La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Un peu de maths (et d’info) IFT6271--Hiver2014 2 e cours Louis Salvail.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Un peu de maths (et d’info) IFT6271--Hiver2014 2 e cours Louis Salvail."— Transcription de la présentation:

1 Un peu de maths (et d’info) IFT6271--Hiver e cours Louis Salvail

2 Pourquoi? Nous commençons par étudier les outils cryptographiques nécessaires (mais pas suffisants) pour la mise au point de mécanismes de sécurité performants. Ces outils sont des constructions mathématiques qui sont facilement représentables sur les ordinateurs. La sécurité de la plupart des méthodes cryptographiques intéressantes repose sur la difficulté de résoudre certains problèmes mathématiques. L’informatique théorique permet d’analyser la difficulté algorithmique pour la résolution de ces problèmes mathématiques.

3 Nombres entiers et premiers Les nombres que nous allons utiliser par la suite sont des nombres entiers (positifs). Le nombre entier a est divisible par le nombre entier b si a=kb pour k un autre nombre entier: a/b=k. Les nombres premiers sont au centre de la plupart des protocoles cryptographiques. Un nombre entier n est premier s’il n’admet que deux diviseurs distincts : 1 et lui-même. Tout nombre entier n peut s’écrire de façon unique par un produit de puissances de nombres premiers : n=p 1 a1 p 2 a2... p t at

4 PGCD Le PGCD entre les entiers a et b est le plus grand commun diviseur de a et b. k=PGCD(a,b) -> k ⋅ i=a et k ⋅ j=b pour i,j des entiers. De plus, il n’existe pas d’entier k’>k, i’ et j’ tels que k’ ⋅ i’=a et k’ ⋅ j’=b. Exemples: PGCD(5,25)=5: 5 ⋅ 5=25 PGCD(14,35) = 7: 14=2 ⋅ 7 et 35=5 ⋅ 7, PGCD(21,55) = 1. Lorsque les entiers n et m sont tels que PGCD(n,m)=1 on dit alors qu’ils sont relativement premiers.

5 Arithmétique modulaire Quelle heure sera-t-il dans 12 heures? Quelle heure sera-t-il dans 25 heures? Quelle heure sera-t-il dans 23 heures? Quelle heure sera-t-il dans 34 heures? Quelle heure sera-t-il dans n heures, sachant qu’il est t heures? Rép: n+t mod 12 Un registre d’ordinateur est une horloge avec 2 k valeurs possibles pour k=8,16,32,64,

6 Arithmétique modulaire (II) L’expression n mod m désigne le reste de la division entière de n par m : 39 mod 5 = 4 -> 39=7*5 + 4, 7 mod 124 = 7 -> 7=0* Si on ajoute le nombre entier v à un registre d’ordinateur de k bits contenant la valeur initiale n, le registre contiendra alors la valeur : n+v mod 2 k k=8k=8 Les valeurs 0,1,2,...,2 k -1 peuvent être représentées.

7 On peut voir les valeurs possibles mod m comme l’ensemble des valeurs Z m = {0,1,2,...,m-1}. L’addition mod m de deux éléments a et b dans Z m est toujours dans Z m puisque a+b mod m est par définition dans Z m. De plus, comme l’addition de nombres naturels, chaque élément a ∈ Z m admet un autre élément b ∈ Z m tel que : a+b = 0 mod m. On peut appeler -a cet élément b. Exemple : 3+4=0 mod 7 et donc 4=-3 mod 7. Groupe additif Z m

8 Multiplication modulaire Voyons le comportement de a ⋅ b mod m pour a,b ∈ Z m : Z 6 -> 1*3=3 mod 6, 2 ⋅ 3=0 mod 6, 3 ⋅ 3=3 mod 6, 4*3=0 mod 6, 5 ⋅ 3=3 mod 6. Z 5 -> 1 ⋅ 3=3 mod 5, 2 ⋅ 3=1 mod 5, 3 ⋅ 3= 4 mod 5, 3 ⋅ 4=2 mod 5. Z 5 a la propriété que pour tout a,b ∈ Z 5 il existe un et un seul k ∈ Z 5 tel que a ⋅ k=b mod 5. Cette propriété est vérifiée dans Z p pour n’importe quel nombre premier p. Dit autrement, pour tout a ∈ Z p, il existe k ∈ Z p tel que a ⋅ k=1 mod p. Cet élément k, dénoté a -1, est appelé son inverse. a ⋅ k mod p induit une permutation de Z p -{0} lorsque k visite ces éléments.

