La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Descartes : Entendement /jugement Kant : Différentes sortes de jugements Jugement de valeurs, opinions,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Descartes : Entendement /jugement Kant : Différentes sortes de jugements Jugement de valeurs, opinions,"— Transcription de la présentation:

1 1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Descartes : Entendement /jugement Kant : Différentes sortes de jugements Jugement de valeurs, opinions, préjugés 3. Questions / Discussion : 3 questions, 20 mn environ par question. 4. En guise de conclusion Choix des sujets du second trimestre Réunion préparée avec Michèle Bayle, Martine Galibert, Daniel Amat et Gérard Hubert

2 Étymologie et définitions Étymologie : Étymologie : Juger vient du latin judicare, rendre un jugement, de jus le droit et dicere, dire. Définitions : Définitions : Le Robert : Action de juger ; décision en justice. Prononcer, rendre un jugement. Opinion favorable ou défavorable. Synonymes : point de vue, avis, sentiment. Faculté de lesprit permettant de bien juger des choses qui ne font pas lobjet dune connaissance certaine, ni dune démonstration rigoureuse. Synonymes : discernement, perspicacité, bon sens. Dictionnaire de philosophie Godin : Au sens originellement judiciaire, détermination dune sanction pour un acte délictueux ou criminel. Au sens logique ; pouvoir ou faculté de discerner ou daffirmer les rapports entre les concepts. Au sens psychologique et moral, aptitude à discerner, comparer, évaluer, hiérarchiser, ce qui est vrai ou faux, bien ou mal, utile ou inutile, important ou accessoire.

3 Notions /concepts Rendre possible lénoncé de la vérité est-il la fonction majeure du jugement ou au contraire faut-il ne pas juger pour accéder à la vérité ? 1.Jugement, entendement et vérité Descartes (4iem méditation) distingue : la puissance de connaître que la plupart des philosophes nomme lentendement la puissance délire qui est la faculté de porter librement des jugements. Beaucoup moins limité que notre entendement (incapable dembrasser la totalité des objets possibles de connaissance), notre faculté de vouloir, de choisir, de juger peut sexercer y compris sur des choses que nous ne maîtrisons pas. Un jugement peut donc être vrai ou faux. On peut même dire que le problème de la vérité ne se poserait même pas si nous ne disposions ni du langage, ni de la faculté dénoncer des jugements. 2.Différentes sortes de jugements Un jugement, dans sa forme élémentaire, unit un sujet (A) à un prédicat (B) par la médiation dune copule : A est B (jugement affirmatif) par ex « les hommes sont mortels » ou négatif A nest pas B par ex « les hommes ne sont pas immortels » Kant distingue : Jugement analytique dont le prédicat est implicitement contenu dans le sujet par ex «tous les corps sont étendus » Jugement synthétique dont le prédicat est la synthèse a posteriori entre plusieurs données de lexpérience par ex « cet homme est grand » Jugement synthétique a priori dont le prédicat ne se réfère pas à lexpérience par ex en mathématique 3+4=7 ou en philosophie « tout ce qui arrive a une cause » 3.Jugements de valeurs, opinions, préjugés Reste le cas des jugements qui échappent aux critères de la vérité et de lerreur. Ce sont les propositions qui expriment des choix subjectifs : des opinions dont le bien-fondé ne peut être établi par confrontation avec la réalité, des jugements de goût ou de valeur, fondements dun choix éthique ou critères dappréciation dune oeuvre dart.

4 La hiérarchie des ordres dAndré Comte-Sponville Primautés et primats /Angélisme et barbarie Lordre de lEconomie, des sciences et des technologies Cest lordre où lon se pose la question du vrai et du faux, du possible et de limpossible. Cest lordre de la « matière »; de la vérité par excellence. Lordre juridico-politique Cest lordre où lon se pose la question du légal et de lillégal. Cest lordre des lois de la vie en société. Cest parce que nous manquons de moralité que nous avons besoin de lois. Lordre de la morale Cest lordre où lon se pose la question du bien et du mal. Cest lensemble de nos devoirs : des règles que lon se fixe soi-même. Cest parce que nous ne sommes pas tout amour que nous avons besoin dune morale. Lamour Cest lordre de léthique. Cest ce qui éclaire la morale. Cest la valeur suprême de « lesprit ». Enchaînementdescendant des primats Ce qui est objectivement le plus important dans un enchaînement descendant de détermination. Le primat est explicatif : cest lordre des causes et de la connaissance. Cest ce qui sert à comprendre. Hiérarchieascendante des primautés Ce qui vaut le plus, subjectivement, dans une hiérarchie ascendante dévaluations. Cest lordre des valeurs et des fins, qui tend au meilleur ou au plus élevé. Cest ce qui sert à juger et à agir. La dialectique (primat de la matière ou de la vérité/primauté de lesprit ou des valeurs) vaut aussi bien à titre individuel que collectif. On ne passe du primat à la primauté quà la condition de le vouloir : cest le mouvement ascendant du désir. Chaque ordre a sa logique propre : confondre les ordres entre eux est donc ridicule. Pour expliquer un ordre donné, on doit faire appel aux ordres inférieurs. Pour juger un ordre donné, on doit faire appel aux ordres supérieurs. La dialectique valeur / vérité sexerce ainsi de proche en proche. Soumettre un ordre donné, avec ses valeurs propres, à un ordre inférieur : renoncer à la primauté, cest de la barbarie. Prétendre annuler ou déstructurer un ordre donné au nom dun ordre supérieur : oublier le primat, cest de langélisme. Principales références : Le capitalisme est-il moral ? / Dictionnaire philosophique (primats et primautés) dAndré Comte-Sponville Diapositive réalisée par JP.Colin et validée par A.Comte-Sponville

