La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique Gérard Berry Chaire Informatique et sciences numériques Collège de France, 19 novembre 2009.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique Gérard Berry Chaire Informatique et sciences numériques Collège de France, 19 novembre 2009."— Transcription de la présentation:

1 Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique Gérard Berry Chaire Informatique et sciences numériques Collège de France, 19 novembre 2009

2 19/11/2009 2Collège de France, G. Berry, Le calcul humain assisté

3 19/11/2009 3Collège de France, G. Berry, Curt Herzstark,

4 19/11/2009 4Collège de France, G. Berry, La révolution du microprocesseur Si vous minstruisez bien, je sais tout faire tout seul, en tournant moi-même la manivelle ! Si vous minstruisez bien, je sais tout faire tout seul, en tournant moi-même la manivelle ! coeur 1 coeur 2

5 19/11/ Collège de France, G. Berry, La révolution du microprocesseur Rapidité, exactitude, stupidité coeur 1 coeur 2

6 Rapidité Exactitude Stupidité Maîtrise ? Modèles de calcul 19/11/2009 6Collège de France, G. Berry, Sans la main => sans la pensée ! Intuition Rigueur Lenteur Calculer sur le calcul

7 19/11/2009 7Collège de France, G. Berry, Anatomie dun modèle de calcul raisonnement sur la correction pensée algorithmique conception et programmation implantation optimisationvérification machineslangages noyau intuitif et mathématique

8 19/11/2009 8Collège de France, G. Berry, Pourquoi plusieurs modèles de calcul, alors que tous les ordinateurs semblent marcher pareil ?

9 1.Modèles de la calculabilité 2.Modèles séquentiels 3.Modèles parallèles 4.Modèles diffus 19/11/2009 9Collège de France, G. Berry, Quatre classes de modèles

10 19/11/ Collège de France, G. Berry, La sémantique : concepts symboles Domaine des symboles 34 et 56 sont des symboles en représentation décimale et + le symbole dun algorithme Machine : Domaine des concepts : la somme du nombre 34 et du nombre 56 est le nombre 90 Il ny a pas de nombres dans un ordinateur rien que des symboles

11 19/11/ Collège de France, G. Berry, Symboles Concepts somme du nombre « 34 » et du nombre « 56 » nombre « 90 » notation 090 dénotation manivelle Le diagramme sémantique Pour comprendre linformatique, il faut arriver à être aussi bête quun ordinateur

12 /11/ Collège de France, G. Berry, Causalité des calculs (3+4)+(8-3) 7+(8-3)(3+4)+5 12 résidu création La causalité détermine la liberté du calcul

13 Déterminisme : un seul résultat –calcul mathématique standard –circuits électroniques –pilotage davions, conduite de voitures, etc. 19/11/ Collège de France, G. Berry, Déterminisme / non-déterminisme Non-déterminisme : plusieurs résultats –navigateur Internet, moteur de recherches, etc. –incertitude : on ne peut pas connaître en même temps la position et le contenu dune page Web –encore quelques voitures (hélas)

14 Un nombre est premier sil na pas dautre diviseur que 1 et lui-même 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le crible dEratosthène

15 /11/ Collège de France, G. Berry, Le crible dEratosthène Un nombre est premier sil na pas dautre diviseur que 1 et lui-même

16 /11/ Collège de France, G. Berry, Le crible dEratosthène Un nombre est premier sil na pas dautre diviseur que 1 et lui-même

17 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le crible de Darwin : p, kp p Banâtre - Le Métayer : GAMMA Berry - Boudol : CHAM

18 19/11/ Collège de France, G. Berry, Comparaison des cribles séquentialité causalité complexe déterminisme du calcul déterminisme du résultat terminaison triviale limité au fini parallélisme massif causalité minimale non-déterminisme du calcul déterminisme du résultat terminaison probabiliste passe à linfini

19 1.Par les machines machines de Turing, de von Neumann, automates cellulaires, pavages du plan, etc. 2.Par les langages et calculs algébriques définitions récursives de fonctions -calcul 3.Par les classes algébriques de fonctions fermetures par opérations appropriées Toutes ces définitions sont équivalentes 19/11/ Collège de France, G. Berry, Comment définir la calculabilité ? Thèse de Church-Turing : Toute nouvelle définition restera équivalente

