La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire. Une expérience avec des balles …

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire. Une expérience avec des balles …"— Transcription de la présentation:

1 Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire

2 Une expérience avec des balles …

3 Une expérience avec des ondes …

4 Une expérience avec des électrons… Richard Feynman

5 10.1 Les ondes de Broglie En se fondant sur le principe de « symétrie de la nature », de Broglie supposa qu’on pouvait attribuer aux particules matérielles une dualité onde- particule semblable à celle de la lumière: De Broglie supposa que les « ondes de matière » avaient une longueur d’onde λ = h/p. (comme la lumière). Cette hypothèse permet de donner aux postulats arbitraires de Bohr une interprétation limpide: Les seules orbites autorisées sont celles dont la circonférence contient un nombre entier de longueurs d’ondes (ondes stationnaires).

6 10.2 La diffraction des électrons Voir 7.8

7 10.4 La fonction d’onde L’interprétation actuelle de la fonction d’onde est celle de Max Born. Le carré de la fonction d’onde, indique la probabilité par unité de volume de trouver une particule. La fonction d’onde représente donc une « onde de probabilité » ou l ’ « amplitude de probabilité ». Contrairement à physique classique, la physique quantique, n’est pas déterministe: il n’est plus possible de prédire exactement la position d’une particule, mais seulement une probabilité. La mécanique quantique prédit correctement les valeurs moyenne des grandeurs physiques mais pas les résultats des mesures individuelles. Exprime que la particule doit se trouver quelque part (fonction d’onde normalisée) Probabilité de trouver la particule à l’intérieur de ΔV (ou Δx) Densité de probabilité Fonction d’onde, onde de probabilité ou amplitude de probabilité

8 LE CHAT DE SCHRODINGER Un pauvre chat est dans une boite pourvue d'un hublot. Dans un coin de la boite, un atome radioactif et un détecteur concluent pour ne fonctionner qu'une minute. Pendant cette minute, il y a 50 % de chance pour que l'atome se désintègre en émettant une particule qui déclenchera le détecteur qui actionnera le marteau qui brisera la fiole de poison mortel qui se répandra dans la boite du pauvre matou. Question : le chat est-il mort ou vivant avant que l’on regarde par le hublot? Réponse : il est à la fois mort ET vivant; il est dans les deux états en même temps (une superposition d’états). C’est l’action de l’observer qui le forcera dans l’un des deux états: mort OU vivant (décohérence).

9 10.5 Particule dans une boite La particule ne peut pas avoir une énergie nulle, même à 0 o K. L’énergie la plus basse, qui correspond à n=1, est l’énergie du niveau fondamental. Cette énergie est d’autant plus grande que la boîte est petite. La situation est équivalente aux ondes stationnaires dans une corde.

10 E18 Un proton est enfermé dans un puits de potentiel infini à une dimension de longueur m. a) Quels sont les deux premiers niveaux d’énergie? b) Quelle est la fréquence du photon émis lorsque le proton passe du 2 e niveau d’énergie au 1 er niveau? Dans quelle partie du spectre électromagnétique est-elle située?

11 10.5 Puits de potentiel fini • Normalement, une particule classique ne peut pas pénétrer à l’extérieur du puits dans une région où E < U. • Pourtant, la fonction d’onde ne s’annule pas à l’extérieur du puits mais diminue exponentiellement. Donc il existe une probabilité de trouver la particule à l’extérieur du puits, dans une région interdite par la mécanique classique. Ce résultat surprenant se manifeste par l’effet tunnel.

12 10.5 L’effet tunnel Puisque la fonction d’onde pénètre dans la zone interdite E < U, il est possible que la particule se retrouve à l’extérieur.

13 10.6 Le principe d’incertitude de Heisenberg Pour pouvoir observer une particule, un électron par exemple, il faut le bombarder avec des photons. La précision de la mesure Δx n’est pas plus grande que la longueur d’onde λ de la lumière utilisée. Comme la lumière transfert sa quantité de mouvement à l’électron, celà introduit une incertitude Δp. Diminuer λ pour diminuer Δx va augmenter Δp. Une particule localisée peut être représentée par un paquet d’onde de longueur Δx constitué de plusieurs ondes sinusoïdales dont les longueurs d’onde sont variables Δλ, ce qui implique une incertitude Δp. Le principe d’incertitude de Heisenberg énonce qu’il existe une limite fondamentale sur ce qu’il est possible d’observer et de mesurer. Cette limite n’est pas déterminée par les instruments de mesure mais par la nature elle-même.

14 La durée de vie d’un état excité est de s. Quelle est l’incertitude sur (a) l’énergie; (b) la fréquence du photon émis au moment de la désexcitation?

15 10.7 La dualité onde-particule Le fait que le carré de la somme des amplitudes de probabilité donne le résultat corect implique que, pendant sa progression dans le montage, l’électron est représenté par une superposition de deux états. Selon le principe de complémentarité, une description complète de la matière et du rayonnement doit faire intervenir les deux aspects, corpusculaire et ondulatoire. Autrement dit, l’onde et la particule sont deux représentations complémentaires. Même ceux qui sont à l’origine de cette théorie, Plank, Einstein et Schrödinger, n’en n’ont jamais accepté les développements ultérieurs. Voir Interférence quantique 2 fentes

16 L’intrication montre une réalité non locale. Un même évènement aléatoire peut se dérouler en deux endroits différents.


Télécharger ppt "Chapitre 10 : La mécanique ondulatoire. Une expérience avec des balles …"

Présentations similaires


Annonces Google