La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Conference sur l’eau douce en Méditerranée, Sciences Po/UNESCO, Paris, 29 mai 2008 Changements Climatiques et gestion de l’eau en Méditerranée Stéphane.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Conference sur l’eau douce en Méditerranée, Sciences Po/UNESCO, Paris, 29 mai 2008 Changements Climatiques et gestion de l’eau en Méditerranée Stéphane."— Transcription de la présentation:

1 Conference sur l’eau douce en Méditerranée, Sciences Po/UNESCO, Paris, 29 mai 2008 Changements Climatiques et gestion de l’eau en Méditerranée Stéphane SIMONET Conseil Mondial de l’Eau

2 2/25 Plan de l’intervention 1.Enjeux de développement liés au stress hydro-climatique dans les PSEM (pays arabes) 2.Adaptation et gestion des risques 3.Financement de l’adaptation 4.Conclusion sur le rôle de l’UE

3 3/25 1.Risques socio-économiques liés au stress hydro-climatique dans les pays arabes

4 4/25 Sécheresse accrue, pluviométrie plus aléatoire Irrigation commence à décliner en Egypte PIB affecté par des évéments extrèmes plus fréquents Diminution des précipitations de ≤ 40% au Maghreb Période de croissance végétale raccourcie Inondation de plus de 50% des activités industrielles et de services à Alexandrie millions de personnes supplémentaires affectées par le stress hydrique Diminution de près de 15% des rendements en maïs en Af. du Nord ~2-7% de perte de PIB en Af. du Nord et au Moyen-Orient Le changement climatique menace directement la réalisation des ODM au Sud et à l’Est de la Méditerranée Eau Sécurité alimentaire Pauvreté

5 5/25 Les stratégies de développement ne tiennent pas suffisamment compte des risques hydro-climatiques Variation in GDP and Precipitation, Morocco % deviation in precipitation % growth in GDP Maroc

6 6/25 Les politiques d’aide à destination des PSEM sont fortement vulnérables aux risques climatiques Une aide accrue est nécessaire pour réaliser les ODM Une aide de plus en plus menacée par le CC Entre 2001 et 2005, augmentation >200% dans les secteurs sensibles La proportion de l’APD potentiallement à risque est importante ~17-41% au total Millions (US$) par an (Source Frankel-Reed & Simonet, 2007, d’après statistiques OCDE) Environnement Agriculture/foret Transport Energie AEP et Assainissement Reconstruction Urgence et humanitaire Tourisme Aide alimentaire Santé APD vers les pays arabes dans des secteurs climato-sensibles (moyenne annuelle ) Total = $ Mrds/an ~17-41% aide totale 432 M$ 133 M$ Quel est le degré de résilience des investissements liés à l’eau ?

7 7/25 2. Adaptation et gestion des risques

8 8/25 La gestion des risques climatiques: une approche à deux niveaux La GRM : réduire les risques posés par les CC sur le secteur de l’eau à travers des politiques et des pratiques de gestion climato-compatibles. Emissions de GES Risques climatiques Actions humaines Adaptation Atténuation Réduire les émissions, reduire l’ampleur des CC Réduire la vulnérabilité aux impacts, réduire les pertes et les dommages Adaptation et atténuation sont deux stratégies complémentaires

9 9/25 Definitions de l’adaptation L'ajustement des systèmes naturels ou humains en réponse à des stimuli climatiques présents ou futurs ou à leurs effets, afin d'atténuer les effets néfastes et d'exploiter des opportunités bénéfiques (GIEC, 2001) Ensemble des mesures concrètes visant la protection des pays et de leurs populations contre les perturbations et dommages pouvant résulter des effets du changement climatique (Site de la CCNUCC) Ajuster et renforcer les politiques et pratiques de développement actuelles afin d’assurer la réalisation des ODM en dépît des changements climatiques et de leurs impacts (PNUD, 2006)

10 10/25 L’adaptation vise à accroître le domaine de viabilité socio- climatique des usages de l’eau Au cours de l’histoire: –Les sociétés humaines ont du s’adapter à la variabilité climatique ‘’historique’’, inter-saisonnière ou inter-annuelle –Dans un régime climatique stable, les seuils critiques sont dépassés de manière exceptionnelle et ponctuelle Changement climatique: –Les seuils sont dépassés de manière plus fréquente, plus intense –…et parfois de manière permanente (marges pré-sahariennes) L’adaptation vise à accroître le domaine de tolérance climatique des systèmes de gestion et d’exploitation des ressources en eau (Brooks, 2007 ; Source: From Jones and Mearns (2005) - APF Technical Paper 7: Assessing future climate risks)