20 /11/ Collège de France, G. Berry, La machine de Turing A : 3 D, A A : 4 G, B A : 8 3, A B : 3 D, C A : 7 G, B A : 7 2, A D GE non-déterminisme arrêt

21 Théorème : il existe une machine universelle U qui permet de simuler toute machine sur toute donnée 19/11/ Collège de France, G. Berry, Machine universelle Données M DonnéesDocM U Le programme enregistré est la clef de linformatique

22 Théorème : il nexiste pas de machine testant si une machine M sarrête sur une donnée D 19/11/ Collège de France, G. Berry, Indécidabilité de lArrêt A sarrête toujours A rend 1 si M sarrête A rend 0 si M boucle A Données M DonnéesDocM Toute propriété non-triviale est indécidable

23 19/11/ Collège de France, G. Berry, Alan Turing ( ) 1936 : grands théorèmes 1940 : casse le code allemand Enigma 1952 : condamné pour homosexualité castré chimiquement 1954 : suicide (?) 2009 : excuses de Gordon Brown A Turing qui aimait tant largument diagonal, donnons le prix Turing à titre posthume !

24 Fact (m) si m 1 alors 1 sinon Mult (m, Fact(m 1)) Un langage : la récursion générale 19/11/ Collège de France, G. Berry, Add (m, n) si m 0 alors n sinon si n 0 alors m sinon (Add (m 1, n 1) 1) 1 Mult (m, n) si m 0 alors 0 sinon si m 1 alors n sinon Add (Mult(m 1, n), n)

25 f(2) ( x. x+1) (2) 25/11/ G. Berry, Collège de France, Le -calcul (Church 1936) -notation f x. x+1 Notation classique des fonctions f [ x x+1 ] g [ y y 2 ] g f [ z g(f(z)) ] [ z (z+1) 2 ] f(2) ( x. x+1) (2) g(3) ( y. y 2 ) (3) 3 2 9g y. y 2 Donner un vrai statut à la notation des fonctions 2+1 3

26 g f z. ( y. y 2 ) (( x. x+1) (z)) 25/11/ G. Berry, Collège de France, g f ( u. v. z. u(v(z))) ( y. y 2 ) ( x. x+1) f x. x+1 g y. y 2 u. v. z. u(v(z)) g f ( u. v. z. u(v(z))) ( y. y 2 ) ( x. x+1) g f z. ( y. y 2 ) (( x. x+1) (z)) g f z. ( y. y 2 ) (z+1) g f z. (z+1) 2 g f z. ( y. y 2 ) (z+1) gf : [ z (z+1) 2 ] g f

27 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le -calcul pur x, y, z,... : variables x. M : abstraction fonction de x de corps M (MN) : application dune fonction à un argument ( x. M) N M[N/x] : -réduction mais ce calcul est vide ! Où sont donc les entiers, la récursion, etc ?

28 19/11/ Collège de France, G. Berry, 0 f. x. x 1 f. x. fx 2 f. x. f(fx)... n f. x. f n (x) = f(f(...f(x)...)) n. f. x.f (nfx) -1 λn.λf.λx. n (λg.λh.h(fg)) (λu.x) (λv.v) Le nombre n devient lalgorithme qui applique n fois une fonction f à son argument x

29 19/11/ Collège de France, G. Berry, Récursion et point fixe let rec Fact m si m 1 alors 1 sinon Mult (m, Fact (m 1)) Fact = FACT (Fact) - équation de point fixe FACT f. m. si m 1 alors 1 sinon Mult (m, f (m 1)) Fact = Y (FACT) avec Y = ( x. y.y(xxy)) ( x. y.y(xxy)) Pour comprendre comment un calcul évolue, le mieux est de comprendre ce quil laisse fixe !

