La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La première guerre mondiale et ses conséquences Commencer l’activité.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "La première guerre mondiale et ses conséquences Commencer l’activité."— Transcription de la présentation:

1 La première guerre mondiale et ses conséquences Commencer l’activité

2 Partie 2 obligatoirement Prends bien le temps de lire tous les documents avant de répondre aux questions. Il n’y a aucun concours de rapidité ! Tu dois obligatoirement faire des phrases pour répondre aux questions. Les consignes et les questions sont toujours écrites en rose. Pour naviguer dans cette activité clique avec le bouton gauche de la souris sur les boutons comme celui-ci : Suivant

3 II. En quoi la première Guerre Mondiale est-elle une guerre longue, mondiale et totale ? A. Une guerre qui dure 4 ans Petite intro rapide à lire obligatoirement ! Les historiens ont pour habitude de diviser la 1ère guerre mondiale en trois grandes étapes : - Tout d’abord en 1914 la guerre de mouvement marquée par une série d’offensives et de contre-offensives des armées. - Ensuite en la guerre de position marquée par l’enterrement des armées dans les tranchées afin de garder les positions acquises. - Enfin à partir d’avril 1917 (et l’entrée en guerre des Etats-Unis) on considère qu’est amorcée la fin de la guerre et 1918 sont donc marquées par les offensives des Alliés contre les empires centraux. Les historiens ont également pour habitude de distinguer le front ouest et le front est car la guerre y a été différente. Comme nous sommes situés sur le front ouest c’est principalement cette histoire là que nous étudions mais il ne faut pas oublier qu’il y a eu un front est et des milliers de morts… Tu as tout compris ???? C’est ce qu’on va voir ! Front Ouest Front Est Suite Retour

4 1) 1914 : La guerre de mouvement Observe attentivement les documents puis réponds aux questions ci-dessous : 1) Quels sont les deux pays traversés par l’armée allemande en août et septembre 1914 dans le but d’envahir la France ? 2) A ton avis quel est l’objectif principal que veut atteindre l’armée allemande ? 3) De quelle manière l’état-major français réagit-il à cette offensive allemande ? offensive 4) Pourquoi cet épisode de la guerre s’appelle-t-il la bataille de la Marne ? 5) Qu’essaient de faire les armées allemandes et françaises lors de la course à la mer ? 6) Quel a été le résultat de la contre-offensive menée par l’armée française ?contre-offensive La guerre sur le front ouest en 1914 Creil Le général Joffre décide le 6 septembre 1914 une contre-offensive surprise. Depuis la capitale, un million d’hommes sont transportés en hâte sur le front par tous les moyens.front « Pour permettre à la division militaire qui arrivait de Verdun de prendre rapidement la route, je donnais l’ordre de réquisitionner tous les taxis-autos nécessaires. (…) Les agents de police et les gardes républicains, répandus sur les principales voies de la capitale, arrêtaient les taxis-autos, faisaient descendre les voyageurs (…). Les taxis étaient acheminés sur Gagny et Noisy-le-Sec où ils devaient charger les diverses unités d’infanterie de la division au fur et à mesure de leur débarquement du chemin de fer. C’est ainsi que la division tout entière fut conduite dans la nuit à Nanteuil- le-Haudoin. »réquisitionner unitésinfanteriedivision J. Galliéni, Mémoires du Maréchal Galliéni (gouverneur de Paris), Payot, 1920 Suite Retour

5 Vocabulaire Contre-offensive : Contre-offensive : Le fait de mener une attaque lorsque l’on est soit même attaqué. Plus que se défendre, il s’agit d’attaquer l’adversaire pour le faire reculer. Division : Division : La division est une très grande unité dans laquelle il peut y avoir plusieurs types de soldats : cavalerie, infanterie… Front : Front : C’est la limite avant de la zone de combat. Infanterie : Infanterie : L’armée à pied. On l’oppose souvent à la cavalerie (l’armée à cheval). Offensive : Offensive : Synonyme : Attaque. Réquisitionner : Réquisitionner : Prendre de force. L’Etat français et ses représentants ont le droit de prendre tout ce qu’ils veulent même si cela t’appartient pour défendre la patrie. Unité : Unité : Un groupement permanent de plusieurs soldats forme une unité. Retour

