La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Connaissance et devenir historiques 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Connaissance et devenir historiques 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question."— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Connaissance et devenir historiques 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Choix des sujets du 1er trimestre 2011 Réunion préparée avec Christiane Bazille

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Du latin historia, récit et du grec historia, enquête, de histor, témoin. Définitions : Définitions : Le Robert : a. Connaissance et récit des évènements du passé jugés dignes de mémoire. b. Connaissance mettant en jeu la mémoire (non la raison (sciences), ou limagination). c. Récit dactions, dévènements réels ou imaginaires (fables, contes…) La philosophie de A à Z : La philosophie de A à Z : Contrairement à la langue allemande qui distingue Geschichte et Historie, le français utilise un seul mot qui recouvre deux significations bien distinctes : – lHistoire, le devenir historique, lensemble des évènements (Geschichte) – et lhistoire (Historie) daprès le grec historia (enquête), la connaissance que lhistorien essaie de constituer.

3 Notions /concepts Prise de vue 1. La connaissance historique / Lhistoire : science ou littérature ? Lhistorien raconte-il une histoire ? Lhistorien raconte-il une histoire ? Dans cette hypothèse, lhistoire ne relève-t-elle du récit et des disciplines littéraires (Voltaire, Michelet … furent de grands écrivains). Mais limitée à cela, le but de lhistoire ne serait-il pas questhétique (pour séduire) ou moral (pour éduquer) ? Dans cette hypothèse, lhistoire ne relève-t-elle du récit et des disciplines littéraires (Voltaire, Michelet … furent de grands écrivains). Mais limitée à cela, le but de lhistoire ne serait-il pas questhétique (pour séduire) ou moral (pour éduquer) ? Le bon historien ne doit-il pas être objectif et dire la vérité ? Le bon historien ne doit-il pas être objectif et dire la vérité ? Dans cette hypothèse, lhistoire ne relève-t-elle pas plutôt des sciences ? Mais peut-on parler dobjectivité en histoire ? Fénelon ne dit-il pas que le bon historien nest daucun lieu ni daucun temps… ! (La révolution française, par exemple aurait elle suscité autant de recherches si elle ne continuait pas dêtre perçue comme fondatrice des valeurs et des idéaux de notre société ?) Dans cette hypothèse, lhistoire ne relève-t-elle pas plutôt des sciences ? Mais peut-on parler dobjectivité en histoire ? Fénelon ne dit-il pas que le bon historien nest daucun lieu ni daucun temps… ! (La révolution française, par exemple aurait elle suscité autant de recherches si elle ne continuait pas dêtre perçue comme fondatrice des valeurs et des idéaux de notre société ?) 2. Le devenir historique : Les hommes sont-ils auteurs ou acteurs de lhistoire ? Une histoire évènementielle aura tendance à mettre en évidence linfluence de laction des grands hommes en tant quauteurs. Une histoire plus attentive aux structures et à la longue durée, repérera des causes objectives de lévolution historique mettant les hommes en situation dacteurs plus que dauteurs. Les hommes sont-ils auteurs ou acteurs de lhistoire ? Une histoire évènementielle aura tendance à mettre en évidence linfluence de laction des grands hommes en tant quauteurs. Une histoire plus attentive aux structures et à la longue durée, repérera des causes objectives de lévolution historique mettant les hommes en situation dacteurs plus que dauteurs. Ya-t-il une raison ou un sens à lhistoire ? Lhistoire est-elle déraisonnable au sens où elle ne serait que le fruit de la liberté humaine et/ou le résultat de passions enchevêtrées et contrariées ? Ou au contraire, ny a-t-il pas une nécessité, un ordre derrière le désordre et lirrationalité des actions humaines ? (par exemple : le savoir absolu chez Hegel ou le communisme chez Marx) Ya-t-il une raison ou un sens à lhistoire ? Lhistoire est-elle déraisonnable au sens où elle ne serait que le fruit de la liberté humaine et/ou le résultat de passions enchevêtrées et contrariées ? Ou au contraire, ny a-t-il pas une nécessité, un ordre derrière le désordre et lirrationalité des actions humaines ? (par exemple : le savoir absolu chez Hegel ou le communisme chez Marx) Lhistoire a-t-elle un sens ou nous appartient-il de lui en donner un ? Lhistoire : récit objectif ou herméneutique (science de linterprétation) ?