30 19/11/ Collège de France, G. Berry, La carte du -calcul relations avec la logique formelle algorithmique récursive programmation fonctionnelle machines virtuelles CAM, Krivine SCHEME CAML Haskell Javascript compilation et optimisation des langages fonctionnels LCF, HOL Isabelle, CoQ -calcul domaines de Scott

31 19/11/ Collège de France, G. Berry, La carte du -calcul relations avec la logique formelle algorithmique récursive programmation fonctionnelle machines virtuelles CAM, Krivine SCHEME CAML Haskell Javascript compilation et optimisation des langages fonctionnels LCF, HOL Isabelle, CoQ -calcul domaines de Scott Jean-Jacques Lévy

32 19/11/ Collège de France, G. Berry, La carte du -calcul relations avec la logique formelle algorithmique récursive programmation fonctionnelle machines virtuelles CAM, Krivine SCHEME CAML Haskell Javascript compilation et optimisation des langages fonctionnels LCF, HOL Isabelle, CoQ -calcul domaines de Scott Gérard Huet -calcul domaines de Scott

33 => génie logicien 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le théorème des 4 couleurs en CoQ Preuve omise, évidente mais longue 1852 Guthrie 1976 Appel – Haken Georges GonthierGeorges Gonthier 2005 Gonthier (en CoQ)

34 19/11/ Collège de France, G. Berry, Systèmes détats finis Expressions régulières : (ab+b)*ba ba abba bba abbabba... Automates finis circuits électroniques systèmes embarqués, réseaux interfaces homme-machine analyse des langues, du génome,... Langages évolués (Statecharts, Esterel, SCADE)

35 19/11/ Collège de France, G. Berry, La carte des systèmes détats finis logiques temporelles théorie des langages états / transitions grammaires automates circuits électroniques Lex, Yacc Esterel Statecharts automates langages réguliers langages automates langages circuits model- checking optimisation booléenne Joseph Sifakis Amir Pnueli

36 19/11/ Collège de France, G. Berry, La carte des systèmes détats finis logiques temporelles théorie des langages états / transitions grammaires automates circuits électroniques Lex, Yacc Esterel Statecharts automates langages réguliers langages automates langages circuits model- checking optimisation booléenne Dominique Perrin

37 Communication entre machines distantes – unité centrale et périphériques (PC imprimante) – émetteurs et receveurs multiples : réseaux 19/11/ Collège de France, G. Berry, Pourquoi le parallélisme Partage de ressources – PC: plusieurs tâches partagent le CPU, les disques, etc. – stockage dinformation dans les grands réseaux. Amélioration de performances – machines parallèles, grilles, nuages – circuits : caches, spéculation, multicœurs, SoCs, etc.

38 19/11/ Collège de France, G. Berry, Pourquoi le parallélisme Contrôle dobjets avec parallélisme physique – avion : ~10 gouvernes, 2 réacteurs, 3 trains, etc. Contrôle de grands systèmes – contrôle aérien – signalisation ferroviaire, aiguillages – contrôle de la circulation en ville Redondance pour la sécurité et la disponibilité communication, coopération, compétition sécurité des données et communications

39 19/11/ Collège de France, G. Berry, Interblocage (deadlock)

40 19/11/ Collège de France, G. Berry, Famine (starvation)

41 13:0613:0312:57 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le ski au 20 e siècle 13:00

42 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le ski au 20 e siècle, avec protocole 13:0613:0312:57 13:00 Le drapeau ajoute le lien de causalité manquant

43 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le ski au 21 e siècle On peut même prévenir davance quon sera en retard ! 13:0613:0312:57 13:00

44 19/11/ Collège de France, G. Berry, Processus et communication PQ RS Réseaux de processus statiques ou dynamiques Trois types de communication – asynchrone : temps quelconque – synchrone : temps conceptuellement nul – vibratoire : temps non nul prévisible

45 19/11/ Collège de France, G. Berry, Parallélismes synchrone et vibratoire Synchrone Musiciens et spectateurs négligent la vitesse du son Vibratoire Mais les acousticiens règlent sa propagation

46 19/11/ Collège de France, G. Berry, Applications : embarqué et circuits SCADE circuits électroniques Nicolas Halbwachs modèle / langage Lustre Jean Vuillemin nombres 2-adiques

47 19/11/ Collège de France, G. Berry, Mémoire partagée PQ RS Mémoire

48 19/11/ Collège de France, G. Berry, PQ P P P Q Q Q P P Michel Raynal Brisure de causalité

49 P and Q sont asynchrone, mais communiquent de façon localement synchrone A ce moment, chacun sait ce que sait lautre Les rendezvous sont ordonnancés de manière non-déterministe 19/11/ Collège de France, G. Berry, Rendezvous = information partagée PQ

