La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Riletture – Locchio di Frans Hals Bozza per il quarto incontro: Kantorowicz.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Riletture – Locchio di Frans Hals Bozza per il quarto incontro: Kantorowicz."— Transcription de la présentation:

1 Riletture – Locchio di Frans Hals Bozza per il quarto incontro: Kantorowicz

2 Ernst Kantorowicz Da Wikipedia, l'enciclopedia libera. Ernst Hartwig Kantorowicz (Poznań, 3 maggio 1895 – Princeton, 9 settembre 1963) è stato uno storico tedesco di origini ebraiche. È l'autore di un monumentale saggio sull'imperatore Federico II (pubblicato nel 1927), in cui l'entusiasmo per la figura dello svevo prende la mano dello storico, e l'opera, dall'ambito della biografia scientifica nel vero senso del termine, trascende nei toni dell'eulogia apologetica [1].Poznań3 maggio 1895Princeton9 settembre1963 storicotedescoebraicheFederico IIeulogiaapologetica [1]

3 Politicamente vicino a posizioni nazionaliste, Kantorowicz fu tra gli studenti che si arruolarono volontari nella prima guerra mondiale e, alla fine del conflitto, si unisce alle formazioni dei Freikorps della ultra-destra e combatté con loro in Grande Polonia (contro i polacchi) (Sollevazione della Grande Polonia) e Baviera (contro i comunisti).prima guerra mondialeFreikorpsGrande PoloniaSollevazione della Grande Polonia Baviera

4 Nel 1939 Kantorowicz emigrò negli Stati Uniti, dove ottenne la cattedra di storia medievale presso l'università di Berkeley.1939Stati Unitistoria medievaleuniversità di Berkeley Nel 1949, in seguito alla forte ondata anticomunista che investì gli Stati Uniti nel secondo dopoguerra, l'amministrazione universitaria richiese a tutti i docenti prestare un giuramento di personale anticomunismo. Kantorowicz si rifiutò di sottoscrivere la dichiarazione e, con altri 21 professori, fu licenziato dalla facoltà.1949forte ondata anticomunistasecondo dopoguerraanticomunismofacoltà Tuttavia, grazie al sostegno del fisico ebreo Robert Oppenheimer, nel 1951 ottenne una cattedra al prestigioso Institute for Advanced Study di Princeton (New Jersey), dove sarebbe restato fino alla morte.Robert Oppenheimer1951 Institute for Advanced StudyPrincetonNew Jersey

5 La sua opera continua a essere al centro dell'analisi contemporanea, specie per quanto riguarda i modi di manifestarsi dell'autorità, con diversi esiti critici, tra i quali l'iconocrazia. Inoltre, l'apporto di Ernst Kantorowicz rimane fondamentale per la spiegazione della genesi dello Stato moderno.autoritàiconocrazia

6 Ernst Kantorowicz rimane famoso nell'ambito delle scienze politiche non soltanto per la sua teoria sulla dualità del corpo del Re, ma anche sulla spiegazione - essenzialmente giuridica - dei "Misteri del Re". In effetti, Kantorowicz distingue due corpi del Re: Un corpo naturale, soggetto alla morte Un corpo mistico, innaturale, che non può morire La spiegazione di questa importante distinzione risiede nella necessità di tramandare il potere. In effetti, dopo la morte, il potere non viene ceduto direttamente al successore dinastico, in quanto il potere di quest'ultimo sarà legittimo soltanto all'incoronazione - uno dei principali simboli della drammaturgia politica. Per garantire la continuità del potere, quindi, il corpo mistico del Re non morirebbe mai.

7 Come lo considera la voce inglese? Kantorowicz was born in Posen (Polish: Poznań, then in Prussia) to a wealthy, assimilated German-Jewish family and as a young man was groomed to take over the family business (primarily liquor distilleries). He served as an Officer in the German Army for four years in World War I, he decided not to return to the business world, but went instead to study philosophy at the University of Berlin, at one point also joining a right-wing militia that fought against Polish forces in the Greater Poland Uprising ( ) and helped put down the Spartacist uprising in Berlin. [1] The following year, he moved to the prestigious University of Heidelberg to study history with Karl Hampe and Friedrich Baethgen, two noted medievalists. While in Heidelberg, Kantorowicz became involved with the so-called Georgekreis, a group of artists and intellectuals devoted to the German poet and aesthete Stefan George and who shared an interest in art, literature and Romantic mysticism.PosenPoznańPrussiaGerman ArmyWorld War IUniversity of Berlinright-wing militiaGreater Poland Uprising ( )Spartacist uprising [1]University of HeidelbergKarl HampeFriedrich BaethgenGeorgekreisaestheteStefan GeorgeRomantic

