La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Accès aux médicaments pour les pays du Sud Les médicaments sont des outils. Ils ne valent que par l'usage que l'on en fait. Le Sud est une entité qui n'existe.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Accès aux médicaments pour les pays du Sud Les médicaments sont des outils. Ils ne valent que par l'usage que l'on en fait. Le Sud est une entité qui n'existe."— Transcription de la présentation:

1 Accès aux médicaments pour les pays du Sud Les médicaments sont des outils. Ils ne valent que par l'usage que l'on en fait. Le Sud est une entité qui n'existe que dans la tête des gens du Nord. Formidables disparités en matière de santé. Voyons quelques faits

2 Indonésie et embargo sur le virus de la grippe aviaire Des cliniques pour les malades du Nord ou le commerce délocalisé de la santé Indonésie, Thailande... et Cuba Des faits aux idées: idées fortes, idées fausses, idées neuves...

3 Mortalité, morbidité, besoins Si on compare lespérance de vie à la naissance et la morbidité (nombre de malades/tranche de population/an) dans deux états indiens le Kerala : état le plus scolarisé de LInde et le Bihar : état parmi les moins développé du sous continent, on observe pour ces populations un fait en apparence paradoxal. Le Bihar qui a la morbidité la plus faible est le lieu où lespérance de vie à la naissance est aussi la plus basse (hommes/60 ans, femmes/59 ans). Au Kérala lespérance de vie à la naissance (hommes/70 ans, femmes/76 ans) et la morbidité y est très supérieure à celle du Bihar. Comme si on vivait plus longtemps là où lon est plus souvent malade.

4 Aujourd'hui la santé est une marchandise La marchandisation de la santé et de la maladie contribue à entretenir la confusion entre savoir et représentations. Chaque maladie est un marché. Sil est difficile détendre la part de marché en jouant sur le phénomène naturel, par contrelimportance quil occupe dans les représentations est illimitée. Les cancers sont un bon exemple et Attac se prête au jeu. La crainte et lanxiété sont largement ouvertes à la manipulation de lesprit des patients et des médecins

5 Le sida en Afrique sub saharienne Une mosaïque de situations différentes. Des idéologies, des institutions, une aide de l'ONU et des autres institutions, dont des ONG, qui ont accumulé les erreurs de jugement et une connaissance contestable de la diversité des facteurs particuliers. Des résultats désespérants, mais pas partout.

6 The Invisible Cure: Africa, the West, and the Fight Against AIDS by Helen Epstein 2007

7 Le cas de lOuganda 1990 – 2000 Séropositivité chez les adultes baisse de 18% à 5% (et plus lentement depuis) LONU préconisait les préservatifs et les anti- rétroviraux. Les chrétiens fondamentalistes préconisaient la chasteté et la fidélité. Le président Muzeweni sest contenté de faire campagne pour restreindre le nombre des partenaires stables et faire de la prévention laffaire de toute la société en la liant avec la promotion des droits des femmes. Peut être est-il en train de changer d'attitude.

8 Le cas de lOuganda 1990 – 2000 (suite) The invisible cure (Epstein) Modèle d'efficacité collective. Large information en milieu urbain et en milieu rural. Soutien simultané au mouvement de défense des droits des femmes à partir de Préférence pour les soins à domicile des malades du sida. Insistance pour faire comprendre que le sida n'est pas le fait des groupes à risques, mais que toute la population est exposée.

9 Le cas du Botswana 1990 – 2003 Séropositivité chez les adultes augmente pour atteindre six fois celle de l'Ouganda en 2003 (33% des adultes) Pays riche: PIB/habitant/an US$ Pays presque sans corruption Forte campagne pour les préservatifs lancée en 1992 Antiretroviraux gratuits pour tous les malades depuis 2002

10 Une idée fausse et répandue Nous sommes tous chimiquement contaminés Le Monde

11 « Quand un homme sur deux, une femme sur trois sont atteints aujourd'hui de cancer, il n'est pas exagéré de parler d'épidémie. » Il est absurde décrire quun homme sur deux et une femme sur trois sont atteints aujourdhui dun cancer. Doù lauteur du texte tire-t-il pareil certitude ? Le nombre de sujets atteints dune maladie à un moment donné est ce que les épidémiologistes appellent la prévalence. Sil y a 30 millions de femmes en France, il y aurait en ce moment 10 millions de cancéreuses !!! De grâce, des faits, des preuves, plutôt que des affirmations infondées, alarmistes et ambiguës, mais non sans effets sur les esprits.

12 Parmi les substances chimiques produites par lindustrie, certaines sont des cancérogènes identifiés. Il est vraisemblable quil y en ait dont le caractère cancérogène nest pas encore connu et quil convient de les identifier. Que cela implique un effort et un investissement supplémentaire, nul nen disconvient. Quil faille lécrire, certes. Que cela devienne la priorité des priorités, ceci reste à démontrer. Il y a gros à parier que renforcer linspection du travail et prévenir le laxisme des tribunaux saisis des fautes des employeurs qui ne protègent pas efficacement les travailleurs des risques induits par les toxiques identifiés, serait probablement une mesure plus efficace en terme de vies sauvées et dannées en bonne santé préservées, que de passer par ce discours dont linlassable répétition ne suffit pas à démontrer la véracité.