9 Un peu de pratique mod 1581 = ? = 0 mod > 1579 = -2 mod 1581, =0 mod > 1580 = -1 mod 1581, mod 1581=-2-1 mod 1581 = -3 mod 1581 = 1578 mod ⋅ 1580 mod 1581 = -2 ⋅ -1 = 2 mod Voyons un chiffrement dans Z 26 (les lettres de l’alphabet) : La clé secrète est k ∈ Z 26 : Chiffrement 1 : a ∈ Z 26 -> a+k mod 26, Déchiffrement? Chiffrement 2 : a ∈ Z 26 -> a ⋅ k mod 26, Déchiffrement? Supposons que les messages n’ont que 23 lettres différentes et supposons que k ∈ Z 23. Pouvons-nous déchiffrer le chiffrement 2?

10 Évaluation des formes modulaires Lorsque nous additionnons ou multiplions mod m, nous pouvons réduire mod m avant ou après l’opération sans changer le résultat : (a+b) mod m = [a (mod m) + b (mod m)] (mod m) (a ⋅ b) mod m = [ a (mod m) ⋅ b (mod m)] (mod m) Exemple: Est-ce que le nombre est divisible par 3? La méthode magique dit que = 30 et puisque 3+0 = 3 est divisible par 3 alors est divisible par 3. Pourquoi? x 1 x 2...x t mod 3 = x 1 ⋅ 10 t-1 +x 2 ⋅ 10 t x t ⋅ 10 0 (mod 3) = x 1 ⋅ 10 t-1 mod x t ⋅ 10 0 mod 3 (mod 3) = x 1 ⋅ 10 t-1 mod x t ⋅ 10 0 mod 3 (mod 3) = x 1 mod 3+x 2 mod x t mod 3 (mod 3) = x 1 mod 3+x 2 mod x t mod 3 (mod 3) Pourquoi? x 1 x 2...x t mod 3 = x 1 ⋅ 10 t-1 +x 2 ⋅ 10 t x t ⋅ 10 0 (mod 3) = x 1 ⋅ 10 t-1 mod x t ⋅ 10 0 mod 3 (mod 3) = x 1 ⋅ 10 t-1 mod x t ⋅ 10 0 mod 3 (mod 3) = x 1 mod 3+x 2 mod x t mod 3 (mod 3) = x 1 mod 3+x 2 mod x t mod 3 (mod 3) 10 r mod 3 = 1 pour toute valeur r.

11 Le groupe multiplicatif Z n * Z n *={a: PGCD(a,n)=1}, autrement dit Z n * contient tous les nombres inférieurs à n qui sont relativement premiers à n. Le groupe Z n * est un groupe dans lequel il fait bon multiplier : a,b ∈ Z n * -> a ⋅ b mod n ∈ Z n *, pour chaque a ∈ Z n *, il existe a -1 ∈ Z n * tel que a ⋅ a -1 =1 mod n. On nomme inverse de a cette valeur a -1. Le chiffrement du message a ∈ Z n * avec clé k ∈ Z n *: a ⋅ k mod n est maintenant déchiffrable.

12 Étant donné deux nombres a et n, comment trouver leur PGCD(a,n)? Un des plus vieux algorithmes connus en théorie des nombres permet de le faire rapidement. Il s’agit de l’algorithme d’Euclide... Une extension de cet algorithme permet aussi, étant donnés a et m, de calculer a -1 t.q. a ⋅ a -1 = 1 mod m. Euclide Naissance : Grèce, env Calculer le PGCD L’algorithme d’Euclide calcule PGCD(a,n), a

13 Exponentiation modulaire Comme nous allons le voir lorsque nous parlerons des systèmes à clefs publiques, l’exponentiation modulaire est une opération très importante. Tandis qu’il est facile et efficace de calculer y=a x mod n, il est difficile de calculer son inverse (c.-à-d. calculer x étant donnés y, a et n). Souvenons-nous que a x mod n = a ⋅ a ⋅... ⋅ a mod n. x fois!

