La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Exemples de prise en charge de la douleur en rééducation : - une technique active - une technique passive R. SULTANA et S. MESURE Version du 20/02/2012.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Exemples de prise en charge de la douleur en rééducation : - une technique active - une technique passive R. SULTANA et S. MESURE Version du 20/02/2012."— Transcription de la présentation:

1 Exemples de prise en charge de la douleur en rééducation : - une technique active - une technique passive R. SULTANA et S. MESURE Version du 20/02/2012 1

2 1. La nage de salon : une technique active de prise en charge de la douleur en rééducation 2

3 3

4 « Lété je ne souffre plus de lombalgies car je nage deux fois par jour, mes douleurs reviennent à lautomne, lorsque jarrête cette activité ». 4

5 5 Le Président J.F. Kennedy avait lhabitude de nager pour prévenir et calmer ses algies vertébrales.

6 Pourquoi la natation a-t-elle cette action ? Est-il possible deffectuer hors de leau, des exercices qui auraient les mêmes propriétés que la natation ? Peut-on apprendre ces exercices à un patient qui ne possède pas de piscine ? Quel est léchauffement idéal du sportif et du travailleur pour prévenir les algies vertébrales, les élongations, les claquages, etc. ? Cest à partir de ces constatations et de ces interrogations que sont nées les « nages de salon » encore appelées « nages sans eau » ou « natation à sec ». 6

7 Les nages de salon permettent de reproduire sur terre les effets de la natation (apesanteur, antalgie, etc.). Leur champ dapplication est vaste : prévention et traitement de fond des lombalgies, dorsalgies et cervicalgies, échauffement des sportifs et des travailleurs, remise en forme des sujets sains, etc... Elles nécessitent un matériel très sommaire (un lit ou un tapis) et peuvent donc être pratiquées facilement chez soi, en cabinet de kinésithérapie ou dans une salle de gymnastique collective. 7

8 Elles se pratiquent sans eau, sur un simple tapis ou sur un lit. Elles possèdent les mêmes vertus que la natation. Elles sont le fruit dun important travail de recherche concernant laction du milieu aquatique sur lorganisme, la natation, la biomécanique, les différentes approches de rééducation vertébrale et les techniques déchauffement. Elles permettent de simuler laction de la natation en adaptant les techniques les plus employées en kinésithérapie. De même que la natation, elles nécessitent un apprentissage spécifique avant de pouvoir être exécutées de manière coordonnée, harmonieuse, fluide et efficace 8

9 9 exemple de nage de salon : le « dos crawl de salon ».

10 10

11 11 REMARQUES : il ne sagit pas des mouvements habituels de la natation que lon reproduit à sec ce sont des mouvements inédits et adaptés au travail « à sec » en position couchée sur le dos ou sur le coté

12 LES BASES THÉORIQUES 12

13 1) Apesanteur Pour reproduire leffet de la poussée dArchimède sur le rachis du patient immergé (apesanteur), on utilise les positions couchées sur le dos (décubitus), sur le côté droit et gauche (décubitus latéral) ou plus rarement sur le ventre (procubitus). On peut aussi utiliser les semi - suspensions (à lespalier, une branche darbre, etc). Conséquences : absence de compression de la colonne vertébrale et des membres inférieurs par le poids et linertie de la tête et du tronc, facilitation dune bonne attitude en auto-grandissement du rachis au cours des exercices. 13

14 2) Mouvements rythmiques actifs de grande amplitude des quatre membres et du tronc Pour reproduire leffet du travail actif global modéré engendré par la natation : Au niveau des membres, on utilise des mouvements rythmiques de grande amplitude permettant de passer : - de la flexion à lextension, - de la rotation interne à la rotation externe, - de labduction à ladduction. Au niveau du rachis, on utilise une alternance de linclinaison latérale droite et gauche comme dans la technique de Kabat appelée « accordéon latéral » ou dans la « pince ouvrante unipodale » de Sohier. On utilise également les rotations vertébrales sans pesanteur (comme dans le crawl). 14