8 His association with the elitist and culturally conservative Georgekreis inspired Kantorowicz's unorthodox, aesthetic-cultural biography of the great Holy Roman emperor Frederick II published in German in 1927 and English in [2] Instead of offering a more typical treatment of laws, institutions and important political achievements, the book took a decidedly poetic turn, portraying Frederick as an idealized spiritual, as much as political, leader of the German nation. The work elicited a combination of bewilderment and criticism from the mainstream historical academy. Reviewers complained that it was literary mythmaking and not a work of serious historical scholarship. As a result, Kantorowicz published a hefty companion volume (Ergänzungsband) in 1931 which contained detailed historical documentation for the biography.Frederick II [2]

9 Despite the furor over the Frederick book, Kantorowicz received an appointment to an academic chair at the University of Frankfurt. In 1933, Kantorowicz had to resign his university position due to Nazi racial policies. Upon leaving, he took up a teaching position for a short time at Oxford before moving to the University of California, Berkeley in After a controversy prompted by his reaction to McCarthyism (he refused to take a loyalty oath required of all UC employees), he moved to the Institute for Advanced Study in Princeton. Not long after arriving in Princeton, he published his masterpiece, The King's Two Bodies (1957), which explored, in the words of the volume's subtitle, "medieval political theology." In particular, the book traced the ways theologians, historians and canonists in the Middle Ages and early modern period understood the office and person of the king, as well as the idea of the kingdom, in corporeal and organological terms. The figure of the European monarch was a unique product of religious and legal traditions that eventually produced the notion of a "king" as simultaneously a person and an embodiment of the community of the realm. The book remains a classic in the field.University of FrankfurtUniversity of California, BerkeleyMcCarthyism Institute for Advanced StudyPrinceton

10 Kantorowicz was the subject of a controversial biographical sketch in the book Inventing the Middle Ages (1991) by the late Canadian medievalist, Norman F. Cantor. Cantor, who knew Kantorowicz at Princeton, suggested that, but for his Jewish heritage, Kantorowicz (at least as a young scholar in the 1920s and 1930s) could be considered a Nazi in terms of his intellectual temperament and cultural values. Cantor compared Kantorowicz with another contemporary German medievalist, Percy Ernst Schramm, who worked on similar topics and was a member of the Nazi Party. Kantorowicz's defenders (particularly his student Robert L. Benson) [3] responded that although as a younger man Kantorowicz embraced the Romantic ultranationalism of the George-Kreis, he had only disdain for Nazism and was a vocal critic of Hitler's regime.Norman F. CantorPercy Ernst Schramm [3]

11 Ernst Hartwig Kantorowicz (Posen, aujourd'hui Poznań, le 3 mai Princeton, le 9 septembre 1963) est un historien allemand naturalisé américain, spécialisé dans l'étude des idées politiques médiévales et de la sacralisation du pouvoir royal. Son ouvrage majeur, Les deux corps du roi (1957), est devenu un classique de l'histoire de l'État.Poznań3 mai1895Princeton9septembre1963historienidées politiquesmédiévalesroyalÉtat

12 D'origine juive mais probablement athée, c'était un conservateur proche des nationalistes allemands dans les années Refusant de signer un serment d'allégeance au nazisme, il émigra aux États-Unis en Enseignant d'abord à Berkeley, il démissionna sous le maccarthysme en refusant à nouveau de signer, au nom de la liberté de l'enseignement, un serment de loyauté, puis travailla à Princeton, où il rédigea Les Deux corps du roi. Une étude de la théologie politique médiévale.juiveathéeconservateurannées 1920nazismeÉtats-Unis1938Berkeley maccarthysmePrincetonLes Deux corps du roi. Une étude de la théologie politique médiévale

13 Après la capitulation allemande, il entame ensuite des études de philosophie à Berlin, et s'engage dans les corps francs, dans un groupe d'anciens combattants nationalistes qui participe à l'écrasement de l'insurrection spartakiste. Il est à nouveau blessé pendant ces combats 1.philosophieBerlincorps francsinsurrection spartakiste 1