5 QUESTIONS 1.Peut-on comprendre sans juger ? 2.Tout jugement a-t-il besoin de la vérité? 3.Aimer dispense-t-il de juger ?

6 1.Peut-on comprendre sans juger ? Animation Martine Galibert Comprendre est-il du même ordre que juger ? Kant a-t-il raison lorsquil dit ?: « Penser, cest juger » ?

7 1. Peut-on comprendre sans juger ? 2.Juger ? En permettant de choisir ce qui nous paraît être la meilleure solution, juger sert à agir. Juger cest relier un fait à une valeur. Cest pourquoi on peut penser que juger est de lordre des valeurs. Comprendre et expliquer sont de lordre de la connaissance. Que pourrait-on connaître si aucune adéquation entre lentendement et son objet nétait possible ? Cest pourquoi lon peut penser que comprendre est de lordre de la vérité. 1.Comprendre / expliquer ? Comprendre vient du latin comprehendere, saisir avec, embrasser par la pensée. Cest lacte par lequel lintelligence saisit un phénomène, une notion, un raisonnement... Cest savoir comment cest fait, comment cela fonctionne et ce que cela veut dire. « Cest connaître comme de lintérieur, par sa structure ou par son sens, lobjet quon considère » dit ACS. Comprendre un texte, cest savoir ce que son auteur voulait dire. Expliquer vient du latin explicare (de ex et plicare, plier), déplier, rendre visible ce qui était dissimulé. Cest connaître comme de lextérieur en saisissant les causes. Expliquer un texte, cest savoir pourquoi (par quelles causes) il a été écrit. Dun côté, lobjectivité (refuser de prendre ses désirs pour la réalité) interdit de juger pour comprendre. Mais dun autre, sans le désir (subjectif) de la vérité que pourrions nous comprendre ? « Seule la vérité qui ne juge pas est objective. Mais nul ne la connaît que par ses jugements qui restent subjectifs » dit ACS Si juger est de lordre des valeurs et comprendre de lordre de la vérité, refuser de confondre les ordres ne revient-il pas à sinterdire de juger pour comprendre ? Mais alors, comment Kant peut-il dire que « Penser, cest juger » ?

8 2.Tout jugement a-t-il besoin de la vérité ? Animation Daniel Amat Quest que la vérité ? Est-elle nécessaire ? Si la vérité nexistait pas, tout ne se vaudrait-il pas ? Sans les confondre, lordre des valeurs na-t-il pas besoin de lordre de la vérité ?

9 2. Tout jugement a-t-il besoin de la vérité ? 1.Vérité ? La vérité est-elle une adéquation entre la pensée et le réel (veritas) ? Ou la vérité intrinsèque de la chose quelle soit connue ou pas (alèthéia), la vérité silencieuse de lêtre ? Renoncer à la vérité, cest, quoi quil en soit, renoncer : A lêtre (alèthéia), Et à ce qui nous sépare du monde où nous sommes (veritas). Si juger est de lordre des valeurs (lobjet au moins possible dun désir) et ne se confond pas à lordre de la vérité (lobjet au moins possible dune connaissance), il nen demeure pas moins que tout jugement a besoin de la vérité : quaurions nous à juger si rien nétait vrai ? 2.Si rien nest vrai, tout se vaut-il ? Pour le sophiste, rien n est vrai. Comme le voulait Nietzsche, quun jugement soit faux, cela ne constituerait même pas une objection contre ce jugement. Pour le nihiliste, rien ne vaut ou tout se vaut Du sophisme au nihilisme il ny a quun pas, car si rien nétait vrai, pourquoi certaines choses vaudraient-elles mieux que dautres ? Si rien nétait vrai, comment juger pourrait-il avoir un sens ? Cest pourquoi lon peut penser que la vérité est une abstraction nécessaire. Quon ne puisse jamais la connaître tout entière ni absolument, nannule pas nos connaissances, mais permet au contraire de les penser comme possibles et nécessaires Du sophisme au nihilisme il ny a quun pas ! Si rien nétait vrai pourquoi certaines choses vaudraient-elle mieux que d autres ? Tout comme lesprit aurait besoin de la matière pour exister, les valeurs nauraient- elles pas besoin de la vérité pour avoir un sens ?