15 3) Assouplissements On passe dune position de la colonne vertébrale et des membres à une position inverse, en évitant tout de même les mouvements dangereux comme lhyperlordose ou lhypercyphose lombaire. Par exemple, on passe : de lallongement du côté droit (côté droit de la colonne vertébrale, membre supérieur et inférieur droit) à lallongement du côté gauche, de la flexion à lextension des membres. Cela permet un étirement et un assouplissement des articulations, des muscles mono et polyarticulaires, des chaînes musculaires et aponévrotiques. 15

16 4) Travail musculaire global faisant intervenir tous les muscles du corps. Pour un travail musculaire doux au niveau des membres supérieurs et inférieurs sans risque de détérioration des articulations, on additionne plusieurs résistances : quelques secondes de Stretching en fin de mouvement, le travail contre pesanteur, le travail contre la visco-élasticité des tissus articulaires et péri- articulaires (les forces de frottements internes qui freinent les mouvements et lélasticité des muscles antagonistes). La vitesse doit être adaptée aux possibilités de chaque sujet (en général on va trop vite), cependant il faut savoir ajuster quotidiennement le rythme des mouvements en fonction de la forme générale. Ce travail actif des 4 membres et du tronc sans contraintes de compression minimise le risque de « faux mouvements ». 16

17 5) Massages associés aux mouvements Les variations de pression entre le sol et les points dappui du sujet permettent un massage dorsal, lombaire et fessier au cours des mouvements. Seuls les exercices effectués dans la position couchée sur le dos bénéficient de cet effet. Cette position est donc particulièrement indiquée en cas de douleurs vertébrales. 17

18 6) La respiration Chez le débutant, la respiration est naturelle, pour faciliter lapprentissage des différentes « nages ». On associera progressivement la respiration aux exercices. Parmi les différents types de respiration, on retiendra (en particulier chez le lombalgique et chez les personnes devant transporter des charges lourdes) la respiration abdominale deffort Cette technique permet d augmenter la pression intra-abdominale et intra-thoracique au cours des efforts. De ce fait, une partie des contraintes en compression subies par le rachis est absorbée par la « poutre composite » que constituent le thorax et labdomen sous pression. Elle consiste à effectuer les efforts en apnée inspiratoire avec le ventre rentré (contraction de la sangle abdominale et du périnée). Autre intérêt de cette alternance de pressions et de dépressions abdomino- thoraciques : un véritable massage interne des organes intra-abdominaux et de la partie antérieure du rachis. 18

19 7) Possibilité de quantifier les performances pour augmenter lendurance 100 mouvements de nage de salon sont approximativement équivalents (en nombre de mouvements et en coût énergétique) à 200 mètres de natation. Exemple de progression chez un lombalgique : effectuer 3 séances courtes par jour (le matin avant de partir au travail, le midi et vers 17 heures). On augmente progressivement le nombre de mouvements pour arriver à effectuer chez un sujet jeune : 4 séries différentes de 25 mouvements alternatifs (total 100 mouvements à chaque séance en une dizaine de minutes environ). 19

20 8) Echauffement et amélioration de la circulation sanguine. Au bout de quelques dizaines de mouvements, le participant ressent un effet déchauffement qui se manifeste en hiver par le besoin de quitter le pull-over et douvrir les fenêtres. Cet effet est important non seulement pour les sportifs avant la compétition, mais aussi pour les sujets souffrant de douleurs vertébrales avant les « petits » efforts de la vie courante et du travail. 20

21 8) Echauffement et amélioration de la circulation sanguine. Lamélioration de la circulation sanguine au cours des exercices est donc systématiquement recherchée par plusieurs techniques : La fermeture et louverture rythmique des mains (avec appui des doigts dans la paume de la main à chaque flexion) permet daccélérer la circulation veineuse des membres supérieurs. La flexion dorsale et la flexion plantaire alternatives jouent le même rôle au niveau des membres inférieurs. La compression et la décompression des veines sont réalisées à chaque mouvement de dorsiflexion par laponévrose postérieure de la jambe. Le Doppler veineux démontre laugmentation de la circulation veineuse au cours de ces mouvements alternatifs. Lamélioration de la circulation sanguine est aussi le résultat des contractions et décontractions alternatives des muscles au cours des exercices (cet effet est appelé : troisième coeur de Starling). Le pouls du sujet augmente modérément au bout de quelques exercices et dépasse rarement 100 pulsations / minutes. 21

