La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LUnion Nationale des Associations de Navigateurs U N A N Octobre 2007 1 Bonnes pratiques de lUNAN Créée en 2002 pour regrouper les Unions départementales.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LUnion Nationale des Associations de Navigateurs U N A N Octobre 2007 1 Bonnes pratiques de lUNAN Créée en 2002 pour regrouper les Unions départementales."— Transcription de la présentation:

1 LUnion Nationale des Associations de Navigateurs U N A N Octobre Bonnes pratiques de lUNAN Créée en 2002 pour regrouper les Unions départementales dassociations de navigateurs, à partir du Morbihan et de la Charente-Maritime Structure à 3 niveaux, local (ports et mouillages), départemental ou régional et national, et des membres associés (ACOMM, Kayaks de mer), Présente dans 15 départements, représentant environ navigateurs de plaisance. Active dans tous les domaines intéressant la plaisance : Questions portuaires, Règlementations, sécurité, Environnement, conflits dusage, utilisation de lespace littoral, Météo, cartographie, information nautique, balisage, Information et sensibilisation des navigateurs de plaisance. Membre du CSNPSN, du CS Météo, CUSH, CA/SNSM UNAN

2 Le Code des Bonnes Pratiques « 2004 » de lUNAN Très rapidement, le besoin dun Code des Bonnes Pratiques apparaît (Cdt P. Jacob 1992) La transmission de la pratique évolue : lauto-apprentissage se substitue à la tradition familiale ou à la pratique avec des marins expérimentés. La culture maritime des nouveaux plaisanciers ne couvre pas tout ce quils devraient savoir pour devenir des « navigateurs ». Le Code des Bonnes Pratique (CBP/UNAN) est rédigé et publié en 2003/2004. Il aborde notamment : Sécurité (préparation de la navigation, météo, radio,dangers, accidents, entraide,..), Règles de route et de navigation, réglementation, Environnement (ordures ménagères, hydrocarbures, déchets techniques, WC), Comportement au port et en mer, Responsabilité du chef de bord, Check lists. Le CBP ne vise que lusage du bateau par le navigateur, ni la construction ni la fin de vie. Préfacé par Gérard dAboville, diffusé à environ exemplaires, grâce au CSNP puis par des collectivités territoriales, (dont le Morbihan ex), le copyright est accordé gratuitement par lUNAN pour faciliter sa diffusion. octobre Bonnes pratiques de lUNAN UNAN

3 Le Code des Bonnes Pratiques « 2008 » 2 ème édition La réglementation Sécurité (Division 224 devenue 240), refondue en 2004, navait pas été couverte et un Livret de sécurité rajouté au CBP ; ils seront fusionnés. La part consacrée à lenvironnement restait modeste (on mesure lévolution !) Elle sera fortement développée Les recommandations seront « justifiées » mais resteront concrètes. LUNAN ne croit pas en lefficacité de simples « Chartes », mais en livrets : Très ciblés sur une pratique bien définie, la plaisance, voile et moteur, locale, côtière ou hauturière, day boat ou habitable, de 5 à 15 mètres. Lisibles par tous, à terre ou présents à bord (Record SNSM, CCS). Faciles à intégrer dans le comportement pour construire la « culture marine » du navigateur. Le CBP 2008 sadressera aussi aux embarcations légères (dériveurs, pneumatiques, pêche-promenade) octobre Bonnes pratiques de lUNAN UNAN Les esprits ont évolué, le champ à couvrir sélargit LUNAN sadresse à un auditoire ciblé en privilégiant lefficacité et le concret

4 Le CBP 2008 : le chapitre « Environnement » 10 Domaines seront abordés 1.Déchets ménagers 2.Eaux noires 3.Eaux grises 4.Hydrocarbures, eaux de cale, résidus de gatte moteur 5.Déchets techniques (batteries, piles, peintures et solvants,équipements, métaux,…) 6.Eau douce 7.Bruits, odeurs et propreté 8.Peintures antifouling, carénages 9.Préservation de la faune et de la flore 10.Impact des animaux domestiques et sauvages octobre Bonnes pratiques de lUNAN UNAN

