La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les spéléos à lécoute de leur environnement Cas du canyoning Le cas Français est unique. Le point de vue de lEFC (École Française de descente de Canyon)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les spéléos à lécoute de leur environnement Cas du canyoning Le cas Français est unique. Le point de vue de lEFC (École Française de descente de Canyon)"— Transcription de la présentation:

1 Les spéléos à lécoute de leur environnement Cas du canyoning Le cas Français est unique. Le point de vue de lEFC (École Française de descente de Canyon) : commission canyon de la FFS.

2 Lhistoire Depuis 1888 les spéléologues explorent les canyons En 1989, naissance de la commission canyon de la FFS (stage moniteur) Depuis 1990, très fort développement de lactivité Conflits dusage des sites

3 Le présent En 99 bilan sur limpact de la pratique sur le milieu naturel ! Actions menées par lEFC

4 Le futur Projets, partenariats. Renforcement des actions présentes Environnement législatif

5 La situation actuelle 60% des pratiquants sont inorganisés et pratiquent peu Estimation : 06 : pers./an France : , descentes/an ? 7 à 800 sites connus.

6 Les conflits Les pêcheurs. Les pouvoirs publics. Les DIREN Les maires Les préfectures Les parcs et réserves. Les écologistes

7 Les arguments des pêcheurs Les canyonistes dérangent les pêcheurs Ils dérangent le poisson Ils piétinent les frayères Ils urinent dans leau Ils abandonnent leurs déchets Ils braconnent le poisson

8 Les arguments des maires Les problèmes de sécurité Responsabilisation excessive des maires La pression sur les riverains Latteinte à lenvironnement Les arguments des riverains Propriété privée du cours deau Dérangement

9 Les arguments des écologistes Vous pénétrez des zones refuges qui étaient jusque là inaccessibles aux pêcheurs.

10 Les interdictions Arrêtés municipaux, préfectoraux. Motivés par la sécurité. Presque toujours à titre préventif, et presque toujours sans antécédent daccidents réels. (Le Raton est toujours autorisé) Motivés par la protection de lenvironnement A titre préventif et sans étude dimpact.

11 Les études dimpact 1994: Impact de la descente sportive sur les écosystèmes de 3 canyons Pyrénéens.(FFS) 1994: La pratique du canyoning dans les gorges du Verdon.(Lei Lagramusas) 1995: Pour une organisation de lactivité canyon (Parc naturel régional du Vercors) 1995:Clues et canyons du 06, étude dimpact de la pratique du canyoning (Conseil Supérieur de la Pêche des Alpes Maritimes)

12 Impact de la descente sportive sur les écosystèmes de 3 canyons Pyrénéens: Rio Vero, Canceigt, Llech Maîtrise gestion environnement (Université Paris 7) Commande de la Commission canyon FFS Analyse de la fréquentation et des pratiquants Différence de comportement et de conscience entre pratiquants débutants et confirmés. Inventaires espèces animales et végétales Pas dimpact mesuré et mesurable Pas dimpact Analyses bactériologiques de leau Pas dimpact (pollutions externes) Mesures dindices biologiques Impact lié au piétinement (Rio Vero, 2500 p/j)

13 La pratique du canyoning dans les gorges du Verdon. Suite de conclusions sur 13 canyons qui ne sont pas étayées par des mesures mais par des visites sur place concluant à des appréciations sur limpact écologique, piscicole, foncier et les risques accident ! Certains sont déjà classés en ZNIEFF : zone naturelle dintérêt écologique faunistique et floristique (site dinventaire) La conclusion générale est un tableau ou lauteur (ingénieur écologue) préconise la fermeture de 6 canyons, et propose la réglementation du reste

14 Pour une organisation de lactivité canyon (Parc naturel régional du Vercors) Tableau de 25 canyons inventoriant la présence de frayères à truites, décrevisses à pieds blanc, site classé ou non. Liste des impacts de la pratique : piétinement, dérangement, Proposition de réglementation pour partager lespace entre tous les utilisateurs. Interdiction lhiver. Gros écarts de comportement entre individuels et professionnels. Information, signalétique, brochures. Versement dune taxe uniforme des utilisateurs. Aménagement de sentier au bord de leau

15 Clues et canyons du 06, étude dimpact de la pratique du canyoning (CSP 06) Impacts observés (sans mesures) sur 17 canyons. Augmentation de la turbidité Piétinement des radiers (zone à graviers où se réfugient les macro invertébrés) Trouble à la quiétude des lieux. Conclusions : Les canyons verticaux sont moins soumis au piétinement, peu de zones à graviers.Impact faible. Impact nul si on ne touche pas le fond de la rivière. La randonnée aquatique pose plus de problème. Pour les parcours horizontaux nécessité daménager des sentiers sur la rive. Interdictions strictes à proposer sur les secteurs à écrevisses à pieds blancs

