La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en position dingénieur Prévention et gestion des risques à la ville de Risquet, vous établirez.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en position dingénieur Prévention et gestion des risques à la ville de Risquet, vous établirez."— Transcription de la présentation:

1 Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en position dingénieur Prévention et gestion des risques à la ville de Risquet, vous établirez à lattention des élus un ensemble de recommandations pour mettre en place une démarche de qualité pour la prévention des risques majeurs. »

2 23 mars 2006Partie "propositions"2 Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en position dingénieur chargé de la prévention et gestion des risques, vous proposerez un ensemble de recommandations destinées à des élus soucieux de maîtriser le coût de leau sans remettre en cause sa qualité. »

3 23 mars 2006Partie "propositions"3 Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en qualité dingénieur de la ville de Rince, vous proposerez un ensemble de recommandations à des élus souhaitant utiliser le Padd pour favoriser les contacts entre les générations. »

4 23 mars 2006Partie "propositions"4 Une typologie des questions « Dans le cadre de la mise en œuvre dun Schéma de cohérence territoriale, les élus dune communauté dagglomération souhaitent promouvoir une politique de valorisation des espaces naturels et des paysages à une échelle supra-communale. Il vous est demandé de rédiger à leur attention : une note de synthèse à partir du dossier ci-joint ; un ensemble de réflexions et de recommandations sur la démarche et les méthodes de travail à mettre en œuvre. » « Dans le cadre de la mise en œuvre dun Schéma de cohérence territoriale, les élus dune communauté dagglomération souhaitent promouvoir une politique de valorisation des espaces naturels et des paysages à une échelle supra-communale. Il vous est demandé de rédiger à leur attention : une note de synthèse à partir du dossier ci-joint ; un ensemble de réflexions et de recommandations sur la démarche et les méthodes de travail à mettre en œuvre. »

5 23 mars 2006Partie "propositions"5 Une typologie des questions « Puis, dans une seconde partie, en qualité dingénieur de la ville de Kinet, vous établirez un ensemble de recommandations à l attention de décideurs territoriaux soucieux de gérer leurs communications en coût global. »

6 23 mars 2006Partie "propositions"6 Déplier la question Que sais-je ? Que mapporte le dossier ? Que sais-je ? Que mapporte le dossier ?

7 23 mars 2006Partie "propositions"7 Déplier la question I en position dingénieur mettre en place une démarche de qualité prévention des risques majeurs en position dingénieur mettre en place une démarche de qualité prévention des risques majeurs

8 23 mars 2006Partie "propositions"8 en position dingénieur… Dans cette seconde partie, le correcteur veut apprécier votre capacité à vous impliquer dans un projet territorial. Il sagit donc clairement de changer de registre stylistique et de montrer à la fois vos qualités dorganisation, de réflexion, et danticipation mais aussi vos capacités dintégrer votre démarche dans une culture territoriale.

9 23 mars 2006Partie "propositions"9 mettre en place une démarche de qualité Nous sommes clairement dans la série de normes suivantes : Iso 9000 (2000) Iso 9001 (2000) Iso 9004 (2000) Nous sommes également dans un processus, dans une procédure cest-à-dire un ensemble ordonné et formalisé dactions qui doivent être successivement accomplies pour aboutir à un résultat déterminé. Nous sommes clairement dans la série de normes suivantes : Iso 9000 (2000) Iso 9001 (2000) Iso 9004 (2000) Nous sommes également dans un processus, dans une procédure cest-à-dire un ensemble ordonné et formalisé dactions qui doivent être successivement accomplies pour aboutir à un résultat déterminé.

10 23 mars 2006Partie "propositions"10 Prévention des risques majeurs La base Corinte (pour : COmmunes à RIsques Naturels et TEchnologiques) est une base de données réunissant : –des informations sur les risques par communes, issus des déclarations des préfectures, –les avancements des procédures réglementaires, plans de prévention des risques (PPR) et dossiers communaux synthétiques (DCS), –les arrêtés de catastrophes naturels. La base Corinte (pour : COmmunes à RIsques Naturels et TEchnologiques) est une base de données réunissant : –des informations sur les risques par communes, issus des déclarations des préfectures, –les avancements des procédures réglementaires, plans de prévention des risques (PPR) et dossiers communaux synthétiques (DCS), –les arrêtés de catastrophes naturels.