22 Lamélioration de la circulation sanguine permet : une meilleure nutrition des tissus et par conséquence, une amélioration du fonctionnement des articulations et des muscles, une accélération de la cicatrisation en cas de lésions. Elle prépare aux efforts sportifs, professionnels ou autres (technique de mise en train avant leffort). 22

23 23

24 9) Redressement vertébral induit par la position couchée Les exercices en décubitus améliorent la position du rachis non seulement grâce à lapesanteur, mais aussi et peut être surtout grâce à lappui du rachis sur le sol. Ce redressement bien connu des spécialistes du rachis est mesuré par le coefficient de réductibilité. Exemple 1 : une scoliose de 100° sur une radio de face en position debout qui se réduit à 50° sur une radio en décubitus Le coefficient de réductibilité est de 50 % Exemple 2 : une cyphose de 100° sur une radio de profil en position debout qui se réduit à 75° sur une radio en décubitus Le coefficient de réductibilité est de 25 % Les nages de salon effectuées en décubitus avec le moins de coussins possible bénéficient de ce redressement des courbures antéro-postérieures et latérales qui est supérieur au redressement dans leau ou en quadrupédie 24

25 Nage de salon avec traction manuelle 25

26 La pratique des nages de salon ne prétend pas remplacer : le repos physiologique (heures de sommeil et périodes de repos couché dans la journée indispensable aux rachialgiques chroniques), lhygiène alimentaire et en particulier la lutte contre lexcès pondéral, une bonne connaissance de lergonomie du rachis (les gestes à faire et ceux quil vaut mieux éviter). la maîtrise des techniques spécifiques à chaque activité sportive ou professionnelle. 26

27 27 Il ne viendrait jamais à lidée dun sportif de bon niveau de faire un match ou une compétition sans échauffement préalable

28 28 Sans échauffement, risques importants de : mauvaises performances entorses, claquages musculaires, lumbago et hernies discales, etc.

29 29 travailler sans échauffement Il est par contre très fréquent deffectuer les activités de la vie quotidienne ou de travailler sans échauffement. Pourtant, les risques sont les mêmes que dans le sport Ces risques augment avec lâge

30 30 séchauffer avant toute activité physique Il est impératif de séchauffer avant toute activité physique En particulier, pour prévenir les risques de lumbago, lombalgies, sciatiques Ces risques ne sont pas négligeables (première cause darrêt de travail dans un centre de rééducation)

31 31 Lidéal est de pratiquer chaque matin une technique déchauffement Une préparation sérieuse dun quart dheure est nécessaire et suffisante pour échauffer son corps

32 32 exemple exemple : nages de salon Échauffement par les nages de salon

33 33 REMARQUES : il ne sagit pas des mouvements habituels de la natation que lon reproduit à sec ce sont des mouvements inédits et adaptés au travail « à sec » en position couchée sur le dos ou sur le coté

34 34 Nage de salon n°2 = nage indienne - côté droit - puis côté gauche

35 35 nage de salon n°3

36 36 Nage de salon n°4 « debout »

37 37

38 38 apprentissage spécifique De même que la natation, les nages de salon nécessitent un apprentissage spécifique avant de pouvoir être exécutées de manière cordonnée, harmonieuse, fluide et efficace. Leur apprentissage est plus facile que la natation et de ce fait, possible jusquà un âge avancé

39 39 Le champ dapplication des nages de salon est vaste : prévention et traitement de fond des lombalgies, cervicalgies et dorsalgies, échauffement des sportifs et des professionnels, remise en forme dun sujet sain quel que soit son âge, etc...

