes entre deux familles, héritage de l'épouse) 8. Le viol 9. Le harcèlement des femmes dans les lieux publics 10. Linceste 11. La dot 12. Les violence conjugales 13. Lappropriation des biens de la femme 14. La discrimination et la stigmatisation des catégories particulières de femmes comme les femmes très âgées, édentée, les femmes vivant avec le VIH / Sida, les femmes stériles, les femmes non mariées

8 Causes de violence La culture La pauvreté La religion Lalcoolisme Lanalphabétisme Lignorance

9 Organisations Engagées dans la lutte contre les VEF Un nombre total de 112 organisations ont mis en œuvre des activités sur les VEF. 96 d'entre elles sont des organisations de la société civile (OSC). Environ 70% des organisations sont des associations, suivies par les ONG (15%) et les organisations religieuses (5%). Les 10% restants comprennent les administrations publiques et des ONG internationales et d'autres non classées.

10 Classification des OSC dans la lutte contre les VEF au BKF a) Certaines associations se sont engagées de leur propre initiative et avec leurs propres maigres ressources. Les ressources sont obtenues à partir des activités génératrices de revenus telles que la fabrication de Savon ou Beurre de Karité, la couture, la fabrication de pièces d'art (Art et Artisanat), la plantation d'arbres, lélevage des chèvres et les cotisations. b) Les organisations qui sont financées par les donateurs et de plus grandes organisations mais dont le financement est en liquidation ou ne disposant que de financement pour des projets n'excédant pas 2 mois. Certaines associations se battent aujourd'hui pour soutenir des programmes sur les VEF grâce à des activités génératrices de revenus, tandis que d'autres sont devenus superflues, car les grandes organisations ont absorbé leurs programmes. c) Les organisations dont le financement est en cours. Certaines bénéficient seulement des fonds de l'UNICEF, de la Coopération Française pour leurs activités. Celles citées en a et b fonctionnent à peine et manque de capacités pour une gestions efficace des programmes. (d) Les ONG internationales et régionales sont grandes et opèrent dans au moins 10 des 13 régions du pays ou ont une large couverture dans chaque province ciblée.

11 Mis en œuvre des programmes et des stratégies sur les VEF Prévention Les Organisations de la société civile élaborent et diffusent des messages sur la prévention des MGF, les mariages précoces, la violence domestique et les associations travaillant sur le VIH / SIDA les matériaux sur le lévirat développés par les associations Koom à Ouagadougou. La cartographie a confirmé que les organisations de la société civile ont entrepris des activités de formation et de sensibilisation sur la violence à légard des femmes dans toutes les régions du Burkina Faso.

12 Mis en œuvre des programmes et des stratégies sur les VEF Les programmes d'intervention pour les soins et le soutien Soins à domicile et des visites aux victimes de voies de fait et d'excision (Fada, Sahel, Association pour le bien-être communautaire des defavorisés); Participation financière à la réparation des victimes de mutilations génitales féminines (fistule connexes) (Dori Khoolesmen de Dori, Ouagadougou, Clinique Suka, Voix des Femmes);

13 Mis en œuvre des programmes et des stratégies sur les VEF Politique publique et Systèmes de plaidoyer a) Formation sur le genre des dirigeants locaux (Fada) et des groupes de femmes sur le leadership, b) Organisation des 16 jours d'activisme contre la violence à légard des femmes (coordonné au niveau national par Marche Mondiale des Femmes, avec l'appui d'OXFAM, de l'UNIFEM), campagnes à Ouagadougou, Bobo Dioulasso etc.; c) Le lobbying et le plaidoyer auprès des leaders locaux dans la région du Sahel pour lutter contre les mutilations génitales féminines, les mariages précoces et forcés ( example; Sahel: Action pour la culture de développement, Association Khoolesmen de Dori, l'Association Communautaire pour les defavorisés DES, Kadiogo; CBDEF).

14 Mis en œuvre des programmes et des stratégies sur les VEF Renforcement de capacité (Examples) a)Formation en Droits pour les adolescents (Sahel: projet Mettre fin au mariage Précoce au Burkina Faso); b) Formation des associations de mères école (Sahel); c) Programmes d'alphabétisation pour les femmes adultes (Sahel: Syndicat fraternel des croyants de Dori, Kadiogo; PROMO-Femme); d) Formation par le Ministère de l'Action Sociale et de la Solidarité de l'Union Fraternelle des Croyants sur les approches traitant des mutilations génitales féminines (MGF); f) La formation des juges, des policiers et autres agents de la sécurité sur les droits des femmes (Kadiogo; WILDAF);

15 L'évaluation de la capacité des organisations qui luttent contre la violence à légard des femmes

16 Couverture de programmes Chaque région dispose d'au moins 10 organisations qui ont une approche particulière du sujet de violence à légard des femmes. La Mutilation Génitale Féminine est la forme la plus ciblée de violence, avec 56% d'organisation qui ont travaillé sur au moins un programme d'intervention pour traiter l'excision. La couverture des programmes de prévention de la violence contre les femmes est déterminé par le budget et la disponibilité de fonds dans les régions respectives. Presque toutes les organisations travaillant sur la violence à légard des femmes à Dori ont eu à traiter des mariages forcés, étant donné la disponibilité de financement auprès de l'UNICEF, de lUNFPA et de la Coopération japonaise. Des études ont influencé lintroduction des VEF dans les programmes; Population Council avec le soutien de l'UNICEF et lUNFPA a mené une étude de référence sur le mariage précoce et forcé dans la région du Sahel.

