La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition du DANGER  Source ou situation pouvant  nuire par blessure.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition du DANGER  Source ou situation pouvant  nuire par blessure."— Transcription de la présentation:

1

2 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011

3 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition du DANGER  Source ou situation pouvant  nuire par blessure  ou atteindre la santé,  ou être cause de dommage de l’environnement  ou engendrer une combinaison de ces éléments

4 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 En établissement de Santé  Le danger pour le patient, c’est l’infection nosocomiale

5 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition du RISQUE  C’est la probabilité de survenue d’un danger dommageable au patient  Le risque est crée lorsque dans une situation déterminée, avec une possibilité de rencontre entre un élément dangereux et une cible.

6 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 En établissement de Santé c’est quoi le risque infectieux pour le patient ? Le risque, c’est d’attraper une infection nosocomiale

7 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Risque réel ou risque potentiel ?  le risque « réel » est celui qui existe  Il est statistiquement mesurable,  En fait, ce sont les conséquences de ce risque qui sont évaluées et permettent la mise en place de mesures préventives.  le risque « potentiel » exprime la possibilité, la probabilité de l’apparition d’un événement difficilement évaluable. Etant mal connu, il est difficile à appréhender et à prévenir.

8 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Le risque infectieux  A l’hôpital, le risque infectieux est omniprésent,  cependant il ne survient pas de façon mathématique.  Ce risque est variable car lié à plusieurs éléments:  L’agent infectieux  La personne soignée (hôte)  L’acte de soins  L’environnement

9 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Comment ce concrétise le risque Inf. ?  3 temps:  La contamination par la présence d’agents infectieux  La colonisation avec envahissement c.à.d multiplication des agents infectieux présents sans signes cliniques  L’infection avec signes cliniques et/ou biologiques. (il arrive que l’infection soit asymptomatique)

10 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition d’une IN  Une infection est dite nosocomiale si elle apparaît au cours ou à la suite d’une hospitalisation et si elle était absente à l’admission à l’hôpital  Lorsque à l’admission, la situation précise n’est pas connue, un délai d’au moins 48 heures après l’admission (ou un délai supérieur à la période d’incubation lorsque celle-ci est connue) est communément accepté pour distinguer une infection d’acquisition nosocomiale d’une infection communautaire.  Pour les infections du site opératoire, on considère comme nosocomiales les infections survenues dans les 30 jours suivant l'intervention, ou, s'il y a mise en place d'une prothèse ou d'un implant, dans l'année qui suit l'intervention

11 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La qualité des soins  L’Art. 2 du décret n° du 11 février 2002, relatif aux actes professionnels et à l’exercice de la profession d’infirmier, précise ce que les soins infirmiers intègrent qualité technique et qualité des relations avec le malade.  La qualité des soins est mesurée selon des référentiels professionnels et permet d’optimiser de manière constante le service rendu à la personne soignée.

12 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Dans le contexte de qualité des soins comment prendre en compte le risque infectieux?

13 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Identification du risque  Prend en compte:  la vulnérabilité de la personne soignée face à l’infection,  la nature de l’acte de soin,  les conditions environnementales.

14 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 PERSONNE SOIGNEE •sans facteur de risque infectieux identifié •à risque infectieux intermédiaire •à risque infectieux élevé MOI, L’IDE J’identifie et j’évalue le risque L’ACTE DE SOIN • à risque infectieux faible •à risque infectieux intermédiaire •à risque infectieux élevé L’ENVIRONNEMENT •Classique, non maitrisé •Maitrisé, système de traitement

15 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les facteurs de risque liés à la personne soignée  Toute personne soignée est, plus ou moins, susceptible de développer une infection.  Sont particulièrement sensibles ou réceptives les personnes soignées présentant :  un déficit immunitaire :  traitement immunodépresseur,  chimiothérapie au long cours, hématologie  neutropénie inférieure à 500/mm3, médecine  aplasie, leucémie, lymphome, infectieuse  cancer métastatique, SIDA avéré...

