La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA STRATEGIE AFRICAINE POUR LA REDUCTION DE LUSAGE NOCIF DE LALCOOL Dr SEGNON- AGUEH Judith, MD ; MSc ; MPH-QSGSS Réunion des ministres de la santé des.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA STRATEGIE AFRICAINE POUR LA REDUCTION DE LUSAGE NOCIF DE LALCOOL Dr SEGNON- AGUEH Judith, MD ; MSc ; MPH-QSGSS Réunion des ministres de la santé des."— Transcription de la présentation:

1 LA STRATEGIE AFRICAINE POUR LA REDUCTION DE LUSAGE NOCIF DE LALCOOL Dr SEGNON- AGUEH Judith, MD ; MSc ; MPH-QSGSS Réunion des ministres de la santé des pays de lUEMOA sur les MNT Cotonou, le 20 février 2014

2 Plan Introduction Épidémiologie de lusage nocif de lalcool Relation usage nocif de lalcool et MNT Conséquences socio-économiques et sanitaires de lusage nocif de lalcool Facteurs influençant la consommation de lalcool Rapport de la situation dans la région africaine Solutions /Actions Conclusion 2

3 Introduction 1 Lusage nocif traduit une consommation répétée de boissons alcoolisées qui entraîne une alcoolopathie. Une alcoolopathie : résultante d'une absorption d'alcool fréquente et en trop grande quantité. Lusage est nocif dès lors quun dommage est imputable à la consommation dalcool. 3

4 Introduction 2 Les valeurs et quantités dalcool à partir desquelles on parle de consommation excessive ne peuvent pas être définies. La notion dusage nocif ne fait pas intervenir les quantités dalcool, mais les dommages et les répercussions quil provoque sur lindividu. Pour chacun, la dose nocive dalcool est différente et varie en fonction de lâge, du sexe, du poids et des antécédents. 4

5 Introduction 3 En outre, le degré dexposition aux boissons alcoolisées et le contexte dans lequel a lieu leur consommation jouent également un rôle. Limpact de la consommation dalcool sur les maladies et traumatismes est en grande partie déterminé par deux facteurs distincts mais liés: – le volume total dalcool consommé et – le mode de consommation. 5

6 Epidémiologie de lusage nocif de lalcool 1 La consommation nocive dalcool, problème mondial de santé publique qui compromet autant lindividu que la société. Alcool provoque 2,5 millions de décès chaque année dans le monde Dans la Région africaine l'alcool est responsable d'environ décès prématurés chaque année, soit plus que le tabac qui entraine décès par an. En 2010, la consommation d'alcool était le principal facteur de risque de décès et d'invalidité années de vie ajustées (DALY) en Afrique sub-saharienne, suivie par la TA élevée et lIMC élevé (Lim et al., 2012). 6

7 Epidémiologie de lusage nocif de lalcool 2 Les traumatismes causés par les accidents de la route, les violences et les conflits représentent plus de 61 % de la charge de morbidité imputable à la consommation d'alcool dans la Région. (OMS, 2013). Le rapport 2011 sur l'état mondial de l'OMS sur l'alcool et la santé montre que, en moyenne, la consommation d'alcool en Afrique est à un niveau déjà très élevé, environ 35 litres d'alcool pur / buveur / an dans certains pays. Ainsi, lalcool est le 3 ème facteur de risque de morbidité et dincapacité dans le monde et le 2 ème facteur de risque évitable des MNT. 7

8 Usage nocif dalcool et MNT 1 Lusage nocif dalcool, déterminant majeur de troubles neuropsychiatriques tels que lépilepsie et dautres Maladies Non Transmissibles ( les maladies cardio-vasculaires, la cirrhose du foie et divers cancers). Une proportion importante de la charge de morbidité attribuable à la consommation nocive dalcool est due aux traumatismes intentionnels ou non intentionnels, y compris ceux dus aux accidents de la circulation routière, à la violence et aux tentatives de suicide surtout chez les jeunes. 8