13 Aujourd'hui, la quasi-totalité de la population est imprégnée par un certain nombre de substances, dont certaines sont des toxiques du développement ou des cancérogènes. De multiples données épidémiologiques et toxicologiques démontrent le lien entre cette pollution chimique généralisée et la croissance des épidémies modernes. Ceci paraît être largument principal de ce texte. Sans aucun doute sommes nous tous exposés à de nombreuses substances toxiques, mais de façon très inégales. Les uns mille fois plus que les autres, ceux qui les manipulent sans précautions, parce quils ne peuvent se protéger, ou plus souvent parce quils ignorent la dangerosité de ce quils manipulent. Commençons par le commencement et consacrons nos efforts à protéger dabord ceux pour qui le risque est grand, ensuite ceux pour qui le risque lest moins. Ceux pour qui le risque est faible ou nul passeront en dernier. Ce qui nempêche bien entendu pas daller à la source de ces pollutions et de commencer par les toxiques les plus connus, puis didentifier les toxiques les probables, parmi ceux qui sont moins connus.

14 Grippe aviaire aujourd'hui les faits les risques les choix

15 Grippe aviaire H5N1 Certitudes: épizootie qui gagne progressivement vers l'ouest (oiseaux sauvages et domestiques); quelques cas de grippe humaine grave (50% mortalité), par transmission oiseau-homme, mais pas homme- homme (la panzootie accroît le risque de pandémie). Probabilités: pandémie probabilité croissante (date inconnue, rapidité de diffusion inconnue, extension inconnue, gravité inconnue).

16 Grippe aviaire H5N1 Vaccins: il existe pour la maladie des oiseaux, il existe des vaccins d'efficacité relative pour l'homme. L'ensemble industriel permettrait avec les techniques de production existantes de fournir après un délai de plusieurs mois après le début d'une pandémie une protection partielle dans les pays équipés, mais probablement pas pour les pays non équipés. Action récente de l'Indonésie (foyer principal). Dans les plans gouvernementaux, il ne manque pas un bouton de guêtre. Leur mise en oeuvre est une autre chose. Des facteurs politiques et économiques compromettent l'efficacité des dispositifs nécessaires.

17 Grippe aviaire H5N1 en cas de pandémie Apprécier les enjeux: nombre de malades, conséquences économiques et sociales, nombre de décès, contrôle de l'information (information surabondante, non triée, non évaluée)... Modélisation (hypothèses dont la vraisemblance est inconnue). Protection vaccinale: hiérarchie des priorités et des prioritaires, stocks de vaccins peu spécifiques et production du vaccin spécifique. On a très peu investi dans l'accroissement brusque de la demande. La production actuelle sur oeuf embryonné est un facteur limitant majeur. Aujourd'hui les décisions sont entre les mains des industriels en Occident et dans les pays émergents. Tout indique que le droit des brevets sera appliqué, si on en décide pas autrement préalablement.

18 Grippe aviaire H5N1 en cas de pandémie L'alternative serait la décision de mettre la production en licence libre et toutes les informations scientifiques et techniques en accès libre pour les personnes qualifiées et de renforcer sans retard l'appareil mondial de production et de développement coopératif, en lui faisant produire massivement du vaccin aviaire, pour tenter de réduire les risques de survenue de pandémie par protection ciblée des élevages.

19 Grippe aviaire H5N1 en cas de pandémie Sinon il ya lieu de craindre que les dirigeants des firmes pharmaceutiques voient les pays développés comme un marché solvable, comme il l'on fait jusqu'à présent pour les médicamenst antiretroviraux. Que les prix soient élevés, à la hauteur des craintes légitimes et convenablement entretenues par les vendeurs. Et qu'ils excluent les populations des autres pays. D'autant plus qu'en cas de pandémie, la pénurie relative dans les pays industrialisés poussera les opinions publiques à se désolidariser. C'est donc en période pré-pandémique qu'il faut que les décisions soient prises et appliquées sans retard. Global Alliance for Vaccines and Immunisation (GAVI) ???

20 Grippe aviaire H5N1 en cas de pandémie Les pandémies de 1918 (H1N1), 1957 (H2N2) et 1968 (H3N2) furent très différentes quant à la surmortalité, mais pas très différentes pour ce qui concerne la contagiosité et la rapidité de diffusion. L'évaluation du nombre de décès varie de quelques millions (1 à 4 millions) de personnes (1957 et 1968) et de 50 à 100 millions de personnes en Et pour ce dernier cas l'évaluation dans de nombreux pays ne doit pas être très fiable.

21 Le débat face à un tel enjeu peut il rester confiné aux organismes publiques nationaux et internationaux ? Attac a-t-il un rôle à jouer ?


Télécharger ppt "Accès aux médicaments pour les pays du Sud Les médicaments sont des outils. Ils ne valent que par l'usage que l'on en fait. Le Sud est une entité qui n'existe."

Présentations similaires


Annonces Google