La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Renforcement et financement des infrastructures TIC en Afrique Présentation pour le 3 e Forum européen sur le développement durable Palencia, Espagne,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Renforcement et financement des infrastructures TIC en Afrique Présentation pour le 3 e Forum européen sur le développement durable Palencia, Espagne,"— Transcription de la présentation:

1 Renforcement et financement des infrastructures TIC en Afrique Présentation pour le 3 e Forum européen sur le développement durable Palencia, Espagne, 29 mars 2011 Dr Edmund Katiti, Conseiller en politique et en réglementation, En charge du programme e-Afrique du NEPAD

2 2 2 OBJECTIF DINFRASTRUCTURE TIC À LARGE PORTÉE UA-NEPAD Garantir que lensemble des pays africains soient interconnectés via un réseau de câbles à fibre optique à large portée, lui-même lié au reste du monde via des câbles sous-marins existants et futurs. À Abuja (2003), le Comité de mise en œuvre des chefs dÉtat et de gouvernement du NEPAD (HSGIC) a décidé daccorder la priorité à létablissement dun tel réseau à large portée. Le programme dinfrastructures à large portée sinscrivait dans le cadre de la Commission e-Afrique du NEPAD, mandatée par les ministres africains en charge des TIC, afin de : 1.créer un environnement propice, 2.structurer un véhicule spécial à cet effet, 3.identifier des sources de financement du réseau.

3 UMOJANET UHURUNET

4 4 4 Objectifs de développement 1.Réduire le coût des communications 2.Assurer à lAfrique des communications fiables et sûres Différences de coûts de communication : Coût mensuel E1 : Pays développés10-20 USD Moyenne africaine4 000 USD Développement dun cadre politique et réglementaire Le développement dun environnement politique et réglementaire transparent est nécessaire afin de : 1.Lever les barrières réglementaires à létablissement du réseau transfrontalier 2.Déterminer une structure pour un pourvoyeur de services autorisé 3.Encourager un investissement large du secteur privé dans le réseau

5 5 55 Les principes politiques sont : 1.Lapplication dun accès ouvert, non discriminatoire et abordable à ces réseaux. 2.Une propriété conjointe équitable des infrastructures de base 3.Lacceptation que les segments terrestres et sous-marins transfrontaliers de ces réseaux peuvent être développés, appropriés et entretenus par des pourvoyeurs de services autorisés, à savoir des entités juridiques composées de parties prenantes. 4.Les infrastructures à large portée de base doivent être considérées comme « un bien public ». 5.Lapplication du principe de partenariats public-privé à ces réseaux. DÉVELOPPEMENT DU CADRE POLITIQUE ET RÉGLEMENTAIRE Ces principes doivent sappliquer aux segments sous-marins et terrestres du réseau, via un protocole signé par les pays afin de garantir leur collaboration au développement du réseau.

6 6 66 Ce protocole a été signé à Kigali, le 29 août Le 30 novembre 2006, 12 pays lavaient signé. Certains lont déjà ratifié et dautres sont sur le point de le faire. BotswanaLesothoAfrique du Sud Île Maurice Rwanda MalawiZambieMadagascar OugandaTanzanieZimbabweRDC Le protocole est entré en vigueur en 2008 après avoir été ratifié par plus de la moitié des pays signataires. Les pays non en mesure de le signer dans le délai imparti peuvent à présent le faire car il est en vigueur et ratifié par plus de la moitié des signataires. Les pays situés en dehors de lAfrique orientale et australe peuvent également y accéder. SIGNATURE DU PROTOCOLE DE KIGALI SOUS LES AUSPICES DE LUA

7 7 77 PROTOCOLE DE KIGALI : Principales dispositions politiques, juridiques et réglementaires Les gouvernements sengagent à créer des conditions favorables pour la construction et/ou laccès des pourvoyeurs de services autorisés aux fibres optiques existantes. Les gouvernements doivent sabstenir de toute action unilatérale et/ou collective qui puisse entraver la réalisation des objectifs du protocole. Les gouvernements sengagent à faciliter la licence des pourvoyeurs de services autorisés en charge de lappropriation, du fonctionnement et de lentretien du réseau. Les gouvernements sengagent à amender si nécessaire leurs cadres juridiques, politiques et réglementaires et/ou exempter les pourvoyeurs de services autorisés de toute démarche de licence entravant leur fonctionnement. Les gouvernement sengagent à se contenter de réclamer aux pourvoyeurs de services autorisés des frais ne couvrant que les coûts administratifs de régulation. Chaque gouvernement signataire dispose dun siège au sein de lAssemblée intergouvernementale en charge de la supervision des aspects politiques et réglementaires du protocole.

8 Construction conjointe de câbles sous-marins ACE En oct. 2009, Baharicom a signé un protocole dentente avec le consortium ACE afin de construire conjointement les câbles sous- marins reliant la côte africaine à lEurope (ACE). En tant que co-constructeur du système ACE/Uhurunet, Baharicom réduira le coût de laccès au marché sur la côte dAfrique occidentale. Ce système de câbles sous-marins ACE/Uhurunet est mené à bien par France Telecom, lun des développeurs de câbles sous-marins les plus éminents. Ces câbles couvriront km de la France à lAfrique du Sud, permettant ainsi de connecter chaque pays de la côte occidentale africaine. Un contrat dapprovisionnement pour ACE/Uhurunet a été signé à Paris le 5 juin ACE/Uhurunet sera opérationnel à la mi-2012.

