La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La population de Montréal était de 1 877 693 habitants en 2008, soit 24,2 % de la population québécoise.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La population de Montréal était de 1 877 693 habitants en 2008, soit 24,2 % de la population québécoise."— Transcription de la présentation:

1

2 La population de Montréal était de habitants en 2008, soit 24,2 % de la population québécoise.

3 La croissance de la population de Montréal est principalement liée au flux migratoire dont une partie importante est due à l'immigration internationale.

4 Montréal est le lieu d'accueil, de francisation et d'intégration de plus de 70 % des immigrants.

5 Cest 17,9 % des Montréalais qui parlent une autre langue que le français ou l'anglais à la maison.

6 Sur lîle de Montréal, en 2009, 40,6 % des élèves du primaire et du secondaire du réseau public nont ni le français ni langlais comme langue maternelle.

7 Au cours des six dernières années, 51 % des mères qui ont donné naissance à Montréal, sont nées elles-mêmes à létranger.

8 Un succinct portrait démographique de la grande région de Montréal : 2 à 2,8 millions dorigine canadienne française dorigine irlandaise dorigine anglaise dorigine écossaise

9 Le Montréal actuel, cest aussi : Le Montréal italien : Le Montréal juif : Le Montréal grec : Le Montréal espagnol : Le Montréal portugais : Le Montréal français : Le Montréal allemand : 7 500

10 Le Montréal russophone : Le Montréal polonais : Le Montréal roumain : Le Montréal hongrois :

11 Le Montréal arabe : Le Montréal maghrébin : Le Montréal non-arabe du Moyen-Orient : Le Montréal de lAsie de lEst et du Sud-Est : Le Montréal du sous-continent indien :

12 Le Montréal antillais : Le Montréal dAmérique Latine : Le Montréal africain : Le Montréal autochtones : Le Montréal berbère :

13 Plus de 25 % des enfants du Québec demeurent sur le territoire montréalais.

14 35 % des petits Montréalais qui entrent en maternelle ne sont pas prêts et sont conséquemment considérés vulnérables.

15 Montréal est la seule région du Québec où la pauvreté est en croissance et où le taux de décrochage scolaire et danalphabétisme est alarmant à près de 40 %.

16 36 % de sa population représente des personnes isolées socialement qui ne disposent pas dun réseau de relations personnelles (famille, amis, voisinage). Montréal est la capitale canadienne du vivre seul.

17 Et pourtant, la population de Montréal est de plus en plus scolarisée. Entre 1998 et 2008, on constate que la proportion de titulaires dun diplôme détudes postsecondaires ou universitaires a progressé, tandis que celle des personnes sans aucun diplôme a diminué.

18 Ce sont les diplômés universitaires qui ont vu leur poids relatif augmenter le plus dans la région au cours de cette période (8,5 points de pourcentage contre 4,2 pour lensemble du Québec).

19 Ce sont les personnes en emploi titulaires dun diplôme détudes universitaires qui ont vu leur poids relatif augmenter le plus entre 1998 et En 2008, elles occupaient plus dun emploi sur trois (35,5 %) à Montréal.

20 À Montréal, lécart de lespérance de vie à la naissance entre la population des territoires socio-sanitaires les plus riches et celle des territoires les plus pauvres de la métropole est de onze ans pour les hommes et de huit ans pour les femmes.

21 Selon un scénario de référence de lISQ, la population de Montréal sera de en 2025, soit une croissance de par rapport à 2006 (environ par année).

22 Montréal est une ville en mouvement, le résultat des différences dans les flux dentrée et de sortie sur lîle est impressionnant. Entre 2002 et 2007, nous avons eu entrées pour sorties. Entre 1/6 et 1/5 de la population change aux cinq ans. Par comparaison, Laval compte habitants.

23 Entre 2001 et 2006, 17% des francophones de 25 à 44 ans ont quitté Montréal pour ses banlieues. 34% des nouveaux parents Montréalais décident de partir vers le 450.

24 C'est dans la catégorie des revenus de $ à $ après impôts que les gens avaient le plus tendance à déménager vers la banlieue.

25 Limmigration internationale représente 1/3 des entrées, mais très peu des sorties, il sagit dun solde positif très important.

26 Les immigrants sont moins isolés à Montréal quà Toronto ou Vancouver. En 2001, 69 % de la population du milieu résidentiel dun immigrant montréalais nest pas immigrante.

27 La moitié des entrées viennent du reste de la région métropolitaine de recensement et du reste du Québec. Un sur six provient du reste du Canada.

28 La moitié des sorties se font vers les couronnes entre autres via lacquisition dune 1 ère propriété résidentielle.

29 Les entrants sont plus jeunes (surtout du Québec), plus précaires et plus pauvres, davantage membres des minorités visibles et en majorité en processus dintégration (étudiants, immigrants, chômeurs, etc.).

30 En 2009, les moins de 25 ans connaissent un taux de chômage de 17,8 %.

31 En 2009, 54,9 % de la population de la grande région de Montréal se reconnaît un fort sentiment dappartenance à son milieu. La moyenne canadienne est de 65,4 %.

32 Lenjeu de lintégration est dinclure dans le tissu montréalais les 1 ère 2 ème et 3 ème générations successives de nouveaux arrivants en évitant les pièges de la discrimination et de lexclusion.

33 Lenjeu de la diversité consiste à consolider ce mouvement de population au plan ethnoculturel (différences), au plan socioéconomique (changements dans les quartiers) ainsi quau plan démographique (extrémités de la pyramide des âges, ménages non traditionnels).

34 Cela représente une rupture radicale par rapport à la situation traditionnelle de Montréal entre les nouveaux arrivants et la population de souche et cela, notamment au niveau de la demande en services publics.

35 Il nous faut aussi trouver le moyen de concilier une population de souche vieillissante et de moins en moins active sur le marché du travail avec une relève composée de jeunes qui doivent relever des défis importants dintégration au marché du travail et à la société québécoise.

36 Pour ce faire, il faut un effort commun de tous les acteurs pour adapter les services publics (municipaux, socio-sanitaires, éducatifs) à cette réalité.

37 Il nous faut trouver et consolider un « socle » de valeurs communes.

38 Les bibliothèques municipales représentent une structure avantageuse pour faciliter cette recherche et favoriser par le fait même, une compréhension de la diversité montréalaise.

39 Quelques questions à vous poser : 1. Comment attirer les montréalais vers les bibliothèques ? 2. Comment susciter limplication et la participation citoyenne des montréalais ? 3.Comment intéresser les immigrants à la culture québécoise ?

40 4. Comment augmenter la fréquentation des parents et des grands-parents à la bibliothèque ? 5. Comment pallier à cette réalité de la mobilité des montréalais ? 6. Comment insérer les bibliothèques municipales dans la trame urbaine (CPE, écoles, culture, services divers) ?

41 7. Comment attirer les adolescents, particulièrement ceux des communautés culturelles, en évitant que les moyens attractifs mis en place ne fassent ombrages à une mission essentielle de la bibliothèque qui est douvrir à la culture générale ?

42 Bonne discussion !


Télécharger ppt "La population de Montréal était de 1 877 693 habitants en 2008, soit 24,2 % de la population québécoise."

Présentations similaires


Annonces Google