16 Les macroinvertébrés Un des premiers maillons de la chaine alimentaire de la rivière Les herbivores : « les bouteurs » Les carnivores Les omnivores Indicateurs de la qualité de leau Certains très sensibles à la pollution

17 Du point de vue du pratiquant il faut relativiser Impact relatif en km Chevelu hydrographique du 06 :1 000km de rivières pêchables Total des 30 canyons du 06: 50km Soit : 5% Donc 95% ne sont pas concernées

18 Les arguments Pas de pratique lhiver (frayères) Pas de pollutions induites par les pratiquants (détritus, bactéries) Que représente limpact des canyonistes par rapport aux crues ? Des causes de pollutions très graves subsistent sur 95% des rivières non concernées par lactivité

19 Cas de Maglia Très grosse fréquentation (pointe à 250 p/j) 10 ans après, faune toujours aussi riche. Cause : impact du piétinement réduit Etude : 5 % de la surface noyée.

20 Le pratiquant doit être responsable donc respecté ! Limpact est indiscutable, même sil est faible, il faut le réduire encore par linformation et la formation. Comportement à adopter : Le piétinement est à éviter ou à limiter au maximum. Contourner les zones sensibles, marcher sur les rochers ou nager. Rester discret, ne pas crier !

21 SAVOIR PROGRESSER DANS UN CANYON CEST 3 BONNES RAISONS POUR NE PAS MARCHER DANS LEAU ! OBJECTIFS : 1- Protection du milieu Les fonds sableux et caillouteux des cours deau recèlent une faune riche et variée constituée de micro organismes et de macro- invertébrés. Piétiner le fond de la rivière cest compromettre la survie dun écosystème fragile ! 2- Sécurité En marchant dans leau on sexpose à des glissades fréquentes qui peuvent être cause daccidents. On a donc intérêt à marcher en terrain sec le long de la rivière ou sur les rochers emmergés ! 3- Moindre fatigue La marche dans leau est un exercice très fatiguant à cause du poids de leau sopposant à la progression. Il faut dans un descente de canyon qui peut durer des heures gérer son effort en évitant toute dépense énergétique inutile. MISE EN PRATIQUE : Dans un canyon on ne marche pas dans leau ! On nage quand leau est assez profonde. (avec la flottabilité que donne la combinaison, 40 cm deau suffisent). sil y a moins de 40 cm, on marche sur le bord ou sur les blocs au sec ! (on sapercoit que dans 95% des cas cest possible, les endroits ou deux parois verticales tombent dans 20 cm deau sont très rares). quand on sort dun bassin profond en nageant on essaye de se relever le plus tard possible en rejoignant le bord ou une zone rocheuse. Quand on doit marcher dans leau on choisit les fonds rocheux plutot que les fonds caillouteux !

22 Protéger ce que lon ne voit pas ! Formation des moniteurs Détermination de lindice biologique de la rivière Prélèvements de macro invertébrés Observation et identification (binoculaire) On ne marche plus jamais de la même façon dans un canyon !

23 Observer le milieu PLAN DE LETUDE DE CANYON HYDROGRAPHIE : -tracé du chevelu hydrographique du canyon -tracé du bassin versant - calcul de sa superficie - point haut - point bas -situer habitations et routes HYDROLOGIE : -influence du climat -influence de la géologie -calcul du débit du jour -température de leau GEOLOGIE : -nature, origines, âge et structure des roches -formation du canyon FAUNE AQUATIQUE : -repérage et identification de toutes les espèces -analyse de la qualité de leau FLORE – FAUNE TRRESTRE – ENVIRONNEMENT HUMAIN

24 Les travaux de nettoyage

25 Lavenir, fin de laqualand ! Accroître la sensibilité au milieu des pratiquants. Pour faire deux des défenseurs et des protecteurs de leur espace naturel favori. Comme les pêcheurs, ils devront gérer cet espace. Une information (panneaux) sur le milieu, conséquente et détaillée devra être systématique à lentrée des sites fréquentés.

26 Les projets Accroître encore les connaissances concernant le milieu de tous les cadres, fédéraux et professionnels. Partenariat avec le CSP pour leur formation Communication dans les magazines de pêche

27 Laspect législatif Fin de linfantilisation des pratiquants ! Le législateur devra tenir compte de cela et prévoir en amont des interdictions, des procédures de conventions avec des associations pour la gestion des espaces naturels.

28 Retour à DIAPORAMAS


Télécharger ppt "Les spéléos à lécoute de leur environnement Cas du canyoning Le cas Français est unique. Le point de vue de lEFC (École Française de descente de Canyon)"

Présentations similaires


Annonces Google