La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 4 : Accumulation du capital, progrès technique et croissance.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 4 : Accumulation du capital, progrès technique et croissance."— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 4 : Accumulation du capital, progrès technique et croissance

2 Introduction Les relations entre investissement (accumulation du capital) et croissance. Les relations entre le progrès technique et la croissance. Remarques : - Les innovations et le progrès technique ont besoin des investissements pour être mis en place. - les relations peuvent être réciproques.

3 Investissement au sens courant = achats et placements dans le but de générer des revenus futurs. Investissements financiers = épargne / placement. Investissements au sens économique = achat de biens et services de production. Augmentation du capital. - Capital physique, humain, environnemental

4 I) Les formes des investissements et leurs financement Rappel : Investissement éco

5 A. Les différentes formes de linvestissement. La FBCF : doc1p50

6 Doc2p50 / Doc3p51 Investissement de remplacement de capacité de productivité

7 Quelles motivations ? Moyenne (2)2010 (3) Renouvellement déquipement2628 Modernisation, rationalisation2423 Extension de la capacité de production Introduction de nouveaux produits Autres (1)2021 Total100 (1) Autres : Sécurité, environnement, condition de travail, etc... (2) Constatée (3) Prévue

8 Doc4p51 / Document2 Investissement matériel immatériel

9 Doc5p51 Investissement privé public

10 Investissement par secteur institutionnel, source : INSEE, en 2009

11 Les nouveaux investissements Document 3 : Importance relative des investissements en valeurs Part dans linvestissement total (en %) Total TIC dont 9,310,312,213,017,8 Matériels informatiques 2,92,83,93,7 Logiciels1,82,53,84,78,1 Matériels de communication 4,65,04,54,66,0 Champ : ensemble de léconomie. Source : INSEE Économie et statistique n° Économie et statistique n° calculs des auteurs à partir des évaluations de Comptabilité nationale.

12 B. Les financements nécessaires aux investissements. Rappel :les comptes simplifiés des entreprises Compte de production : quest ce que lentreprise produit ? VA = Production – Consommations intermédiaires Compte dexploitation : Quest ce que lentreprise gagne ? EBE = VA – salaires – impôts sur la production Compte de revenu : Que fait lentreprise de son profit? EB = EBE – intérêt – dividendes – impôts sur les bénéf.

13 Rappel :les comptes (très) simplifiés des entreprises Compte de capital : que fait lentreprise de son épargne? Besoin/capacité de financement = EB - FBCF

14 La santé financière des entreprises françaises Arnaud Parienty, Alternatives Economiques n°262 – Octobre 2007

15 Les sources de financement Interne Autofinancement (épargne brute) Externe indirect (par les banques) direct (directement sur les marchés financiers) Financement Besoin de financement

16 La mesure et lévolution des modes de financement des entreprises Taux dinvestissement = mesure leffort dinvestissement des entreprises Taux de marge = mesure limportance du profit des entreprises Taux dépargne = mesure limportance de lépargne dégagé par les entreprises Taux dautofinancement = part de la FBCF financée par lépargne des entreprises.

17 Document9p53 Q1 : répondre à la question du manuel Q2 : calculer le taux dautofinancement et répondre à la question Q3 : calculer la part du financement externe direct par rapport au total en 1980 et en 2000 Q4 : manuel

18 II. Pourquoi investir ? Les déterminants de linvestissement. A) Le rôle de la demande anticipée -Demande globale = CF + FBCF + X – M -Demande anticipée / climat des affaires -Leffet accélérateur

19

20 Les variations de la consommation et de linvestissement en France : INSEE, Comptes nationaux, 2010

21 Évolution de la FBCF en volume en % (prix de l'année précédente, chaînés, base 2000) D'après Comptes nationaux annuels - FBCF et stocks et Séries longues en volume (prix de l'année précédente chaînés, base 2000)Comptes nationaux annuels - FBCF et stocks Séries longues en volume (prix de l'année précédente chaînés, base 2000) Évolution de la FBCF en volume en % (prix de l'année précédente, chaînés, base 2000 D'après Comptes nationaux annuels - FBCF et stocks et Séries longues en volume (prix de l'année précédente chaînés, base 2000)Comptes nationaux annuels - FBCF et stocksSéries longues en volume (prix de l'année précédente chaînés, base 2000)

22 Investissement et valeur ajoutée des ENF* glissements annuels en %, au prix de l'année précédente chaînés

23 Des indicateurs de la conjoncture économique de linsee : derniers résultats En septembre 2011, les commandes dans l'industrie diminuent nettement (-3,1 %) Au mois de septembre 2011, les commandes diminuent nettement (-3,1 %) dans lindustrie hors matériels de transport (mais y compris automobile 1 ). Elles étaient en hausse en août (+0,8 %). Les commandes à lexportation diminuent également (-2,7 %). En septembre 2011, la production manufacturière diminue nettement (-1,6 %) Au mois de septembre 2011, la production de lindustrie manufacturière diminue nettement en volume par rapport à août 2011 (-1,6 %). Elle avait augmenté au mois daoût 2011 (+0,6 %). La production de lensemble de lindustrie est également en baisse en septembre (-1,7 %), ainsi que la construction (-5,8 %).

