La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

14.11.2013 Seite 1 RESULTATS ENQUETE CAP 2009 GTZ BURUNDI Connaissances, Attitudes et Pratiques du personnel de la GTZ Burundi en relation à lépidémie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "14.11.2013 Seite 1 RESULTATS ENQUETE CAP 2009 GTZ BURUNDI Connaissances, Attitudes et Pratiques du personnel de la GTZ Burundi en relation à lépidémie."— Transcription de la présentation:

1 Seite 1 RESULTATS ENQUETE CAP 2009 GTZ BURUNDI Connaissances, Attitudes et Pratiques du personnel de la GTZ Burundi en relation à lépidémie de VIH/SIDA Enquête anonyme auprès de 221 employés Réunion de rencontre et dinformation des Personnes Focales MS VIH du 4 Juin

2 Seite 2 Page 2 Contenu Résultats chiffrés de lenquête et constats : Objectifs de lenquête et méthodologie Connaissances générales : le VIH/SIDA Connaissances spécifiques : des différents modes de transmissions du VIH, et constat Connaissances spécifiques : sur le préservatif (avantages, inconvénients, utilisation), et constat Comportements à risque face au VIH Attitudes et Pratiques : face au dépistage du VIH, et constat Les PVVIH travaillant à la GTZ et discrimination Appréciations des prestations offertes par la GTZ Synthèse et conclusions Défis, et pistes pour les relever Défis à relever par léquipe des P.F

3 Seite 3 Page 3 Objectifs de lenquête et méthodologie Objectifs : Mesurer limpact des activités dinformations/ sensibilisation en termes de changement de comportement du personnel de la GTZ face au VIH/SIDA Identifier dautres besoins dinformations Recueillir des suggestions pour améliorer les prestations dans le cadre du programme de lutte contre le VIH/SIDA pour le personnel de la GTZ Méthodologie : un questionnaire anonyme adressé à lensemble du personnel de la GTZ en août A finir

4 Seite 4 Page 4 Connaissances générales : le VIH/SIDA (constat) 86% des femmes et 86% des hommes (X=86%) savent que le sida constitue un danger pour le pays. (contre 86% en 2007) (et contre 95% en 2005) Rem : légère baisse de perception de ce niveau probablement grâce aux efforts déployés dans la prise en charge des PVVIH, réduisant ainsi les impacts du sida. 87% des femmes et 92% des hommes (X=89,5%) savent que le sida ne peut pas guérir complètement (contre 86% en 2007) (et contre 88% en 2005) 94% des femmes et 95% des hommes (X=94,5) savent quune personne bien portante peut être infectée par le VIH (nouvelle question) Constat : dune façon générale, les employés de la GTZ, femmes et hommes ont de bonnes connaissances sur le VIH et sida, avec :

5 Seite 5 Page 5 Connaissances spécifiques : des différents modes de transmissions du VIH Les voies de transmissions sanguines semblent être biens connues : 94% des répondants savent quelle peut se faire via la transmission sanguine (sang infecté) (contre 91% en 2007) 90% des répondants savent quelle peut se faire via la transmission mère - enfant (contre 88% en 2007) Les voies de transmissions sexuelles semblent être assez bien connues : 80% des répondants savent que le sperme constitue un véhicule important du VIH (contre 72% en 2007) 76% savent que les secrétions vaginales constituent un véhicule important du VIH (contre 69% en 2007) Les voies de transmission impossibles semblent assez bien connues: 72% pour ce qui est des baisers simples (contre 66% en 2007) et 76% pour ce qui concerne les moustiques (contre 70% en 2007)

6 Seite 6 Page 6 Connaissances spécifiques : des différents modes de transmission du VIH (Constat ) Quand on parle de : voie de transmission comme la voie sanguine, la voie mère-enfant le taux de connaissance est très élevé, autour de 90%-95% Mais quand on évoque : les véhicules du VIH comme le sperme, les secrétions vaginales dune personne infectée le taux de connaissance nest pas aussi haut, autour de 75-80%

7 Seite 7 Page 7 Connaissances spécifiques : sur le préservatif (avantages, inconvénients, utilisation) 88% des agents ayant répondu, savent que le préservatif protège du VIH 93% savent que le préservatif protège les grossesses non désirées (contre 91% en 2007) (contre 90% en 2005) 73% savent comment utiliser le préservatif (contre 64% en 2007) (contre 71% en 2005) 63% savent que les préservatifs ne peuvent pas provoquer des maladies (contre 59% en 2007) (contre 64% en 2005) (

8 Seite 8 Page 8 Connaissances spécifiques : sur le préservatif (Constat) En 2009 : 29% du staff ne connait pas les qualités du préservatif en affirmant que le préservatif peut provoquer des maladies!!! (contre 33% en 2007) (contre 31% en 2005) Différence hommes/femmes concernant la manière dutilisation et les avantages de lutilisation du préservatif : les hommes semblent être plus informés que les femmes!

