La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

The World Bank Gestion des risques liés au financement de la petite agriculture en Afrique Une communication à l’intention des acteurs du financement agricole.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "The World Bank Gestion des risques liés au financement de la petite agriculture en Afrique Une communication à l’intention des acteurs du financement agricole."— Transcription de la présentation:

1 The World Bank Gestion des risques liés au financement de la petite agriculture en Afrique Une communication à l’intention des acteurs du financement agricole en Afrique Francophone Yaoundé - Cameroun 25 Novembre 2009 Dr. Jonathan N Agwe

2 Partager avec nos experts et les parties prenantes d’Afrique francophone des approches complémentaires de gestion des risques liés au financement de la petite agriculture. Ces approches tirées de divers exposés sur les bonnes perspectives de gestion bancaire et financière ont été réunies par le service de financement rural du Département de l’Agriculture et du Développement Rural de la Banque Mondiale Objectif

3 Plan de la communication
Tour d’horizon de l’approche intégrée du développement agricole; Identification de certains facteurs essentiels du développement agricole; Préambule au financement de la petite agriculture; Revisiter les risques inhérents et connexes à l’agriculture; Bref examen des risques bancaires qui pourraient aussi s’appliquer au financement de la petite agriculture; et Examen détaillé de certaines des principales approches de gestion des risques liés au financement de l’agriculture. Plan de la communication

4 Développement agricole intégré
L’industrie agricole mondiale 55 % d’élevage 45 % de cultures Banques Assureur Agriculteur Développement agricole intégré État Une pleine coopération est requise de tous les acteurs pour un développement agricole véritable et intégré

5 Facteurs essentiels au développement agricole
Assurance Catalyseur de développement Productivité Rentabilité Savoir Développement des ressources humaines Compétences Services consultatifs Accès aux marchés Ressources Accès aux capitaux technologies terres Facteurs essentiels au développement agricole

6 Préambule au financement de la petite agriculture en Afrique
Le financement est un facteur essentiel du développement agricole. L’accès aux financements est limité en raison des risques élevés liés à l’agriculture. Le financement de l’agriculture est viable/rentable et durable* La fourniture de services financiers n’est pas nécessairement la responsabilité des institutions financières uniquement** Il existe de bonnes pratiques et outils*** Une approche intégrée de gestion des risques est-elle un pré-requis nécessaire et suffisant?**** Préambule au financement de la petite agriculture en Afrique * - s’il est appuyé par une bonne évaluation et gestion des risques à tous les niveaux, y compris: - l’exploitation, - l’institution financière (risque commercial), et - le long de la chaîne de valeur/d’approvisionnement agricole. ** Une grande partie du financement de la chaîne de valeur de la production agricole est assurée par d’autres acteurs tels que: - des commerçants, - des agroindustriels, et - des chaines d’approvisionnement en intrants. *** - pour la gestion des risques financiers dans le secteur agricole, et - pour accroître davantage l’accès au financement agricole **** - pour gérer les principaux risques associés à l’agriculture?

7 Les risques agricoles sont propres à chaque pays
Sol Météo Infrastructure agricole À risques locaux, des solutions locales de gestion des risques

8 Risques inhérents et connexes à l’agriculture
Risques connexes Risques de non conformité Risques standards Risques liés à l’intégrité du client Risque clients Risques transactionnels Risques-pays/politiques Risques de transit/ transport Risques de magasin/ stockage Risques inhérents au financement de l’agriculture Risques liés à la production Risques liés à la qualité/valeur Risques de crédit Risques de défaut de paiement Risques liés au contrats de vente Risques de volatilité des prix Risques monétaires Risques de détournement Risques liés aux acheteurs Risques de change Risques inhérents et connexes à l’agriculture

