La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Questions à choix multiples Le corrigé Avec explications et commentaires.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Questions à choix multiples Le corrigé Avec explications et commentaires."— Transcription de la présentation:

1 Questions à choix multiples Le corrigé Avec explications et commentaires

2 1. Quelle est la tournure correcte ? a. C 'est de cela dont il s'agit. b. C 'est de cela qu'il s'agit. c. L es deux sont correctes.

3 Le gallicisme c'est... qui, c'est... que s'emploie pour mettre en relief, en le détachant et en le plaçant en tête de la phrase, n'importe quel élément de la pensée, sauf le verbe à un mode personnel. Si le complément mis en vedette est indirect, on doit mettre en tête de la phrase avec lui la préposition qui l'introduit. [M. Grevisse, Le Bon Usage] Pierre parle de Paul à Jean. C'est Pierre qui parle de Paul à Jean. C'est de Paul que Pierre parle à Jean. C'est à Jean que Pierre parle de Paul. Le gallicisme c'est... qui, c'est... que s'emploie pour mettre en relief, en le détachant et en le plaçant en tête de la phrase, n'importe quel élément de la pensée, sauf le verbe à un mode personnel. Si le complément mis en vedette est indirect, on doit mettre en tête de la phrase avec lui la préposition qui l'introduit. [M. Grevisse, Le Bon Usage] Pierre parle de Paul à Jean. C'est Pierre qui parle de Paul à Jean. C'est de Paul que Pierre parle à Jean. C'est à Jean que Pierre parle de Paul. Toutefois on dit aussi, mais rarement aujourd'hui : C'est vous à qui je parle. C'est lui dont je parle. [Grevisse] Toutefois on dit aussi, mais rarement aujourd'hui : C'est vous à qui je parle. C'est lui dont je parle. [Grevisse] La formule C'est de cela dont je parle contient une redondance de la préposition de. La formule C'est de cela dont je parle contient une redondance de la préposition de.

4 2. Un cours d'eau issu d'un lac ou d'un glacier, c'est : a. U n affluent. b. U n effluent. c. U n influent.

5 Affluent, n.m. : Cours d'eau qui se jette dans un autre. Affluent, n.m. : Cours d'eau qui se jette dans un autre. Effluent, n.m. : Cours d'eau issu d'un lac ou d'un glacier. Effluent, n.m. : Cours d'eau issu d'un lac ou d'un glacier. Influent, adj. : Qui a de l'influence, du prestige, du crédit. Influent, adj. : Qui a de l'influence, du prestige, du crédit.

6 3. Un enfant surdoué, cest : a. U n enfant prodigue. b. U n enfant prodige. c. U n enfant prolixe.

7 Prodige : Personne extraordinaire, phénomène. Prodige : Personne extraordinaire, phénomène. Prodigue : Dépensier. Prodigue : Dépensier. Prolixe : Bavard. Prolixe : Bavard.

8 4. Quelle est la tournure correcte ? a. E lle s'est fait avoir. b. E lle s'est faite avoir. c. E lle s'est fait eue.

9 Elle s'est fait avoir. Le pronom s' est C.O.D. du verbe avoir et non du verbe faire. L'accord ne se fait pas. Elle s'est fait avoir. Le pronom s' est C.O.D. du verbe avoir et non du verbe faire. L'accord ne se fait pas. Le participe fait suivi immédiatement d'un infinitif est toujours invariable, parce qu'il fait corps avec l'infinitif et constitue avec lui une périphrase factitive : Les soupçons qu'il a fait naître. [M. Grevisse, Le Bon Usage] Le participe fait suivi immédiatement d'un infinitif est toujours invariable, parce qu'il fait corps avec l'infinitif et constitue avec lui une périphrase factitive : Les soupçons qu'il a fait naître. [M. Grevisse, Le Bon Usage] On peut dire Elle a été eue, mais non Elle s'est fait eue. On peut dire Elle a été eue, mais non Elle s'est fait eue.

10 5. Le jugement que porte un médecin sur la durée, le déroulement et l'issue d'une maladie, c'est : a. U n diagnostic. b. U n pronostic. c. U n pernostic.

11 Diagnostic : Détermination (d'une maladie, d'un état) d'après ses symptômes. Diagnostic : Détermination (d'une maladie, d'un état) d'après ses symptômes. Pronostic : Jugement que porte un médecin, après le diagnostic, sur la durée, le déroulement et l'issue d'une maladie. Pronostic : Jugement que porte un médecin, après le diagnostic, sur la durée, le déroulement et l'issue d'une maladie. Pernostic n'existe pas, sauf, peut-être, pour un patient imbibé de pastis. Pernostic n'existe pas, sauf, peut-être, pour un patient imbibé de pastis.

12 6. Une accoutumance à une substance toxique, c'est : a. U ne servitude. b. U ne sujétion. c. U ne assuétude.

13 Servitude : État de dépendance totale d'une personne ou d'une nation soumise à une autre. Asservissement, soumission, sujétion. Servitude : État de dépendance totale d'une personne ou d'une nation soumise à une autre. Asservissement, soumission, sujétion. Sujétion : Situation d'une personne soumise à une autorité, une domination souveraine. Sujétion : Situation d'une personne soumise à une autorité, une domination souveraine. Assuétude : Accoutumance à une substance toxique. Assuétude médicamenteuse. Dépendance, toxicomanie. Assuétude : Accoutumance à une substance toxique. Assuétude médicamenteuse. Dépendance, toxicomanie.

