La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Quelle attitude face au mal?. « La vie est un assez mauvais présent » (Rousseau) Face à omniprésence, universalité, inéluctabilité du mal, +sieurs attitudes.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Quelle attitude face au mal?. « La vie est un assez mauvais présent » (Rousseau) Face à omniprésence, universalité, inéluctabilité du mal, +sieurs attitudes."— Transcription de la présentation:

1 Quelle attitude face au mal?

2 « La vie est un assez mauvais présent » (Rousseau) Face à omniprésence, universalité, inéluctabilité du mal, +sieurs attitudes possibles:

3 -> accepter que « sort de lhomme est de souffrir dans tous les temps »(Rousseau), mais nest-ce pas entériner lidée que le bonheur est impossible? (Schopenhauer)

4 -> sopposer au mal par laction bonne, mais est-ce un remède efficace contre le mal?

5 -> combattre le mal par le mal, mais nest- ce pas alors le laisser triompher?

6 -> spéculer sur le mal, sen faire un allié, devenir son bras, mais nest-ce pas saliéner?

7 En labsence dauthentique logique de « divertissement », le médecin de Macbeth échouant à sonder lurine de lEcosse pour purger lady Macbeth dun mal moral et métaphysique qui nest pas de son ressort et Thérèse retournant la logique du divertissement pascalien pour faire du mal à la fois la cause, le moyen et la fin dune destinée terre à terre, conférant lêtre au néant, les personnages de nos trois œuvres oscillent entre 3 attitudes, dont 2 se recoupent :

8 1- Acceptant que « le sort de lhomme est de souffrir dans tous les temps », accueillir le mal subi comme une épreuve, le moyen déprouver sa grandeur dâme et son courage et de faire, par la compassion, « une action louable et vertueuse »

9 position des Stoïciens, dont Rousseau nest pas éloigné dans la PFVS, mais qui pose question:

10 -> La raison sort-elle toujours victorieuse de son combat contre les passions ? (Rousseau sait très bien que non, puisquelle erre, si elle nest pas éclairée par la voix de la conscience).

11 -> Puis-je tjs, comme Descartes le proposait dans sa lettre à Elisabeth ( ), « considérer les événements à la manière des histoires tristes et lamentables que nous voyons représenter sur un théâtre? » (la métaphore filée de labsurdité du theatrum mundi montre quil nen est rien à lacte V, scène 5 de Macbeth)

12 -> Ny a-t-il pas des situations (oppression, occupation) dans lesquelles lacceptation ou la soumission sont moralement inacceptables et politiquement/ pratiquement inefficaces, voire désastreuses (cf Ecosse sous la tyrannie de Macbeth)

13 2- Se révolter contre le mal de scandale / le scandale du mal -> révolte, résistance, engagement, lutte -> sy opposer par action bonne, générosité, charité. -> combattre, «vaincre » le mal par le mal

14 Sartre Cahiers pour une morale, p : il nest pas toujours possible de préférer aux attitudes négatives contre le mal des attitudes +tives et de dire que « le mal ne doit pas être vaincu par le mal mais par la +tivité pure, ou encore quon « combat loppression par la charité ». Quand le bien est aliéné, le choix du mal pour le mal est lunique ressource de lopprimé pour affirmer sa liberté: « quand le Bien est aliéné, càd quil est entre les mains de lAutre, la liberté na de ressources que dans le Mal »

15 La violence de la révolte brouille donc les frontières entre le Bien et le mal: elle est « objectivement et subjectivement un crime », mais elle révèle en se manifestant la violence et loppression qui se dissimulent sous un régime dordre. Le surgissement de la violence, qui ne donne rien de +tif, mais annule, est la seule attitude possible pour certains hommes, lorsque autrui « crée pour certains hommes limpossibilité permanente dêtre homme ».

16 3- Miser sur le mal Reconnaître sa puissance et sa nécessité pour mieux participer à son mvt -> en faire son allié -> être un de ses bras

17 I- « jetez les yeux sur ce théâtre de misères qui nous fait en le contemplant déplorer le triste destin de lhomme » (Rousseau, Lettres morales »

18 I-1 Aucune des œuvres au programme ne cède à la tentation du désespoir ou de la révolte (incarnée par le pessimisme de Schopenhauer ou le primat de la souffrance dans Les Frères Karamazov de Dostoïevski pour ceux qui ont travaillé sur ces textes en khôlle).