9 Politiques publiques1 Risques de gouvernance2 Risques de portefeuille4 Risque individuel client3 Inadéquation entre actifs et passifs5 Ratio d’endettement trop élevé6 Coûts de transaction élevés7 Risques liés à la direction et au personnel8 L’on peut aussi relever des risques liés au marché bancaire/financier dans le financement de l’agriculture (1) Politiques macroéconomiques génératrices d’hyperinflation Garanties de taux plafond; bonification d’intérêts Contrôle de crédit obligatoire pour des filières ou des individus particuliers Réserves obligatoires trop élevées (ou trop faibles) Influence politique sur les décisions portant sur le crédit; responsables corrompus (2) Délit d’initié en matière d’octroi de crédits Gestion et personnel indignes de confiance Contrôle inapproprié Absence de directives et de systèmes appropriés. (3) Incapacité à rembourser les emprunts Réticence à rembourser les emprunts en raison de - produits de prêts inappropriés - incapacité à évaluer proprement les clients et leurs entreprises - absence de systèmes de contrôle et de suivi appropriés financement de projets risqués. (4) Portefeuille trop concentré sur 1 ou 2 filières Trop concentré dans 1 ou 2 aires géographiques Trop concentré sur 1 ou 2 produits (seulement à court-terme ou à long-terme) (5) Financement de prêts à long terme par des dépôts à court terme Financement de prêts à court terme par des créances à plus long terme (6) Faibles réserves en cas de crise Incapacité à obtenir des financements additionnels Coûts élevés des financements (7) Petits prêts Procédures inappropriées Outils insuffisants et technologies surannées (8) Cadres pas correctement formés Personnel pas correctement formé Absence d’appui Absence d’une supervision appropriée Absence de systèmes et de procédures opérationnels Moral bas du personnel “Surmené et sous-payé”

10 La microfinance - une innovation éprouvée et remarquable
17ème sur les 30 innovations les plus significatives des trois dernières décennies : PBS (http://www.pbs.org/nbr/site/features/special/subdir/top-30-innovations_slide-show/) Qu’est-ce qui explique les performances élevées de la microfinance? Innovation Stratégies flexibles de gestion de la clientèle Une plus grande rigueur financière Moins de comportements opportunistes Moins de demandes de garanties Plus de concurrence Modification de la structure du marché La microfinance peut contribuer à obtenir simultanément les résultats suivants: Efficacité Réduction des coûts de transaction sur les marchés financiers et non-financiers Meilleur accès des pauvres aux marchés, et intégration des marchés Équité Réduction des coûts du crédit; accès des exclus Stabilité Aptitude à diversifier entre les crises idiosyncratiques des crises systémiques Viabilité Des services aujourd’hui et demain Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture: #1. Changer le paradigme du crédit agricole/rural

11 Dans la microfinance, les coûts de transaction de l’emprunteur et les taux d’intérêt ne sont pas interdépendants1 Coûts de transaction pour la mobilisation des fonds2 Coûts de transaction des déposants3 Coûts de transaction pour l’octroi des prêts4 Coûts de transaction des emprunteurs5 Quelque Leçons : En termes relatifs, plus faible est le coût de transaction, moins les taux d’intérêt comptent; Des coûts de transaction élevés constituent la plus grande entrave à l’émergence des transaction financières; L’efficacité (réduction des coûts) est importante pour l’équité; Promouvoir le recours aux banques mandataires (agence sbancaires villageoises) pour réduire les coûts de transaction. Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #2. Réduire les coûts de transaction (1) les coûts sont transférables; accès sans intérêt (2) Coûts de gestion des transactions indépendants du montant du prêt; Réserves obligatoires; Gestion des liquidités (3) Coûts explicites: voyages, taxes, frais Coûts implicites: coût d’option du temps; risque d’insolvabilité (4) Coûts atténuateurs de risques; Pertes escomptées en cas de défaillances (5) Coûts explicites: voyage, documentation, formalisation; Coûts implicites: coût d’option du temps; épargne forcée; opportunité; insuffisance de la somme empruntée.