14 Son premier ouvrage, une biographie de l'empereur Frédéric II Hohenstaufen, est publié en Jugée trop littéraire par les universitaires de l'époque, elle fut attaquée notamment par Albert Brackmann, professeur de l'université de Berlin lors d'une conférence intitulée « L'Empereur Frédéric II sous un regard mythique ». Les historiens contemporains contestaient en effet son usage des sources, considérées comme insuffisamment fiables: dépeignant un tableau de Frédéric II, il faisait en effet appel à des panégyriques, des prophéties, des anecdotes et des rumeurs pour dresser ce portrait mi-historique, mi-mythique, de l'empereur 2. Par ailleurs, il n'avait omis d'inclure un appareil de sources à son livre, erreur qu'il répara après-guerre sans toutefois répondre à toutes les critiques 1.Frédéric II Hohenstaufen panégyriquesprophétiesrumeurs 2 1

15 Très appréciée des nazis 1, en particulier d'Hitler qui déclarait l'avoir lu et relu, cette biographie fut offerte par Göring à Mussolini. L'amiral Canaris, en guise de dernière volonté, avait demandé un exemplaire du Frédéric II avant son exécution pour complicité dans l'attentat du "21-Juillet". Après guerre, Kantorowicz, qui avait vu sa mère Clara et sa cousine Gertrud (traductrice en allemand de Bergson et amie de Simmel) déportées par les nazis, était le premier à regretter que son ouvrage puisse avoir été non seulement apprécié par Hitler mais aussi utilisé à des fins politiques. Cela le conduisit à renier ce livre dont il n'aimait guère parler.nazis 1HitlerGöringMussoliniBergson Simmeldéportées

16 Lui, l'historien profondément attaché à l'Allemagne au point d'écrire la biographie d'un chef d'État symbole de la patrie allemande, non exempt de préjugés xénophobes contre les Slaves et les Polonais, certes courants à l'époque 1, ne pouvait imaginer être inquiété pour ses origines juives.xénophobesSlavesPolonais 1 Selon son biographe Alain Boureau, il faut attendre 1933 pour qu'Ernst Kantorowicz prenne conscience du caractère foncièrement antisémite du nazisme. Lorsqu'il doit quitter son poste, il rédige une lettre où il assure être un fervent partisan de la « révolution nationale » :antisémite « Malgré mon ascendance juive, (...) il me semblait que je n'aurais pas besoin de garanties pour attester de mes sentiments en faveur d'une Allemagne réorientée dans un sens national ; il me semblait que mon attitude fondamentalement enthousiaste envers un Reich dirigé en un sens national, allait bien au-delà de l'attitude commune. » « Ce texte, commente A. Boureau, met mal à l'aise le lecteur : en 1933 Kantorowicz partage le vocabulaire de ceux qui l'excluent. L'historien apparaît ici comme un réactionnaire nationaliste que seule sa judéité rejette malgré lui de la dérive nazie 5. 5

17 E. Kantorowicz est un personnage idéal pour pénétrer le monde de l'intelligentsia et des milieux nationalistes allemands de l'entre- deux guerres. L'historien peut, à ce titre, être rattaché au courant dit de la « révolution conservatrice »révolution conservatrice

18 C'est là qu'il publie son livre le plus connu, Les Deux Corps du roi, sous-titré une « étude de la théologie politique médiévale » (1957), qui est aujourd'hui presqu'aussi souvent cité que La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II de Braudel 1. En se focalisant sur l'étude des Tudor, Kantorowicz y montre comment les historiens, théologiens et canonistes du Moyen Âge concevaient et construisaient la personne et la charge royales ; le roi possède un corps terrestre, tout en incarnant le corps politique, la communauté constituée par le royaume. Cette double nature, humaine et souveraine du « corps du roi », explique l'adage « Le Roi est mort, vive le Roi ! », le corps du souverain ne pouvant précisément mourir.théologie politique souvent citéLa Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe IIBraudel 1TudorthéologienscanonistessouveraineLe Roi est mort, vive le Roi !