24 Indicateur synthétique du climat des affaires Industrie manufacturière Selon les chefs d'entreprise interrogés en octobre 2011, la conjoncture industrielle sest légèrement dégradée : l'indicateur synthétique du climat des affaires se replie de deux points par rapport à septembre, après une baisse de six points entre juillet et septembre. Il se situe en dessous de sa moyenne de longue période.

25 Taux de variation annuel de l'investissement en valeur dans l'industrie manufacturière

26 II) Pourquoi investir ? B) La rentabilité des entreprises « Les profits daujourdhui sont les investissements de demain et les emplois daprès demain » Helmut Schmidt chancelier allemand 1974 à ) Les entreprises financent leurs investissements grâce à leurs profits

27 Rappel : Excédent net dexploitation (ENE) = profit de lentreprise (après amortissement) Taux de marge = (EBE / VA)*100 = rentabilité de la production dune entreprise. Taux de rentabilité économique= rentabilité du capital des entreprises Taux de rentabilité = (ENE / K) * 100 Taux de rentabilité économique = (ENE / Capital total ) * 100 Taux de rentabilité financière = (ENE – intérêts versés / Capitaux propres) *100 2) Les investissements sont réalisés pour faire plus de profits demain

28 Fonds propres : Epargne de lentreprise Émission des actions Emprunts: Emission des obligations Emprunts bancaires Investissements Achat des moyens de production ENE Le but des prêteurs = rentabilité économique de lentreprise => capacité à payer les intérêts et le capital emprunté. Le but des propriétaires = maximiser la rentabilité des fonds propres (rentabilité financière). Rémunération des propriétaires ENE – Intérêts versés Rémunération des prêteurs Intérêts versés Financement Réalisation des profits

29 Taux de marge et taux d'investissement des sociétés non financières (en %) D'après Comptes nationaux annuels - Base EconomieComptes nationaux annuels - Base Economie Le taux de marge et le taux d'investissement

30 Taux d'investissement et d'endettement en % de la valeur ajoutée nominale Prévision au-delà du pointillé * Entreprises non financières (ENF) = sociétés non financières (SNF) + entreprises individuelles (EI). ** La dette comprend les crédits des institutions financières et les titres de créances. Sources : Insee, comptes trimestriels et Banque de France, comptes financiers trimestriels et annuels rétropolés avant Note de conjoncture - Investissement des entreprises et stocks - mars 2010

31 C. Les effets du taux dintérêt Exercice sur polycopié Taux dintérêt = (intérêts reçus / montant emprunter) *100 => coût pour lentreprise Taux de rentabilité = (profit perçu / montant investi)*100 => bénéfice pour lentreprise

32 Taux dintérêt nominal et taux dintérêt réel Taux dintérêt nominal annuel = (intérêts annuels reçus / montant emprunté) *100 Taux dintérêt réel (calcul approximatif) = Taux dintérêt nominal – Taux dinflation Intérêts annuels versés = (Montant emprunté * Taux dintérêt) /100 Lorsque le niveau des prix augmente, la valeur du capital emprunté diminue au profit de lemprunteur et au dépend du prêteur. Linflation allège la valeur réelle de lendettement. Si le taux dintérêt est inférieur à linflation, le prêteur perd du pouvoir dachat. Taux dintérêt réel = coût réel de lemprunt, après avoir pris en compte le taux dintérêt nominal (+) et la lallègement de lendettement lié à linflation (-).

33 Hausse du taux dintérêt Hausse des intérêts des placements Les agents qui ont de lépargne préfèrent placer plutôt quinvestir. Hausse des intérêts des emprunts Les agents qui ont des besoins de financement préfèrent éviter demprunter plutôt quinvestir. …. des investissements

34 Soit une firme projetant plusieurs investissements classés selon leur taux de rentabilité par ordre décroissant. Dans la schématisation graphique, la base correspondant à chaque projet est variable comme l'est le montant investi selon les projets.

35 Taux dintérêt réel, taux dintérêt nominal Période annuelle Taux dinflation (annuel) Valeur du capital emprunté en euros courrant Valeur du capital emprunté en euros constant Taux dintérêt nominal (annuel) n°1 Taux dintérêt réel (annuel) n°1 Taux dintérêt nominal (annuel) n°2 Taux dintérêt réel (annuel) n° % %-9,1%15%4,5% 210% %-9,1%15%4,5% 35% %15% 4-5% %15%

36 Relation entre taux de croissance de l investissement et taux d'int é rêt r é el en France

37 D. Les effets contradictoires du coût du travail Coût du travail = salaire net + cotisations sociales

38 La hausse du coût du travail a des effets contradictoires sur linvestissement des entreprises manuel p58/59: -la substitution des facteurs : si le coût du travail augmente => les entreprises remplacent les travailleurs par du capital => Hausse de linvestissement de productivité. -la diminution des profits => diminution de lépargne => diminution du financement des investissements. la diminution des profits => diminution de la rentabilité des investissements => baisse de linvestissement.

