La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Carol JONAS CHU TOURS 2008 Impact de la loi du 5 mars 2007 sur lactivité des médecins: des certitudes et des angoisses Carol JONAS, psychiatre, Docteur.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Carol JONAS CHU TOURS 2008 Impact de la loi du 5 mars 2007 sur lactivité des médecins: des certitudes et des angoisses Carol JONAS, psychiatre, Docteur."— Transcription de la présentation:

1 carol JONAS CHU TOURS 2008 Impact de la loi du 5 mars 2007 sur lactivité des médecins: des certitudes et des angoisses Carol JONAS, psychiatre, Docteur en Droit

2 carol JONAS CHU TOURS 2008 Prise en compte de la personne C.C. Art. 425 S'il n'en est disposé autrement, la mesure est destinée à la protection tant de la personne que des intérêts patrimoniaux de celle-ci. Elle peut toutefois être limitée expressément à l'une de ces deux missions. En fait la Cour de cassation lavait dégagé depuis 1989

3 carol JONAS CHU TOURS 2008 Une protection médicale complexe Le médecin spécialiste Le médecin traitant Les actes médicaux spécifiques

4 carol JONAS CHU TOURS 2008 Médecin spécialiste Un rôle étendu

5 carol JONAS CHU TOURS 2008 Article 431 du Code Civil Créé par Loi n° du 5 mars art. 7 JORF 7 mars 2007 en vigueur le 1er janvier 2009Loi n° du 5 mars art. 7 JORF 7 mars 2007 en vigueur le 1er janvier 2009 La demande est accompagnée, à peine d'irrecevabilité, d'un certificat circonstancié rédigé par un médecin choisi sur une liste établie par le procureur de la République. Le coût de ce certificat est fixé par décret en Conseil d'Etat.

6 carol JONAS CHU TOURS 2008 Protection du logement (art. 426) S'il devient nécessaire ou s'il est de l'intérêt de la personne protégée qu'il soit disposé des droits relatifs à son logement ou à son mobilier par l'aliénation, la résiliation ou la conclusion d'un bail, l'acte est autorisé par le juge ou par le conseil de famille s'il a été constitué, sans préjudice des formalités que peut requérir la nature des biens. L'avis préalable d'un médecin inscrit sur la liste prévue à l'article 431 est requis si l'acte a pour finalité l'accueil de l'intéressé dans un établissement.

7 carol JONAS CHU TOURS 2008 Expertise obligatoire du sujet protégé faisant lobjet dune procédure pénale Article Créé par Loi n° du 5 mars 2007 La personne poursuivie doit être soumise avant tout jugement au fond à une expertise Article D Décret n° du 16 janvier L'expertise prévue par l'article peut être confiée à un expert psychiatre ou à un médecin figurant sur la liste prévue par l'article 431 du code civilDécret n° du 16 janvier

8 carol JONAS CHU TOURS 2008 Article du code civil Pour l'application du dernier alinéa de l'article 426 et de l'article 431, le médecin inscrit sur la liste mentionnée à l'article 431 peut solliciter l'avis du médecin traitant de la personne qu'il y a lieu de protéger

9 carol JONAS CHU TOURS 2008 Code Civil article 432: absence daudition du sujet Le juge statue, la personne entendue ou appelée. L'intéressé peut être accompagné par un avocat ou, sous réserve de l'accord du juge, par toute autre personne de son choix. Le juge peut toutefois, par décision spécialement motivée et sur avis du médecin mentionné à l'article 431, décider qu'il n'y a pas lieu de procéder à l'audition de l'intéressé si celle-ci est de nature à porter atteinte à sa santé ou s'il est hors d'état d'exprimer sa volonté.

10 carol JONAS CHU TOURS 2008 Soins et sauvegarde Article 438 Le mandataire spécial peut également se voir confier une mission de protection de la personne dans le respect des articles à 463.

