La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Lapproche typologique de la représentation des procès en polonais / français et conséquences pour les stades avancés de lacquisition dune L2. Urszula.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Lapproche typologique de la représentation des procès en polonais / français et conséquences pour les stades avancés de lacquisition dune L2. Urszula."— Transcription de la présentation:

1

2 Lapproche typologique de la représentation des procès en polonais / français et conséquences pour les stades avancés de lacquisition dune L2. Urszula PAPROCKA-PIOTROWSKA Université Catholique de Lublin (Pologne)

3 Le FR et le PL sont des langues typologiquement différentes. n Le PL est une langue indo-européenne appartenant à la branche slave. n La morphologie en PL : outil fondamental pour exprimer les distinctions syntaxiques. n ordre des mots dans la phrase ; déterminants (article) ; pronoms personnels atones n système temporo-aspectuel

4 Le système verbal du FR et du PL / oppositions principales (morphologiques et fonctionnelles) des deux systèmes : 1. verbes pronominaux et verbes transitifs et intransitifs 2. nombre et formation des temps verbaux 3. opposition dans lexpression des aspects verbaux 4. modes et leur fonctionnement 5. rection verbale 6. nominalisation des formes du verbe

5 Répartition différentes des verbes pronominaux [et des verbes transitifs et intransitifs] n je me lave n se taire, se lever n Ø apprendre, Ø finir n myję się* n milczeć Ø, wstawać Ø n uczyć się, kończyć się * się = me, te, se, etc.

6 Différences de la rection verbale n remercier qqn (4 e, Acc.) n aider qqn n °on go podziękował > jemu podziękował n dziękować komu ? czemu ? (3 e, Dat.) n pomagać komu ? czemu ? n °je lui ai remercié n °il lui a aidé

7 Différences dans le domaine de la nominalisation des formes du verbe n Navigare necesse est, vivere non est necesse. n Il est nécessaire de naviguer, il nest pas nécessaire de vivre. n Żeglowanie jest koniecznością, życie nie jest koniecznością.

8 Répartition différente des modes et de leurs fonctions n Subjonctif FR # Ø PL (mode de supposition – équivalent sémantique) Je crains quil ne soit trop tard. Obawiam się, aby nie było za późno. n Conditionnel présent FR >> valeur du futur dans le passé On a supposé quil serait capable de le faire. Przypuszczano, że będzie do (zrobienia) tego zdolny. (PL : futur perfectif ou imperfectif)

9 Différences de nombre et dans la formation des temps Présentje chante il chante śpiewam śpiewa Imparfaitje chantais, il chantait # śpiewał-em śpiewał Passé (composé)jai chanté il a chanté # za-śpiewałem, za-śpiewał Futur (simple)je chanteraibędę śpiewał/śpiewać, # za-śpiewam, za-śpiewa Plus-que-parfaitjavais chanté+ za-śpiewał-em był

10 Passé simpleje chantai il chanta # za-śpiewałem, za-śpiewał Futur procheje vais chanterzaraz będę śpiewał/śpiewać zaraz za-śpiewam Passé récentje viens de chanterwłaśnie śpiewałem / za-śpiewałem Futur antérieurjaurais chanté Passé antérieurjeus chanté

11 Lexpression de laspect (en PL) 1. forme imperfective (morphologiquement plus simple) = la forme de base de laquelle la forme perfective sera dérivée 2. dérivation effectuée par : - l'addition des préfixes (na-, przy-, wy-, ze-, s-, pod-, do-, o-, nad-, przed- ) par exemple prać / wy-prać : "laver"(IMPF / PERF) NB: - perfectivisation possible par l'addition des suffixes, par exemple: krzyczeć / krzyknąć : "crier" (IMPF / PERF). - certain suffixes donnent une forme imperfective de la forme perfective préfixée, par exemple: pisać > wy-pisać > wy-pis-ywać (itération) 3. paires aspectuelles = opposition aspectuelle des deux infinitifs krzyczeć / krzyknąć : "crier" (IMPF / PERF) dać / dawać : donner (PERF / IMPF) brać / wziąć : prendre (IMPF / PERF)

12 Aspectual systems in Czech and Russian: basics (Barbara Schmiedtová & Natasha Sahonenko, University of Heidelberg, Germany) verb stemBA raw material operator

13 Etudes successives et leurs conclusions : n WATOREK, M. (2002) : Construction du discours par des apprenants des langues, enfants et adultes. Rapport final du projet APN 2JE 454 (Section du Comité National 34 du CNRS) : 2000/2002. n DEMAGNY, AC. (2003) : Lacquisition du lexique de la temporalité en français L1 et L2. Mémoire de DEA. Université Paris VIII. n DEMAGNY, AC. & PAPROCKA-PIOTROWSKA, U. (2004) : Lacquisition du lexique verbal et des connecteurs temporels dans les récits de fiction en français L1 et L2, Langages 155, pp n PAPROCKA-PIOTROWSKA, U. (2005) : Complexité conceptuelle. Référence aux procès. Lacquisition du lexique verbal et adverbial chez des polonophones et francophones en L1 et chez des apprenants polonophones du français L2. Rapport final du projet 1H01D (Ministerstwo Nauki i Informatyzacji), 2004/2005. n PAPROCKA-PIOTROWSKA, U., PX, JA ED CLM (janvier 2006) : Lacquisition du lexique verbal dans les récits de fiction : quelques remarques sur les choix de formulation en français et en polonais L(s)2.