9 Usage nocif dalcool et MNT 2 Lalcool peut avoir un effet direct sur le statut nutritionnel, en entraînant une malnutrition par substitution aux autres nutriments, ou inversement un surpoids par addition, ou bien encore des modifications du comportement alimentaire. Indirectement, la consommation dalcool peut entraîner une malnutrition par maldigestion ou malabsorption liées aux complications organiques. Les habitudes de consommation dalcool peuvent accroître le risque de développer une MNT. 9

10 Conséquences 1 Lusage nocif de lalcool est également associé à plusieurs maladies infectieuses comme le VIH/sida, la tuberculose et les infections sexuellement transmissibles (IST). Car la consommation dalcool affaiblit le système immunitaire et a un effet négatif sur lobservance par le patient du traitement antirétroviral. 10

11 Conséquences 2 Lusage nocif de lalcool entraîne de lourdes conséquences sociales: La violence, la criminalité, la rupture des liens familiaux, communautaires et professionnels, dégrade la qualité de vie. Chez la femme enceinte, la consommation d'alcool peut entraîner un syndrome d'alcoolisation fœtale et des complications liées à la prématurité, préjudiciables à la santé et au développement du nouveau-né. 11

12 Conséquences 3 Par ailleurs, lalcool a des effets toxiques sur presque tous les organes du corps humain. Dautres conséquences sont la perte demploi, la participation à des activités criminelles et les poursuites judiciaires. Ces conséquences affectent aussi bien le consommateur dalcool que sa famille, sa communauté et la société en général. 12

13 Figure 1: Pourcentages mondiaux des années de vie ajustées sur lincapacité (DALY)1 attribuées aux 19 principaux facteurs de risque par groupe de revenu. 13

14 Figure 2: Le corps du consommateur nocif dalcool 14

15 Facteurs influençant la consommation dalcool 1 La consommation dalcool est souvent enracinée dans le contexte culturel et social de nombreuses civilisations. Elle est aussi associée à certaines caractéristiques personnelles: – Âge, sexe, statut physiologique et psychologique – Valeurs sociales, économiques et culturelles ; normes familiales telles quacceptation et approbation des schémas individuels de consommation dalcool – Disponibilité, accessibilité économique et tolérance sociale de la consommation dalcool 15

16 Facteurs influençant la consommation dalcool 2 – Caractéristiques socioculturelles de l'influence des pairs, de la situation personnelle et des attitudes sociales vis-à-vis de la consommation d'alcool – Image transmise par la publicité et les médias de la consommation dalcool comme «virile» et «attirante», déterminant ainsi les valeurs et opinions individuelles à ce sujet – Statut juridique de l'alcool et existence de sanctions pénales à l'encontre des personnes occasionnant des traumatismes sous l'influence de l'alcool. 16

17 Situation de la lutte contre lusage nocif de lalcool en Afrique 1 Le rapport de situation mondial de l'OMS sur l'alcool et la santé publié en 2010 montre que seulement 13 des 46 pays (soit 28 %) de la Région africaine avait une politique de lutte contre lusage nocif de l'alcool écrite et publiée. Sur les 35 pays ayant des restrictions d'âge sur la vente d'alcool, 18 ans est la limite dans 31 pays. Presque tous les pays ont déclaré avoir une politique sur le traitement des troubles liés à l'alcool, même ceux qui n'ont pas la politique de l'alcool. 17

18 Situation de la lutte contre lusage nocif de lalcool en Afrique 2 En général, les mécanismes réglementaires et législatives se concentrant sur les décisions industrielles et agricoles sur l'alcool qui prennent en compte les intérêts de la santé publique et qui traitent efficacement avec la publicité et le marketing commercial et la disponibilité, la tarification et la commercialisation illicite d'alcool n'existent pas dans la plupart des pays ou ne sont pas appliquées. 18

19 Solutions 19

20 Evaluer / limiter sa consommation dalcool 1 Recommandations de lOMS pour une consommation responsable Les seuils définis par l'OMS sont les suivants : pour l'usage régulier chez l'homme (3 verres standard /jour en moyenne) pour l'usage régulier chez la femme (2 verres standard /jour en moyenne) jamais plus de 4 verres par occasion pour l'usage ponctuel L'OMS recommande également de s'abstenir au moins un jour par semaine de toute consommation d'alcool. NB: Verre standard = 10 g dEthanol pur 20