16 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les facteurs de risque liés à la personne soignée  une pathologie aiguë et grave :  polytraumatisme, défaillance viscérale aiguë  brûlures étendues,  perturbations physiologiques et nutritionnelles  un foyer infectieux :  infection plus ou moins généralisée, multi-infection  colonisation à bactéries multi- résistantes Réanimation Soins intensifs Médecine Chirurgie

17 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les facteurs de risque liés à la personne soignée  une pathologie chronique :  diabète, insuffisance rénale,  insuffisance hépatique, insuffisance respiratoire,  insuffisance cardiaque  une perte d’autonomie :  handicap,  démence Médecine Chirurgie Gériatrie Réeducation Neurologie psychiâtrie

18 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les facteurs de risque liés à la personne soignée  un âge extrême :  Avant 1 an :  les nouveaux-nés, surtout prématurés, dont le système immunitaire est immature  Après 65 ans :  multi-pathologie associée, défense amoindrie Néonatalogie Gériatrie

19 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Identifier le risque « personnes soignée »  La personne soignée sans facteur de risque  Sans colonisation connue  Sans infection connue  La personne soignée à facteur de risque intermédiaire Infectée par des agents infectieux habituels  et / ou colonisée à bactéries multi résistantes (BMR)  et / ou fragile et vulnérable à l’infection  Personne soignée à risque infectieux élevé : Infectée avec un agent infectieux « spécifique » (Bacille de Koch, Clostridium…)  et / ou infectée à BMR,  et / ou en immunodépression sévère

20 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Facteurs de risque liés aux actes de soins  les actes de soins à risque infectieux faible :  lorsqu’il y a contact direct avec une peau saine  les actes de soins à risque infectieux intermédiaire :  lorsqu’il y a contact avec des muqueuses ou des peaux lésées superficiellement  les actes de soins à risque infectieux élevé :  lorsqu’il y a pénétration dans les tissus ou cavités stériles ou introduction dans le système vasculaire, quelle que soit la voie d’abord  le risque infectieux sera d’autant plus élevé, que la durée d’exposition à ce risque sera longue.

21 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Classement des dispositifs médicaux et niveau de traitement requis  Le degré de risque identifié détermine le niveau de traitement du dispositif utilisé

22 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Facteurs de risque liés à l’environnement  Difficile d'établir un lien épidémiologique entre l’agent infectieux de l’environnement et la survenue de l’infection.  Cependant, la présence et la survie de micro- organismes plus ou moins pathogènes dans le contexte hospitalier sont connues, de même que la possibilité de transmission directe ou indirecte de ces agents infectieux  Exemple de transmission directe: légionelle, aspergillus  Exemple de transmission indirecte: La transmission de germes pathogènes présents dans l’eau par l’intermédiaire d’un endoscope qui a été rincé avec une eau de qualité non appropriée

23 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que faut-il faire pour lutter contre le risque infectieux ?  plus l’acte de soins et/ou l’environnement sont « maîtrisés » plus le risque infectieux diminue, ceci signifie la mise en place de comportements adaptés.  Mettre en place des moyens de prévention:  Ensemble de mesures prises pour sécuriser un objet, un lieu ou une personne.

24 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  Les mesures préventives minimales sont le préalable à toute situation de soin :  les notions d’hygiène de base  et les précautions standards appliquées à toute personne soignée, quel que soit son statut infectieux et son environnement,  afin d’assurer une protection systématique des patients et du personnel vis à vis du risque infectieux, et notamment du risque de transmission par le sang ou les liquides biologiques.  Les précautions standard peuvent être complétées par des précautions particulières Quels sont les moyens de prévention contre le risque infectieux ?

25 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’état de la personne soignée  Personne soignée sans facteur de risque infectieux identifié :  Notions d'hygiène de base +  Précautions standards

26 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’état de la personne soignée  Personne soignée à risque infectieux intermédiaire infectée par des agents infectieux habituels et/ou colonisée à BMR ou fragile et vulnérable à l’infection  Notions d'hygiène de base +  Précautions standards +  précautions particulières adaptées

27 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’état de la personne soignée  Personne soignée à risque infectieux élevé infectée par un agent infectieux « spécifique » et/ou infectée à BMR et/ou immunodépression sévère  Notions d'hygiène de base +  Précautions standards +  précautions particulières adaptées et renforcées si besoin

28 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’acte de soin  Des exigences générales d’asepsie sont définies en fonction du degré de risque infectieux lié à l’acte de soin.  Elles concernent notamment  l’hygiène des mains des soignants,  l’antisepsie cutanée,  le matériel médico-chirurgical,  la tenue de l’opérateur,  l’environnement directement lié à l’acte de soin (guéridon de soin…) :

29 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’acte de soin  Pour les actes de soins à risque infectieux faible  un environnement propre,  une désinfection de bas niveau concernant le matériel médico-chirurgical,  une hygiène des mains (désinfection par friction ou lavage simple).

