La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conclusions des trois séminaires exploratoires : Geneviève Bazier (Direction Études et Stratégies, ONE) Jean Blairon (RTA)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conclusions des trois séminaires exploratoires : Geneviève Bazier (Direction Études et Stratégies, ONE) Jean Blairon (RTA)"— Transcription de la présentation:

1 Conclusions des trois séminaires exploratoires : Geneviève Bazier (Direction Études et Stratégies, ONE) Jean Blairon (RTA)

2 Article 183. Un débat public est mené sous la forme d« États généraux de la petite enfance» organisés au cours du premier semestre 2012 et sur base d'une enquête réalisée auprès des usagers, voire des usagers potentiels en fonction des moyens disponibles, après concertation avec le Gouvernement et le Conseil d'avis, dans le courant du quatrième trimestre (Contrat de gestion de l'ONE)

3 Les États généraux de la petite enfance, dans leur phase préparatoire, se sont appuyés sur différents éléments : recherches recommandations en matière de réduction des inégalités sociales 10è anniversaire du conseil davis réflexions internes à lONE

4 Trois séminaires exploratoires : Comment promouvoir le développement de lenfant comme Sujet:... en tenant compte de la diversité sociale des familles (= lenfant au cœur de nos missions)... en favorisant les relations entre les services et les familles (= réalités des familles)... en optimalisant les relations avec les partenaires (= partenariats)

5 Une démarche participative, une méthodologie de laction (RTA) L'organisation de « séminaires » comme processus d'écoute et d'exploration À partir d'un questionnement ouvert et d'une mise en scène de pratiques

6 Problématisation générale La thématique du Sujet et ses conséquences dans la compréhension des missions de l'Office Les trois conditions pour être une « institution du Sujet » Quel « texte » pour dire et se dire ?

7 Recommandation 1 Les trois orientations structurantes pour le prochain contrat de gestion peuvent se définir comme suit : chercher à corriger activement les inégalités de situations et de chances ; promouvoir la diversité et la mixité sociale et culturelle ; promouvoir la liberté du Sujet en limitant notamment la « logique utilitariste » dans la dimension éducative et en faisant alliance avec tous les partenaires pouvant partager cette orientation.

8 Recommandation 2 Il peut être facilitateur, pour poursuivre ces visées, de concevoir et d'exprimer l'action de l'Office dans le langage de la Convention Internationale des Droits de l'Enfant (CIDE), ce qui implique notamment : de centrer l'action sur le lien entre l'enfant et la famille, de clarifier l'ambiguïté pratique qui peut traverser la prise en compte des besoins de l'enfant, notamment à travers la confusion entre l'aide et le contrôle de renforcer l'action de l'Office et de ses agents en référant les pratiques des intervenants au texte de la CIDE, c'est-à-dire au droit de l'enfant à être considéré comme un Sujet.

9 Comment mieux corriger les inégalités de fait ? Le constat d'un déséquilibre. Quel scénario pour le corriger ? Un peu moins d'universel et un peu plus de correction ? Faire le plus possible de l'un dans les limites de l'autre, ce qui implique la définition d'un « principe de limitation »

10 Tableau croisé : Logique « universelle » indifférenciée 12 Logique de « préfiguration »Logique de « co-construction » 34 Logique de régulation différenciée

11 Recommandation 3 Pour corriger activement les inégalités de fait, il ne semble pas opérant d'opposer le caractère universel des missions de l'office à la prise en compte de la diversité sociale. Il faut faire « le plus de l'un dans les limites de l'autre ». Recommandation 4 Il est dès lors important de définir les composantes du « principe de limitation » qui permettra de prendre en compte la diversité sociale des familles.

12 Quelle option pratique pour une correction des inégalités de fait ? Privilégier et renforcer une posture professionnelle qui part des ressources telles qu'elles sont, qui évite le jugement, qui co-construit à partir du giron familial Soutenir des formes hybrides et décloisonnées En trouvant une forme de soutien qui ne dénaturera pas l'action

13 Recommandation 5 Pratiquement, une posture professionnelle particulière doit être privilégiée et renforcée Recommandation 6 Le renforcement de cette posture n'est pas suffisant. Une réponse active aux inégalités requiert aussi le soutien à des formes d'actions hybrides qui articulent, dans une construction progressive, au rythme des demandes, de l'accompagnement à l'accueil ou inversement. Recommandation 7 Ce soutien ne doit pas imposer des normes incompatibles avec les pratiques visées.

14 Le travail en réseau : un moyen pour favoriser la diversité et la mixité L'importance du « et » : Le scénario de l'intégration Le scénario des complémentarités et des connexions - distinguer les réseaux centrés sur les bénéficiaires, les pratiques des professionnels et la transformation de l'environnement ; - identifier des soutiens à apporter à certains types de réseaux ;

15 Recommandation 8 LOffice doit favoriser conjointement la diversité et la mixité sociale et culturelle. Pour cela, la voie à suivre semble être la poursuite et l'articulation de deux logiques : une action intégrée à travers une centralisation des services dans un même lieu ; une action de facilitation des complémentarités et des connexions entre services. Le travail en réseau est une des voies qui permettent d'atteindre cette finalité. Il faut donc reconnaître l'importance de son rôle.

16 Recommandation 9 Encore faut-il aider les agents à distinguer les formes de réseaux appropriées, à connaître leurs lois constitutives et à instituer la légitimité de ce travail (par exemple dans les descriptions de fonction). Il faudra progresser aussi dans la définition des rôles que les agents de l'Office peuvent/doivent jouer dans l'activation, la mobilisation ou le pilotage de réseaux, notamment en liaison avec les pouvoirs locaux.

17 Renforcer la liberté du sujet La thématique du Sujet ne concerne pas seulement l'individu. La production d'une « société du Sujet » pose plusieurs questions à l'Office : la place laissée à l'innovation et à l'expérimentation la place faite à l'action désintéressée les relations entre tous ceux qui produisent le « capital culturel » la base des partenariats avec les mouvements les conditions des partenariats avec les autres pouvoirs publics

18 Recommandation 10 L'Office doit promouvoir une politique d'innovation en s'appuyant sur les initiatives novatrices, sur leur évaluation et sur la reconnaissance de l'expertise de leurs initiateurs. Recommandation 11 L'Office doit mieux prendre la mesure de la diversité des profils et des aspirations de ses volontaires.

19 Recommandation 12 Le partenariat avec le monde associatif (éducation permanente, jeunesse, enfance, troisième âge,...) et les pouvoirs locaux doit être poursuivi et intensifié dans le respect réciproque des valeurs, des finalités et des moyens. La charte associative peut constituer un cadre pour cette recherche commune. Recommandation 13 La construction de protocoles avec d'autres secteurs doit être poursuivie.

20 Renforcer la politique dévaluation, de formation et de recherche La recherche comme appui à la mise en œuvre des orientations 4 priorités en matière de formation « D'une évaluation en miettes à une évaluation en actes » (J.Ardoino)

21 Recommandation 14 Ces orientations doivent être soutenues par une politique de formation, de recherche et d'évaluation appropriée ; les séminaires en ont clairement esquissé les contours.

22 « Demain ne sera pas comme hier. Il sera nouveau et il dépendra de nous. Il est moins à découvrir qu'à inventer. » Gaston Berger « Le moment présent est la piste désignée à tout nouveau départ. » Louis-Marie Parent


Télécharger ppt "Conclusions des trois séminaires exploratoires : Geneviève Bazier (Direction Études et Stratégies, ONE) Jean Blairon (RTA)"

Présentations similaires


Annonces Google