12 Concevoir et offrir différents instruments ou produits de prêts flexibles, par exemple:
Des prêts saisonniers: d’un an seulement Des prêts à court-terme: de plus d’un an à deux ans Des prêts à moyen terme: de plus de deux ans jusqu’à dix ans. Des prêts à long-terme: de plus de dix ans à quinze ans. Des emprunts à long terme pour la création d’actifs (tracteurs/mise en valeur des terres/petite irrigation) Suggestion: Appliquer le principe de taux d’intérêts préférentiels en fonction du montant des prêts et de leurs conditions pour privilégier des petits exploitants agricoles dont les prêts représentent 90 % de la totalité des créances agricoles dans la plupart des pays en développement. Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #3. Flexibilité et diversification du portefeuille de prêts

13 Produits d’assurance: deux types de couvertures
Couvertures traditionnelles à caractère indemnitaire Assurance paramétrique? Les agriculteurs ont besoin d’assurance pour? Les banques et autres institutions de microfinance ont besoin d’assurance pour? Les pouvoirs publics doivent? L’assurance traditionnelle a des limites Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #4. Assurance traditionnelle? Couvertures traditionnelles à caractère indemnitaire Couvre des pertes dues à un ou plusieurs risques; les plus courantes étant une couverture des cultures pour des risques particuliers et une couverture multirisques; qui sont bien établies sur le plan international. Assurance paramétrique Pour couvrir de risques corrélés tels que des conditions météorologiques extrêmes; l’assurance basée sur les indices météorologiques offre des conditions gagnant-gagnant à toutes les parties prenantes; avec l’indice météorologique, il y a pas besoin de présence physique pour évaluer les dégâts; l’assurance contre les intempéries n’est pas la solution finale aux problèmes rencontrés par les agriculteurs, mais est une partie de la solution; on en est de plus en plus conscient. Défis – variation ou absence d’homogénéité des conditions météorologiques; nombre limité de stations météorologiques automatisées; absence, au niveau local, de l’expertise nécessaire à l’élaboration et l’estimation des contrats; absence de diversification des cultures et de l’espace; absence de données météorologiques historiques fiables; difficultés des agriculteurs à comprendre de quoi il retourne. Les agriculteurs ont besoin d’assurance pour accéder au crédit; investir dans de nouvelles technologies; améliorer leur productivité; l’utiliser comme garantie; se couvrir en cas de catastrophes. Les banques et autres institutions de microfinance ont besoin d’assurance pour gérer les risques liés au crédit rural; utiliser l’assurance des cultures et du bétail comme garantie; développer le secteur bancaire rural d’une manière durable; accompagner le développement rural et agricole. Les pouvoirs publics doivent gérer les catastrophes naturelles, éviter des paiements ad hoc; assurer la stabilité des finances publiques; mettre l’assurance agricole au service du développement rural; stabiliser le revenu des agriculteurs à temps plein. L’assurance traditionnelle facilite le développement agricole; agit comme un catalyseur; a des limites; est coûteuse; requiert des opérations spécialisées.

14 Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #5. Micro-assurance agricole, la solution d’avenir? 1Micro-assurance définie comme: la couverture des couches à faible revenu; fréquemment associée à un prêt accordé par une institution de microfinance. mieux appréciée quand elle est associée au crédit et n’est pas vendue séparément. La micro-assurance ne doit pas du tout s’accompagner d’options2 La micro-assurance doit respecter des principes similaires3 La micro-assurance agricole4 (1) Au vu des faiblesses relevées au sujet de l’assurance traditionnelle, il existe d’autres types d’assurance, à l’instar de la micro-assurance. (2) Trop d’options sèment la confusion dans l’esprit des clients et des représentants de commerce; des produits trop complexes sont difficiles à vendre; des produits simples et faciles à comprendre ont plus de succès. (3) écouter les clients; étudier les besoins des clients; différents clients ont différents besoins; tous les clients peuvent être victimes de catastrophes. (4) Couvre surtout les cultures (dominée par MPCI) et le bétail MPCI = Multiperil crop insurance.