9 Seite 9 Page 9 Comportements à risque face au VIH 24% des employés de la GTZ qui ont répondu au questionnaire en 2009, ont eu des rapports sexuels avec un ou des partenaire(s) irrégulier(s) les 6 derniers mois, dont : 15% étaient des femmes 69% étaient des hommes (17% nont pas déclaré leur sexe) Rem : contre 25% en 2007, et contre 23% en 2005, donc pas dévolution de comportement pour le partenariat irrégulier 67% -seulement- de ces 24%- se sont protégés avec un préservatif la dernière fois, dont : 75% des femmes 68% - seulement!- des hommes (60% - seulement- de ceux nayant pas déclaré leur sexe) Rem : 67% également en 2007, contre 59% en 2005, donc on remarque une évolution positive de ceux qui se sont protégés au dernier rapport depuis

10 Seite 10 Page 10 Comportements à risque face au VIH (suite) 64% du personnel parmi ceux qui ont connu des rapports sexuels avec un partenaire non régulier sest toujours protégé, (c.à.d. que 27% ne se sont PAS protégés) dont : 75% étaient des femmes 70% étaient des hommes 30% -seulement !!!- de ceux qui nont pas déclaré leur sexe (ils sont 60% à se cacher!) (c.à.d. que 70% nont PAS pris de précaution!) Pour quelles raisons ces personnes nont pas pris de précaution? 39% disent quils ne sentent aucun plaisir en l'utilisant 39% disent que le préservatif cest à utiliser uniquement avec les prostituées 28% disent que leur partenaire n'aime pas le préservatif 22% disent que cest pour une autre raison

11 Seite 11 Page 11 Comportements à risque face au VIH (suite) Pas dévolution de comportement pour le partenariat irrégulier (24% du staff) Parmi eux ils sont cependant plus nombreux à se protéger au dernier rapport depuis 2007… Cela ne doit pas occulter le fait quil reste 27% de ces personnes qui ont eu une relation avec un(e) partenaire non régulier(e) ne se sont PAS protégés Et que parmi ceux-ci, il y en a qui nont pas déclaré leur sexe, et 70% dentre eux nont PAS pris de précaution!

12 Seite 12 Page 12 Attitudes et Pratiques : face au dépistage du VIH 57% des répondants ont affirmé connaître leur statut sérologique, dont : (contre 49% en 2007) 70% de femmes VS 50% dhommes –seulement!- (contre 45% en 2007) 53% de pers. nayant pas déclaré leur sexe (contre 36% en 2007) 73% du total des répondants ont exprimé le souhait de faire un dépistage VIH (contre 71% en 2007) Et la majorité dentre eux souhaitent faire le dépistage pour connaître leur statut sérologique. Le fait davoir fait un rapport non protégé est également une autre raison de vouloir faire le dépistage du VIH La majorité dentre eux qui ne veulent pas faire ce dépistage évoquent quils lont déjà fait ou quil ne font pas de vagabondage sexuel 73% ont déclarés avoir fait un dépistage (contre 67% en 2007) Rem : ceux qui ont fait leur dépistage, la très grande majorité ont été recherché leur résultats 85% du total des répondants affirment connaître un endroit où on fait le dépistage du VIH

13 Seite 13 Page 13 Les PVVIH travaillant à la GTZ et discrimination 18% des répondants ont affirmé connaître des employés vivant avec le VIH dans leurs projets ou programme (contre 26% en 2007) Rem : probablement du à laccès croissants aux ARV, qui diminue limpact de la maladie et sa visibilité. Parmi ces personnes qui connaissent des PVVIH parmi leurs collègues, 12% (c.à.d. 5 personnes) ont avoué que les PVVIH font objet de discrimination sur le lieu de travail ( à cause des préjugés sur la personne ou autres, mais pas de discrimination liée à la fonction occupée par les PVVIH, en effet aucun cas de refus dattribution de responsabilité na été soulevé)

14 Seite 14 Page 14 Appréciations des prestations offertes par la GTZ Participation aux séances dinformations/sensibilisation : 60% des employés affirment quils ont participé aux séances dinformation sensibilisation organisées par la GTZ (66% du staff a participé 1 fois et 18% a participé 2 fois). 62% des employés déclarent connaître les personnes focales VIH dans leurs projets respectifs, 52% dentre eux ont participé aux séances organisées par ces personnes focales. Suffisance ou non des informations reçues sur le lieu de travail : Parmi les employés qui ont affirmé avoir participé aux séances organisées dans leurs projets respectifs, seulement 45% estiment que les informations reçues sont suffisantes. (contre 34% en 2007)