30 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’acte de soin  Pour les actes de soins à risque infectieux intermédiaire :  un environnement propre et désinfecté avant le soin,  Du matériel à usage unique stérile en priorité  ou du matériel réutilisable stérilisé,  ou à défaut du matériel réutilisable qui aura subi une désinfection de niveau intermédiaire,  une tenue adaptée de l’opérateur,  une hygiène des mains (désinfection par friction )  une technique de soin aseptique.

31 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’acte de soin  Pour les actes de soins à risque infectieux élevé:  un environnement propre et désinfecté et/ou stérile, avant le soin,  prioritairement du matériel à usage unique stérile, ou du matériel réutilisable stérilisé, ou à défaut du matériel réutilisable qui aura subi une désinfection de haut niveau,  une tenue adaptée stérile de l’opérateur (surblouse, gants stériles, éventuellement charlotte et masque),  une hygiène des mains (désinfection chirurgicale par friction )  une technique de soin aseptique, de type chirurgical.

32 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’environnement  Le degré de maîtrise de la qualité de l’environnement est défini par :  l’état immunitaire de la personne soignée  et par le degré d’asepsie de l’acte qui est réalisé dans cet environnement.

33 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Prévention des risques liés à l’environnement  La qualité et la sécurité de l’environnement supposent plusieurs méthodes qui n’assurent pas toutes le même degré de maîtrise.  Pour un environnement classique, habituel,  le bionettoyage est suffisant pour réduire de façon temporaire la contamination des surfaces.  Pour un environnement dit « maîtrisé »,  un système de maîtrise (traitement de l’air et/ou de l’eau) est installé pour limiter l’apport de contaminants exogènes,  le bionettoyage est répété, plusieurs fois par jour.

34 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 En résumé  Pour un soin donné, il existe des recommandations dites « incontournables»,  leur efficacité a été  soit prouvée par des études(diminution des infections nosocomiales),  soit approuvée par un consensus d'experts.  De ce fait, elles doivent obligatoirement s'intégrer à tout protocole de soin.

35 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les bases de la prévention Prévenir les Infections Nosocomiales  2 critères permettent d’évaluer le risque infectieux:  la fréquence de survenue de l’IN  la gravité de l’infection

36 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 L’Organisation du travail participe à la prévention des risques  Afin de maîtriser la gestion du risque infectieux, l’organisation du travail doit prendre en compte le soin individualisé dans un contexte plus général de prise en charge d’un groupe de personnes soignées.  Certains principes doivent être respectés pour assurer la gestion du risque infectieux :  Assurer un soin individualisé.  Regrouper des soins pour un même patient.  Réaliser un soin aseptique dans un environnement propre.  Regrouper les tâches contaminantes.  Travailler avec rigueur et calme.  Assurer la traçabilité des actes accomplis.

37 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Notions d’hygiène de base Les règles d ’hygiène s’appliquent aux patients et à tout le personnel  hygiène corporelle  tenue professionnelle  hygiène des mains  précautions standards

38 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Hygiène corporelle

39 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Hygiène corporelle  Douche quotidienne avant prise de fonction  Linge de corps propre  cheveux propres et attachés  pas de bijoux, ni bague, ni alliance, ni bracelet, ni montre  ongles propres, courts, sans vernis, ni faux ongles  hygiène des mains avant de revêtir la tenue professionnelle (et après l’avoir retirée)

40 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Tenue professionnelle

41 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Tenue professionnelle  Blouse ou tunique + pantalon  Chaussures réservées au travail, silencieuses et faciles d’entretien, fermées sur le dessus pour la sécurité et derrière pour l’ergonomie,  Portée par tous exclusivement dans l’ hôpital,  Foulard, gilet, effets personnels…sur la tenue manches longues dépassant sous la tenue: interdits  Changement quotidien voire + si nécessaire,  Mettre les tenues sales dans les sacs de linge spécifiques et en aucun cas, les emporter au domicile,  Retrait de la tenue au réfectoire et aux réunions hors service