14 Données provenant des 4 groupes respectifs enregistrés (10 sujets par groupe) : apprenants polonophones du français L2, adultes : niveau 1 : 4 ans d'apprentissage en milieu guidé (A1) ; n apprenants polonophones du français L2, adultes : niveau 2 : 6 ans d'apprentissage en milieu guidé (A2) ; n *apprenants francophones du polonais, adultes : niveau 1 (groupe débutant-intermédiaire) ; n *apprenants francophones du polonais, adultes : niveau 2 (groupe intermédiaire- avancé).

15 Tâche retenue : Reksio, récit de film muet de 5 min. environ n Tâche verbale complexe (TVC) : tâche communicative impliquant la production dun discours allant de la conceptualisation de linformation à transmettre jusquà sa formulation dans un texte cohérent.

16 Tâche choisie pour les raisons suivanates : n le film muet permet de garder constant lhistoire sans en donner une version préalable dans une langue donnée (L2 ou L1) ; n grâce au film, il est relativement facile dobtenir un récit long, temporellement structuré qui permet détudier la complexité conceptuelle des procès exprimés ; n un dessin animé simple doit rendre possible des comparaisons translinguistiques.

17 Reksio, dessin animé de 5 min. environ Regardez le FILM, SVP.

18 Sept classes de verbes - trois catégories grammaticales et quatre catégories sémantiques : n auxiliares (présentatifs, existentiels) n copules n verbes support n vb. de mouvement n vb. de dire n vb. de perception n vb. de phase

19 Richesse lexicale – Indice de Guiraud adapté n Calcul de lindice de Guiraud - indice de richesse - formule : nombre total de mots différents divisé par la racine carrée du nombre total de mots énoncés. Calcul de lindice de Guiraud adapté – indice de la richesse verbale – formule : nombre de verbes différents divisé par la racine carrée du nombre total de verbes.

20 Répertoire verbal : moyennes par groupes

21 Globalement, la comparaison des quatre groupes dapprenants permet de constater que : n au cours de lacquisition, tous les apprenants produisent de plus en plus de formes verbales ; leurs répertoire lexical se diversifie également (plus de verbes différents mobilisés) ; n tandis que les apprenants polonophones (cf. A1 > A2) considèrent leur compétence linguistique plus développée et nhésitent pas à testent plus aisément leurs hypothèses linguistiques tout en produisant, en fait, de plus en plus de formes idiosyncrasiques, les apprenants francophones atteste la tendance contraire : en passant de niveau 1 à niveau 2, ils produisent un peu moins de formes inappropriées (souvent, il sagit didiosyncrasie sémantique : forme grammaticalement correcte mais non-appropriée au contexte discursif donné) – signe visible dappropriation de la L2 en milieu guidé ; n si chez les apprenants polonophones du français, lindice de Guiraud baisse légèrement entre les A1 et les A2, il est important de voir quil reste très proche de lindice de richesse calculé pour des polonophones natifs (4,97) et diffère relativement peu de celui des adultes natifs français ; n quant aux apprenants francophones du polonais, leur indice de Guiraud visiblement plus fort (beaucoup plus élevé que celui des adultes polonais et français en L1), suggère, à notre avis, quau stade 2 (compétence inférieure à celle des apprenants A2 du français, cf. 2 supra), ils passent une étape acquisitionelle du « verbiage » où, dépassant le stade des débutants, ils ne savent pas encore faire économie des moyens linguistiques offerts par la L2.

22 Verbes par classes (distribution) :

23 Vb. de phase n A1 PL 4 vdf_commencer 1 vdf_finir Total number of different word types used 5 Total number of words (tokens) n A2 PL 13 vdf_commencer 1 vdf_commencer_se_id=commencer 1 vdf_finir_se_id=finir Total number of different word types used 15 Total number of words (tokens) n A1 FR 1 vdf_skonczyc_id=skonczyc_sie 1 vdf_skonczyc_sie Total number of different word types used 2 Total number of words (tokens) n A2 FR 2 vdf_konczyc_sie 1 vdf_rozpoczynac 1 vdf_zaczynac 1 vdf_zaczynac_sie Total number of different word types used 5 Total number of words (tokens)

24 Verbes de phase : n chez des polonophones – relativement peu de phase terminative >> spécificité du polonais : –FR: il a fini de patinerPL : pojezdzil –FR: il a fini de mangerPL : zjadl n chez des francophones - les deux phases codées dès le début mais : –A1 FR : phase terminative –A2 FR : phase inchoative (et terminative)