19 -> A lamentation, plainte, souffrance de Macduff apprenant massacre des innocents (IV 3), Malcolm opp nécessité dagir, après avoir soulagé poids de la peine par verbalisation du chagrin cf IV,3, p.122).

20 -> « Rééducation » du jeune prosélyte par attention + partage dexpérience de pensée pallier chute du jh dans mal, qui a provoqué doute métaphysique + quasi mort morale. (prologue)

21 I-2 Trajectoire du vicaire reprend celle de Job + des Stoïciens

22 Rappel : Livre de Job -> Pari Dieu/ Satan sur foi + tentation : à D qui offre morale + foi de Job en exemple, Satan répond « étendez un peu votre main et frappez tout ce qui est à lui, et vous verrez sil ne vous maudira pas en face »

23 D relève défi et Satan détruit biens, enfants de Job, couvert dulcères. Job se lève, déchire manteau, rase tête, se jette par terre et se prosterne: »Je suis sorti nu du sein de ma mère, je retournerai dans le sein de la terre. LEternel a donné et lEternel a ôté: que le nom de lEternel soit béni » (I,21)

24 le refus de répondre au mal par le péché, dimputer à Dieu la responsabilité de linjustice dont il souffre. Garde foi malgré questionnement.

25 // Trajectoire du vicaire pensée sur modèle biblique: homme naturel, éprouvé, non + par Satan, ms par injustice dordre social contre nature. Devant mal, doute, ms cherche non à tirer trait sur foi, mais ce en quoi il faut croire. Or décidant de croire, disculpe D. dorigine dun mal purement humain et se rend à évidence: « nos + grands maux nous viennent de nous ».

26 Doù acceptation du mal

27 Accepter mal nest pas se condamner au malheur Pr autt acceptation de cet état de fait nimplique pas condamnation dhomme au malheur : « lauteur de toute justice ayant fait les hommes sensibles, ne les a pas faits pour souffrir » Ho peut cn bonheur ds monde où mal est tjs possible (rappel: PFVS = réponse à question incrédule sur bonheur du vertueux)

28 Or bonheur malgré mal suppose consentement au destin (« le tout est bien »)

29 position proche de celle des Stoïciens

30 PFVS « Que lui demanderais-je? Quil changeât pour moi le cours des choses, quil fît des miracles en ma faveur? Moi qui dois aimer par-dessus tout lordre établi par sa sagesse et maintenu par sa providence, voudrais-je que cet ordre fût troublé par moi? Non, ce vœu téméraire mériterait dêtre +tôt puni quexaucé »

31 sage élimine de son âme toute hostilité envers ordre cosmique et consent au cours des choses.

32 Oraison à la fin de la PFVS « pour mélever davance autant quil se peut à cet état de bonheur, de force et de liberté, je mexerce aux sublimes contemplations. Je médite sur lordre de lunivers, non pour lexpliquer par de vains systèmes, mais pour ladmirer sans cesse, pour adorer le sage auteur qui sy fait sentir. Je converse avec lui, je pénètre toutes mes facultés de sa divine essence ; je mattendris à ses bienfaits, je le bénis de ses dons ».

33 Bilan Rousseau: acceptation sans fatalisme

34 3-Acceptation dune tt autre nature ds M + AF A) Macbeth -> Lady Macbeth accueille le mal en adhérant, sans se poser de ?, aux prophéties des sorcières Cf I,5 »Viens ici, que je puisse par la force de ma langue/ Chasser ce qui tempêche de ce cercle dor/ Par quoi le sort et le secours surnaturel/ Semblent te couronner »

35 -> M + sinueux: - épouvanté p fantasmes pfds + noirs=> - volonté dagir en homme: « jose tout ce qui peut convenir à un homme. Qui ose + nen est pas un » - ms se fait progressivement réceptacle du mal et le revendique: « démon dEcosse »(IV,3) portant « un nom + damné quaucun dans lEnfer » (V,7).