14 7. Une rupture dans la construction d'une phrase, c'est : a. U ne anacoluthe. b. U n nyctalope. c. U n phlébotome.

15 Anacoluthe : Rupture ou discontinuité dans la construction d'une phrase (ex. « Et pleurés du vieillard, il grava sur leur marbre » [La Fontaine]. Tantôt il est content, ou alors il pleure). Anacoluthe : Rupture ou discontinuité dans la construction d'une phrase (ex. « Et pleurés du vieillard, il grava sur leur marbre » [La Fontaine]. Tantôt il est content, ou alors il pleure). Nyctalope : Personne susceptible de distinguer les objets sous une faible lumière ou pendant la nuit. Adj. La chouette, le hibou, oiseaux nyctalopes. Nyctalope : Personne susceptible de distinguer les objets sous une faible lumière ou pendant la nuit. Adj. La chouette, le hibou, oiseaux nyctalopes. Phlébotome : Méd. Lancette utilisée pour les phlébotomies. Zool. Genre d'insectes diptères dont quelques-uns peuvent transmettre des maladies infectieuses (dengue, leishmaniose, etc.). Phlébotome : Méd. Lancette utilisée pour les phlébotomies. Zool. Genre d'insectes diptères dont quelques-uns peuvent transmettre des maladies infectieuses (dengue, leishmaniose, etc.). Ces trois mots font partie de la panoplie des jurons du Capitaine Haddock. Ces trois mots font partie de la panoplie des jurons du Capitaine Haddock.

16 8. Dans quelle phrase y a-t-il un accord incorrect ? a. C itez-moi toute autre chose qui vous ferait plaisir. b. C 'est une tout autre chose qui m'aurait fait plaisir. c. E lle était toute contente, toute heureuse.

17 Tout, en tant qu'adverbe, dans le sens de complètement, tout à fait, doit rester invariable, sauf devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré (ex. toute hardie). C'est par euphonie qu'on fait l'accord. Une tout autre chose (= une chose tout autre) ; toute contente. Dans tout heureuse, il s'agit d'un h muet ; donc tout doit rester invariable. Tout, en tant qu'adverbe, dans le sens de complètement, tout à fait, doit rester invariable, sauf devant un adjectif féminin commençant par une consonne ou un h aspiré (ex. toute hardie). C'est par euphonie qu'on fait l'accord. Une tout autre chose (= une chose tout autre) ; toute contente. Dans tout heureuse, il s'agit d'un h muet ; donc tout doit rester invariable. Toute autre chose = toute chose autre. Tout est déterminant indéfini et s'accorde avec le nom qu'il détermine. Toute autre chose = toute chose autre. Tout est déterminant indéfini et s'accorde avec le nom qu'il détermine.

18 9. Dans quelle phrase y a-t-il un accord incorrect ? a. Q uelle troupe avez-vous vue jouer ? b. Q uelles pièces avez-vous vues jouer ? c. Q uelle pièce avez-vous vu jouer ?

19 Dans a « Quelle troupe avez-vous vue jouer ? », quelle troupe est complément dobjet direct du verbe voir. Le participe passé vu saccorde donc. Dans a « Quelle troupe avez-vous vue jouer ? », quelle troupe est complément dobjet direct du verbe voir. Le participe passé vu saccorde donc. Dans c « Quelle pièce avez-vous vu jouer ? », quelle pièce est complément dobjet direct du verbe jouer. Le participe passé vu ne saccorde pas. Dans c « Quelle pièce avez-vous vu jouer ? », quelle pièce est complément dobjet direct du verbe jouer. Le participe passé vu ne saccorde pas. Ainsi dans b « Quelles pièces avez-vous vues jouer ? », quelles pièces étant complément du verbe jouer, le participe passé vu na pas à saccorder. On doit donc écrire : Quelles pièces avez-vous vu jouer ? Ainsi dans b « Quelles pièces avez-vous vues jouer ? », quelles pièces étant complément du verbe jouer, le participe passé vu na pas à saccorder. On doit donc écrire : Quelles pièces avez-vous vu jouer ?

20 10. Parmi ces trois formulations, l'une est incorrecte. Laquelle ? a. Q uelques raisons que vous donniez, vous ne convaincrez personne. b. Q uelque soient vos raisons, vous ne convaincrez personne. c. Q uelque bonnes que soient vos raisons, vous ne convaincrez personne.

21 Il faut écrire : Quelles que soient vos raisons, vous ne convaincrez personne. Quelles est ici adjectif relatif dans la locution concessive quel que (+ v. être au subjonctif) ; il saccorde avec le nom auquel il se rapporte. Il faut écrire : Quelles que soient vos raisons, vous ne convaincrez personne. Quelles est ici adjectif relatif dans la locution concessive quel que (+ v. être au subjonctif) ; il saccorde avec le nom auquel il se rapporte. Dans a, quelques est un déterminant indéfini se rapportant au nom raisons ; il saccorde. Dans a, quelques est un déterminant indéfini se rapportant au nom raisons ; il saccorde. Dans c, quelque est un adverbe modifiant ladjectif bonnes ; il est invariable. Dans c, quelque est un adverbe modifiant ladjectif bonnes ; il est invariable.


Télécharger ppt "Questions à choix multiples Le corrigé Avec explications et commentaires."

Présentations similaires


Annonces Google