10 3.Aimer dispense-t-il de juger ? Ny a-t-il pas différents types ou pôles damour ? Quand et pourquoi juge-t-on ?

11 3. Aimer dispense-t-il de juger ? 1.Aimer ? Est-ce Eros, lamour qui manque et prend : « Je taime, tu me manques, je te veux. » ? (lamour selon Platon pour qui le désir est manque) Est-ce Philia, lamour : qui se réjouit et partage : « Je taime, tu es la cause de ma joie, et cela me réjouit que tu le sois. » ? (lamour selon Aristote ou Spinoza pour qui le désir est lexpression de notre puissance) Est-ce Agapè, lamour qui accueille et donne : « Qui que tu sois, je taime comme moi- même. Qui que tu sois, ami ou ennemi, que tu maimes ou pas, je taime » ? (lamour selon Jésus ou Bouddha, Simone Weil ou Jankélévitch pour qui lamour est inconditionnel) A quoi bon juger si, quoi quil en soit, tout est bien ? Ainsi aimer, dans sa forme la plus pure et la plus absolue (agapè), dispense-t-il de juger. Mais comme nous manquons damour presque toujours, comment pourrions nous nous passer de juger pour guider nos vies vers ce que nous croyons bon ? Entre ces trois pôles du champ daimer nest-ce pas Agapè qui constitue la valeur suprême de lesprit, les deux autres étant quelque part rattrapées par leur matérialité ? 2.Juger et pourquoi ? Si nous étions tout amour en quoi aurions pas besoin dune morale ? Si nous étions parfaitement moraux pourquoi aurions besoin de lois ? Ainsi, de même que nous avons besoin de lois parce que nous ne sommes pas totalement moraux, avons-nous besoin de valeurs morales parce que nous ne sommes pas tout amour. Nest-ce pas quand nous sommes rattrapés par la vérité et la matérialité de lenchaînement descendant des primats que nous avons besoin du jugement pour savoir où nous en sommes à légard des valeurs qui sont les nôtres dont lamour agapè constitue la valeur suprême ?

12 « Un jugement est une pensée qui vaut ou qui prétend valoir. « Un jugement est une pensée qui vaut ou qui prétend valoir. Cest en quoi tout jugement est un jugement de valeur, quand bien même la valeur en question nest pas autre chose que (lamour de) la vérité » André Comte-Sponville

13 Choix des sujets du 2 em trimestre 2010 Agressivité (15) Amitié (45) Amour (21) Authenticité (26) Bonheur (12) Chaos (10) Civilisation(s) (32) Conscience (6) Courage (27) Création (7) Culpabilité (40) Désir (49) Destin (2) Dialogue (17) Egalité (36) Energie (3) Espérance (48) Féminin-Masculin (14) Fête (22) Fidélité (44) Générosité (39) Hasard (28) Humour (13) Intelligence (41) Imagination (19) Jalousie (46) Jeu (24) Jugement (50) Liberté (9) Lucidité 25 Matérialisme-Idéalisme (37) Moi (16) Morale (23) Mort (20) Objectivité (34) Orgueil (51) Pardon (11) Passion (8) Peur (18) Plaisir (35) Pouvoir (31) Révolte (42) Sagesse (1) Sentiment (38) Solidarité (43) Souffrance (47) Temps (4) Tolérance (30) Valeur(s) (33) Vérité (5) Vieillesse (29) Justice (0)* Sciences (2) Histoire (13) Philosophie (8) Complexité (15) Devoir (14) Eternité (8) Ego (22) Raison (17) ( )* Résultat du vote Sujets traités () n° dordre

14 mardi 9 mars 18h30 MDS Agde : « Orgueil » mardi 9 mars 18h30 MDS Agde : « Orgueil » mercredi 21 avril 19h MAM Béziers : mercredi 21 avril 19h MAM Béziers : « Sans mémoire qui serais-je ? » Prochaines réunions Toutes les informations et documents sont disponibles sur :


Télécharger ppt "1. Étymologie / Définitions 2. Notions / Concepts : Descartes : Entendement /jugement Kant : Différentes sortes de jugements Jugement de valeurs, opinions,"

Présentations similaires


Annonces Google