9 SYSTÈME DE CÂBLES SOUS-MARINS ACE/UHURUNET

10 10 Discussions en cours avec les développeurs de câbles (Seacom, TEAMS, EASSy et LION) pour la collaboration dUhurunet sur la côte orientale et septentrionale africaine. Le plan financier dUhurunet Est est disponible et partagé avec les parties intéressées. Des investissements dans Uhurunet sont activement recherchés et plusieurs protocoles dentente ont été signés avec des parties intéressées. Uhurunet sera développé par segments. Ces segments seront achevés à des moments différents. Leurs spécifications et capacités seront diverses mais fonctionneront de la même façon. Perspectives davenir pour Uhurunet en Afrique orientale et du Nord

11 Étude focalisée sur les aspects suivants : Identification de lensemble des infrastructures de fibres optiques à large portée de la région. Identification des lacunes dinfrastructures de fibres optiques le long du tracé prévu par lUA-NEPAD. Identification de plans pour remédier à ces lacunes. Détermination du coût de la location de fibres optiques existantes auprès dopérateurs ou de détenteurs de câbles et développement de nouvelles infrastructures si nécessaire. Estimation du coût de fonctionnement dun centre régional dopération et de données permettant de suivre, de gérer et de contrôler lensemble du réseau. Estimation des coûts détablissement et déquipement des points nodaux dans chaque pays. Étude détaillée des flux de trafic sur le réseau. Proposition dun réseau optimal dun point de vue économique, de configuration et des coûts. UMOJANET: réseau terrestre transfrontalier Étude de faisabilité détaillée pour lAfrique orientale et australe

12 1. Construction dun réseau entièrement nouveau dans 21 pays de la région. 2. Réseau pour ces 21 pays avec une capacité maximale louée à des propriétaires dinfrastructures de fibres optiques, ainsi que des infrastructures nouvelles minimales. Options de conception du réseau et coûts associés OPTIONS DU RÉSEAUCAPEX TOTALE (sur 15 ans) OPEX TOTALE (sur 15 ans) Réseau totalement nouveau 1,3 milliard USD 2,1 milliard USD Maximisation de la location et minimisation des nouvelles constructions 0,7 milliard USD 1,9 milliard USD

13 Statut Km % Opérationnels % En construction % Prévus % Nouvelles constructions % Km totaux nécessaires Les chiffres ci-dessus reflètent la situation dautres régions dAfrique. Segments disponibles et nécessaires pour le futur réseau UA-NEPAD en Afrique orientale et australe

14 14 Réseau terrestre transfrontalier Umojanet La corporation Umojanet, pourvoyeur de services autorisé de mise en œuvre, a été inscrite au Botswana en mars Elle a identifié France Telecom/Orange comme son partenaire stratégique. Le plan financier pour 12 pays dAfrique orientale et australe a été élaboré à la mi Le plan financier pour 12 pays dAfrique occidentale et centrale a été élaboré à la fin de La corporation établit des entreprises nationales dans tous les pays concernés.

15 Umojanet: Extension de lenvironnement propice Pays en cours dexamen du protocole Pays nayant pas encore examiné le protocole

16 Umojanet: plans financiers

17 Umojanet: mise en œuvre du réseau

18 Extension du cadre politique et réglementaire Afin quun maximum de pays aient accès au Protocole de Kigali, la Commission e-Afrique du NEPAD a lancé en 2010 une campagne de présentation et dexplication aux parties prenantes de lensemble des régions du continent. Cette campagne impliquera un examen du protocole impliquant les parties prenantes de toutes les régions afin de proposer des amendements. Des ateliers à destination des parties prenantes ont été organisés ou le seront : Région CEDEAO–15-16 mars, Abuja, Nigeria Région CEDEAC – avril, NDjamena, Tchad Afrique du Nord –21-22 septembre, Égypte Ateliers pour les parties prenantes régionales suivis dateliers nationaux pour connaître la position des pays quant à lexamen du protocole. Réunions du Comité de travail régional intergouvernemental afin de parvenir à un consensus régional sur lexamen du protocole avant son amendement.

19 Enjeux du développement dUhurunet et dUmojanet 1.Accélération de lextension de lenvironnement propice (Protocole de Kigali) afin de respecter le programme de mise en œuvre du projet axée sur le secteur privé. 2.Licences rapides pour que les pourvoyeurs de services autorisés du secteur privé mettent en œuvre les deux pans du projet. 3.Mobilisation de ressources afin de développer : Des liens à large portée dans des régions en difficulté économique (Bassin du Manu) Des stations sous-marines dans les pays côtiers en difficulté économique

20 Mesures nécessaires à laccélération de la mise en œuvre dUmojanet et dUhurunet 1.Soutien politique à laccélération : de lextension de lenvironnement propice (Protocole de Kigali) des licences pour les pourvoyeurs de services autorisés des droits dinstallation des câbles sous- marins Uhurunet 2.Mobilisation des ressources pour développer : des liens à large portée dans les régions en difficulté économique (bassin Manu) une station sous-marine dans les pays côtiers en difficulté économique

21 Conclusion Lavenir, cest maintenant. Cest la révolution de linformation. Linformation, cest comme le fumier : elle est plus efficace lorsquelle est répandue. Étendons-la à tout le continent. Les dirigeants de lUnion africaine ont accepté de prendre la tête du projet et de lever les obstacles à sa réalisation. Il sagit du seul projet TIC défendu par le président Paul Kagame du Rwanda, sous limpulsion du président Zuma en faveur du développement des infrastructures africaines.

22 Pour en savoir plus, contactez : Dr Edmund Katiti Tél : Fax :


Télécharger ppt "Renforcement et financement des infrastructures TIC en Afrique Présentation pour le 3 e Forum européen sur le développement durable Palencia, Espagne,"

Présentations similaires


Annonces Google