11 carol JONAS CHU TOURS 2008 Renouvellement de mesure Article 442 Le juge peut renouveler la mesure pour une même durée. ( 5 ans) Toutefois, lorsque l'altération des facultés personnelles de l'intéressé décrite à l'article 425 n'apparaît manifestement pas susceptible de connaître une amélioration selon les données acquises de la science, le juge peut, par décision spécialement motivée et sur avis conforme du médecin mentionné à l'article 431, renouveler la mesure pour une durée plus longue qu'il détermine. Le juge peut, à tout moment, mettre fin à la mesure, la modifier ou lui substituer une autre mesure prévue au présent titre, après avoir recueilli l'avis de la personne chargée de la mesure de protection. Il statue d'office ou à la requête d'une des personnes mentionnées à l'article 430, au vu d'un certificat médical et dans les conditions prévues à l'article 432. Il ne peut toutefois renforcer le régime de protection de l'intéressé que s'il est saisi d'une requête en ce sens satisfaisant aux articles 430 et 431.

12 carol JONAS CHU TOURS 2008 Renouvellement de mesure Le certificat doit émaner dun médecin spécialiste pour envisager un renforcement de la mesure Le certificat dun autre médecin nest suffisant que si Allègement de mesure Audition du sujet

13 carol JONAS CHU TOURS 2008 Médecin et mandat de protection future Article 481 Le mandat prend effet lorsqu'il est établi que le mandant ne peut plus pourvoir seul à ses intérêts. Celui-ci en reçoit notification dans les conditions prévues par le code de procédure civile. A cette fin, le mandataire produit au greffe du tribunal d'instance le mandat et un certificat médical émanant d'un médecin choisi sur la liste mentionnée à l'article 431 établissant que le mandant se trouve dans l'une des situations prévues à l'article 425. Le greffier vise le mandat et date sa prise d'effet, puis le restitue au mandataire.

14 carol JONAS CHU TOURS 2008 Médecin traitant Un rôle subsidiaire, mais une pratique complexifiée

15 carol JONAS CHU TOURS 2008 Renouvellement de mesure Le certificat doit émaner dun médecin spécialiste pour envisager un renforcement de la mesure Le certificat dun autre médecin nest suffisant que si Allègement de mesure Audition du sujet

16 carol JONAS CHU TOURS 2008 Soins, information et consentement Article La personne protégée reçoit de la personne chargée de sa protection, selon des modalités adaptées à son état et sans préjudice des informations que les tiers sont tenus de lui dispenser en vertu de la loi, toutes informations sur sa situation personnelle, - les actes concernés, -leur utilité, -leur degré d'urgence, -leurs effets -et les conséquences d'un refus de sa part.

17 carol JONAS CHU TOURS 2008 Soins, information et consentement Article 458 Sous réserve des dispositions particulières prévues par la loi, l'accomplissement des actes dont la nature implique un consentement strictement personnel ne peut jamais donner lieu à assistance ou représentation de la personne protégée. Sont réputés strictement personnels la déclaration de naissance d'un enfant, sa reconnaissance, les actes de l'autorité parentale relatifs à la personne d'un enfant, la déclaration du choix ou du changement du nom d'un enfant et le consentement donné à sa propre adoption ou à celle de son enfant.

18 carol JONAS CHU TOURS 2008 Soins, information et consentement Article 459 Hors les cas prévus à l'article 458, la personne protégée prend seule les décisions relatives à sa personne dans la mesure où son état le permet. Lorsque l'état de la personne protégée ne lui permet pas de prendre seule une décision personnelle éclairée, le juge ou le conseil de famille s'il a été constitué peut prévoir qu'elle bénéficiera, pour l'ensemble des actes relatifs à sa personne ou ceux d'entre eux qu'il énumère, de l'assistance de la personne chargée de sa protection. Au cas où cette assistance ne suffirait pas, il peut, le cas échéant après l'ouverture d'une mesure de tutelle, autoriser le tuteur à représenter l'intéressé. La personne chargée de la protection du majeur peut prendre à l'égard de celui-ci les mesures de protection strictement nécessaires pour mettre fin au danger que, du fait de son comportement, l'intéressé ferait courir à lui-même. Elle en informe sans délai le juge ou le conseil de famille s'il a été constitué. Toutefois, sauf urgence, la personne chargée de la protection du majeur ne peut, sans l'autorisation du juge ou du conseil de famille s'il a été constitué, prendre une décision ayant pour effet de porter gravement atteinte à l'intégrité corporelle de la personne protégée ou à l'intimité de sa vie privée.