19 Cet ouvrage, qui trouve son origine dans une conversation avec le juriste américain Max Radin, représentant du legal realism (en) 6, reste aujourd'hui un des classiques de l'histoire médiévale. Le livre fut immédiatement acclamé par la critique universitaire, en particulier par William Dunham ou Peter Riesenberg. Dunham le compara ainsi à Domesday Book and Beyond: Three Essays in the Early History of England (1897) de Frederic William Maitland (en), considéré comme l'un des meilleurs livres d'une demi-douzaine en termes d'histoire et de conceptualisation 1, tandis que Riesenberg le qualifiait d'ouvrage d'histoire médiévale le plus intéressant depuis « les dernières générations » 1. Robert Folz parlait d'un « livre magistral » 1, Norman Cantor, qui devint par la suite l'un de ses critiques majeurs, de « la plus importante contribution historique depuis Fritz Kern (de) » 1, etc 1. Dans le Spectator, l'historien Geoffrey Barraclough (en) approuvait vigoureusement le choix du sous- titre, en rupture avec une interprétation sur-rationaliste qui aurait préféré parler de « pensée politique médiévale » 1. Plus tard, Michael Bentley (1997) le comparera, malgré une orientation très différente, aux Rois thaumaturges de Marc Bloch 7.Max Radinlegal realism(en) 6 William DunhamPeter RiesenbergFrederic William Maitland(en) 1histoire médiévale 1Robert Folz 1Norman CantorFritz Kern(de) 1 Spectator Geoffrey Barraclough(en) 1Marc Bloch 7

20 Parmi cette quasi-unanimité, certains cependant regrettaient soit ce qu'ils considéraient comme une œuvre trop conceptuelle et pas assez éclairante quant aux usages juridiques pratiques de la « doctrine des deux corps », tandis que d'autres, à l'inverse de Barraclough, rejetaient le concept de théologie politique, qu'ils considéraient trop proches de Carl Schmitt, juriste nazi 8.Carl Schmitt 8 Malgré cet accueil, Les Deux corps du roi ne devint internationalement célèbre qu'après un certain temps, notamment avec les travaux d'anthropologie culturelle des années 1970 et Publié en 1957, il fut ainsi traduit en espagnol en 1985; en italien et en français en 1989; en allemand en 1990; en polonais et en portugais en anthropologie culturelle 1traduit 1

21 D'une manière générale, les travaux d'Ernst Kantorowicz ont représenté une contribution majeure à la compréhension de la genèse de l'État moderne, en particulier dans ses fondements symboliques. Aux États- Unis, Ernst Kantorowicz faisait partie de ceux que l'on a appelé les « cérémonialistes américains » se proposant d'étudier les symboles du pouvoir dans les monarchies anglaise et française à l'époque moderne. On peut citer son ami et historien de l'art Erwin Panofsky qui a offert à Kantorowicz une approche iconographique de la théorie des « deux corps » mais aussi deux de ses disciples, Ralph Giesey et Richard A. Jackson, celui-là étant auteur de Le roi ne meurt jamais, celui-ci auteur de l'ouvrage sur les acclamations royales, Vivat rex.Erwin PanofskyiconographiqueRalph GieseyRichard A. Jackson

22 Kantorowicz ayant le goût du mystère, le conserva jusqu'au bout. À sa mort, il demande à être incinéré, ses cendres devant être dispersées dans la mer Caraïbe et ses documents personnels brûlés. Celui qui s'intéresse à cet historien reste face à une personnalité complexe aux prises avec l'histoire mouvementée du début du XX e siècle. Robert Folz, médiéviste français, fut un des historiens ayant fait connaitre Kantorowicz en France.Robert Folz Bien après sa mort, sa mémoire continue d'être attaquée notamment par l'historien américain controversé Norman F. Cantor qui l'associait à Percy E. Schramm sous l'expression de « jumeaux nazis » (nazi twins) dans son ouvrage Inventing the Middle Ages (1991). Cantor considérait que ces deux historiens étaient proches de par leur formation issue du courant Geistesgeschichte (en) (« histoire de l'esprit », associé à Dilthey), bien que Schramm ait été proche de l'école d'histoire de l'art d'Aby Warburg tandis que Kantorowicz était proche du cercle de Stefan George 9Norman F. CantorPercy E. SchrammGeistesgeschichte(en)DiltheyAby Warburg 9

23 L'historien Patrick Boucheron (2006) écrit ainsi:Patrick Boucheron « Parce qu'il est naturellement un homme mortel, le roi souffre, doute, se trompe parfois : il n'est ni infaillible, ni intouchable, et en aucune manière l'ombre de Dieu sur Terre comme le souverain peut l'être en régime théocratique. Mais dans ce corps mortel du roi vient se loger le corps immortel du royaume que le roi transmet à son successeur 2. »théocratique 2

24 La conception britannique de ce double corps du roi, analogue à certaines théories christologiques, peut conduire à une opposition interne à celui-ci: ainsi, le Roi peut s'opposer au roi. En particulier, le Roi en son conseil, c'est-à-dire le Parlement, peut prétendre s'opposer au roi, en parlant pour le Roi lui-même. Cette interprétation spécifique à la Grande-Bretagne la distingue des versions absolutistes en vigueur sur le continent. christologiquesRoi en son conseilGrande-Bretagne absolutistes