4 QUESTIONS 1.Lhistoire nest-elle quun conte ? 2.Avons-nous besoin de lhistoire ? 3.Lhistoire a-t-elle un sens ?

5 1.Lhistoire nest-elle quun conte ? Peut-on atteindre la vérité ? Lhistorien peut-il être absolument objectif ? Lhistoire dit-elle la vérité ? Ny a-t-il pas différents types dhistoires ? Lhistoire est-elle une fiction, un conte, un récit ou un roman ?

6 1. Lhistoire nest-elle quun conte ? 2.Histoire et vérité ? Pour éviter lécueil de la subjectivité, les historiens de la fin du XIX e siècle ont conçu lhistoire sur un modèle positiviste : ne dire que les faits dans leur exacte chronologie, dépouillée de toute interprétation. Mais ce type dhistoire nest-il pas que lécume de la réalité au détriment dautres phénomènes plus souterrains et profonds comme léconomie, la démographie, les mentalités… ? Dans les années 1930 la nouvelle histoire (Marc Bloch..), en réaction critique à lhistoire positiviste, met en évidence lexistence de différents niveaux de la réalité historique, celle des évolutions structurelles, où lon peut découvrir plus de régularité que dans les évènements. Mais ne séloigne-t-on pas trop ainsi de lobjectivité ? Si la vérité est une abstraction nécessaire qui nous permet seule de penser, nos connaissances ne sont-elles pas toujours empruntes, peu ou prou, de subjectivité ? Lobjectivité absolue ne serait-elle pas quun idéal ? 1.Peut-on atteindre la vérité ? La vérité, cest ce qui est vrai ou le fait de lêtre. « La vérité est une abstraction : il ny a que des faits ou des énoncés vrais » dit ACS « La vérité est norme delle-même et du faux » disait Spinoza. La vérité est donc une abstraction nécessaire puisque sans elle, il ny aurait aucun moyen de se tromper, ni de ne se tromper pas, aucun moyen de mentir ni de ne mentir pas..! Mais qui pourrait prétendre détenir la vérité, dès lors que nous ne connaissons le monde quau travers des représentations (des constructions) issues de notre sensibilité et notre entendement (en histoire, le négationnisme nillustre-t-il pas cela jusquà la caricature ?) Comment lhistoire pourrait-elle être un conte ou une fiction dès lors quen son principe même, cest la vérité des faits rapportés quelle revendique ? En fin de compte, ne pourrait-on pas dire que lhistoire est un roman vrai ? Si lhistoire positiviste parait tendre plus aisément à la vérité des faits, ne passe-t-elle pas à côté de lessentiel qui consiste à en expliquer les causes ?

7 2.Avons-nous besoin de lhistoire ? Animation Christiane Bazille Lhistoire nest-elle pas la mémoire des valeurs dominantes ? Juger le passé, nest-ce pas indispensable pour construire lavenir ? Sommes-nous acteurs ou auteurs de lhistoire ? Lhistoire engage-t-elle notre responsabilité ?

8 2. Avons-nous besoin de lhistoire ? Même si le jugement de lhistorien dépend des valeurs (des idéologies) propres à son époque, ce qui va à lencontre dune certaine objectivité à légard du passé; en vue dun avenir meilleur, un tel jugement nest-il pas nécessaire ? Si l'histoire en devenir engage notre responsabilité, qui pourrait douter de lutilité des enseignements de lhistoire passée (voire de la nécessité de se souvenir/devoir de mémoire) pour guider nos pas vers un avenir en phase avec les valeurs auxquelles nous aspirons ? 1.Histoire / mémoire des valeurs dominantes ? Hegel disait que « lHistoire nest quune répétition dhistoires semblables ». Ainsi, le souvenir du passé, lhistoire peut-elle donner les moyens déviter dans le futur les erreurs ou écueils du passé ? Faire lhistoire ne consiste-t-il pas à juger le passé à partir de valeurs en vue de construire un avenir meilleur par rapport aux dites valeurs ? Le devoir de mémoire nest-il pas à cet égard ce que du passé nous ne voulons à lavenir jamais plus ? 2.Auteur ou acteur de lhistoire ? Les Hommes sont-ils auteurs à part entière de leur histoire ou nen sont-ils que les acteurs plus ou moins subissants ? Sommes nous responsables de lhistoire ? Sous langle événementiel, la responsabilité humaine apparait évidente : ne sont-ce pas toujours des hommes qui commettent les faits ? Mais une histoire plus attentive aux structures et à la longue durée, notamment parce quelle recherche des causes objectives à lévolution historique, ne tend-elle pas à mettre les hommes en situation dacteurs plus que dauteurs et ainsi à diluer leur responsabilité ? Comment pourrions-nous être contraints de subir ? Comment notre responsabilité ne serait-elle pas engagée par lhistoire en devenir ? Si nous ne sommes pas coupables de lhistoire lorsque nous la subissons, nen sommes- nous pas néanmoins responsables ?