19 carol JONAS CHU TOURS 2008 Soins, information et consentement Article L'application de la présente sous-section ne peut avoir pour effet de déroger aux dispositions particulières prévues par le code de la santé publique et le code de l'action sociale et des familles prévoyant l'intervention d'un représentant légal. Toutefois, lorsque la mesure de protection a été confiée à une personne ou un service préposé d'un établissement de santé ou d'un établissement social ou médico-social dans les conditions prévues à l'article 451, l'accomplissement des diligences et actes graves prévus par le code de la santé publique qui touchent à la personne et dont la liste est fixée par décret en Conseil d'Etat est subordonné à une autorisation spéciale du juge. Celui-ci peut décider, notamment s'il estime qu'il existe un conflit d'intérêts, d'en confier la charge au subrogé curateur ou au subrogé tuteur, s'il a été nommé, et, à défaut, à un curateur ou à un tuteur ad hoc.

20 carol JONAS CHU TOURS 2008 Vie privée et institutionnelle Article La personne protégée choisit le lieu de sa résidence. Elle entretient librement des relations personnelles avec tout tiers, parent ou non. Elle a le droit d'être visitée et, le cas échéant, hébergée par ceux-ci. En cas de difficulté, le juge ou le conseil de famille s'il a été constitué statue.

21 carol JONAS CHU TOURS 2008 En résumé Principe cest le sujet lui-même qui prend ce type de décisions Lorgane de protection doit donner les infos nécessaires (utilité, urgence, conséquences…) Subsidiarité Assistance si état le nécessite Représentation sur décision du juge Décision spécifique du juge si atteinte à lintégrité corporelle ou à lintimité La personne choisit son lieu de résidence et ses visiteurs Elle détermine les conditions de relation avec ses proches

22 carol JONAS CHU TOURS 2008 Situations spécifiques Un droit commun hétérogène

23 carol JONAS CHU TOURS 2008 Code des assurances art. L … L'acceptation du bénéfice d'un contrat d'assurance sur la vie conclu moins de deux ans avant la publicité du jugement d'ouverture de la curatelle ou de la tutelle du stipulant peut être annulée sur la seule preuve que l'incapacité était notoire ou connue du cocontractant à l'époque où les actes ont été passés. NOTA: Loi du 17 décembre 2007 art. 9 : Les dispositions du présent article s'appliquent aux contrats en cours à la date de publication de la présente loi.

24 carol JONAS CHU TOURS 2008 Recherches biomédicales Article L Les personnes majeures faisant l'objet d'une mesure de protection légale ou hors d'état d'exprimer leur consentement ne peuvent être sollicitées pour des recherches biomédicales que si des recherches d'une efficacité comparable ne peuvent être effectuées sur une autre catégorie de la population et dans les conditions suivantes : - soit l'importance du bénéfice escompté pour ces personnes est de nature à justifier le risque prévisible encouru ; - soit ces recherches se justifient au regard du bénéfice escompté pour d'autres personnes placées dans la même situation. Dans ce cas, les risques prévisibles et les contraintes que comporte la recherche doivent présenter un caractère minimal.

25 carol JONAS CHU TOURS 2008 Recherches biomédicales Article L I. - Les mineurs non émancipés, les majeurs protégés ou les majeurs hors d'état d'exprimer leur consentement et qui ne font pas l'objet d'une mesure de protection juridique reçoivent, lorsque leur participation à une recherche biomédicale est envisagée, l'information prévue à l'article L adaptée à leur capacité de compréhension, tant de la part de l'investigateur que des personnes, organes ou autorités chargés de les assister, de les représenter ou d'autoriser la recherche, eux- mêmes informés par l'investigateur. Ils sont consultés dans la mesure où leur état le permet. Leur adhésion personnelle en vue de leur participation à la recherche biomédicale est recherchée. En toute hypothèse, il ne peut être passé outre à leur refus ou à la révocation de leur acceptation. II. - Lorsqu'une recherche biomédicale est effectuée sur une personne mineure ou majeure sous tutelle, l'autorisation est donnée par son représentant légal et, si le comité mentionné à l'article L considère que la recherche comporte, par l'importance des contraintes ou par la spécificité des interventions auxquelles elle conduit, un risque sérieux d'atteinte à la vie privée ou à l'intégrité du corps humain, par le conseil de famille s'il a été institué, ou par le juge des tutelles.