15 Seite 15 Page 15 Disponibilité des préservatifs sur le lieu de travail : 79% des employés ont affirmé que les condoms sont disponibles sur le lieu de travail (contre 71% en 2007) (contre 42% en 2005) Obligation de faire le dépistage pour le recrutement : 83% des employés affirment quils nont pas été obligés de faire le test de dépistage au moment du recrutement (contre 80,7% en 2007 ) Connaissance des services couverts par lassurance maladie GTZ en matière de VIH (CDV, IO, ARV, PeC famille) 49% à 58% des employés affirment connaitre les différentes prestations couvertes par lassurance maladie en matière du VIH (+-idem que 2007) Appréciations des prestations offertes par la GTZ (suite)

16 Seite 16 Page 16 Synthèse et Conclusion Evolution positive : disponibilité des préservatifs sur le lieu de travail est à noter Connaissance de son statut sérologique Dépistage du VIH et Récupération des résultats. protection au dernier rapport avec un partenaire irrégulier Mais, attention particulière à : véhicules du VIH (sperme, secrétions vaginales dune PVVIH) (mal connu) qualités du préservatif (inconnues, voir fausses!) Expression de leur satisfaction par rapport aux activités dinformation organisées au sein des projets natteint même pas 50% La connaissance des différentes prestations couvertes par lassurance maladie en matière du VIH est encore faible et na pas évoluée Souhait du dépistage (na pas évolué dans le temps) connaissance dun lieu de dépistage (na pas évolué dans le temps)

17 Seite 17 DEFIS ET PISTES POUR RELEVER CES DEFIS

18 Seite 18 Page 18 DEFIS à relever par léquipe des P.F. Outre le renforcement des actions en cours : Voies de transmissions : Insister à nouveau sur les voies de transmissions sexuelles du VIH, telles que le sperme et les sécrétions vaginales, véhicules important du virus Mais…ne pas oublier pour autant les autres voies de transmissions, et par exemple parler des modalités de la transmission mère-enfant (non analysé en détail dans le questionnaire, mais souvent méconnues). Préservatif : Informer le staff sur la manière dont on doit utiliser un préservatif - sans oublier de cibler les femmes - et rappeler ses avantages face au virus et à la maladie (il protège de celles-ci, et non linverse!) Faire en sorte que les personnes du staff ayant des relations avec des partenaires irréguliers soient plus nombreux à se protéger et se protègent à chaque fois Augmenter les lieux de distributions du préservatif sur le lieu de travail (exemple : boite à distributeur de préservatif class de PSI) (si necessaire)

19 Seite 19 Page 19 DEFIS à relever par léquipe des P.F. (suite1) CDV-Conseil et Dépistage/Test du VIH : Comprendre le fossé qui existe entre le souhait de faire un dépistage en sachant où aller le faire ET le taux de personnes connaissant leur statut sérologique et susciter un regain dintérêt pour les Formations Sanitaires Encourageret faciliter le CDV en loffrant ponctuellement sur le lieu de travail Tolérance zéro pour les collègues employeurs exigeant de test pour le recrutement (même si les nombre de personne déclarant avoir été obligé de le faire est bas) : rappel du droit des employés et des obligations de lemployeur). Séances dinformations/sensibilisation et suffisance des informations: Chaque P.F. devrait organiser ces formations pour leur personnel. De façon régulière (cfr. résultats C.A.P pour établir le programme dinfo/sensibilisation+ demander la participation du Staff pour émettre des suggestions de thèmes clefs via une boite). Augmenter cette fréquence à au moins1X/trimestre Inclure des témoignages des PVVIH Assurance maladie : Faire connaitre les différentes prestations couvertes par lassurance maladie en matière du VIH à votre staff

20 Seite 20 Page 20 DEFIS à relever par léquipe des P.F. (suite 2) Autres suggestions : Pourquoi ne pas appeler votre programme interne «Santé et Bien être au travail » (VIH, nutrition, stress au travail, les maladies des enfants etc…). Dans ce cadre, utiliser de nouvelles techniques danimations et intégrer des sujets qui intéressent et attirent vos collègues (sur base de leur suggestions). Créer des cadres déchange sur le VIH : et pourquoi pas une information par jour sur le VIH (petit phrase via ) ou par semaine! (et rotation des P.F.) MS interne, cest aussi veiller à améliorer les conditions de travail des employés en célibat géographique tel quen autorisant une visite hebdomadaire à leur famille… ETABLIR UN PLAN DACTION DU PROGRAMME SANTE ET BIEN ETRE AU TRAVAIL

21 Seite 21 Page Merci pour votre attention Et merci de votre ENGAGEMENT pour la LUTTE contre le VIH/SIDA qui nous touche tous de près ou de loin! Fanny Gruloos Point Focal National Mainstreaming du VIH/SIDA


Télécharger ppt "14.11.2013 Seite 1 RESULTATS ENQUETE CAP 2009 GTZ BURUNDI Connaissances, Attitudes et Pratiques du personnel de la GTZ Burundi en relation à lépidémie."

Présentations similaires


Annonces Google