La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La science de ce qui sabat sur le peuple. Un peu dhistoire John Snow, le choléra et la pompe. Londres, août 1854: choléra attribué aux « miasmes ». Description.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La science de ce qui sabat sur le peuple. Un peu dhistoire John Snow, le choléra et la pompe. Londres, août 1854: choléra attribué aux « miasmes ». Description."— Transcription de la présentation:

1 La science de ce qui sabat sur le peuple

2 Un peu dhistoire John Snow, le choléra et la pompe. Londres, août 1854: choléra attribué aux « miasmes ». Description des cas / compagnies de distribution deau: 10 X plus de cas dans les maisons dépendant de la Cie prélevant leau de la Tamise près des égouts. Démontre le rôle de leau dans la transmission de la maladie. Sept.1854 met hors dusage la pompe. Fin sept. lépidémie* est terminée 28 avril 1981: une employée du CDC chargée de lenregistrement des demandes de Pentamidine avertit son chef (9 demandes pour pneumocystose). 5 juin le BEH du CDC publie une note sur les caractéristiques des malades (jeunes, homosexuels + déficit immunitaire acquis) : permet la définition du SIDA…

3 Lépidémiologie: quest-ce que cest? A quoi ça sert? Discipline qui étudie: La fréquence et la répartition dans le temps et lespace des problèmes de santé des populations Le rôle des facteurs* qui influent sur ces problèmes de santé (*facteur: élément jouant dans la genèse dun phénomène = déterminant…)

4 Modèle épidémiologique des déterminants de la santé LOISIRS, SPORTS FACTEURS LIES AUX COMPORTEMENTS PROFESSIONNELS PHYSIQUE (géo-climatique, Sanitation…) FACTEURS LIES A l ENVIRONNEMENT PSYCHOLOGIQUE Et CULTUREL SOCIAL PHYSIOLOGIE FACTEURS GENETIQUES AGE: MATURATION ET VIEILLISSEMENT FACTEURS LIES A LA BIOLOGIE HUMAINE PREVENTION MODES DE CONSOMMATION ALIMENTATION/ TOXIQUES READAPTATION Fact. Liés à LORGANISATION DES SERVICES DE SANTE SOINS CURATIFS

5 Lépidémiologie oscille entre 2 pôles La compréhension des maladies et de leurs mécanismes (± recherche fondamentale) Le champ de laction collective sur les problèmes de santé pour les prévenir ou les prendre en charge (= Santé Publique)

6 Les 5 questions auxquelles lépidémiologie permet de répondre… Quels sont les problèmes de santé qui existent au sein dune population? Quelle est limportance des problèmes de santé? Quels sont les facteurs de risque et les groupes à risque élevé? Quelles sont les causes des maladies Les objectifs dune action sont-ils atteints?

7 Ainsi, il existe 3 types détude épidémiologique: Lépidémiologie descriptive (vise à décrire et repérer les pb de santé: fréquence, répartition géographique, évolution dans le temps, distribution parmi les groupes mais aussi à émettre des hypothèses étiologiques). Cest un outil daide à la décision. Lépidémiologie « explicative » -ou étiologique ou causale ou analytique- (recherche les causes des pb de santé repérés). Lépidémiologie dintervention (évalue limpact des interventions de santé publique)

8 … Et donc 3 mots clés Décrire Prédire Prévenir … Qui ont en commun de faire appel au concept de RISQUE

9 Le risque: concept central de lépidémiologie Double polarité (chance ou malchance). Donc plusieurs définitions… En épidémio. Le risque dune maladie est sa fréquence dans une population donnée pendant une période déterminée. En comparant cette probabilité parmi différents groupes, on identifie des groupes à risque élevé (rôle des déterminants de la santé). A ce concept on ajoute parfois celui « dévitabilité »

10 Etude de cas Une municipalité a relevé une hausse considérable du taux de nouveaux cas de séropositivité pour le VIH au cours de la dernière année. En tant que responsable de la prévention VIH-SIDA dans votre localité, vous devez formuler des recommandations pour le programme de lan prochain. La hausse des cas de VIH vous incite à examiner les taux dans votre localité. Il y a eu 4 nouveaux cas de séropositivité pour le VIH en 2001 et 7 en Selon vos calculs, cela représente une hausse de 75% du nombre de cas par année.

11 Hausse de 75%

12 Décision : Vous recommandez que lon intensifie les activités de prévention et de contrôle du VIH/SIDA. Le conseil général approuve votre recommandation et réaffecte à cet effet une partie des fonds du programme des règlements municipaux anti-tabac. Est-ce la meilleure décision ?