15 Le financement de la chaîne de valeur/d’approvisionnement agricole peut être attrayant pour les banques et d’autres institutions financières, et peut représenter un créneau avec1: Les banques et d’autres institutions financières sont bien placées pour financer la chaîne d’approvisionnement et peuvent renforcer leur influence en saisissant l’occasion et en s’invitant dans l’agroindustrie pour2 Les services financiers offerts par les banques/institutions financières (services financiers liés à la chaîne de valeur/d’approvisionnement) peuvent inclure3: Les acteurs de la chaîne de valeur/d’approvisionnement peuvent inclure4 Le financement de la chaîne de valeur/d’approvisionnement offre des solutions à l’asymétrie de l’information, aux contraintes de coûts et de risques, car 5 Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #6. Financement de la chaîne de valeur/d’approvisionnement agricole (1) des coûts de transaction plus bas pour évaluer la clientèle et fournir des services financiers; des risques mieux gérés – marché, production, défaillances; réduction de l’asymétrie de l’information en tirant parti de la clientèle établie pour étoffer la chaîne d’approvisionnement. (2) offrir des paiements anticipés aux agriculteurs pour couvrir le coût des intrants; offrir des crédits (en nature ou en espèces) directement aux agriculteurs; offrir indirectement aux agriculteurs un accès au crédit par l’intermédiaire de grossistes, de détaillants, d’agroindustriels; promouvoir l’agriculture contractuelle, ainsi que des programmes d’aide aux petits agriculteurs et des projets d’approvisionnement en intrants. (3) des prêts pour l’établissement de fonds de roulement, des investissements (également des prêts basés sur les récépissés d’entrepôt); crédits garantis par des récépissés d’entrepôt/sur nantissement des stocks; assurance – prix, météo, production; crédit-bail; financement des transactions commerciales et affacturage; programmes d’aide aux petits agriculteurs; agriculture contractuelle. (4) des exportateurs, des agroindustriels, des acheteurs moyens/importants; des agroindustriels ou acheteurs locaux/de faible envergure; des associations de producteurs; des producteurs/agriculteurs; des fournisseurs d’intrants (5) il est lié aux transactions et fait partie intégrante des marchés agricoles; ne requiert pas de bonification d’intérêts ou d’interventions coûteuses qui peuvent créer des distorsions sur les marchés ou entrainer une éviction des marchés.

16 Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #7. Mesures d’atténuation des risques non financiers en plus du recours au nantissement et à la substitution de garantie Nantissement et substitution de garantie1 Renforcement des capacités2 Mettre l’accent sur des agriculteurs commerciaux3 Plateformes de TIC associant les marchés, la finance et l’information4 (1) Récépissés d’entrepôt; groupe à responsabilité conjointe contre les risques systémiques; agriculture contractuelle; facilitation de l’accès des emprunteurs aux services d’atténuation de risques par les prêteurs; diversification du portefeuille de crédits dans le cadre du portefeuille agricole et du portefeuille total; utilisation d’autres mécanismes de transfert de risques; et recours à des mécanismes spéciaux de classification et de détermination des actifs. (2) Formation des clients potentiels, en particulier des agriculteurs (en mise au point de produits, commercialisation; comptabilité; stratégies de fixation des prix; assistance technique; conditionnement); Participation intense des prêteurs et des emprunteurs à des réunions, foires commerciales, forums annuels organisés par des associations paysannes et des projets de développement local; Promotion de campagnes d’information financière (formation et encouragement de groupes cibles à participer à des programmes de services financiers; développement de partenariats pour la formation technique et en gestion; intégration des filières non organisées dans le système formel, par exemple des groupes d’entraide); Promotion d’un dialogue permanent avec des syndicats et des associations (constitution de partenariats locaux, changement de la culture du défaut de paiement) Connaissance des problèmes sociaux dans la région visée (promotion d’ateliers et conception de projets) Utilisation de circuits de livraison alternatifs et recours à la technologie (centres de services bancaires, guichets automatiques, opérations bancaires par carte à puce, facilitateurs des échanges et correspondants commerciaux, autres solutions technologiques à venir (opérations bancaires par portable, etc.) Promouvoir le recours aux banques mandataires pour réduire les coûts de transaction. Recourir à des agents de crédit bien formés avec une expérience académique en matière d’agriculture (3) Approche holistique dans l’évaluation du crédit, en tenant compte de toutes les sources de revenu du ménage, (4) Un outil de liaison pour faciliter l’interaction entre acheteurs, vendeurs et financiers et ajouter de la valeur à leurs opérations commerciales, par exemple DrumNet.