25 Verbes supports A1_PL 3 spp_avoir 4 spp_donner 26 spp_faire 2 spp_mettre 3 spp_prendre Total number of different word types used 38 Total number of words (tokens) A2_PL 5 spp_avoir, 1 spp_devenir 7 spp_donner, 31 spp_faire, 15 spp_mettre, 1 spp_mettre_id=vdf 1 spp_mettre_se, 4 spp_prendre Total number of different word types used 65 Total number of words (tokens) A1_FR 1 spp_dac 9 spp_miec 1 spp_zrobic_id=creation_lex Total number of different word types used 11 Total number of words (tokens) A2_FR 11 spp_miec, 1 spp_robic, 1 spp_stawac_sie_id=wydarzac_sie Total number of different word types used 13 Total number of words (tokens)

26 Différences dans lexpression : léchelle n Mariusz (A1 PL>FR) *SBJ: le chien était très intelligent et il amené une truc je sais comme je dois dire en français c'est quelque chose pour monter. *SBJ:qu'est ce que c'est ? *INV:une échelle ? *SBJ:oui. *SBJ:exactement.

27 Différences dans lexpression : léchelle n Laura (A2 PL > FR) *SBJ:il trouvait, il trouvait quelque chose pour, pour pouvoir lui aider et il a trouvé # il a trouvé un objet qui sert à monter, à monter par exemple les, les gens utilisent pour pour pouvoir monter au toit je ne sais comment s'appelle en français.

28 Différences dans lexpression : léchelle n Alexandra (A1 FR > PL) *INV:une échelle ? *SBJ:une échelle oui c'est ça qui était à côté d'un arbre. *SBJ:le petit chien, il l'a pris et lui laissait sur, sur, sur le gel pour que le garçon puisse sortir. *SBJ:ale wydaje się, że pies euh boi się wrócić na na liody. *SBJ:i wiec on szuka skalę. *SBJ:i jezdzi pod skalem, pod skalą do dziewczyna ale zostaje jeszcze troche, no nie wiem, moze metr do do dziewczyny i euh on jej tend la main, non ?

29 Différences dans lexpression : léchelle n Pierre-Frédérique (A2 FR > PL) *SBJ:przyciągni, przyciągnie, przyciąga, przyciąga szczeble ? *INV:drabinę. *SBJ:drebine. *INV:drabinę. *SBJ:ach, ach, szczeble. *INV:. *SBJ:tak. *SBJ:przyciąga drabinę i drabina jest prawie dość długa żeby osągnąć młodego pana, który jest w pośrodku jeziora [...].

30 Différences dans lexpression : laccident n Agnieszka A1_PL:e: la glace a brisé alors il [/] il s'est trouvé dans l'eau qui était terriblement froide. n Ewa A1_PL: mais malheureusement la glace se casse. il tombe dans l'eau.

31 Différences dans lexpression : laccident n Anna A2_PL: mais en ce moment il y a une catastrophe parce la glace se casse et le garçon tombe dans l'eau n Aneta A2_PL: y despues il y a un accident […] sais pas deux minutes après le glace est rompu / est cassé / se casse et il il tombe dans l'eau qui est très froid.

32 Différences dans lexpression : laccident n Corinne A1_FR: potem dziewczyna ma klopot. [:=id wpada] w woda n Gérard A1_FR: i ale woda nie tak twarda.i on padzie / on padie w wody.

33 Différences dans lexpression : laccident n Laura A2_FR : i ona spadnie do wody bo lod sie nie / sie nie roztopil ale xxx [!=rire]. n Thibaud A2_FR : dziecko wpada w wodzie bo / bo lod nie jest mocny i pies pomaga pomaga / pomaga go.

34 Idiosyncrasies (créations lexicales / hypothèses à tester) : n A1 PL (16 / 14 ) : se récuperer, se glisser, se patiner, emmener (sortir), éparpiller (jetter) ; n A2 PL (43 / 23) : réussir (arriver à), toucher (atteindre), arriver (sortir), glisser (patiner), se commencer, se glisser (glisser) ; n A1 FR (68 / 51) : brac (pic), dac (posypac) ; poszukiwac (poszukac), sprobowac (probowac) ; widziec (zobaczyc) ; spacerowac °sie (spacerowac); n A2 FR (66 / 48) : padac (upadac), spasc (upadac), spasc (wpadac) ; wyjsc (wychodzic), wychodzic (wyjsc).

35 Pour conclure... n Quelle est la manière dont se développe le répertoire de verbes dans lacquisition dune langue seconde ? n Le développement de ce répertoire permet-il dobserver des différences significatives interlinguistiques pour le couple de langues : le français / le polonais ? n Quelle est la nature des différences (changements) observés dans les groupes suivis ? Quel est l'impact du contexte institutionnel, en opposition à un contexte naturel, sur l'acquisition du lexique verbal ?

36 Merci pour votre attention ! Dziekuję Państwu za uwagę !


Télécharger ppt "Lapproche typologique de la représentation des procès en polonais / français et conséquences pour les stades avancés de lacquisition dune L2. Urszula."

Présentations similaires


Annonces Google