13 1. Tenir compte du dénominateur (taille de la population) 2. Les chiffres réels ne sont pas des taux! 3. Prudence lorsque lon calcule des pourcentages ou que lon fait des comparaisons entre petits nombres (peuvent produire des écarts considérables, doivent être analysés) Vous remarquez que la population de votre ville a augmenté et vous en concluez quen comparant les taux pour habitants il ny a eu aucune hausse des cas de séropositivité si lon tient compte de la croissance démographique:

14

15 Décision: Vous recommandez donc le maintien des activités de lutte contre le VIH à leur niveau actuel et une surveillance continue de la situation surtout chez les groupes les plus à risque.

16 Conclusion: tous les professionnels de santé publique devraient acquérir les bases suivantes en épidémiologie: Comprendre les méthodes de recherche de base Comprendre en quoi la surveillance améliore la santé communautaire Déterminer, obtenir et interpréter les données et les preuves scientifiques pertinentes Evaluer la documentation scientifique sur la santé Mener des évaluations daction de SP Evaluer létat de santé dune population et les déterminants de sa santé Structurer et présenter linformation sanitaire

17 Les outils, les sources de données en épidémiologie Les mesures de fréquence: La description de létat de santé dune population se fait par des indicateurs. Le + souvent employé est le taux, mais aussi la proportion ou le ratio: Dans une proportion, le numérateur « fait partie » du dénominateur (ex: % dhommes dans une pop. = nb dhommes divisé par nb de sujets de la pop). Dans un ratio, numérateur et dénominateur sont distincts (ex: sex ratio = rapport entre nb F et nb H) Un taux diffère dune proportion car il mesure une fréquence par unité de temps, cest une mesure dynamique. Son dénominateur est exprimé en personnes- années.(exprimé en % ou pour 1000 ou )

18 Il faut distinguer deux grands types de mesure de la morbidité en fonction du temps : La morbidité prévalente : c'est le nombre de cas d'une maladie donnée (ou le nombre de personnes atteintes de cette maladie), existant dans une population à un moment donné. Il n'y a pas ici de distinction entre les anciens cas et les nouveaux cas. La morbidité incidente : c'est le nombre de nouveaux cas d'une maladie donnée (ou le nombre de personnes atteintes de cette maladie) dans une population pendant une période déterminée. La première est une mesure statique, figée, comme un cliché photographique. A un instant donné, dans une population donnée, l'importance de la maladie est telle. C'est la prévalence. L'autre est dynamique, comme un film. Elle mesure la vitesse d'apparition de la maladie au cours du temps. C'est l'incidence. Les deux sont nécessaires : la prévalence intéresse la Santé Publique car elle permet d'évaluer les besoins de prise en charge médicale. C'est un outil utile pour la planification des ressources sanitaires. L'incidence intéresse la recherche étiologique en permettant des comparaisons, en terme de vitesse d'apparition de la maladie, entre des groupes diversement exposés aux facteurs étiologiques supposés.

19 Pour résumer: Lincidence: rapporte la fréquence dun événement à la pop. dans laquelle survient lévénement, durant une période déterminée (si cest un décès on parle de taux de mortalité, etc.) La prévalence: rapporte un nombre de personnes malades (ou porteuses dun facteur de risque) à la pop. à laquelle appartiennent ces personnes à un moment donné.

20 Une proportion, un pourcentage Il s'agit d'un rapport exprimant la fréquence relative, dans l'échantillon, des sujets présentant une caractéristique donnée. Le numérateur est inclus dans le dénominateur. Une proportion est toujours comprise entre 0 et 1. Il s'agit d'un nombre sans dimension. Exemple : dans un échantillon de 180 décès, 1 est lié a une cause accidentelle : la proportion de décès de cause accidentelle dans l'échantillon est de 1 pour 180. Un pourcentage est une proportion multipliée par 100 %. Dans l'exemple précédent il est de 0,5 %.

21 Une probabilité Une probabilité indique le risque encouru. Il s'agit là aussi d'un nombre sans dimension compris entre 0 et 1. Exemple : en 1984, en France, sur grossesses chez des fumeuses, il y a eu accouchements prématurés. On calcule la probabilité d'accouchement prématuré d'une fumeuse française : / =0.14=14 pour cent. Remarque : une proportion tend vers la probabilité correspondante lorsque la taille de l'échantillon tend vers la population (en pratique quand il devient grand).

22 Un taux Un taux indique la vitesse de "transfert" de l'état non-malade vers l'état malade (ou mort). Il mesure la vitesse d'apparition d'une maladie dans une population donnée. Un taux est assimilable à une proportion excepté 2 éléments. L'un est le multiplicateur qui est généralement une puissance de 10 pour l'exprimer en unité de taille de la population. Ce multiplicateur est aussi appelé la base. L'autre est l'unité de temps sur laquelle est calculé le taux (jours, mois, années). Un taux, comme toute vitesse, a une dimension inverse du temps : c'est le nombre de changements d'un état à un autre état pendant une durée d'observation donnée (T) divisé par le nombre de sujets à risque de présenter ce changement d'état pendant la période considérée (T). Le calcul du dénominateur requiert quelques précisions complémentaires. Un sujet à risque qui a présenté l'événement étudié (maladie ou décès) n'est plus à risque. Il faut donc tenir compte du temps où chaque personne va être réellement "à risque". C'est la notion de personne-temps (PT), capitale dans le calcul des taux.