39 - Hausse du revenu des salariés permet à ces derniers daugmenter leur consommation et donc la demande adressée aux entreprises => Hausse de la production => Les capacités de production deviennent insuffisants => Hausse des investissements de capacité.

40 Hausse du coût du travail Baisse du profit des firmes Baisse de linvestissement Effets contradictoires sur linvestissement Substitution du capital au travail Hausse des investissements de productivité Hausse de la consommation des salariés Hausse des investissements de capacité + +-

41 Les déterminants de linvestissement Du coté de loffre = « santé » des entreprises Taux dintérêt Coût du travail Rentabilité Demande globale Du coté de la demande = débouchés des entreprises Investissement

42 III) Les effets de linvestissement sur la croissance A)Les investissements font partie de la demande adressée aux entreprises Doc 24 p 60 :

43 Ne pas confondre La contribution des facteurs de production (doc2p26) avec la contribution de la demande ! Les facteurs de production et la productivité Coté de loffre = la capacité à produire Le niveau de la production La demande globale (CF + FBCF + X –M) Coté de la demande = les débouchés

44 Le multiplicateur keynésien : mécanisme économique qui montre quune faible augmentation de linvestissement peut engendrer une augmentation démultipliée de la demande et de la production.

45 Les hypothèses du modèle simplifié : - Léconomie est fermée sur elle-même (pas dexportation ni dimportation) -La production génère des revenus intégralement distribués aux ménages (salaires et revenus de la propriété) -Les ménages consomment une proportion fixe de leur revenu = 80% (la « propension à consommer » = 0,8) C = 0,8 * Revenus Le reste est épargné par les ménages : E = 0,2 * Revenus -La deuxième composante de la demande est linvestissement total (I) Production = Demande Production = C + I

46 Investissement public supplémentaire (plan de relance) Hausse de la demande (débouchés des entreprises) Hausse de la production des entreprises Hausse des revenus des ménages Hausse de la consommation des ménages (propension à consommer =0,8) Epargne = fuite (propension à épargner = 0,2)

47 IV) Progrès technique et croissance

48 A) Définition et formes du progrès technique. Progrès technique Innovation et invention Innovation de produit, de procédé, dorganisation Innovation majeure / innovation mineure Grappe dinnovation

49 B) Les sources de linnovation Entrepreneurs Etat Capital humain Les investissements (immatériels => RD / matériels) Les sources de financement

50

51 Les sources de financement des projets innovants (en %) Champ : Entreprises technologiquement innovantes dans l'industrie manufacturi è re de plus de 20 salari é s Note : Les apports en capitaux propres d é signent principalement les fonds apport é s par des actionnaires Source : Donn é es SESSI 2001, Cahiers fran ç ais, n°323, 2004

52 C) Innovation et croissance

53 Types d'innovations ou de combinaison d'innovations Ecarts de performances en termes de parts de marché (*) Ecarts de performances en termes de valeur ajoutée Innovations de produit et procédé 5,45,2 Innovations de produit seulement 3,42,8 Innovations de procédé seulement 3,11.9 Innovations dans l'organisation seulement 3,3- Aucune innovation 00 É carts d' é volutions annuelles des performances, de 2002 à 2006, entre soci é t é s innovantes et non innovantes dans l'industrie de haute technologie (en points de pourcentage) (*) La part de march é d'une soci é t é est la proportion que son chiffre d'affaires repr é sente dans le chiffre d'affaires de son secteur d'activit é. Champ : soci é t é s de 10 salari é s ou plus, de l'industrie de haute technologie. Lecture : dans l'industrie de haute technologie, les soci é t é s ayant r é alis é, entre 2002 et 2006, une combinaison d'innovations de produit et de proc é d é, ont r é alis é un taux de croissance annuel moyen de leurs parts de march é de 5,4 points sup é rieur à celui des soci é t é s n'ayant pas innov é. Source : Sessi, in INSEE Premi è re, n°1256, septembre 2009

54 1) Innovation et destruction créatrice (31p64) 2) Grappes dinnovations et cycles longs (32p65) 3) Innovation progrès technique et gains de productivité (34p66)

55 Gains de productivité et croissance Gains de productivité Hausse des salaires (1) Hausse des profits (3) Hausse de la VA (= revenus) Réduction du temps de travail Hausse de la demande globale c onsommation (1), dépenses publiques (2), investissements (3), exportations (4) Baisse des coûts de production et des prix Hausse de la compétitivité-prix (4) Hausse des PO (2) Croissance économique

56 Progrès technique Innovation de produit Innovation de procédé Innovation dorganisation Gains de productivité Nouvelles activités et nouvelle demande Hausse des profits Hausse des salaires Baisse des coûts et des prix Hausse des Investissements Hausse de la demande globale Hausse de la consommation Hausse des exportations Contexte favorable aux innovations : Investissements immatériels, recherche publique, capital humain, ressources financières... Croissance économique Qualité de produits, nouveaux produits... Hausse PO Interventions de lEtat Hausse de la VA

57 Théorie de la croissance traditionnelle / théorie de la croissance endogène


Télécharger ppt "Chapitre 4 : Accumulation du capital, progrès technique et croissance."

Présentations similaires


Annonces Google