17 1Qu’est-ce qui est à l’origine des risques de prix? 2
La fixation des prix Le volume Le temps Outils de gestion des risques de prix (couverture - hedging) – deux produits principaux3: Contrats à terme Contrat d’option Utiliser des instruments financiers modernes – une nécessité pour gérer la volatilité des prix4: Les stocks de produits de base sont un nantissement sûr Nantissement des cultures Récépissés d’entrepôt Agrégations Gestion de la volatilité des prix entre le moment de l’achat et de la vente Quand les gouvernements peuvent-ils intervenir? 4 qu’en finançant le changement à long terme de la structure de production de l’économie. Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #8. Solutions fondées sur le marché pour la gestion de la volatilité des prix des produits de base (1) Les risques techniques liés à la production ont tendance à être de plus en plus maîtrisés grâce à la science et la technologie. D’autres types de risques ont gagné en importance ces dernières années, par exemple la volatilité des prix, et les exigences de qualité/normes. Même si les risques de volatilité des prix n’affectent pas directement une grande partie des petits exploitants agricoles, les agriculteurs commerciaux pourraient en tirer profit. Les banques ont subi des conséquences néfastes de la volatilité et cela influe sur leur volonté à offrir des crédits à des taux compétitifs au secteur agricole; (2) La fixation des prix à l’achat ou à la vente; Volume: Plus grand est le volume acheté ou vendu sans gestion de risques, plus grande est l’exposition aux risques Temps: Quand on achète ou on fixe un prix avant de vendre OU on vend ou fixe un prix de vente avant d’acheter; … plus de temps il y a entre l’achat et la vente, plus il y a de risques (3) Contrats à terme: un accord financier entre deux parties qui donne à l’acheteur le droit mais pas l’obligation d’acheter ou de vendre un contrat à terme pendant une période de temps spécifique à un niveau de prix déterminé; il a un coût initial – semblable à l’assurance; Contrat d’option: contrats normalisés qui précisent le prix; la quantité; la date de livraison; la date de règlement (4) Les stocks de produits de base sont un nantissement sûr, du moins s’ils sont gérés correctement par un institut de crédit ou un opérateur d’entrepôt indépendant. Nantissement des cultures – de petits exploitants peuvent se regrouper et offrir des cultures en nantissement, notamment des produits non périssables dans un état approprié, sous le contrôle conjoint d’une agence de crédit. Récépissés d’entrepôt: ils offrent suffisamment d’aisance aux banques pour financer les transactions, et aux producteurs pour s’engager dans un stockage inter-saisonnier et tirer profit des variations de prix saisonnières. Agrégations: La plupart des agriculteurs ont trop peu d’envergure pour conclure directement des contrats ou échanger sur les marchés financiers; ils ont donc besoin de syndicats, les coopératives en étant un bon exemple. Gestion de la volatilité des prix entre le moment de l’achat et de la vente; éviter des pertes commerciales dues à la volatilité intra-saisonnière des prix; préserver sa propre solvabilité et sa capacité à rembourser les emprunts; gérer les risques de crédit des agriculteurs au moment de leur offrir des prêts pour l’approvisionnement en intrants et à la production; Quand les gouvernements peuvent-ils intervenir? Les pouvoirs ne peuvent gérer les grandes variations de prix de produits de base qu’en finançant le changement à long terme de la structure de production de l’économie.