21 Evaluer / limiter sa consommation dalcool 2 Respecter les directives récentes (Ontario, Canada) – Ne prenez pas plus de deux verres standard par jour; – Les femmes ne devraient pas prendre plus de neuf verres standard par semaine; – Les hommes ne devraient pas prendre plus de 14 verres standard par semaine. 21

22 Figure 2: Diagramme de conversion du verre-standard 22

23 Actions de lOMS 1 LOMS a proposé en 2010 deux stratégies mondiale et africaine visant à réduire l'usage nocif de l'alcool; Celle africaine incite les pays à reconnaître l'usage nocif de l'alcool comme un problème majeur de santé publique et à y accorder une priorité. Calquée sur la stratégie mondiale et comprend les options politiques et les interventions susceptibles dêtre mises en œuvre au niveau national qui sont regroupées en 10 domaines cibles. Il s'agit de: 23

24 Actions de lOMS 2 leadership, sensibilisation et engagement; réponse des services de santé; action communautaire; politiques et contremesures concernant lalcool au volant; offre dalcool; commercialisation des boissons alcoolisées; politiques des prix; réduction des conséquences négatives de la consommation dalcool et de lébriété; réduction de limpact sur la santé publique de lalcool illicite et de lalcool produit de manière informelle. 24

25 Actions de lOMS 3 Un cadre de mise en œuvre de la Stratégie régionale visant à réduire l'usage nocif de l'alcool ( ) a été élaboré Il aborde 05 domaines stratégiques qui sont alignés sur les objectifs de la stratégie régionale: 1. S'assurer que l'infrastructure politique est adéquat, le renforcement de la collaboration multisectorielle et la mobilisation des partenaires et des ressources; 25

26 Actions de lOMS 4 2. Élaborer des politiques et des lois efficaces de lutte contre l'alcool pour protéger la santé de la population; 3.Améliorer les connaissances et renforcer les compétences dans les familles et les communautés à faire face aux méfaits de l'alcool; 4. Améliorer les interventions de soins de santé pour la prévention de l'usage nocif de l'alcool et de gérer le préposé à la mauvaise santé et les conditions; 5. Renforcer le système d'information de santé et l'amélioration de la base de connaissances sur les politiques et les interventions efficaces. 26

27 Ce que les pays devraient faire? Elaborer, mettre en œuvre, suivre et évaluer les politiques publiques visant à réduire lusage nocif de lalcool. Les décideurs devraient encourager ladoption des stratégies sur: – réglementation de la commercialisation des boissons alcoolisées (en particulier auprès des jeunes); – réglementation et restriction de loffre dalcool; – adoption de politiques adaptées de réglementation de lalcool au volant; – réduction de la demande à travers des dispositifs fiscaux et daction sur les prix; – sensibilisation et soutien aux politiques; – fourniture de traitements accessibles et dun coût abordable aux personnes souffrant de troubles liés à la consommation dalcool. 27

28 Conclusion Lalcool est une véritable drogue. Le problème de lalcool est plus important que lon ne le pensait. Il touche beaucoup de personnes et fait beaucoup de victimes en étant une cause importante daccidents de la route et un important facteur de risque des MNT. La consommation dalcool débouche souvent sur des problèmes de dépendance qui occasionnent de graves conséquences allant même jusqu'au suicide ou au meurtre dans les cas les plus extrêmes. Sans dire que nos Etats ne font rien contre ce fléau, nous pensons quils ne prennent pas suffisamment en charge ce risque lié à lalcool. 28

29 MERCI 29


Télécharger ppt "LA STRATEGIE AFRICAINE POUR LA REDUCTION DE LUSAGE NOCIF DE LALCOOL Dr SEGNON- AGUEH Judith, MD ; MSc ; MPH-QSGSS Réunion des ministres de la santé des."

Présentations similaires


Annonces Google