50 19/11/ Collège de France, G. Berry, CSP = séquentiel + rendez-vous PQ RS Bien contrôlable, mais souvent trop lourd

51 Découplage de lémetteur et du récepteur – plus de parallélisme – mais introduction de latence imprévisible – et comportement total plus complexe 19/11/ Collège de France, G. Berry, Communication par files dattente PQ Applications – transmission dans les réseaux – traitement du signal – interfaces homme / machine, Web

52 nœuds déterministes, files non bornées ordonnancement non-déterministe arbitraire Mais résultat déterministe ! Magnifique sémantique mathématique 19/11/ Collège de France, G. Berry, Réseaux de Kahn

53 19/11/ Collège de France, G. Berry, Réseaux graphiques Réseaux de Petri Source Univ. Stuttgart Réseaux dautomates

54 19/11/ Collège de France, G. Berry, Le - calcul de Milner : chimie + calcul habitez chez vos parents?> Annuaire adr rep Cedric Fournet

55 Dun ordinateur, on ne sort jamais que ce quon y a mis DInternet, je sors ce que le reste du monde y a mis Homo bureaucratus Homo Internetus 55 19/11/ Collège de France, G. Berry,

56 19/11/ Collège de France, G. Berry, Communautés, pair-à-pair et réseaux virtuels Anne-Marie Kermarrec

57 19/11/ Collège de France, G. Berry, Calcul diffus : alerte aux pucerons ! infestation massive par pucerons enfouis partout qui peuvent communiquer entre eux Comment les programmer et les coordonner ? Manuel Serrano

58 De nombreux principes de calcul parallèle – trains de spikes (vibratoires) – évaluations probabilistes – discussions asynchrones – synchronisation dhorloges Un mélange synchrone / asynchrone – conscient séquentiel, inconscient parallèle Une robustesse fondamentale – apprentissage (semi-) spontané – beaucoup de pièces en panne – plasticité cérébrale 19/11/ Collège de France, G. Berry, Comment calcule notre cerveau ?

59 19/11/ Collège de France, G. Berry, Sophie Denève Yves Frégnac Neurosciences computationnelles => nouveaux principes de calcul informatique => commande dactions par lactivité cérébrale => couplages circuits / neurones

60 19/11/ Collège de France, G. Berry,

61 Le 20 e siècle a été celui de lénergie et du moteur Le 21 e sera celui de linformation et du calcul – quil faut donc étudier à fond Lépidémie numériques gagne les sciences – mathématiques numériques G. Gonthier, E. Ghys, … – Physique numérique, cf L.I. Antoine Georges, 2009 – Bioinformatique, informatique médicale – … 19/11/ Collège de France, G. Berry, Conclusion Faire ce qu on veut en étant aussi bête quun ordinateur demande beaucoup dintelligence

62 A mon directeur de thèse Maurice Nivat A mes thésards préférés Pierre-Louis Curien Laurent Cosserat Georges Gonthier Olivier Tardieu A la bande du bâtiment 8 de lINRIA Rocquencourt Bruno Courcelle Philippe Flajolet Gérard Huet Gilles Kahn Gustave Jean-Jacques Lévy Ron Rivest Jean-Marc Steyaert Jean Vuillemin A la bande de lEcole des Mines / INRIA Sophia-Antipolis Yves Bertot Gérard Boudol Frédéric Boussinot Ilaria Castellani Jean-Paul Marmorat Jean-Paul Rigault Davide Sangiorgi Robert de Simone Valérie Roy A la bande de Digital Equipment Patrice Bertin François Bourdoncle Olivier Coudert Jean-Christophe Madre Mark Shand Hervé Touati Jean Vuillemin A la bande de Grenoble Paul Caspi Nicolas Halbwachs Florence Maraninchi Pascal Raymond Joseph Sifakis A la bande dEsterel Technologies Amar Bouali Xavier Fornari Bruno Pagano Marc Perreaut... et tous les autres Et à mes collègues étrangers Mike Kishinevsky Edward Lee David McQueen Robin Milner Dana Scott Gordon Plotkin Ellen Sentovich Ravi Sethi Remerciements spéciaux


Télécharger ppt "Penser, modéliser et maîtriser le calcul informatique Gérard Berry Chaire Informatique et sciences numériques Collège de France, 19 novembre 2009."

Présentations similaires


Annonces Google