11 23 mars 2006Partie "propositions"11 Prévention des risques majeurs Loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages. Seveso I et II Nucléaire Parasismique –Décret n° du 14 mai 1991 relatif à la prévention du risque sismique –Arrêté du 29 mai 1997 –Circulaire interministérielle du 26 avril 2002 Loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation des dommages. Seveso I et II Nucléaire Parasismique –Décret n° du 14 mai 1991 relatif à la prévention du risque sismique –Arrêté du 29 mai 1997 –Circulaire interministérielle du 26 avril 2002

12 23 mars 2006Partie "propositions"12 Déplier la question II Maîtrise du coût de leau (non unique) Réseaux Captage Transport Stockage Traitement Assainissement Redevance pollution Maîtrise du coût de leau (non unique) Réseaux Captage Transport Stockage Traitement Assainissement Redevance pollution

13 23 mars 2006Partie "propositions"13 Déplier la question II Qualité de leau –Potabilité (alimentation humaine, eau de boisson) –Aptitude à l'irrigation –Aptitude aux baignades –Qualités thérapeutiques (eaux thermo-minérales) –Qualité piscicole –Pollutions urbaines –Pollutions industrielles –Pollutions agricoles Qualité de leau –Potabilité (alimentation humaine, eau de boisson) –Aptitude à l'irrigation –Aptitude aux baignades –Qualités thérapeutiques (eaux thermo-minérales) –Qualité piscicole –Pollutions urbaines –Pollutions industrielles –Pollutions agricoles

14 23 mars 2006Partie "propositions"14 Déplier la question II Encadrement réglementaire –Loi de 64 (Agences de leau) –Loi de 92 (unité juridique - planification à travers Sdage et Sage - Police de leau - Renforcement du rôle des CT - Information des consommateurs) –Décret du 3 janvier 1989 –Décret de 1995 sur rapport annuel du maire en matière de prix et qualité –Décret du 20 décembre 2001 –Loi Sapin et loi Mazeaud sur les rapports contractuels entre communes et sociétés délégataires Encadrement réglementaire –Loi de 64 (Agences de leau) –Loi de 92 (unité juridique - planification à travers Sdage et Sage - Police de leau - Renforcement du rôle des CT - Information des consommateurs) –Décret du 3 janvier 1989 –Décret de 1995 sur rapport annuel du maire en matière de prix et qualité –Décret du 20 décembre 2001 –Loi Sapin et loi Mazeaud sur les rapports contractuels entre communes et sociétés délégataires

15 23 mars 2006Partie "propositions"15 Quelle structure adopter ? On écrit une petite introduction qui réexpose la question posée en la plaçant dans un contexte aussi général que possible sans quil soit toutefois abstrait. Dans cette introduction on annonce son plan. On écrit une petite introduction qui réexpose la question posée en la plaçant dans un contexte aussi général que possible sans quil soit toutefois abstrait. Dans cette introduction on annonce son plan.

16 23 mars 2006Partie "propositions"16 Structure générale I. –I.1. La problématique On vous pose une question qui précise lobjectif global de votre projet. Cest une question générale qui va problématiser votre contexte à travers le respect du cadre réglementaire et le respect de contraintes techniques incontournables. I. –I.1. La problématique On vous pose une question qui précise lobjectif global de votre projet. Cest une question générale qui va problématiser votre contexte à travers le respect du cadre réglementaire et le respect de contraintes techniques incontournables.

17 23 mars 2006Partie "propositions"17 La problématique Objectifs Contexte Contraintes réglementaires Contraintes techniques

18 23 mars 2006Partie "propositions"18 Exemple Conclusion de la note de synthèse Encadrée par une réglementation de plus en plus structurée, la gestion des déchets ménagers et industriels s'intègre désormais dans une stratégie globale. Aujourdhui, l'ensemble des acteurs doit être sensibilisé à la nécessité de protéger l'intégrité de lécosystème. Quil sagisse du recyclage des déchets ou de la réduction de la pollution à la source, chaque citoyen est responsable dun développement qui préserve son avenir.