14 Exponentiation rapide Rappelons-nous l’évaluation des formes modulaires: 3 12 mod 7 = (3 2 mod 7) 6 = (2 mod 7) 6 mod 7= (2 3 mod 7) 2 mod 7= 1 2 mod 7 = 1 mod 7. Attention: a x mod m ≠ a x mod m mod m, par exemple nous avons 2 5 mod 3 mod 3 = 1, mais 2 5 mod 3 = 2! Pour l’exponentiation rapide, nous utilisons la méthode suivante : a 29 = a ⋅ a 28 = a ⋅ (a 14 ) 2 =a ⋅ ((a 7 ) 2 ) 2 =...=a ⋅ ((a ⋅ (a ⋅ a 2 ) 2 ) 2 ) 2 comparé à a 29 =a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a Pour l’exponentiation rapide, nous utilisons la méthode suivante : a 29 = a ⋅ a 28 = a ⋅ (a 14 ) 2 =a ⋅ ((a 7 ) 2 ) 2 =...=a ⋅ ((a ⋅ (a ⋅ a 2 ) 2 ) 2 ) 2 comparé à a 29 =a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a ⋅ a 7 multiplications 28 multiplications

15 Il s’agit du groupe multiplicatif Z N * = { a | PGCD(a,N)=1 } où N=pq pour p et q premiers. La fonction φ(N) = |Z N * | = (p-1)(q-1) est le nombre d’éléments dans Z N *. Z 15 * ={1,2,4,7,8,11,13,14}. Euler a montré que (sa généralisation du théorème de Fermat), pour tout a et N tels que PGCD(a,N)=1, a φ(N) mod N = 1. Chaque élément a ∈ Z N * admet un inverse a -1 ∈ Z N * : a ⋅ a -1 mod N = 1. (une conséquence d’Euler) Le groupe RSA a -1 = a φ(N)-1 mod N

16 Logarithmes discrets Le logarithme discret est en quelque sorte l’inverse de l’exponentiation modulaire : Étant donné (y,a,n), trouver x tel que a x = y (mod n). La valeur a est souvent appelée la base du logarithme. Exemples : logarithme en base 2 de 3 (mod 13): 2 1 =2,2 2 =4,2 3 =8,2 4 =3... Réponse : 4. logarithme en base 3 de 4 (mod 13): 3 1 =3,3 2 =9,3 3 =1,3 4 =3 ⋅ 3 3 =3,3 5 =3 2 ⋅ 3 3 =9,...! Réponse : aucun. En général il est (supposé) difficile de calculer les logarithmes discrets... ça demande beaucoup, beaucoup de multiplications!

17 Arithmétique sur des bits Les ordinateurs fonctionnant avec une représentation des nombres en binaire, les opérations sur des registres de bits sont très efficaces. C’est pourquoi la plupart des systèmes de chiffrement efficaces sont définis par des opérations sur des registres de bits dont la taille est constante. L’arithmétique des ordinateurs est basée sur Z 2 ={0,1} : l’addition : a,b ∈ Z 2, a ⊕ b = a+b mod 2, la multiplication : a,b ∈ Z 2, a ⋅ b=a ∧ b = a ⋅ b mod 2.

18 Arithmétique sur des registres de bits Soient a=a 1,a 2,...,a k et b=b 1,b 2,...,b k des registres de k bits (c.-à-d. a i,b j ∈ Z 2 pour tout 1≤i,j≤k). Nous définissons : a ⊕ b := a 1 ⊕ b 1, a 2 ⊕ b 2,..., a k ⊕ b k Nous définissons B k comme étant l’ensemble des chaînes de k bits. L’addition dans B k est semblable à celle dans Z 2 k mais est plus facile (efficace) à réaliser, car nous n’avons pas à nous préoccuper des retenues.