9 3.Lhistoire a-t-elle un sens ? Quest-ce quavoir un sens ? Quest-ce qui en donne ? Qui peut en avoir ?

10 3. Lhistoire a-t-elle un sens ? 1.Avoir un sens ? Le mot sens en ce sens peut avoir deux sens ! : Une signification (par ex le sens dune phrase) Et/ou une direction (par ex le but dune action) Même si souvent ces 2 sens sont liés : le but dune action cest ce quelle signifie et la signification dune phrase cest le but poursuivi par celui qui lénonce. Le sens suppose une extériorité, une altérité, une relation à autre chose : un signe par ex na de sens que dans la mesure où il renvoie à autre chose quà ce signe. « Si tout sens est dans lhistoire, comment lhistoire pourrait-elle en avoir un ? » dit ACS. Cela ne nous empêche pas dy poursuivre des buts, ni même parfois de les atteindre. Mais le sens qui sen dégage nest-il pas alors le sens de notre action et non celui de lhistoire? « Sous toutes les acceptions du mot sens, nous retrouvons la même notion fondamentale dun être orienté ou polarisé vers ce quil nest pas » dit Merleau-Ponty. Ny aurait-il de sens que pour un sujet, que pour un être capable de désirer et de vouloir ? 2.Lhistoire peut-elle avoir un sens ? Que signifie la dernière guerre mondiale ? Quel but visait-elle ? Aucun bien sûr puisque les individus qui la firent poursuivaient des buts différents qui donnaient à leur existence, bien souvent, des significations opposées. Quel sens pourrait bien avoir lhistoire, dès lors quelle nest pas sujet et quainsi, elle ne veut rien et ne désire rien par et pour elle-même ? Quel sens pourrait bien avoir lhistoire qui lui soit extérieur, dès lors quelle les contient tous ? « Le sens du monde doit se trouver hors du monde » disait Wittgenstein. Pareillement, le sens de lhistoire ne pourrait-il exister quen dehors delle ?

11 De même que la vie na que le sens que lon veut bien lui donner, nest-ce pas parce que lhistoire na pas de sens en soi, quil nous incombe de lui en donner un ?

12 Choix des sujets janv, fév, mars, avr 2011 Agressivité (15) Amitié (45) Amour (21) Authenticité (26) Bonheur (12) Chaos (10) Civilisation(s) (32) Complexité (53) Conscience (6) Courage (27) Création (7) Culpabilité (40) Désir (49) Destin (2) Dialogue (17) Egalité (36) Ego (54) Energie (3) Espérance (48) Eternité (55) Féminin-Masculin (14) Fête (22) Fidélité (44) Générosité (39) Hasard (28) Histoire (56) Humour (13) Intelligence (41) Imagination (19) Jalousie (46) Jeu (24) Jugement (50) Liberté (9) Lucidité 25 Matéria-Idéal (37) Moi (16) Morale (23) Mort (20) Esprit (3)* Méditation (11)(8) Sciences (11)(14) Devoir (11)(7) Différence (15) Philosophie (6) Action (9) Autorité (7) Démocratie (14) Respect (17) Volonté (5) * Résultat du vote Thèmes abordés () n° dordre Objectivité (34) Orgueil (51) Paix (57) Pardon (11) Passion (8) Peur (18) Plaisir (35) Pouvoir (31) Raison (52) Révolte (42) Sagesse (1) Sentiment (38) Solidarité (43) Souffrance (47) Temps (4) Tolérance (30) Valeur(s) (33) Vérité (5) Vieillesse (29)

13 « Paix » Mardi 14 décembre de 18h30 à 20h à la Maison des Savoirs « Paix » Mardi 14 décembre de 18h30 à 20h à la Maison des Savoirs « La mort : dernier ou grand voyage ? » Mercredi 23 février MAM Béziers « La mort : dernier ou grand voyage ? » Mercredi 23 février MAM Béziers Prochaines réunions Toutes les informations et documents sont disponibles sur :


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Connaissance et devenir historiques 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question."

Présentations similaires


Annonces Google