19 23 mars 2006Partie "propositions"19 Exemple Introduction de la partie « propositions » Cest dans ce contexte, que vous me demandez de vous faire des propositions sur la meilleure manière de gérer les déchets ménagers dans notre communauté de communes en y associant bien évidemment les habitants. Si la politique que vous envisagez permettra de réduire les risques environnementaux, elle sinscrira surtout dans une économie déchelle. Il nest pas inutile de rappeler que la gestion des déchets, comme toute activité, doit s'organiser. Il est par conséquent nécessaire pour notre collectivité d'établir clairement les responsabilités des divers acteurs en présence.

20 23 mars 2006Partie "propositions"20 Exemple Introduction de la partie « propositions » Il convient tout dabord destimer sa situation par rapport aux exigences réglementaires présentes et dappréhender les contraintes à venir. Bien entendu, ces objectifs devront être partagés et compris par lensemble de nos concitoyens. Afin de mettre en œuvre votre politique, nous suivrons des procédures adaptées à une situation particulière, sans oublier les partenaires institutionnels et privés, les financements possibles et lélaboration dun échéancier réaliste. Les propositions que nous vous exposerons sinscriront dans ce cadre général.

21 23 mars 2006Partie "propositions"21 I. Une situation difficile à appréhender et à prévenir –I.1. Vers une mobilisation concertée de tous les acteurs Le management environnemental, associé aux démarches " hygiène et sécurité ", constitue, sans aucun doute, une réponse adaptée à une problématique de gestion des déchets au sein des collectivités territoriales qui engage la responsabilité des élus. Le dispositif législatif adopté par la France en matière de gestion des déchets ménagers, a introduit l'obligation de la prévention et, pour la première fois, le droit à l'information du public en la matière. Il est de l'intérêt bien compris de chacun, que soient réduits le plus possible le volume, le nombre ainsi que le poids et la nocivité des déchets et des emballages ménagers. I. Une situation difficile à appréhender et à prévenir –I.1. Vers une mobilisation concertée de tous les acteurs Le management environnemental, associé aux démarches " hygiène et sécurité ", constitue, sans aucun doute, une réponse adaptée à une problématique de gestion des déchets au sein des collectivités territoriales qui engage la responsabilité des élus. Le dispositif législatif adopté par la France en matière de gestion des déchets ménagers, a introduit l'obligation de la prévention et, pour la première fois, le droit à l'information du public en la matière. Il est de l'intérêt bien compris de chacun, que soient réduits le plus possible le volume, le nombre ainsi que le poids et la nocivité des déchets et des emballages ménagers. Exemple Première partie

22 23 mars 2006Partie "propositions"22 Exemple Première partie Trop souvent, les citoyens ont le sentiment de n'avoir que peu de prise sur la prévention. Pourtant, la mise en œuvre progressive des programmes de collecte sélective dans notre communauté de communes a permis d'atteindre des résultats non négligeables eu égard aux objectifs de recyclage et de valorisation fixés par les directives européennes. Mais, les bonnes volontés sont souvent désarmées face à l'absence de concertation qui règne malgré lexistence dun plan régional délimination des déchets et la mise en place dune Commission locale dinformation et de surveillance qui réunit lensemble des protagonistes. La création dune déchèterie publique et dun centre de tri qui, tous deux, sont en régie, complète la panoplie des réponses apportées par notre collectivité à ce problème. Reste le volet fiscal qui est une dimension essentielle, puisquil provoque la contestation dune partie des habitants.

23 23 mars 2006Partie "propositions"23 Exemple Première partie En effet, ceux-ci ne comprennent pas le choix fait par les membres de lEPCI en faveur de la Taxe denlèvement des ordures ménagères (TEOM) qui est peu favorable aux contribuables qui possèdent un important patrimoine foncier, alors qu'elle est, à l'inverse, particulièrement intéressante pour certains contribuables à faible assise foncière mais qui produisent une importante quantité de déchets (par exemple une famille nombreuse dans un logement de petite taille). Si la décision est avant tout politique, il va de soi que la mise en œuvre dune gestion raisonnée des déchets ménagers doit aussi sélargir à une réflexion sur de possibles accommodements fiscaux mais surtout sur une meilleure gestion des coûts.