19 Problèmes difficiles Certains problèmes mathématiques sont réputés difficiles à résoudre sur un ordinateur. C’est-à-dire qu’aucun algorithme efficace n’est connu à ce jour pour les résoudre. Ceci n’exclut pas qu’un algorithme efficace puisse être trouvé. On dit d’un algorithme qu’il est efficace si le nombre d’étapes de calcul t(n) nécessaires pour traiter une entrée de n bits de long, est tel que t(n)

20 Retour sur l’exponentiation Exp_iterative(a,x,n)y=a; pour i=1 a (x-1) faire y=a*y mod n fin_pour retourne y Exp_rapide(a,x,n)r=1 Tant que x <> 0 faire Si (x mod 2)=1 alors r = r*a mod n x=x-1 a=a*a mod n x=x/2 retourne r Si x est long de t chiffres, alors la boucle Pour sera exécutée jusqu’à 10 t fois. De plus, multiplier a ⋅ y n’est pas gratuit! calcul de a x (mod n) Si x est long de t chiffres, alors la boucle Tant que sera exécutée jusqu’à lg(10) ⋅ t fois avec 2 multiplications à chaque fois.

21 Des problèmes de calcul modulaire faciles Addition a+b mod m. Multiplication a*b mod m. Exponentiation a b mod m. Trouver le PGCD(a,b) de deux nombres entiers a et b. Par l’algorithme d’Euclide. Étant donné a et m, trouver a -1 tel que a ⋅ a -1 =1 mod m lorsque a ∈ Z* m (Euclide modifié).

22 Des problèmes de calcul modulaire faciles (II) Vérifier qu’un nombre N est premier, Test probabiliste très performant (Rabin-Miller) Tirer un nombre premier p aléatoire de k>0 bits. Tirer un nombre Q aléatoire de k bits, Vérifier si Q est premier (Rabin-Miller), Si c’est le cas, alors retourner Q, Sinon, recommencer... Il y a environ x/ln(x) nombres premiers entre 0..x

23 Des problèmes de calcul modulaire supposés difficiles Le problème de factorisation : Étant donné un entier N, donner ses facteurs premiers. Étant donné N=pq, trouver φ(N)=(p-1)(q-1). Le problème RSA: Étant donnés e et N=pq pour p et q premiers inconnus, trouver d tel que e ⋅ d=1 mod φ(N). Le problème de Diffie-Hellman : Étant donnés g et p premiers, g x mod p, g y mod p trouver g xy mod p. supposé difficile si p=2q+1, q premier, et si g=h2 mod p pour h un générateur.

24 Principes qui régissent la sécurité des systèmes modernes Les cryptosystèmes modernes ont leur sécurité exprimée en ces termes : « À moins que l’adversaire ne passe un temps déraisonnable à calculer, le système X est sûr. » En fait, la sécurité de ces systèmes est habituellement exprimée en des termes plus faibles : « En supposant que le problème Y ne peut être résolu en temps raisonnable, le système X est sûr. » Les chiffres modernes pratiques à clé secrète ont une sécurité ad hoc. Le problème Y sous-jacent n’est pas bien défini. Ceci serait sûr en pratique! Ceci est sûr en pratique que si Y était difficile

25 RSA RSA est un problème proche du problème de factorisation. Le problème de factorisation est à l’étude depuis longtemps. Il y a près de 90 ans (1919), les Français Pierre et Eugène Carissan construisaient une machine à factoriser appelée machine à congruences. Elle pouvait factoriser des nombres de moins de 13 chiffres décimaux en 18 minutes. En 2005, la factorisation du problème RSA de 200 chiffres a été réussie ( $): Question ouverte pour 212 chiffres ($30 000) L’Américain Lehmer en inventa une aussi en 1926!

26 La machine de Lehmer!

27 Nous allons maintenant voir comment fonctionne les chiffres à clé secrète modernes. Nous verrons les principes de construction importants. Nous en verrons deux qui sont utilisés aujourd’hui : DES et AES.


Télécharger ppt "Un peu de maths (et d’info) IFT6271--Hiver2014 2 e cours Louis Salvail."

Présentations similaires


Annonces Google