42 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 HYGIENE DES MAINS

43 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Qui est concerné ?  Tout le personnel hospitalier  y compris le personnel non soignant  les visiteurs  Le personnel soignant doit inciter tout visiteur à respecter l’hygiène des mains Objectifs  Réduire le manu-portage.  réduire voire éliminer la flore microbienne présente à la surface de la peau

44 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Préalables à une bonne hygiène des mains Ni bracelet Ni montre Ni alliance Ni bague Ni vernis Ni faux ongles Manches courtes

45 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Hygiène et désinfection des mains Gel hydroalcoolique  2 techniques:  la friction hydroalcoolique à prioriser  le lavage avec de l ’eau et du savon doux quand les mains sont souillées

46 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Quand ?  La désinfection des mains  À appliquer dans toutes situations de soins.  Elle doit être adaptée à la situation  soin,  personne soignée,  acte,  environnement…

47 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Quand ?  Avant et après tout acte associé aux soins de confort, d’hygiène et d’hôtellerie : Nursing Distribution du repas Bionettoyage

48 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Quand ?  Avant et après le retrait des gants  Avant tout acte de soins infirmiers  En entrant et avant de sortir de la chambre

49 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Précautions standard  ce sont des mesures de préventions contre le risque de transmission d ’agents infectieux transmissibles par l’intermédiaire du sang et des liquides biologiques.  Ces mesures sont appelées précautions « Standard ». c ’est quoi?

50 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Précautions standards  Elles sont présentées dans la circulaire DGS/ DH-n°98/249 du 20 Avril 1998  elles doivent être appliquées:  lors de tous soins,  à tous patients,quelque soit son statut infectieux  par tous soignants Cadre législatif

51 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Surblouse ou Tablier  Lors de soins particulièrement contaminant  si risque de projection de liquide biologique ou chimique

52 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Masque et Lunette de protection  Lors de soins particulièrement contaminant  si risque de projection de liquide biologique ou chimique

53 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Gants  Si risque de piqûre  Si risque de contact avec des liquides biologiques ou chimiques

54 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Notions d’hygiène de base règles aux matériels Les règles d ’hygiène passent par:  Le traitement des dispositifs médicaux  le bionettoyage des locaux et mobiliers  le respect des circuits  Restauration  Déchets  Linge

55 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 LE BIONETTOYAGE le bionettoyage réduit le niveau de contamination de l ’environnement C’est un des maillons de la chaîne pour la prévention des infections nosocomiales

56 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  on nettoie d ’abord avec un détergent, pour supprimer les salissures  ensuite on désinfecte avec un désinfectant, pour inactiver ou tuer les micro-organismes On ne désinfecte que ce qui est propre

57 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Qu’est-ce que nettoyer ?  C ’est rendre propre en éliminant les salissures sans détériorer le matériau que l ’on nettoie.  C ’est rendre sain l ’environnement en éliminant les salissures porteuses de germes.  Une surface peut être visuellement propre mais être porteuses de germes.: traces de doigts, poussières  1 gr de poussières = 1.5 millions de germes

58 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Où se trouvent les germes?  Partout, mais surtout:  dans les endroits chauds et humides:  les surfaces (sol et mobilier)  les liquides biologiques (sang, selles, urines, crachats, vomissement…)  les sanitaires  autour des robinetteries  mousseurs et joints de robinetterie  cuvettes des WC et balayette  dans les particules de l ’air  sur le matériel touché et manipulé par les personnes

59 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Essuyage humide du mobilier: Lavettes à UU + produit Balayage humide Balai trapèze + gazes Lavage à plat : Balai rasant + franges Technique du bionettoyage

60 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Paramètres d’entretien  Diversité des locaux : Une classification des locaux en zone à risque permet de déterminer des niveaux d’exigence selon le risque infectieux (fréquence d ’entretien)  Méthodes d ’entretien,  Activités pratiquées,  Variétés des actes médicaux,  Diversité des patients.