24 23 mars 2006Partie "propositions"24 La méthode I. –I.1. La problématique –I.2. La méthode et la mise en œuvre du projet Quoique je fasse, je dispose toujours dune méthode appropriée qui va permettre la mise en œuvre de mon projet. Il faut que je parle des contraintes liées au terrain, des moyens humains et matériels dont je dispose, des partenaires internes et externes, des aides financières dont je puis bénéficier, de la charge financière (en intégrant la notion de coût global), de la dimension de la sécurité dans mon projet, dun échéancier crédible. I. –I.1. La problématique –I.2. La méthode et la mise en œuvre du projet Quoique je fasse, je dispose toujours dune méthode appropriée qui va permettre la mise en œuvre de mon projet. Il faut que je parle des contraintes liées au terrain, des moyens humains et matériels dont je dispose, des partenaires internes et externes, des aides financières dont je puis bénéficier, de la charge financière (en intégrant la notion de coût global), de la dimension de la sécurité dans mon projet, dun échéancier crédible.

25 23 mars 2006Partie "propositions"25 Exemple Première partie I.2. Une méthode qui suppose réflexion et concertation Les principaux freins au tri résultent de la mise en œuvre du dispositif sans concertation préalable avec les habitants. Actuellement, les modes de conception, de réhabilitation et d'utilisation dans le domaine de l'habitat n'intègrent pas les objectifs du tri et de la gestion optimum des déchets. Un certain nombre d'exemples peuvent être donnés en la matière. Ainsi de la multiplication des poubelles en habitat collectif ou individuel, sans tenir compte de la configuration des lieux. On peut évoquer également l'absence d'harmonisation dans les différentes communes qui composent notre EPCI (type de bacs, couleur, collecte, consignes,...). Tous ces exemples contribuent à une mauvaise qualité du tri, alors que la démonstration est faite, lorsque de meilleures conditions sont réunies, que les habitants adhèrent complètement à l'effort demandé. L'optimisation et la pérennisation du système que nous avons mis en place après la loi de 1992 doivent donc être améliorées. I.2. Une méthode qui suppose réflexion et concertation Les principaux freins au tri résultent de la mise en œuvre du dispositif sans concertation préalable avec les habitants. Actuellement, les modes de conception, de réhabilitation et d'utilisation dans le domaine de l'habitat n'intègrent pas les objectifs du tri et de la gestion optimum des déchets. Un certain nombre d'exemples peuvent être donnés en la matière. Ainsi de la multiplication des poubelles en habitat collectif ou individuel, sans tenir compte de la configuration des lieux. On peut évoquer également l'absence d'harmonisation dans les différentes communes qui composent notre EPCI (type de bacs, couleur, collecte, consignes,...). Tous ces exemples contribuent à une mauvaise qualité du tri, alors que la démonstration est faite, lorsque de meilleures conditions sont réunies, que les habitants adhèrent complètement à l'effort demandé. L'optimisation et la pérennisation du système que nous avons mis en place après la loi de 1992 doivent donc être améliorées.

26 23 mars 2006Partie "propositions"26 Exemple Première partie Pour cela, il convient dans un premier temps de reformuler notre projet initial et dy associer par le biais de formations ciblées, lensemble des personnels qui, au sein de nos services, participent de près ou de loin à cette gestion des déchets ménagers. Cet effort de formation interne sera secondé par un plan de communication en direction des habitants de la CC. Mais un projet de cette envergure, ne saurait se mener sans partenaires institutionnels ou privés. Eco-Emballages** vient de nous informer quil modulera, lors du renouvellement de notre contrat, le montant de son aide à la collecte sélective en fonction de la mise en place dune commission consultative des services publics locaux. Cette contrainte nouvelle devra être prise en compte dans notre approche méthodologique. Dautres partenaires pour notre projet pourront assurer le suivi réglementaire de votre politique. Quant au Conseil général, rappelons quil a participé à l'élaboration et au suivi du plan départemental d'élimination des déchets ménagers et assimilés.

27 23 mars 2006Partie "propositions"27 Exemple Première partie Mais un projet nest rien sans financements. Notre Conseil régional et l'ADEME disposent d'un Fond Régional. Ce fonds d'aide est destiné à soutenir la mise en œuvre des politiques régionales dans le domaine de la maîtrise de l'énergie, des déchets, de la qualité de l'air et du management environnemental. Pour ce qui concerne notre projet, ce système d'aides financières est parfaitement adapté. L'instruction technique des dossiers sera assurée par la Délégation régionale de l'ADEME. Dautres partenaires devront être consultés afin que notre projet réussisse. En effet, il conviendra d intégrer à notre réflexion les services qui soccupent actuellement de la déchèterie publique et du centre de tri. Revoir notre politique de gestion des déchets ménagers suppose délaborer un échéancier qui sinscrira dans la présente mandature. Cest au cas par cas, que nous aborderons cette dimension essentielle de votre projet.