6 2) : La guerre de position Fin 1914, les fronts Ouest et Est sont stabilisés car les forces sont équilibrées. Les armées s’enterrent dans des dispositifs de défense appelés les tranchées. Observe la carte ci-contre puis réponds aux questions ci- dessous : 7) Que représente la ligne verte sur la carte ? 8) Lille était-elle une ville allemande ou française entre 1915 et 1917 ? 9) Dans quel pays se situaient les bases sous-marines allemandes ? 10) Quelles sont les principales batailles qui ont eu lieu en 1916 et 1917 ? Suite Retour

7 La vie des hommes dans les tranchées Grâce aux carnets tenus par des poilus (nom que l’on donnait aux soldats pendant la première guerre mondiale parce qu’ils avaient de la barbe faute de pouvoir se raser) et aux lettres et photographies qu’ils envoyaient à leur famille, nous pouvons mieux cerner ce qu’a été l’horreur quotidienne de cette guerre pour des milliers d’hommes quel que soit leur camps… 11) Explique ce que sont des barbelés. 12) Explique ce qu’est un boyau. 13) De quoi sont constitués les bords des tranchées ? 14) Laquelle de ces photos représente un abri ? Suite Retour 4

8 "Merde ! encore creuser, toujours creuser. Faites votre trou, creusez cent fois votre tombe. Votre peau, il faut que vous la défendiez nuit et jour. Toutes les forces de destruction se conjuguent pour vous assassiner : chimistes composant des gaz nouveaux, sournois et mortels ; pionniers du génie, préparant des mines ; aviateurs cherchant, pour les mitrailler ou les signaler aux batteries, vos rassemblements et vos lignes ; artilleurs qui s’acharnent sur vous. Votre peau, il faut que vous la disputiez aux obus qui vous pourchassent aux contre-pentes, aux mitrailleuses qui vous abattent par colonnes entières, au ciel même qui crache du fer et du feu. Creusez, mes camarades, pas de repos pour vous, pas de répit pour vous, pas de sommeil avant celui qui vous attend, rigide, froid, éternel." "Les Suppliciés" (La Somme 1916) - Naegelen "Evidemment, il y a près de mille hommes réfugiés dans cet abri qui défie les obus de gros calibre. Et l’eau qui suinte, l’urine, les excréments, tout cela constitue cette boue ignoble dans laquelle ils pataugent, et dans laquelle peut-être, résignés, ils se coucheront tout à l’heure. Aux relents de cette ordure, s’ajoute l’odeur pharmaceutique des pansements. Mais qu’importe ! sous le tunnel, on est protégés et la canonnade n’arrive plus qu’assourdie." "Les Suppliciés" Verdun 1916, le Tunnel de Tavannes) - Naegelen « Très curieux la tranchée. On est stupéfait de découvrir ces kilomètres de ruelles, si étroites que les bords du sac (…) et les manches s’y frottent et s’y cognent. Quelle vie ! La boue, la terre,la pluie. (…) On trouve de la terre partout, dans ses poches, dans son mouchoir, dans ses habits, dans ce qu’on mange. C’est comme une hantise, un cauchemar de terre et de boue (…). » H. Barbusse, Lettres de Henri Barbusse à sa femme, , Flammarion, 1937 P. Truffau apportait la nourriture des cuisines, situées à l’arrière, au front. « On est crevé, on n’en peut plus. Pas de café, on a chaviré en route. Ils ne protestent pas, ils savent que tout est misère dans ce monde de misère. Ils remplissent leurs gamelles et mangent silencieusement leur ratatouille froide (bœuf bouilli, pommes de terre vinaigrées) en cherchant à se préserver de l’eau et de la terre; mais ils ont les mains glaiseuses, et le pain qu’ils ont touché crisse sous leurs dents. » P. Truffau, Carnets d’un combattant, Payot, 1917 "- Que vous êtes énervant ! Répondez donc. On demande ce que vous avez fait (à la guerre) ? - Oui?... Eh bien, j'ai marché de jour et de nuit, sans savoir où j'allais. J'ai fait l‘exercice, passé des revues, creusé des tranchées, transporté des fils de fer, des sacs à terre, veillé au créneau. J'ai eu faim sans avoir à manger, soif sans avoir à boire, sommeil sans pouvoir dormir, froid sans pouvoir me réchauffer, et des poux sans pouvoir toujours me gratter... Voilà ! - C'est tout ? - Oui, c'est tout... Ou plutôt non, ce n'est rien. Je vais vous dire la grande occupation de la guerre, la seule qui compte : J'AI EU PEUR." La Peur (convalescence auprès d'une infirmière 1915) - G. Chevalier 15) Dans quelles conditions vivent les hommes dans les tranchées ? "- Vous avez eu de bons moments, là-haut ? Suffoqué, je regarde ce vieux cornichon blafard. Mais je lui réponds vite, suavement : - Oh ! oui, monsieur... Son visage s'épanouit. Je sens qu'il va s'écrier : "Ah ! ces sacrés poilus !" Alors j'ajoute : -... On s'amuse bien : tous les soirs nous enterrons nos copains !" La Peur (en permission) - G. Chevalier Suite Retour