40 40 Natation Nage de salon supprimer la pesanteur la poussée dArchimède permet de supprimer la pesanteur absence de pesanteur absence de pesanteur liée à la position couchée (décubitus ou latérocubitus) Lapesanteur joue un rôle favorable dans : Les arthroses Les douleurs rachidiennes (sciatiques, lombalgies, dorsalgies, cervicalgies)

41 41 Natation Nage de salon mouvements rythmiques actifs de grande amplitude des quatre membres et du tronc

42 42 Natation Nage de salon travail musculaire sans contraintes importantes de compression : contre la résistance de leau (mouvements sous marins) contre la pesanteur (mouvements aériens du crawl et dos crawlé) contre la visco - élasticité des tissus articulaires et péri-articulaires travail musculaire sans contraintes importantes de compression : stretching en fin de mouvement travail contre pesanteur travail contre la visco - élasticité des tissus articulaires et péri - articulaires

43 43 Natation Nage de salon Dans ces deux activités : Auto-assouplissements Auto-assouplissements pour les mouvements de grande amplitude.

44 44 Nage de salon n°4

45 45 Nage de salon n°5 avec stretching du droit fémoral et des inschios-jambiers sur le côté droit puis sur le côté gauche

46 46 Natation Nage de salon Dans ces deux activités, Préparation aux autres efforts Préparation aux autres efforts : sportifs lors des AVQ ludiques professionnels échauffement, augmentation de la circulation sanguine, etc...

47 47 Natation Nage de salon MASSAGES associés aux mouvements grâce aux forces de frictions entre : la peau qui possède une certaine rugosité et leau qui possède une certaine viscosité. MASSAGES associés aux mouvements grâce aux variations de pression entre : le sol et les points dappui du sujet

48 48

49 49

50 2. Le SHIATSU : une technique passive de prise en charge de la douleur en rééducation 50

51 51

52 52

53 53

54 54

55 La poitrine : correspondance : face interne des membres sup. 55

56 Théorie du proche et du distant Traitement proche du mal = Traitement étiologique Action sur la cause du mal Traitement à distance = Traitement symptomatique Action sur la douleur (points aspirine) 56

57 Théorie du proche et du distant Traitement proche du mal = Traitement étiologique Action sur la cause du mal Exemple : dans une cervicalgie avec douleurs modérées, action sur la région cervicale. Manœuvres avec 3 actions : Massages-pressions sur les points « fenêtres du ciel » Tractions douces Mobilisations (allongements de nuque avec rentré du menton) 57

58 58

59 Théorie du proche et du distant Traitement à distance = Traitement symptomatique sur la douleur à laide de « points aspirine », « points réflexes », « points à distance » Exemple : dans une cervicalgie aigue, action sur les points des membres supérieurs qui entraine une analgésie ou une diminution de la douleur du cou 59

60 60

61 Autre exemple de traitement proche ou distant 61

62 Théorie du proche et du distant Traitement proche du mal = Traitement étiologique Action sur la cause du mal Exemple : dans une lombalgie avec douleurs modérées, action directement sur la région lombaire douloureuse Manœuvres avec 3 actions : Massages-pressions sur le sacrum Tractions douces Mobilisations (allongement lombaire avec diminution de la lordose) 62

63 Théorie du proche et du distant Traitement à distance = Traitement symptomatique Action sur la douleur à laide de « points aspirine », « points réflexes », « points à distance » Exemple :dans une lombalgie aigue, laction sur certains points des membres inférieurs entraine une analgésie ou une diminution de la douleur lombaire 63

64 La théorie des méridiens et les explications traditionnelles sont considérées comme des métaphores Qui mexpliquera laction des techniques orientales par des données scientifiques plus modernes ? 64

65 Grâce à Douglas MacArthur Tentative dexplications de laction du SHIATSU à la fois par lanatomie et la physiologie occidentale et par la tradition orientale 65

66 66

67 67

68 68

69 69

70 70 Mr. le Professeur Maurice Laude, Doyen de la Faculté de Médecine d'Amiens, Professeur d'Anatomie et d'Organogenèse fait un schéma assez similaire pour tenter dexpliquer les effets du massage réflexe sur les organes profonds

71 2012/02/19/prise-en-charge-de-la-douleur-en-reeducation.html 71

72 72


Télécharger ppt "Exemples de prise en charge de la douleur en rééducation : - une technique active - une technique passive R. SULTANA et S. MESURE Version du 20/02/2012."

Présentations similaires


Annonces Google