18 Crédit-bail1 Location-financement/ Location-vente (l’alternative au crédit)2 Avantages: Du point de vue du client3 Avantages: Du point de vue de la société de crédit-bail4 Avantages pour le financement rural/agricole5 Avantages pour l’économie toute entière6 Cinq leçons spécifiques au crédit-bail rural7 Rappel de l’aide apportée par le groupe de la Banque mondiale au développement du crédit-bail8 Autres exemples de crédit-bail Arménie, crédit-bail ACBA (2003) offert par la banque ACBA, crédit-bail du Crédit Agricole et de l’IFC. Solution AGILOR du Crédit Agricole pour le financement du matériel agricole Approches de gestion des risques dans le financement de l’agriculture : #9. Crédit-bail (Leasing) (1) Un contrat entre deux parties: la partie qui détient un actif (bailleur) prête à l’autre partie (preneur) l’utilisation de l’actif pour une période de temps prédéterminée en échange de paiements périodiques. Distinguer « l’utilisation » de la « propriété » d’un actif. (2) Amortit le prix de l’actif – inclut une option d’achat pour un montant symbolique à la fin de la période de bail; Le preneur est responsable de l’entretien et de tous les risques généralement associés à la propriété sans que l’actif ne lui appartiennent véritablement. Non résiliable (3) Avantages: Du point de vue du client L’actif sert de nantissement, moins de garanties additionnelles requises; Des antécédents moins importants en matière de crédit peuvent suffire; Peut nécessiter un acompte moins élevé; Les taux peuvent être meilleurs; Avantages fiscaux potentiels. (4) Avantages: Du point de vue de la société de crédit-bail Des coûts de transaction plus bas Un plus grande sécurité: des droits de propriété contre des droits accessoires plus faibles (moins d’incitations à la défaillance, coûts de reprise plus bas); Habituellement des tarifs plus flexibles (les taux du crédit-bail ne sont généralement pas réglementés (les taux des prêts le sont souvent) Des coûts plus bas pour le respect des règles (les sociétés de crédit-bail ne sont souvent pas assujetties aux règles prudentielles). (5) Avantages pour le financement rural/agricole Nantissement (absence d’actifs pouvant être utilisés comme nantissement) Coûts de transaction (registres des actifs inefficaces) Régulation (le crédit rural est souvent assujetti à un plafonnement des taux d’intérêt) (6) Avantages pour l’économie toute entière Augmentation des investissements en capitaux, et donc de la productivité (en particulier pour le « chaînon manquant ») Développement du marché des capitaux (les sociétés de crédit-bail empruntent auprès de compagnies d’assurance, de fonds de pension) Concurrence accrue sur le marché financier (concurrence entre banques pour les produits et les prix) (7) Cinq leçons spécifiques au crédit-bail rural Le crédit-bail est un moyen d’acquérir des actifs productifs Des entreprises rurales de différentes tailles en bénéficient, mais il est possible que les fournisseurs ne parviennent pas à servir tous les marchés Les entreprises non agricoles s’approprient une grande partie du crédit-bail rural Le crédit-bail rural peut être rentable mais peut nécessiter une aide initiale des donateurs/gouvernements Une entreprise impliquée uniquement dans le crédit-bail rural ne pourrait pas être viable (8) Rappel de l’aide apportée par le groupe de la Banque mondiale au développement du crédit-bail : Une composante essentielle de la stratégie de l’IFC pour les marchés financiers Fait également partie du projet IDA-IFC pour le développement des micro, petites et moyennes entreprises en Afrique subsaharienne Services consultatifs : (Programme de l’ IFC pour la promotion du crédit-bail en Afrique (Ghana, Tanzanie, Rwanda, Madagascar, Sénégal, Cameroun, RDC, Mali, Ethiopie; au Rwanda: Programme de développement du crédit-bail du CEDP – Partenariat BM/IFC pour accroître les financements accordés aux agro-industries (projet Coffee bikes) Investissements (Ethiopia Access Leasing Company – la première société de crédit-bail d’Ethiopie; d’autres projets en prévision pour 2009 (RDC, Madagascar, Afrique de l’Ouest)