25 L'étude peut être conçue, « entre autres », comme une tentative de comprendre et de démontrer comment « certains axiomes d'une théologie politique qui mutatis mutandis devaient demeurer valides jusqu'au XX e siècle ont commencé à se développer durant le Bas Moyen Âge » 3. Immédiatement après, Kantorowicz précisait, dans une allusion transparente à l'Allemagne nazie mais aussi à d'autres pays non identifiés, que les « obsessions » modernes, les « dogmes » et « théologismes politiques » du XX e siècle n'avaient cependant pas été le principal sujet du livre ni sa raison d'écriture 3. Sans prétendre élucider « le « mythe de l'État » (Ernst Cassirer) », l'ouvrage voulait cependant apporter sa pierre à cette analyse 3.mutatis mutandisXX e siècleBas Moyen Âge 3Allemagne nazieXX e siècle 3Ernst Cassirer 3

26 S'aventurant dans le champ de l'histoire du droit, Kantorowicz s'excuse de sa non-expertise en ce domaine, tout en déplorant la rareté des sources, en citant par exemple la non-publication contemporaine des ouvrages du jurisconsulte Hugo de Pise (en) 3. Cela l'amène à des considérations relatives aux difficultés matérielles de la recherche, et, étant donné que certaines sources citées n'étaient disponibles que dans une « demi-douzaine de bibliothèques » aux États- Unis, il préconisait aux étudiants de photocopier sans hésitation les différents passages cités 3.histoire du droit Hugo de Pise(en) 3photocopier 3

27 Parmi les professeurs remerciés pour leur éclairage, l'helléniste Harold F. Cherniss (en) interrogé pour ce qui concernait la philosophie antique 3 ; l'historien de l'art Erwin Panofsky 3 ainsi que l'historien de l'art byzantin Kurt Weitzmann; le médiéviste Gaines Post 3, Joseph Strayer (en); l'historien de l'Antiquité et archéologue Andreas Alföldi, et surtout Theodor E. Mommsen (en), neveu du Prix Nobel Mommsen, qui lut le manuscrit entier et discuta ses passages avec l'auteur 3. Leonardo Olschki est aussi remercié pour son apport sur le chapitre concernant Dante 3.Harold F. Cherniss(en)philosophie antique 3 Erwin Panofsky 3art byzantin Kurt WeitzmannGaines Post 3Joseph Strayer(en) Andreas AlföldiTheodor E. Mommsen(en)Prix NobelMommsenauteur 3Leonardo OlschkiDante 3

28 Parmi cette quasi-unanimité, certains cependant regrettaient soit ce qu'ils considéraient comme une œuvre trop conceptuelle et pas assez éclairante quant aux usages juridiques pratiques de la « doctrine des deux corps », tandis que d'autres, à l'inverse de Barraclough, rejetaient le concept de théologie politique, qu'ils considéraient trop proches de Carl Schmitt, juriste nazi 5, célèbre pour sa thèse selon laquelle « Tous les concepts prégnants de la théorie moderne de l'État sont des concepts théologiques sécularisés.Carl Schmitt 5Étatsécularisés

29 Ottone II nella mandorla Représentation d'Othon II dans une mandorle, miniature de l'école de Reicheneau, Aix-la- Chapelle, vers 975. Cette miniature de l'Évangile est commentée par Kantorowicz dans Les Deux Corps du roi, chap. III, §2Othon IImandorle miniature de l'école de Reicheneau, Aix-la- Chapelle

30 …e siamo tornati a Barack:

31 Als Kind zum König schon erwählt, Otto der Zweite Zwanzig zählt, Als ihn des Vaters jähes Ende Rief zu des Reiches Regimente. 5 Da wollte Frankreichs Fürst Lothar Dem jungen königlichen Aar Lothringen reißen aus dem Fang: Doch Otto ihn zum Frieden zwang. Dann zog er kühn und ohne Bangen, 10 Der Gattin Erbe zu erlangen Ins Land Italien, – aber ach, Hier traf ihn schweres Ungemach: In jenen bittern Unglückstagen Ward ihm sein ganzes Heer erschlagen, 15 Mit Mühe Otto selbst entrann. Nicht dreißigjährig starb er dann.

32 ons/1/16/DE-Die_deutschen_Kaiser-Otto_II.- Wikisource.ogg


Télécharger ppt "Riletture – Locchio di Frans Hals Bozza per il quarto incontro: Kantorowicz."

Présentations similaires


Annonces Google