11 11/25 Finalité de l’adaptation du secteur de l’eau dans les PSEM Finalité Sécuriser la disponibilité et la qualité de l’eau douce dans un contexte d’aridification croissante en agissant de manière durable et responsable sur l’offre et la demande. Objectif immédiat Réduire la vulnérabilité à la sécheresse et au manque d’eau et développer les capacités des acteurs à anticiper et répondre aux effets du changement climatique sur les ressources et leurs usages

12 12/25 Un changement de paradigme est necessaire prévention ad hoc volontariste réaction Expérience historique Gestion des crises Gestion adaptative Gestion adaptative et préventive de l’eau L’adaptation nécessite le passage d’une logique de réaction …à une approche volontariste et préventive, basée sur l’anticipation et la prospective

13 13/25 temps Disponibilité en eau par personne Bulletin d’alerte, rationnement, stock de nourriture Mesures de gestion conservatoire de l’eau, Changement de variétés culturales Réorganisation du secteur, activités alternatives Sécheresses saisonnières, pénurie alimentaire ponctuelle Pénurie d’eau (structurelle) Aridité extrème, agriculture rendue impossible RéactionAnticipation Risques Gestion du riisque L’adaptation nécessite une vision prospective (Source: Brooks, 2007)

14 14/25 Les bonnes pratiques de résilience climatique concernent La planification et la définition des politiques publiques (y- compris les processus budgétaires et législatifs) Le fonctionnement institutionnel Les modes de prise de décision en matière de choix des investissements et des infrastructures La sensibilisation et le renforcement des capacités des acteurs du secteur La gestion et la valorisation de l’information climatique (ex. SAP, scenarii et prévisions à court, moyen et long terme, …) Les pratiques, régles et mesures de gestion de la ressource et de ses usages. Réussir l’adaptation du secteur de l’eau va donc au-delà des réponses purement techniques et englobe un ensemble de stratégies complementaires

15 15/25 STRATEGIESGESTION DE L’OFFREGESTION DE LA DEMANDE Court termeLong termeCourt termeLong terme Répartir les risques Assurances Diversification des sources d’approvisionnement Accepter les risques (‘’ne rien faire’’) Lorsque que les dommages ne peuvent être évités (disparition de certains aquifères côtiers, zones humides, zones d’agriculture pluviale) Prévenir les conséquences: technologies et infrastructures (‘’Hard’’) Augmenter le nombre et la capacité des retenues Augmenter les transferts inter- bassins Eaux non conventionnelles Dessalement Eaux virtuelles Améliorer l’éfficacité des systèmes d’irrigation, des réseaux d’AEP et d’assainissement Changements de modes de production et d’usages Prévenir les conséquences: réponses politiques, réglementaires et institutionnelles (‘’Soft’’) Plans de gestion de la sécheresse Subventions Modifications des critères de dimensionnement et de fonctionnement des ouvrages Rationnement Ajustement de la tarification de l’eau Normes réglementaires Relocalisation des activités et des populations Recherche, Valorisation de l’information climatique Améliorer les capacités de modélisation et de prévisions climatiques saisonnières, inter- annuelles et inter-decennales Développer des outils d’aide à la décision et améliorer les méthodes d’évaluation des risques au niveau des bassins et sous-bassins (couplage modèles climato/hydro) Définir des indicateurs pertinents de vulnérabilité et d’adaptation Mettre en place des systèmes d’alerte précoce Renforcement des capacités et éducation Elargir les horizons de planification des décideurs Renforcer les capacités techniques des professionnels du secteur en matière de GRM Sensibilisation et éducation citoyenne Principales stratégies d’adaptation dans le secteur de l’eau

16 16/25 Certains obstacles freinent l’adaptation du secteur 1.Absence d’un environnement institutionnel et politique adéquat 2.Intégration inter-sectorielle et coordination entre bailleurs insuffisantes 3.Attitudes politiques face aux incertitudes relatives aux effets des CC 4.Information climatique peu disponible ou peu valorisée/utilisée pour éclairer les choix politiques et techniques 5.Antagonisme entre les exigences d’adaptation à long terme et celles de développement à court terme 6.Faibles capacités nationales et faible participation en matière d’évaluation des risques et de conception et mise en oeuvre de mesures d’adaptation 7.Ressources budgétaires limitées

17 17/25 Promouvoir l’adaptation au niveau national 3. Piloter et généraliser des mesures d’adaptation concrètes sur le terrain 1. Incorporer les risques climatiques dans les stratégies et programmes d’assistance des bailleurs (‘’Climate proofing’’) 2. Intégrer les risques climatiques dans les politiques publiques de l’eau SEA Cadre politique de l’adaptation (PNUD) Communications Nationales (CCNUCC) ‘’Climate risks screening tools’’ ‘’Adaptation tool kits’’ (GEF, UNFCCC, bilatérales) Plateformes et réseaux (ALM) Points d’entrée Outils Projets pilotes Programmes d’investissements Politiques, législations et plans sectoriels Schéma de gestion des bassins UNDAF Stratégies ‘’Pays’’ des agences de développement 3 niveaux d’intervention stratégiques