19 Mercie pour votre attention
Des Questions? (1) Un contrat entre deux parties: la partie qui détient un actif (bailleur) prête à l’autre partie (preneur) l’utilisation de l’actif pour une période de temps prédéterminée en échange de paiements périodiques. Distinguer « l’utilisation » de la « propriété » d’un actif. (2) Amortit le prix de l’actif – inclut une option d’achat pour un montant symbolique à la fin de la période de bail; Le preneur est responsable de l’entretien et de tous les risques généralement associés à la propriété sans que l’actif ne lui appartiennent véritablement. Non résiliable (3) Avantages: Du point de vue du client L’actif sert de nantissement, moins de garanties additionnelles requises; Des antécédents moins importants en matière de crédit peuvent suffire; Peut nécessiter un acompte moins élevé; Les taux peuvent être meilleurs; Avantages fiscaux potentiels. (4) Avantages: Du point de vue de la société de crédit-bail Des coûts de transaction plus bas Un plus grande sécurité: des droits de propriété contre des droits accessoires plus faibles (moins d’incitations à la défaillance, coûts de reprise plus bas); Habituellement des tarifs plus flexibles (les taux du crédit-bail ne sont généralement pas réglementés (les taux des prêts le sont souvent) Des coûts plus bas pour le respect des règles (les sociétés de crédit-bail ne sont souvent pas assujetties aux règles prudentielles). (5) Avantages pour le financement rural/agricole Nantissement (absence d’actifs pouvant être utilisés comme nantissement) Coûts de transaction (registres des actifs inefficaces) Régulation (le crédit rural est souvent assujetti à un plafonnement des taux d’intérêt) (6) Avantages pour l’économie toute entière Augmentation des investissements en capitaux, et donc de la productivité (en particulier pour le « chaînon manquant ») Développement du marché des capitaux (les sociétés de crédit-bail empruntent auprès de compagnies d’assurance, de fonds de pension) Concurrence accrue sur le marché financier (concurrence entre banques pour les produits et les prix) (7) Cinq leçons spécifiques au crédit-bail rural Le crédit-bail est un moyen d’acquérir des actifs productifs Des entreprises rurales de différentes tailles en bénéficient, mais il est possible que les fournisseurs ne parviennent pas à servir tous les marchés Les entreprises non agricoles s’approprient une grande partie du crédit-bail rural Le crédit-bail rural peut être rentable mais peut nécessiter une aide initiale des donateurs/gouvernements Une entreprise impliquée uniquement dans le crédit-bail rural ne pourrait pas être viable (8) Rappel de l’aide apportée par le groupe de la Banque mondiale au développement du crédit-bail : Une composante essentielle de la stratégie de l’IFC pour les marchés financiers Fait également partie du projet IDA-IFC pour le développement des micro, petites et moyennes entreprises en Afrique subsaharienne Services consultatifs : (Programme de l’ IFC pour la promotion du crédit-bail en Afrique (Ghana, Tanzanie, Rwanda, Madagascar, Sénégal, Cameroun, RDC, Mali, Ethiopie; au Rwanda: Programme de développement du crédit-bail du CEDP – Partenariat BM/IFC pour accroître les financements accordés aux agro-industries (projet Coffee bikes) Investissements (Ethiopia Access Leasing Company – la première société de crédit-bail d’Ethiopie; d’autres projets en prévision pour 2009 (RDC, Madagascar, Afrique de l’Ouest)


Télécharger ppt "The World Bank Gestion des risques liés au financement de la petite agriculture en Afrique Une communication à l’intention des acteurs du financement agricole."

Présentations similaires


Annonces Google