26 carol JONAS CHU TOURS 2008 suite Une personne faisant l'objet d'une mesure de sauvegarde de justice ne peut être sollicitée aux fins de participer à une recherche biomédicale. Lorsqu'une recherche biomédicale est effectuée sur une personne majeure sous curatelle, le consentement est donné par l'intéressé assisté par son curateur. Toutefois, si la personne majeure sous curatelle est sollicitée en vue de sa participation à une recherche dont le comité mentionné à l'article L considère qu'elle comporte, par l'importance des contraintes ou par la spécificité des interventions auxquelles elle conduit, un risque sérieux d'atteinte à la vie privée ou à l'intégrité du corps humain, le juge des tutelles est saisi aux fins de s'assurer de l'aptitude à consentir du majeur. En cas d'inaptitude, le juge prend la décision d'autoriser ou non la recherche biomédicale.

27 carol JONAS CHU TOURS 2008 suite Lorsqu'une recherche biomédicale satisfaisant aux conditions édictées par l'article L est envisagée sur une personne majeure hors d'état d'exprimer son consentement et ne faisant pas l'objet d'une mesure de protection juridique, l'autorisation est donnée par la personne de confiance prévue à l'article L , à défaut de celle-ci, par la famille, ou, à défaut, par une personne entretenant avec l'intéressé des liens étroits et stables. Toutefois, si le comité mentionné à l'article L considère que la recherche comporte, par l'importance des contraintes ou par la spécificité des interventions auxquelles elle conduit, un risque sérieux d'atteinte à la vie privée ou à l'intégrité du corps humain, l'autorisation est donnée par le juge des tutelles.

28 carol JONAS CHU TOURS 2008 Prélèvement déléments et produits du corps Article L Le prélèvement d'éléments du corps humain et la collecte de ses produits ne peuvent être pratiqués sans le consentement préalable du donneur. Ce consentement est révocable à tout moment. L'utilisation d'éléments et de produits du corps humain à une fin médicale ou scientifique autre que celle pour laquelle ils ont été prélevés ou collectés est possible, sauf opposition exprimée par la personne sur laquelle a été opéré ce prélèvement ou cette collecte, dûment informée au préalable de cette autre fin. Lorsque cette personne est un mineur ou un majeur sous tutelle, l'opposition est exercée par les titulaires de l'autorité parentale ou le tuteur. Il peut être dérogé à l'obligation d'information lorsque celle-ci se heurte à l'impossibilité de retrouver la personne concernée, ou lorsqu'un des comités consultatifs de protection des personnes mentionnés à l'article L , consulté par le responsable de la recherche, n'estime pas cette information nécessaire. Toutefois, ces dérogations ne sont pas admises lorsque les éléments initialement prélevés consistent en des tissus ou cellules germinaux. Dans ce dernier cas, toute utilisation pour une fin autre que celle du prélèvement initial est interdite en cas de décès de l'intéressé.

29 carol JONAS CHU TOURS 2008 Prélèvement dorganes Article L Aucun prélèvement d'organes, en vue d'un don, ne peut avoir lieu sur une personne vivante mineure ou sur une personne vivante majeure faisant l'objet d'une mesure de protection légale.

30 carol JONAS CHU TOURS 2008 Prélèvement dorganes (personne décèdée) Article L Les organes prélevés à l'occasion d'une intervention chirurgicale, pratiquée dans l'intérêt de la personne opérée, peuvent être utilisés à des fins thérapeutiques ou scientifiques, sauf opposition exprimée par elle après qu'elle a été informée de l'objet de cette utilisation. Lorsque cette personne est un mineur ou un majeur sous tutelle, l'utilisation ultérieure des organes ainsi prélevés est en outre subordonnée à l'absence d'opposition des titulaires de l'autorité parentale ou du tuteur, dûment informés de l'objet de cette utilisation. Le refus du mineur ou du majeur sous tutelle fait obstacle à cette utilisation.

31 carol JONAS CHU TOURS 2008 Une situation de plus en plus complexe En apparence une meilleure prise en compte de la personne du majeur protégé Mais des directives difficiles à mettre en œuvre Des protections différentes selon les situations ( soins courants, atteintes graves à la santé, recherche…)

32 carol JONAS CHU TOURS 2008 Merci de votre attention La discussion est ouverte


Télécharger ppt "Carol JONAS CHU TOURS 2008 Impact de la loi du 5 mars 2007 sur lactivité des médecins: des certitudes et des angoisses Carol JONAS, psychiatre, Docteur."

Présentations similaires


Annonces Google