36 b) AF acceptation naturalité du mal -> Th accueille cruauté censée la combler, fait pari du mal et sengage ds anti- religion cf catéchisme infernal: »naide pas, ça ruine. Naime pas. Malheureusement, cest difficile. Alors, aime-toi. Cest toujours ça de gagné »

37 -> Pari de Pascal inversé (« je me voyais une éternité de bonheur »): « si cest lenfer, je rôtirai et je donnerai faim à tout le monde »; »être terre à terre était pour elle une aventure + riche que laventure céleste pour les autres »

38 Cf Agnès Lande : »Th connaît le mal et prend délibérément les risques du mal, elle envisage froidement les risques du mal et choisit, comme un libertin conséquent, de les assumer »

39 3- Mais cette position est-elle tenable? a)AF -> Certes, Th affiche bonheur > celui qui craint enfer cf « elles risquent gros, mais nont pas la moitié du plaisir quelle a » -> De + Th a dernier mot -> Ms « il me reste moi » absolue solitude du méchant.

40 b) M et AF: solitude des âmes noires Cf M, IV 3 « des légions horribles de lenfer ne peut venir un démon/ Damné en vice au point de surpasser Macbeth »; »il est luxurieux, avaricieux, faux, trompeur, impulsif et méchant et en odeur de tous péchés portant un nom »

41 « il ny a que le méchant qui soit seul » (Diderot) Folie + monstruosité de qui na + pr compagne que la mort

42 A jouer avec mal, on en devient captif: on croit le posséder, mais on nest que son instrument: cest lui qui tient captif. Le pari du mal ne protège ni celui qui le fait ni celui qui pense lanéantir dans la lutte.

43 II- Combattre le mal

44 1- Le mal, qui existe, ne devrait pas être Epicure « ce monde que Zeus a créé na pas besoin pour lui donner valeur et beauté de brigands, de meurtriers, de parricides et de tyrans »

45 Doù Véhémence de la plainte (lamentation + protestation procès) -> épigraphe des AF « oh! » -> Horreur! Horreur! Horreur! Sidération de regard + indicible

46 2- Mais aussi antidode: affirmation de valeurs face au mal -> M: roi saint guérit mal en apposant écrouelles

47 -> Rousseau: conscience « Conscience, conscience, instinct divin, guide infaillible et sûr » permet de résister aux tentations cf « je ne lui demande pas non + le pouvoir de bien faire: pourquoi lui demander ce quil ma donné? Ne ma-t-il pas donné la conscience pour aimer le bien, la raison pour le connaître, la liberté pour le choisir? »

48 Transmission de valeurs qui guérissent du mal: PFVS -> leçon par lexemple: « récit des belles actions dautrui » ranime dans cœur du jeune prosélyte « ardeur généreuse », p > V propose vérité de son cœur à autre cœur pour y éveiller des sentiments analogues

49 objectif non de transmettre valeurs péremptoirement, mais de les exciter/ éveiller dans lâme du jeune expatrié cf écrit à 1 ère personne: en contemplant exemple dun autre aux mœurs irréprochables, en se laissant persuader par parole, jh apprendra valeurs du bien.

50 3- Action bonne Mme Numance: combattre le mal par la charité « Jai ce que je donne » Mathieu 5, , faire le bien est un devoir.

51 « Vous avez appris quil a été dit : Tu aimeras ton proche, et tu haïras ton ennemi. Et moi je vous dis : Aimez vos ennemis et priez pour ceux qui vous persécutent, afin que vous deveniez enfants de votre Père qui est dans les cieux ; car il fait lever son soleil sur les méchants et sur les bons, et descendre la pluie sur les justes et sur les injustes. Si en effet vous aimez ceux qui vous aiment, quelle récompense méritez-vous ? Les publicains eux-mêmes nen font-ils pas autant ? Et si vous ne saluez que vos frères, que faites-vous dextraordinaire ? Les païens eux-mêmes nen font-ils pas autant ?Vous donc, vous serez parfaits comme votre Père céleste est parfait. «

52 b) Mais -> Mais est-ce une réponse efficace au mal? Cf critique marxiste de charité chrétienne, mécanisme pervers qui, pour être exercé, implique pauvreté + souffrance

53 -> Surtout duplicité du bien ->mise en scène: »on les voyait très bien, comme au théâtre ».