18 18/25 Exemples d’initiatives pilotes dans la région Maroc: Stratégie Nationale d’adaptation Projet Adaptation et GIRE (PNUD) Projet CBA-Oasis (PNUD) Projet Gestion des Risques Climatiques (BM) Tunisie: Stratégie nationale d’adaptation dans l’agriculture et les écosystèmes Egypte: Projet d’adaptation du bassin du Nil (PNUD/PNUE/FAO /IFAD/UNESCO) Projet gestion des risques climatiques (BM) Palestine: Stratégie et plan d’action nationaux pour l’adaptation Jordanie: Projet d’adaptation du bassin de la Zarka (PNUD/FAO/UNESCO)

19 19/25 3. Financement de l’adaptation

20 20/25 Estimation du coût de l’adaptation pour le secteur de l’eau Investissements et flux financiers nécessaires en 2030 (en Md$/an) RégionsScenario A1b Afrique3 Moyen-Orient2 Mondial11 (Source UNFCCC, 2007)

21 21/25 70 Md$/an Un déficit de financement pour l’adaptation 100 M$/an Md$/an Financement disponible (Millions $) CCNUCC, Md$/an WB, 2007 Stern, Md$/an Total Cum.480 M$ Bilateral, M$ Bilateral*, M$ Multilateral, M$ Besoin en financement (Milliards $) *(Jennifer Frankel-Reed, 2006) (Source PNUD, 2007) Comment combler le déficit ?

22 22/25 Augmenter/réorienter les financements publics et exploiter le potentiel des mécanismes de financement innovants OptionRevenue (US$)Notes Insurance70 billionAnnual average Application of levy similar to 2% share of CDM proceeds million Depends size of carbon markets post-2012 Annual average Any estimate for post-2012 requires assumptions about future commitments Auction of allowances for international aviation & marine emissions billion (air) billion (sea) Annual average rises from 2010 to 2030 International air levy travel10-15 billion$6.50 per passenger per flight Funds to invest foreign exchange reserves Up to 200 billionVoluntary allocation of up to 5% forex reserves to fund to invest in adaptation projects Debt-for-efficiency swapFurther research needed Creditors cancel portion of non-performing foreign debt in exchange for debtor gov’t commitment to invest in adaptation Tobin tax15-20 billion0.01% tax on wholesale currency transactions Donated special drawing rights18 billion initiallySpecial drawing rights are form of inter- governmental currency from IMF. Some could be donated to Convention. Source: UNFCCC, 2007 (Source CCNUCC, 2007)

23 23/25 4. Conclusion

24 24/25 L’UE à un rôle stratégique à jouer 1.Réduire la vulnérabilité des PSEM aux effets du CC en veillant à une plus grande prise en compte des risques climatiques dans les politiques d’aide et progammes d’investissements de l’UE et dans ceux émanant de ses pays membres 2.Renforcer la capacité d’adaptation des pays-tiers en les aidant à mettre en place des cadres politiques et des stratégies d’adaptation intégrées, qui ne soient pas uniquement centrées sur des réponses d’ordre technique visant la maximisation de l’offre sur le court terme 3.Intervenir comme ‘’catalyseur’’ afin: d’assurer une plus grande coordination entre les bailleurs (ex: BM vs fonds CCNUCC) d’assurer une plus grande mutualisation et efficacité des ressources financières disponibles de mobiliser des ressources complémentaires (ex: élargissement de la ligne de financement adaptation, Fonds Adaptation, financements innovants) 4.Faciliter la coopération régionale dans le domaine de l’adaptation et accompagner la mise en place d’instances régionales de concertation et d’outils de prediction et d’aide à la décision (ex: SEMIDE, MEDA ?) 5.Aider à la résolution des questions transfrontalières (Nil) 6.Favoriser la recherche et le transfert de savoir faire en matière de compréhension des phénomènes climatiques et de technologies pour l’adaptation 7.Promouvoir une position euro-méditerranéenne commune sur l’adaptation dans les négociations internationales sur le climat (COP).

25 25/25 Merci de votre attention


Télécharger ppt "Conference sur l’eau douce en Méditerranée, Sciences Po/UNESCO, Paris, 29 mai 2008 Changements Climatiques et gestion de l’eau en Méditerranée Stéphane."

Présentations similaires


Annonces Google