La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Election et représentation Cours 5: Les approches de choix rationnel Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Election et représentation Cours 5: Les approches de choix rationnel Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles."— Transcription de la présentation:

1 Election et représentation Cours 5: Les approches de choix rationnel Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles

2 Les deux grands types dapproche du comportement électoral COLLECTIF Avec ses caractéristiques géographiques, sociales et historiques VOTE INDIVIDU Avec ses caractéristiques personnelles, comportementales, sociales, son système de valeur VOTE

3 Les trois grands paradigmes des études électorales Paradigme structuraliste-sociologique Paradigme constructiviste - psychocognitiviste Paradigme du choix rationnel, du vote sur enjeux (issue voting)

4 La remise en cause des modèles de Columbia et de Michigan (I) Critiques théoriques –Déterminisme social excessif [Il faut] libérer [lélecteur] de la camisole de force des déterminants inconscients sociaux et psychologique, (V.O. Key, 1966). –Modèles niant les spécificités des individus –Les électeurs sont-ils guidés par leurs caractéristiques socio-économiques (Columbia), par leurs identités sociopolitiques (Michigan) ou par les enjeux dérivés des ces caractéristiques socio- économiques et de ces identités sociopolitiques?

5 La remise en cause des modèles de Columbia et de Michigan (II) Critiques empiriques –Déclin de lidentification partisane –Montée de linstabilité électorale –Transformation des sociétés occidentales Individualisation (déclin des appartenances aux groupes) Post-industrialisation (déclin des classes sociales traditionnelles) Post-matérialisme –Déclin des clivages Résolution des conflits centraux le long des clivages Electeurs plus mobiles Partis attrape-tout Référence: Verba, Nie and Petrocik, The Changing American Voter, 1976

6 Déclin de lidentification partisane

7 Montée de linstabilité électorale (Pedersen1979)

8

9 Montée du post-matérialisme (Inglehart 1971, 1977, 1990, 1997)

10 Le modèle alternatif: les variables de court terme

11 Le principe de base: le vote instrumental (modèle de Rochester – A. Downs) Électeurs égoïstes Électeurs rationnels Électeurs subjectifs Électeurs capables dévaluer les offres en présence Vote purement instrumental Voter a un coût

12 Contrairement à ce que pensait Downs, linformation coûte cher Les électeurs vont donc chercher des raccourcis décisionnels (bounded rationality). Mais quels sont ces raccourcis? Comment évaluer quel est le vote optimal?

13 a.En fonction des enjeux politiques (issues) b.En fonction des candidats en lice c.En fonction de laction des dirigeants en place

14 Le vote déterminé par les enjeux Spatial voting (Downs 1957) Directional voting (Rabinowitz and McDonald 1989) Issue voting Issue ownership

15 Spatial voting Limportance de lélecteur médian Le succès électoral dépend de la position du parti A relativement à celle du parti B Nouveaux partis dans les niches inoccupées

16

17 Directional voting

18 Issue voting Les électeurs se spécialisent sur les quelques enjeux quils jugent prioritaires Ils votent pour le parti le plus proche sur ces enjeux Les clivages sont remplacés par les divisions sur des enjeux Issues or issue spaces?

19 Le poids des enjeux sur le vote en Wallonie

20

21 Le poids des enjeux sur le vote en Flandre

22

23 From Issues to Issue Spaces

24 Issue ownership Enjeux non conflictuels (valence issues vs. position issues) Le vote ne se fait donc pas sur la position mais sur la compétence estimée par lélecteur Buts de la campagne –Mettre les enjeux dont on est propriétaire à lavant (issue salience) –Décrédibiliser le concurrent sur lenjeu saillant –Construire sa propre crédibilité

25 Obama vs. Mc Cain 2008 Sondages TNS / ABC News / Washington Post Polls

26 Vers une théorie unifié? Meguid, Bonnie, Party competition between unequals: Strategies and Electoral fortunes in Western Europe, Cambridge University Press, PSO Theory: Position, salience and ownership Trois buts –Réconcilier position, salience and issue –Montrer que les partis peuvent manipuler les 3 –Montrer que la concurrence entre partis ne se fait pas uniquement entre partis proches mais aussi dun côté à lautre du spectre politique

27 Necessary Conditions for Vote-Getting in Issue-Based Party Competition 1. The policy issue is important to voters. Issue Salience 2. The party holds an attractive issue position. Issue Position 3. The party is the credible owner of the issue. Issue Ownership Focus of the Downsian model

28 Position, Salience and Ownership Theory of Party Competition Parties can manipulate: Issue Position - Function of spatial position (Downsian component) Issue Salience - Weight of issue dimension in voter decision calculus Issue Ownership -Credibility of issue advocate

29 Issue One Party A Party B Niche Party

30 Predicted Effects of the PSO Theorys Strategies (in Isolation) Mechanism StrategiesIssue Salience Issue Position Issue Ownership Niche Party Electoral Support DismissiveDecreasesNo movement No effectDecreases AccommodativeIncreasesConvergesTransfers to mainstream party Decreases AdversarialIncreasesDivergesReinforces niche partys ownership Increases

31 Predicted Effects of Mainstream Party Strategic Combinations on Niche Party Electoral Support Mainstream Party B DismissiveAccommodativeAdversarial Mainstream Party A DismissiveNP Vote Loss NP Vote Gain AccommodativeNP Vote Loss If AC>AD, NP Vote Loss If AD>AC, NP Vote Gain AdversarialNP Vote Gain If AC>AD, NP Vote Loss If AD>AC, NP Vote Gain NP Vote Gain

32 Predicted versus Observed Effects of Strategies on Niche Party Vote: Assessing the Standard Spatial Theorys Predictions

33 The Case of the Front National Radical right party in France Led by Jean-Marie Le Pen Called for a ban on further immigration to France and the forced repatriation of immigrants

34

35

36 Comment évaluer quel est le vote optimal? a.En fonction des enjeux politiques (issues) b.En fonction des candidats en lice c.En fonction de laction des dirigeants en place

37 Le vote déterminé par les candidats Quelle est la nature de linfluence des candidats? –Les qualités du candidat (Bean & Mughan 1989) –La popularité du candidat (Gigendil et al. 2000; Marsh 2007) –Personal vote vs. party vote (Marsh 2007)

38 Les qualités du candidat

39 La popularité du candidat

40

41 Personal vote vs. party vote

42

43 Comment évaluer quel est le vote optimal? a.En fonction des enjeux politiques (issues) b.En fonction des candidats en lice c.En fonction de laction des dirigeants en place

44 Linfluence des politiques menées sur le vote Economic voting –Egotropic –Sociotropic Retrospective vs. prospective voting Second order elections (mid-term loss) Protest vote

45 Economic voting (Lewis-Beck)

46 Second-order elections (Reif & Schmitt 1980) Elections ne débouchant pas sur la désignation du gouvernement (UE ou mid-term aux USA) Conséquences –Abstention plus élevée –Sanction à légard des partis au pouvoir (surtout si au bout du cycle électoral national) –Vote pour des partis mineurs Vérification pour les élections européennes de 2004 (Schmitt 2005)

47

48

49

50 Protest vote Définition: –vote pour un parti mais sans adhérer aux idées de ce parti –Utilité du vote = faire passer un message aux autres partis (et en particulier à ceux au pouvoir)


Télécharger ppt "Election et représentation Cours 5: Les approches de choix rationnel Jean-Benoit PILET Université Libre de Bruxelles."

Présentations similaires


Annonces Google