9 L’ossuaire de Douaumont (près de Verdun) garde en son sein les restes des soldats morts sur le champs de bataille afin de préserver leur souvenir quelle que soit leur nationalité. La Somme et Verdun : l’enfer de la guerre porté à son paroxysme Lors de la bataille de la Somme (juillet-novembre 1916), 1 million de soldats sont morts en à peine 140 jours (cela représente une moyenne de 7142 morts par jour). Lors de la bataille de Verdun (Février-décembre 1916), il y a eu morts en 300 jours soit 1000 morts par jour. Il y a eu 26 millions d’obus tirés soit 6 obus au m2 et corps de soldats français et allemands sont portés disparus. 16) A quoi servent les monuments aux morts ? Monuments aux Morts de Cour-Saint-Maurice Suite Retour

10 Photographie extraite du site Tableau de Georges Scott, 1916, Musée de l’armée Vincennes Ptolemaia d’’après carte La voie sacrée. Source : Mindef/SGA/DMPA Sur cette petite route départementale, des camions ont apporté jour et nuit vivres, renforts et munitions. Si un camion tombait en panne, il était aussitôt renversé sur le bas côté car le moindre retard pouvait s’avérer dramatique pour les hommes au front. 17) Explique ce qu’est la voie sacrée. Retour Suite

11 Le Bristol F2B Fighter Soldats australiens portant des masques à gaz afin de se protéger de l’ypérite, un gaz très dangereux appelé aussi gaz moutarde, Ypres, 1917 Femmes fabriquant des obus, France, 1917 Photos extraites du site wikipedia 29 février Le carnage est immense. La débauche des projectiles d’artillerie est incroyable : 3 millions d’obus en quelques jours. On se demande comment les êtres vivants arrivent à combattre dans un pareil enfer, où il ne reste pas un seul pied qui ne soit labouré par les obus de gros calibre. 29 mai 1916 : Nos poilus héroïques tiennent bon, malgré les déluges d’acier, de liquides enflammés et de gaz asphyxiants. Docteur Marcel Poisot, Mon Journal de guerre, Je suis encore vivant et en bonne santé, pas même blessé alors que tous mes camarades son tombés morts ou blessés aux mains des boches, qui nous ont fait souffrir les mille horreurs, liquides enflammés, gaz asphyxiants, attaques. Extrait d’une lettre du Capitaine Georges Gallois, Paroles de Poilus, Librio, ) Quelles sont les différentes armes utilisées lors de la première guerre mondiale ? Retour Suite

12 Fin de l’activité ! Relis attentivement ton polycopié.


Télécharger ppt "La première guerre mondiale et ses conséquences Commencer l’activité."

Présentations similaires


Annonces Google