61 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Traitement des dispositifs médicaux Désinfection et stérilisation des DM, selon les procédures mises en place dans l’établissement avec prise en compte des différents niveaux de risque.

62 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Niveau de risque infectieux  Le matériel médico–chirurgical contaminé par les germes du patient doit subir différents traitements avant sa remise en circuit,  Ce traitement sera effectué après avoir évalué le niveau de risque infectieux. DM en contact avec la peau saine ou sans contact avec le patient  Classement du matériel: non-critique  Niveau de risque infectieux: risque bas  Traitement requis: désinfection de bas niveau

63 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  Ex: gastroscope, colonoscope  Classement du matériel: semi-critique  Niveau de risque infectieux: risque médian  Traitement requis: désinfection de niveau intermédiaire DM en contact avec les muqueuses ou la peau lésée superficiellement

64 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  Ex: instruments chirurgicaux, implants, pinces à biopsie, arthroscopes, cystoscope, hystéroscope….  Classement du matériel: critique  Niveau de risque infectieux: haut risque  Traitement requis: stérilisation ou usage unique stérile ou à défaut désinfection de haut niveau DM introduit dans le système vasculaire ou dans une cavité ou tissus stérile quelle que soit la voie d’abord

65 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 selon le niveau de traitement requis Spore bactérienne désinfection de niveau intermédiaire Mycobactéries Petit virus et virus non lipidique Fungi Spectre l’activité à atteindre désinfection de bas niveau Bactéries végétatives virus de taille moyenne et virus lipidique  stérilisation/ désinfection de haut niveau

66 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 L’évaluation du niveau de risque permet de:  définir le niveau de désinfection à appliquer  déterminer la méthode de désinfection adaptée pour atteindre le niveau de traitement défini :  technique,  matériels,  produits.

67 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Objectifs des différentes étapes  Les DM souillés doivent subir différentes étapes indispensables.  chaque étape prend en compte la sécurité  du personnel,  de l ’environnement  et du matériel  la qualité de réalisation de chacune de ces étape conditionne la qualité du résultat final

68 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Le pré-traitement  Facilite le nettoyage  abaisse le niveau de contamination  protège le personnel et l ’environnement  modalités : pour le matériel thermosensible  essuyage de la gaine externe avec une compresse dès la fin de l ’acte  rinçage par aspiration d ’eau moins 500ml d ’eau  mise en bac étanche pour le transport vers le lieu de nettoyage

69 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Pré-traitement pour le matériel thermosensible  essuyage de la gaine externe avec une compresse dès la fin de l ’acte  rinçage par aspiration d ’eau moins 500ml d ’eau  mise en bac étanche pour le transport vers le lieu de nettoyage

70 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Pré-traitement pour le matériel thermorésistant  immersion dans un bain impérativement détergent, éventuellement bactéricide, ne contenant pas d ’adéhyde  rinçage à l ’eau de réseau  mise en bac du matériel humide (pas d’essuyage)  mise d ’un plomb pour sceller le bac  traçabilité

71 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Nettoyage  éliminer les salissures par les matières organique (pus, sang, sécrétions…) et donc réduire le nombre de micro-organismes  combinaison de 4 facteurs:  action chimique (détergent)  temps de contact  température  action mécanique

72 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Nettoyage pour le matériel thermosensible  test d ’étanchéité  double nettoyage avec:  écouvillonage pendant 10 minute au 1er nettoyage,  irrigation des canaux  rinçage à l ’eau de réseau par irrigation après chaque nettoyage.  Changement de bain à chaque opération

73 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Nettoyage pour le matériel thermorésistant  en lave-instrument à la stérilisation centrale  après avoir trié et vérifié chaque instrument  traçabilité des opérations quelque soit le dispositifs médical traité

74 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Désinfection  Détruire ou inactiver les micro-organismes  par action chimique:  solution désinfectante  par action chimico-thermique  laveur désinfecteur  ou par action thermique  stérilisation par autoclave

75 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Désinfection  matériel thermosensible  action chimique par immersion en solution désinfectante  rinçage avec une eau dont la qualité est choisie en fonction de l ’utilisation du DM  action chimico-thermique par laveur désinfecteur  matériel thermorésistant  action thermique par stérilisation

76 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Séchage  Protection du matériel désinfecté de toute trace d ’humidité, pour éviter la contamination  modalités : soufflage à l ’air médical  pour le matériel thermosensible : avant le stockage  pour le matériel thermorésistant : avant conditionnement et autoclavage

77 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Stockage  Protéger le matériel de la contamination  dans un lieu spécifique réservé aux DM  propre, sec et fermé

78 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les notions d’hygiène de base Circuit restauration- linge - déchets  Chaque établissement doit identifier les différents circuits.  Des procédures écrites intègrent l’organisation et les grands principes de prévention du risque infectieux afin de limiter la dissémination des agents infectieux.