5 Le CBP 2008 : « Environnement » 1 - Déchets ménagers Ces déchets peuvent être très longs à éliminer : rappeler les durées (source fiable ?) Ce que lon peut jeter à la mer ou pas : Rien en Méditerranée, et dans les bassins fermés ou sans courant, Sélectivement en Atlantique, à plus de 3 milles des côtes. Les risques engendrés par les déchets : blessures par verre, métal, hameçons, danger pour les mammifères marins risque pour les bateaux (refroidissement) Sorganiser pour gérer les déchets ménagers : tri sélectif, espace, compactage, Intervenir auprès des constructeurs (plus despace poubelle, moins pour le bar !). Sensibiliser les navigateurs, notamment la minorité indisciplinée, octobre Bonnes pratiques de lUNAN UNAN

6 Le CBP 2008 : « Environnement » 2 - Eaux noires La question se pose surtout en eau non circulante et forte densité de bateaux. Le risque bactériologique est faible en mer et les analyses DASS (eaux de baignade) montrent que les ports amènent moins de germes que les stations de traitement ou les animaux. Au port, le premier geste est dutiliser les installations existantes, Ce que lon peut exiger quand elles sont ouvertes, proches et propres. Les bacs de rétention ne sont pas plébiscités (odeurs) : donner la priorité aux centrales de traitement, imposant moins dinvestissements publics et mieux adaptées. octobre 2007 Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 6

7 Le CBP 2008 : « Environnement » 3 - Eaux grises La mise en place de bacs à eaux grises est quasi impossible pour des bateaux de moins de 15 mètres ( 98,5% de la flotte habitable), La nocivité des eaux grises est liée à la présence dans les détergents dadditifs non 100 % biodégradables ; Des détergents 100 % bio existent pourtant sur le marché, à prix très abordable ! Il est indispensable que TOUS les plaisanciers nutilisent QUE de tels produits. Mais comment les identifier, une grande confusion régnant sur les étiquetages ? Les plaisanciers adopteront ces produits « propres » si on les informe et sils les trouvent. Mais ils comprendrons mal que la population littorale utilise en quantité très supérieure des produits polluants qui sont peu éliminés par les station dépuration. octobre 2007 Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 7

8 Le CBP 2008 : « Environnement » Hydrocarbures : les moteurs modernes sont propres MAIS 4 gestes sont importants : Eviter les débordements au remplissage (MM les constructeurs, aidez-nous !) Le volume des débordements est très supérieur aux pertes par léchappement Eviter de laisser tourner moteurs et groupes électrogènes au mouillage, Déposez vos huiles de vidange moteur dans les conteneurs spéciaux (et rien dautre, car ils ne pourraient être retraités). En fin dhivernage, récupérez lanti-corrosion du refroidissement primaire, Préférez les HB 4 T aux vieux 2 T où lhuile est mélangée dans la nourrice. Eaux de cale : avec une gatte, elles ne doivent pas contenir dhydrocarbures. Sinon, installer un filtre après la crépine. Le risque = les détergents (voir « Eaux grises »). Résidus de la gatte moteur : utiliser des tissus absorbants spéciaux à remettre dans les bacs spécifiques des déchetteries portuaires. octobre Hydrocarbures, Eaux de cale Résidus de gatte moteur Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 8

9 Le CBP 2008 : « Environnement » Les plaisanciers sont en majorité sensibles au devoir déliminer correctement les produits nocifs. Des points de collecte sont disponibles dans certains ports, bravo ! Les généraliser dans les ports accueillant de nombreux visiteurs ou offrant des zones de maintenance. Produits qui doivent être recyclés ou traités : Batteries, piles, matériels électronique HS, Peintures et solvants, produit chimiques, aérosols, engins pyrotechniques, Textiles imprégnés dhydrocarbures, Métaux, textiles (cordages, voiles), Plastiques, emballages divers, Etc … octobre Déchets « techniques » Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 9

10 Le CBP 2008 : « Environnement » Il est choquant, en période de restriction, de voir certains arroser un bateau sans justification technique ou gaspiller de leau douce. 2 actions possibles : La sensibilisation, mais elle trouve ses limites « je paye donc jai le droit de consommer », idem jardins, piscines… Une facturation individuelle dissuasive (au temps dutilisation). La consommation électrique des bateaux usuels est marginale. Elle ne justifie pas daction spécifique (autre que de sécurité des chauffages en hiver) sans risquer de démobiliser les navigateurs sur les autres actions. octobre Consommables - eau douce et électricité Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 10