17 Connaissances et compétences du personnel des organisations à aborder les VEF Organisations basées à Ouagadougou sont celles dont le personnel est le plus compétents avec un score de 87%, Fada Ngourma 82%, et Dori 47,5%, cela signifie que la plupart du personnel des OSC à Dori bien que leurs associations travaillent sur VEF, ont besoin davantage de formation sur la manière daborder les problèmes de vulnérabilité. Les organisations ayant un nombre permanent de personnel exposaient des niveaux élevés de connaissances sur les questions liées à la violence à légard des femmes / droits de la femme.

18 Information, Education et Communication sur les VEF Une majorité d'associations et d'ONG ont participé à la réalisation des activités visant au changement d'attitude de la population globale dans les régions visitées. Les Organisations basées dans la capitale du pays bénéficient de plus gros budgets, et ont pu adapter leur propre matériel et en assurer l'efficacité en impliquant des groupes cibles dans les processus de production. Les questions budgétaires, le nombre de personnel font que les régions rurales deviennent difficiles daccès.

19 Plaidoyer Les organisations ont entrepris des activités de plaidoyer afin d'influencer les détenteurs du pouvoir au niveau de l'état ou des politiques qui font obstacle aux questions relatives aux VEF. Le manque de recherches convaincantes sur certaines formes de VEF réduit les efforts des Organisations de la Société Civile à faire admettre lexistence des VEF dans la région. Les répondants des zones rurales ont noté que les dirigeants étaient accessibles. Les associations de femmes à Ouagadougou et celles travaillant sur les questions au niveau national ont du mal à lutter contre la bureaucratie de haut niveau et denfreindre les garde-fou des institutions publiques. Un certain nombre d'organisations ont mis au point des plans daction visant des groupes spécifiques ou des politiques, mais elles ne disposaient pas de preuves suffisantes, ou narrivaient pas à rassembler le maximum de voix communautaire pour soutenir leur cause.

20 Planification et S&E des programmes La capacité des organisations à délaborer des plans conséquents pour aborder les VEF, les intégrer dans les plans nationaux ou régionaux, élaborer un système S & E efficace et fournir des rapports aux parties prenantes. La plupart des associations sont personnellement influencés par le fondateur, qui parfois, est le président, et élaborent souvent des programmes qui répondent à son intérêt personnel dans le domaine. Il na été pas facile d'obtenir une estimation sur le nombre de bénéficiaires ciblés dans la région Toutefois, certaines organisations locales comme Promo-Femmes, Développement Solidarité et Mwangaza action ont développé des systèmes de S&E Il y avait des organisations locales qui ont proposé des initiatives pour soutenir les petites organisations en matière de suivi et d'évaluation des programmes sur les VEF, tel que le Centre de Formation sur le Genre et le Développement (CRIGED). Mais le manque de donateurs les empêchent de financer des initiatives de renforcement des capacités et délaborer des plans pour obtenir plus dimpact.

21 Niveau de coordination et de travail en synergie. Il faut noter lexistence dun travail de synergie entre les nombreuses associations pour recevoir un appui financier et technique ou mettre en œuvre les plans des institutions fédérales du Ministère de l'Enseignement de base (éducation de base), le Ministère de l'Action Sociale (affaires sociales), le Ministère de la Santé (la Santé) et le Ministère de la Promotion de la Femme (affaires féminines) Certaines organisations de la société civile se sont également regroupées en réseau au niveau des régions, ou par programmes spécifiques.

22 Les défis De nombreuses organisations dépendent beaucoup des dons au-delà duquel elles sont incapables de poursuivre leurs programmes de façon significative. Le niveau et la capacité des associations au niveau provincial en matière de gestion, de planification, de suivi et l'évaluation et à effectuer leurs services de manière efficace et efficiente laissent beaucoup à désirer. Certaines de ces organisations ont un faible niveau d'engagement, sauf le président, étant donné que lefficacité du dépend dune seule personne. Les organisations ne disposent pas compétences adéquates pour faire face à létendu du problèmes résultants des VEF dans les régions

23 Les défis Il est important que les organismes comprennent que pour une meilleure qualité et pour atteindre un plus grand impact il faut décentraliser les activités pour atteindre les communautés rurales. La plupart des activités sont centrées soit dans les capitales provinciales ou régionales car ne disposant pas de la moyenne dinfrastructures nécessaires (tels que les véhicules, les camionnettes de films mobiles) pour leur permettre datteindre les zones rurales.

24 Recommandations Il faut disposer dune planification efficace, une application et un suivi et évaluation des programmes et activités pour faire face aux VEF. Il faut renforcer les compétences des organisations communautaires et association, qui offrent des services directement aux victimes de violence à légard des femmes. Les organisations devraient être guidées pour recueillir l'information, pour faire refléter la situation évidente sur le terrain et promouvoir une planification réaliste. De même, il faut renforcer leurs capacités en matière de mobilisation des ressources et rehausser le niveau des compétences.

25 Recommandations Apporter une assistance aux organisations sur le plan programmatique et identifier des groupes à travailler sur les violences non encore pris en considération. Fournir du matériel aux organisations travaillant activement sur ces questions.

26 MERCI DE VOTRE ATTENTION


Télécharger ppt "Cartographie des Organisations de la Société Civile qui luttent pour la participation des femmes en politique et le plaidoyer sur les violences à légard."

Présentations similaires


Annonces Google