79 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Circuit restauration

80 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  Respecte la mise en place de la méthode HACCP (Hazard Analysis Critical Control Point )  Suit les procédures pour la préparation et le service des repas :  liaison froide - liaison chaude,  circuit et entretien de la vaisselle,  entretien de l’office alimentaire Les notions d’hygiène de base Restauration dans les services de soins

81 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Distribution des repas dans les services de soins

82 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Plusieurs étapes au niveau des services:  Réception et stockage des repas provenant de l ’UCR  La préparation des repas  Distribution des repas aux patients  Ramassage des plateaux repas en fin de repas  Entretien des locaux et des équipements alimentaires

83 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Principaux dangers identifiés:  La multiplication des micro- organismes éventuellement présents dans les préparations culinaires. Cette multiplication est liée aux facteurs temps/températures  La recontamination microbienne qui peut provenir de l’environnement : atmosphère, personnel, matériel en contact.

84 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 A TOUS LES STADES POINTS À MAÎTRISER:  Maintien de la T° des aliments distribués par l’UCR  Conditions d’hygiène et de propreté des locaux et équipement  Formation du personnel de soins à l ’hygiène en secteur alimentaire

85 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Réception /stockage dans les services

86 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Les conditions de réception / stockage des repas dans les services sont déterminées par la composition :  ou en vrac  Les composants du plateau sont séparés, nécessitant une préparation complémentaire dans le service de soins  sous forme individualisée  Le plateau repas complet du patient « prêt à consommé » Aucune manipulation n’est nécessaire dans le service de soins

87 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 A l’étape Réception / Stockage  Le contrôle des températures  Pour le maintien de la T° inférieure à +3°C avec:  la remise en T° des préparations à servir chaudes pour que la T° ne reste pas plus d’une heure entre +10°C et la T° de consommation.  ou le stockage à froid immédiat sans rupture du froid  La T° (entre 0 et +3°C) du réfrigérateur de l’office est contrôlée quotidiennement  Le contrôle quotidien de la T° des repas avant distribution est noté

88 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La préparation du repas  Le personnel est dédié à cette activité  Il est formé et respecte des mesures d’hygiène spécifiques

89 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Mesures d’hygiène lors de la Préparation des repas  une tenue de protection, changée à chaque repas. (chasuble, coiffe)  procédure d’hygiène des mains connue et appliquée  Hygiène et propreté lors de la manipulation des plats  Contrôles quantitatifs des repas livrés (adéquation avec la commande)  plan de nettoyage de l’office et ses équipements respecté selon procédure d’entretien des locaux alimentaire  Absence de personnes étrangères dans l ’office (y compris les collègues)

90 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Préparation des repas se fait  dans l ’office propre  espace réservé à l ’officière: pas de sacs à main, pas de portes et fenêtres ouvertes, pas de personnes étrangères, pas d ’affichage…  La propreté de la vaisselle est vérifiée  au plus près de la distribution aux patients, sur des paillasses propres (pas de plats en attente sur paillasse)  avec des couverts de service, seul le pain et les fruits sont touchés à mains nues

91 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La distribution des repas  Points à maîtriser :  Hygiène et propreté lors de la manipulation des plats:  Au moment de la distribution  Pendant l’aide au repas  Organisation des soins en adéquation avec le temps des repas

92 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Distribution du repas au patient  Les personnes dédiées à la distribution et à l ’aide aux repas sont formées aux règles d’hygiène et propreté lors de la manipulation des plats :  Au moment de la distribution  Pendant l’aide au repas  Les personnes qui aident aux repas sont différentes de celles qui distribuent  revêtent une tenue de protection, changée à chaque repas. (chasuble)  Installent le patient confortablement et lui font laver les mains  Laissent la sonnette à portée de main