28 23 mars 2006Partie "propositions"28 Les propositions II. Quelques propositions Depuis 1992, un vrai système de gestion des déchets a pu être mis en place sur l'ensemble du territoire français. Cette politique dont l'originalité est de traiter les déchets en fonction de leur origine ou de leur nature, tout en respectant les contraintes économiques, techniques et locales, présente quelques faiblesses qui ont été repérées par de nombreux experts. Aussi, par rapport à la réalité de la gestion des déchets dans notre communauté de communes, je me permettrai de vous faire part de quelques mesures qui peuvent être envisagées en prévision de la révision des textes législatifs et du respect des normes à venir en la matière. II. Quelques propositions Depuis 1992, un vrai système de gestion des déchets a pu être mis en place sur l'ensemble du territoire français. Cette politique dont l'originalité est de traiter les déchets en fonction de leur origine ou de leur nature, tout en respectant les contraintes économiques, techniques et locales, présente quelques faiblesses qui ont été repérées par de nombreux experts. Aussi, par rapport à la réalité de la gestion des déchets dans notre communauté de communes, je me permettrai de vous faire part de quelques mesures qui peuvent être envisagées en prévision de la révision des textes législatifs et du respect des normes à venir en la matière.

29 23 mars 2006Partie "propositions"29 Proposition I II. 1. Inciter au geste « éco-citoyen » Afin daméliorer le geste du tri au quotidien il convient deffectuer des campagnes de promotion de la collecte sélective. Les écoles sont particulièrement intéressées par des animations ludiques destinées à sensibiliser les enfants sur le tri et le recyclage. Ceci permettrait dengager une action sur le long terme en formant les eco-citoyens de demain au bien-fondé de la valorisation. Des journées portes ouvertes, des supports explicatifs et une communication ciblée pourront compléter cette action. Rappelons également quéco- emballages peut participer financièrement à cette campagne. En parallèle, une action pourra être menée au quotidien afin daméliorer la qualité du tri en ciblant les refus de tri. Les citoyens concernés seront informés de la cause de ce refus et pourront ainsi comprendre mieux leurs erreurs et leurs effets. II. 1. Inciter au geste « éco-citoyen » Afin daméliorer le geste du tri au quotidien il convient deffectuer des campagnes de promotion de la collecte sélective. Les écoles sont particulièrement intéressées par des animations ludiques destinées à sensibiliser les enfants sur le tri et le recyclage. Ceci permettrait dengager une action sur le long terme en formant les eco-citoyens de demain au bien-fondé de la valorisation. Des journées portes ouvertes, des supports explicatifs et une communication ciblée pourront compléter cette action. Rappelons également quéco- emballages peut participer financièrement à cette campagne. En parallèle, une action pourra être menée au quotidien afin daméliorer la qualité du tri en ciblant les refus de tri. Les citoyens concernés seront informés de la cause de ce refus et pourront ainsi comprendre mieux leurs erreurs et leurs effets.

30 23 mars 2006Partie "propositions"30 Proposition I Pour parvenir à réduire le volume des déchets produit par notre communauté de commune, il convient dimpliquer l'ensemble des acteurs dans une démarche de prévention incluant les conséquences d'une consommation mal maîtrisée. La consommation constitue, à l'évidence, le pivot essentiel de la prévention des déchets d'emballages ménagers. Elle repose pour l'essentiel sur l'incitation des consommateurs à faire des choix d'achats cohérents et à adopter une consommation eco-citoyenne. Nous proposons dinformer les habitants de notre communauté de communes de lexistence dinstruments relatifs à la gestion des déchets (exemple des plans départementaux des déchets ménagers dont bon nombre de citoyens ne connaissent même pas l'existence) afin quils y participent. Enfin, parce qu'au regard de leurs propres déchets ménagers les consommateurs ont le sentiment de ne pas pouvoir inciter les producteurs d'emballages à les réduire, il convient de les inciter à opter pour lachat des produits les moins encombrants ou les plus facilement recyclables. Avec laide du Fond régional nous pourrons les sensibiliser à cette démarche.