11 Le CBP 2008 : « Environnement » Il sagit autant de savoir vivre que de respect de lenvironnement. Mais la civilité se perd trop souvent …. Tout ce qui peut déranger les voisins ou lenvironnement est à proscrire : Bruits (TV, radio, annexes au moteur, navettes des ports, drisses, charge des batteries), Odeurs (Echappement, appâts, pêche vieillissante, solvants, cuves à eaux noires) Propreté et aspect visuel : lessive, déjections danimaux domestiques,…. octobre Bruits, odeurs et propreté Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 11

12 Le CBP 2008 : « Environnement » 1-/ Contrairement aux bruits qui peuvent courir, les antifouling plaisance ne contiennent plus depuis longtemps de biocides agressifs : TBT, Irgarol, triazines, Diuron, Lindane, …. Mais ceux-ci, utilisés en agriculture et jardinage, finissent leur vie en mer… 2-/ Le poids du cuivre libéré par les antifoulings représente +/- 38 t Cu métal, libérés à dose infinitésimale, car très lentement et bien répartie. La viticulture biologique : ( ha) utilise 90 t de Cu métal par an La viticulture (entière) ( ha) t de Cu métal par an, (arboriculture non comprise) lessivées et ruisselant vers la mer, en doses massives et concentrées. Les antifouling ne peuvent sérieusement être mise en cause Les grands carénages au jet haute pression sur cales non équipées doivent être évités. dentretien courant Linterdiction dentretien courant (coup déponge) sur les grils est motivée par dautres considérations que lenvironnement (chiffre daffaires des opérateurs de manutention…) octobre Peintures antifouling, carénages Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 12

13 Le CBP 2008 : « Environnement » Contamination bactérienne dorigine fécale Les animaux domestiques ou sauvages contaminent plus que lhomme. (Source SIBA 2007 ; Journal of Applied bactériology UK, Journal of the water pollution Control Federation, Washington DC). Equivalences journalières (selon nombre de germes excrétés par individu et par jour) E-coli Streptocoques 1 chien = 1,2 homme 218 hommes 1 canard = 5,7 hommes 40 hommes 1 porc = 4,6 hommes 504 hommes Evitons les chiens sur les plages et les pontons, et surveillons-les ! Les germes pathogènes en mer proviennent surtout du ruissellement depuis les zones délevage ou urbanisées et des proliférations doiseaux. octobre Impact des animaux domestiques et sauvages Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 13

14 Le CBP 2008 : « Environnement » Certains déchets ménagers peuvent tuer des mammifères marins. Lintrusion dans les zones de nidification perturbe la reproduction des oiseaux. Rejets organiques, détergents,produits chimiques peuvent déséquilibrer le milieu. Le mouillage sur ancre abîme les fonds fragiles. Préférons les bouées et convainquons les municipalités den installer, Sil faut mouiller, préférons les fonds de sable aux herbiers. Pêcheurs en mer, respectez la réglementation sur les engins de pêche, les tailles minimales, les espèces protégées et les périodes de reproduction. Ne vous comportez pas en prédateurs : limitez-vous strictement à la consommation familiale. Ne concurrencez pas les professionnels. Respectez les zones de pêche interdite ( et les passages fréquentés ). octobre Protection de la flore et de la faune Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 14

15 Le CBP 2008 : « Environnement » Il est facile de stigmatiser une activité visible, comme le nautisme, en oubliant que des pollutions infiniment plus sérieuses proviennent des activités agricoles et industrielles, des zones urbaines ou des pratiques maritimes commerciales. Les impacts de la plaisance sont variés, selon le bassin et la concentration, mais le plus souvent faibles. Des gestes simples peuvent cependant améliorer encore le bilan. Lauto - régulation et la sensibilisation seront plus efficaces que la réglementation, complexe, décalée et difficile à mettre en œuvre. Les plaisanciers sont sensibles et prêts à faire des efforts : Rôle essentiel dune information parlante et bien ciblée, Contre-effet des excès de lobbies mal informés. Laction ne sera efficace que si plaisanciers, ports, collectivités et industriels travaillent en coordination pour généraliser les équipements adaptés, qui sont bien identifiés mais souvent absents. octobre 2007 C O N C L U S I O N S Bonnes pratiques de lUNAN UNAN 15


Télécharger ppt "LUnion Nationale des Associations de Navigateurs U N A N Octobre 2007 1 Bonnes pratiques de lUNAN Créée en 2002 pour regrouper les Unions départementales."

Présentations similaires


Annonces Google