93 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Distribution du repas au patient  Le personnel vérifie la propreté du matériel :  table ou adaptable débarrassé et propre, pour déposer le plateau repas  linge hôtelier changé à chaque repas ( serviettes de table)  carafes et ustensiles de service propres  Les patients nécessitant une aide sont servis en dernier

94 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Fin du repas  Points à maîtriser:  alimentation adaptée aux patients  non contamination des matériels et des surfaces

95 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Fin du repas  Le suivi de la prise de repas est organisé :  quantité consommée  traçabilité dans le dossier de soins  lien avec le service diététique et L ’UCR

96 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Fin du repas  le débarassage est organisé au minimum 1/2 heure après le service du repas  il est réaliser avec les chariots de distribution vide  le dérochage se fait dans la zone sale de l ’office, jamais dans les locaux de conservation ou manipulation des denrées, ni dans les couloirs.  l ’évacuation des déchets (pas de reste) se fait après chaque utilisation de l’office.

97 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Entretien des surfaces Points à maitriser: la contamination croisée et la re contamination des denrées  L’entretien des surfaces et matériels respecte:  un plan de nettoyage  L’utilisation de produit agrées alimentaire pour l’office, les chambres et les salles à manger (un chiffonnette par patient ou table)  La procédure d’entretien de la vaisselle en lave vaisselle

98 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Entretien des surfaces  A retenir :  ne jamais désinfecter sans lavage préalable  à chaque fin de service  tous les déchets son évacués  le matériel d ’entretien des locaux est nettoyé et rangé  les chiffonnettes et serviettes de table sont évacuées vers la blanchisserie  le verre à eau du patient est remplacé

99 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Circuit du linge

100 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  linge  Différencier le circuit du linge propre et celui du linge sale.  Considérer le linge hospitalier comme contaminé après usage.  Eliminer immédiatement le linge contaminé après usage avec respect du tri organisé. Les notions d’hygiène de base

101 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Circulation du linge Linge sale Linge propre utilisation Pré-tri Stockage central Transport vers blanchisserie Tri lavage Finitions Mise en armoire Transport vers hôpital réception dans service

102 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Circuit du linge souillé  Tout linge utilisé est potentiellement contaminé, les germes dont il est porteur sont détruits par les techniques habituelles de blanchissage.  La diffusion des germes peut se faire au cours des manipulations:  Par les mains du personnel,  Par contact direct du linge souillé avec une surface.

103 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Collecte du linge  Dans les services, le linge est :  trié dès sa production pour limiter le risque infectieux lors des manipulations,  collecté à l ’aide de chariots porte sacs,  placé directement dans les sacs en respectant le code couleur.

104 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Tri du linge par couleur

105 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Stockage du linge  Le linge souillé ne doit jamais être stocké dans le même lieu que le linge propre,  il est évacué quotidiennement dans un local central où le temps de stockage n ’excède pas 48H,  L ’entretien du matériel (chariots, véhicules) et des locaux de stockage est quotidien.

106 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Utilisation du linge  Dans l’armoire de linge ne pas entamer plusieurs paquets à la fois  Le linge installé sur le chariot de nursing ne doit pas être défilmé à l’avance  Le personnel utilise un guéridon pour les soins de nursing et n’entre que le linge dont il a besoin  Le plateau inférieur sert à entreposer le linge souillé avant de l’évacuer dans un sac

107 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  Déchets  Tri sélectif et conditionnement à l’issue de la production avec distinction des déchets d’activité de soins à risque infectieux (DASRI) et des déchets assimilables aux ordures ménagères (DAOM).  Le stockage et la collecte doivent être organisés selon la réglementation Les notions d’hygiène de base

108 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Elimination des déchets

109 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que nous dit la réglementation?  Définition d ’un déchet: “ Est un déchet tout résidu d’un processus de production, de transformation ou d’utilisation, toute substance, matériau, produit ou plus généralement tout bien meuble abandonné ou que son détenteur destine à l’abandon. ”.

110 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La réglementation « DASRI »  Définition d’un DAS  Définition d’un DAS (déchet d ’activité de soins) : « déchets issus des activités de diagnostic, de suivi, et de traitement préventif, curatif ou palliatif, dans les domaines de la médecine humaine et vétérinaire ».