54 -> générosité = cruauté: « quelle arme terrible », le « plaisir de donner »; une « arme de roi ».

55 -> Th victime de cette cruauté/ générosité: « le pavillon, cétait un fuseau pour que la belle se pique au doigt et sendorme ». -> Quand Th se réveille, il ne lui reste rien, sinon une névrose: « elle navait + figure humaine ».

56 générosité + don gratuit ont détruit Th et cet anéantissement accouche dune vengeance en forme de longue jouissance sadique devant « lachèvement » de F. Bonté + générosité = autre face des ténèbres.

57 III « pourquoi ne pas rendre le mal pour le mal à lennemi » (Les Choéphores) violence pour dépasser aliénation

58 Le mal appelant le mal, la violence reste la seule antidote au désordre dans Macbeth vs R rejette comme inefficace léradication du mal par le mal. fossé anthropologique sépare tragédie shakespearienne où on soigne mal p mal, et PFVS, où on soigne mal p contemplation beau

59 AF: échec de tt remède contre mal => parier sur le mal, pactiser avec lenfer.

60 1- Macbeth -> Vertueux roi Duncan commande « mort immédiate » de Cawdor pour conjurer tt danger dinstabilité pol et de trouble

61 -> Nécessité du recours aux armes pour détrôner tyran et purger Ecosse du démon: à la tête dune armée de libération, un homme + sombre que le noir M, un ho qui a commis « des méfaits sans limites », Malcolm: de laffrontement de deux êtres maléfiques naîtrait le Bien.

62 -> duel Macduff/ Macbeth

63 2- Réflexion de Rousseau sur catharsis toute tentative de moralisation par les spectacles est vouée à léchec p.85 // Lettre à dAlembert sur les spectacles: confrontation au spectacle du vice ne purifie pas cœur de lhomme, car lintérêt se porte vers le bien et non vers le mal.

64 Tuer le mal par le mal est impossible parce que lhomme est naturellement bon

65 3- AF: le mal ne guérit pas du mal -> Certes mal (Th) élimine autre mal (F) -> Ms mal triomphe et perdure avec T « fraîche comme une rose » au petit matin de veillée funèbre Mal, chose naturelle, composante de vie: personne ne soffusque des révélations.

66 Ccl difficile déchapper au mal vouloir le combattre ou faire mine dentreprendre de le faire = contribuer à son maintien et à sa puissance, dès ls que la violence brouille frontières Bien/ mal et nétablit règne du bien que par anéantissement effectif du mal: ne substitue-t-elle pas, au fond, le mal au mal?

67 -> Quitte à subir, inévitablement, mal, pourquoi ne pas parier sur lui, sengager dans lanti-religion du mal pour éprouver la volupté dune forme dabsolu:

68 AF » je me disais, il faudra tromper quoi, en grand, pour gagner les vrais galons? Tromper la haine, cétait de leau de rose. Tromper lavarice, cétait de leau de boudin. Tromper lamour, dun seul coup, je trompais tout. Cest ce quil y avait de mieux » =

69 pacte diabolique et pari inversé du mal, avec constat cynique que mal vainc Th comme opposé de « sainte à lenvers »

70 Mais à quoi ressemble lissue de ceux qui se sont engagés dans le mal: solitude absolue de celui qui est captif dun mal qui le déshumanise.

71 Le mal étant notre destin, seul le pardon, qui nest pas loubli, pourrait nous en délivrer, mais aucune de nos œuvres ne le propose comme alternative. Il ny a pas de rédemption dans les œuvres au programme.


Télécharger ppt "Quelle attitude face au mal?. « La vie est un assez mauvais présent » (Rousseau) Face à omniprésence, universalité, inéluctabilité du mal, +sieurs attitudes."

Présentations similaires


Annonces Google