31 23 mars 2006Partie "propositions"31 Proposition II I. 2. Faciliter le tri des déchets Les principaux freins au tri résultent de la mise en œuvre du dispositif sans concertation préalable avec lensemble des acteurs. Cette absence conduit le plus souvent à la complexité du système et à la création de nuisances. Afin datteindre les objectifs du tri, il conviendrait que les habitats collectifs ainsi que les habitations individuelles soient adaptées que ce soit pour les nouvelles construction ou les anciennes(locaux poubelles, vide-ordures adaptés au tri, plateforme de retournement pour la collecte, …). Il serait donc nécessaire détablir un partenariat entre les propriétaires ou gérants dimmeubles et les sociétés agréées. Les architectes et maîtres dœuvre notamment, doivent être sensibilisés afin dimposer à travers le plan local d urbanisme (Plu) une surface minimale pour le stockage et le tri des déchets dans chaque logement. Également, une campagne dinformation pourra être menée régulièrement pour indiquer aux citoyens les différents points dapport volontaire disponibles dans leur quartier. I. 2. Faciliter le tri des déchets Les principaux freins au tri résultent de la mise en œuvre du dispositif sans concertation préalable avec lensemble des acteurs. Cette absence conduit le plus souvent à la complexité du système et à la création de nuisances. Afin datteindre les objectifs du tri, il conviendrait que les habitats collectifs ainsi que les habitations individuelles soient adaptées que ce soit pour les nouvelles construction ou les anciennes(locaux poubelles, vide-ordures adaptés au tri, plateforme de retournement pour la collecte, …). Il serait donc nécessaire détablir un partenariat entre les propriétaires ou gérants dimmeubles et les sociétés agréées. Les architectes et maîtres dœuvre notamment, doivent être sensibilisés afin dimposer à travers le plan local d urbanisme (Plu) une surface minimale pour le stockage et le tri des déchets dans chaque logement. Également, une campagne dinformation pourra être menée régulièrement pour indiquer aux citoyens les différents points dapport volontaire disponibles dans leur quartier.

32 23 mars 2006Partie "propositions"32 Proposition III II. 3. Promouvoir une meilleure gestion des coûts Vous le savez, les habitants de notre CC sont particulièrement mécontents du système de fiscalité adopté depuis la mise en place du tri. En effet, celui-ci est très défavorable au petit producteur de déchets si celui-ci possède un grand patrimoine foncier. La Taxe ne tient pas compte de sa production réelle de déchets mais de la surface de son logement. Il serait souhaitable de mener une réflexion sur un mode de financement plus juste afin que les plus importants acteurs du tri (les citoyens) puissent se sentir impliqués dans la gestion de leurs déchets. De plus, nous vous rappelons que les déchets fermentescibles ne sont pas collectés actuellement. Léchéance de la loi sur les déchets organiques de 2012 nous impose de mettre en place dans les années à venir, la collecte de ces déchets qui représentent un poids non négligeable dans nos poubelles. II. 3. Promouvoir une meilleure gestion des coûts Vous le savez, les habitants de notre CC sont particulièrement mécontents du système de fiscalité adopté depuis la mise en place du tri. En effet, celui-ci est très défavorable au petit producteur de déchets si celui-ci possède un grand patrimoine foncier. La Taxe ne tient pas compte de sa production réelle de déchets mais de la surface de son logement. Il serait souhaitable de mener une réflexion sur un mode de financement plus juste afin que les plus importants acteurs du tri (les citoyens) puissent se sentir impliqués dans la gestion de leurs déchets. De plus, nous vous rappelons que les déchets fermentescibles ne sont pas collectés actuellement. Léchéance de la loi sur les déchets organiques de 2012 nous impose de mettre en place dans les années à venir, la collecte de ces déchets qui représentent un poids non négligeable dans nos poubelles.

33 23 mars 2006Partie "propositions"33 Proposition III Cette surcharge une fois enlevée permettra une économie déchelle dans le volume des déchets mis en décharge et donc une baisse des coûts certaine. Il convient donc dès à présent de mener une enquête de proximité afin de définir le dispositif existant dans les secteurs ruraux et semi-ruraux, les besoins pour la mise en place de ce système ainsi que les attentes des citoyens face à ce problème.


Télécharger ppt "Une typologie des questions « Puis dans une seconde partie, en position dingénieur Prévention et gestion des risques à la ville de Risquet, vous établirez."

Présentations similaires


Annonces Google