111 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La réglementation « DASRI »  Définition d’un DASRI : « DAS présentant un risque infectieux du fait qu’ils contiennent des micro-organismes viables ou leurs toxines, dont on sait ou dont on a de bonnes raisons de croire qu’en raison de leur nature, de leur quantité ou de leur métabolisme, ils causent la maladie chez l’homme ou chez d’autres organismes vivants »….

112 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 La réglementation « DASRI »  “ soit, même en l'absence de risque infectieux, relèvent de l'une des catégories suivantes : a. Matériels et matériaux piquants ou coupants destinés à l'abandon, qu'ils aient été ou non en contact avec un produit biologique, b. Produits sanguins à usage thérapeutique incomplètement utilisés ou arrivés à péremption, c. Déchets anatomiques humains, correspondant à des fragments humains non aisément identifiables. ”

113 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Plusieurs opérations  entre la production du déchet et le traitement final:  de tri à la source,  stockage intermédiaire,  collecte interne,  stockage central,  transport,  et traitement

114 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Le tri à la source  se fait selon le type de déchets :  les déchets « industriels banaux » qui ne présentent pas de risque particulier pour l ’homme et l ’environnement.  les déchets « industriels spéciaux » qui présentent un risque particulier pour l ’homme et l ’environnement

115 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 déchets banaux  Déchets assimilés aux OM (Ordures Ménagères) :  Hôtellerie, restauration  Service administratif  Déchets verts  Encombrants  DAS ne présentant pas de risque (infectieux ou autres…)

116 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 déchets spéciaux  Déchets à risques infectieux  Autres déchets à risques  chimique/toxique  Pièces anatomiques  Déchet radioactif

117 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets banaux?  Hôtellerie, restauration :  déchets d ’emballage  repas non servis,  essuies mains  fleurs sac plastique bleu ou gris  verres ménagers : bouteille, verres, carafes poubelle plastique  autres verres ménagers : vitres, miroir, faïence, vaisselle poubelle plastique

118 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets banaux?  Activités administratives :  papiers, journaux  petit emballage divers, cartons  documents confidentiel  appel services techniques  catalogue,

119 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Déchets banaux : Déchets d ’activité de soins sans risque Déchets banaux : Déchets d ’activité de soins sans risque  essuie-mains, emballage propre de dispositifs médicaux et de médicaments, plâtre...  sac plastiques bleus ou gris

120 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Déchets banaux : Déchets d ’activité de soins sans risque  surblouses, gants, masques non tachés de liquide biologique et non utilisés pour un patient infecté nécessitant un isolement  sac plastiques bleus ou gris

121 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Déchets banaux : Déchets d ’activité de soins sans risque Déchets banaux : Déchets d ’activité de soins sans risque  protection pour incontinence si patient non infecté nécessitant un isolement  sac plastiques bleus ou gris

122 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets spéciaux?  déchet toxique en quantité dispersée  aérosol  cartouche d ’encre  toner

123 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets spéciaux?  essences, solvants, huile de vidange, fûts lessiviels…  Appel des services techniques pour enlèvement

124 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets spéciaux?  équipements électroniques et électriques (tubes néons, scopes, réfrigérateurs et cafetière…)  Appel des services techniques pour enlèvement

125 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les déchets spéciaux?  Piles, accus

126 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les DASRI?  déchets mous, pansements,compresses

127 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les DASRI?  piquants, coupants, tranchants (aiguille, tubes de labo., rasoirs, verre médicaux…)

128 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011  les déchets à risque d ’écoulement, les verres médicaux, les médicaments périmés, les cytostatiques... Que trouve-t-on dans les DASRI?

129 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Que trouve-t-on dans les Que trouve-t-on dans les autres déchets à risques?  pièces anatomiques identifiables  chimiques / toxiques  amalgame dentaire  résine médicale  déchets de radiologie  stimulateur cardiaque  radioactifs


Télécharger ppt "D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 D.Machefert Cadre hygiéniste Février 2011 Définition du DANGER  Source ou situation pouvant  nuire par blessure."

Présentations similaires


Annonces Google