23 Un ratio Il s'agit du rapport des occurrences de 2 modalités d'une même variable. Exemple : soient sujets atteints d'une maladie M dont 200 hommes et 800 femmes, on calcule le sex-ratio : sex-ratio = 200/800=0.25

24 Un indice C'est le rapport des occurrences de 2 événements différents. Exemple :

25 Révisions Exercice 1 Complétez les propositions suivantes par le terme approprié : nombre de cancers cutanés / nombre de cancers : c'est... nombre d'infarctus / consommation de cigarettes par habitant : c'est... nombre de décès de la période / effectif à risque pendant la période : c'est... nombre d'hypertendus en 1975 / nombre d'hypertendus en 1994 : c'est... nombre d'amputés du bras / nombre d'amputés : c'est... : c'est...

26 Révisions Exercice 2 : on a recensé sujets pour étudier l'incidence d'une maladie dans la population. On constate que 800 individus sont déjà atteints. 1) Que faire de ces sujets ? 2) Quel(s) indicateur(s) de morbidité pouvez vous calculer ? Calculez-le(s). On suit les sujets conservés pour l'enquête sur une période de 1 an. Les résultats sont les suivants : 400 cas et 100 perdus de vue. 3) Calculez le taux d'incidence de la maladie.

27 Révisions Exercice 3 : on a étudié la mortalité d'une population entre le 1er janvier et le 31 décembre La population comptait individus au 1er janvier et seulement au 31 décembre. Les autorités sanitaires ont recensé 1600 décès dont 65 % d'hommes. Parmi ces 1600 décès, 400 sont dus à des tumeurs et 80 à des infections respiratoires aiguës. On a recensé dans cette population 2000 cas d'infections respiratoires aiguës dans l'année. 1) Calculez le taux brut de mortalité. 2) Peut-on calculer le taux spécifique de mortalité chez les hommes ? Si oui, calculez-le. 3) Calculez le taux spécifique de mortalité par tumeurs. Par infection respiratoire aiguë. 4) Calculez la part de mortalité due aux tumeurs. 5) Calculez la létalité des infections respiratoires aiguës.

28 En somme… Si on sintéresse surtout aux conditions de survenue de la maladie, il est préférable de calculer des taux dincidence car ils ne prennent en compte que les nouveaux cas. Si on sintéresse au nb total de personnes souffrant dune condition défavorable, on calculera la prévalence car elle prend en compte tous les cas existants Si on veut étudier plus finement un aspect de létat de santé dune population, on a intérêt à calculer des taux spécifiques (ex: létalité, morbidité), en se limitant à des problèmes particuliers (ex.par âge: morbidité infantile)

29 Problème… Les difficultés dinterprétation des taux, comme celui de mortalité annuel dun pays par ex. (cf la canicule!); ce taux est très influencé par la structure dâge de la population. Or il est très important de pouvoir juger sil existe une différence réelle du taux de mortalité entre 2 régions par exemple, et cela indépendamment de la structure dâge des populations concernées…

30 Reste la standardisation… On pourrait bien calculer des tx spécifiques mais ne permettent pas détablir une comparaison globale. Ainsi, lobjectif de la standardisation consiste à éliminer leffet des différences entre les populations à comparer pour la variable considérée: ainsi, si on constate une différence entre les tx obtenus, on pourra admettre que cette différence nest pas le fait de lâge (ou le contraire!)

31 Concepts de population et déchantillon La population La population est lensemble des sujets possibles pour une étude. Cest un groupe de personnes auxquelles on sintéresse et dont on veut connaître, observer certaines caractéristiques ou comportements et auquel on veut généraliser les résultats. Ex: tous les étudiants inscrits en IFSI LYON échantillon Population de référence

32 Léchantillon les observations et les mesures sont généralement effectuées sur un ensemble limité de sujets : un échantillon de la population de référence. Ensuite, le chercheur tente de généraliser ses conclusions sur lensemble des sujets léchantillon doit être représentatif de la population étudiée (« comment réaliser léchantillonnage ?) léchantillon doit avoir une taille suffisante (« quelle doit être la taille de léchantillon ? ») Ex: un groupe de 50 étudiants tirés aléatoirement à partir des listes des étudiants


Télécharger ppt "La science de ce qui sabat sur le peuple. Un peu dhistoire John Snow, le choléra et la pompe. Londres, août 1854: choléra attribué aux « miasmes ». Description."

Présentations similaires


Annonces Google