La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

François HOMINAL le 20 juin 2014 Préparation de la session d’été à Inoï.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "François HOMINAL le 20 juin 2014 Préparation de la session d’été à Inoï."— Transcription de la présentation:

1 François HOMINAL le 20 juin 2014 Préparation de la session d’été à Inoï

2  Les Zhou (1046 – 771 AEC) : distance entre religion et politique  Printemps et Automnes + Royaumes Combattants ( AEC) : modification des cadres culturels et politiques  Les Qin ( AEC) : la fondation de l’empire bureaucratique  Les Han (206 AEC – 220 EC) : les fonctionnaires lettrés, commerce, …  Les Sui et les Tang ( ) : le bouddhisme, l’Inde  Les Song ( ) : arts, techniques, mathématiques,  Les Yuan (Mongols) ( ): astronomie musulmane  Les Ming ( ) : fondée par des paysans; eunuques contre lettrés  Les Qing (Mandchous) ( ) : dynastie non chinoise  Les républiques chinoises …  Avant la République, cinq grandes dynasties chinoises et deux étrangères,

3  La période « axiale » : Printemps et Automnes + Royaumes Combattants (IVe - IIIe AEC) : (Confucius, Mencius, …/Socrate, Platon, Aristote)  Un empire immense : les Han (206 AEC – 220 EC), les Romains: commerce, administration, …  Les migrations de populations, les nomades (Xiongnu et Huns)  Un moyen-âge religieux  De grands maîtres: Zhu Xi et St Thomas; mais en Chine: « réforme » et « renaissance » (xylographie; …)  Empire mongol (Chine un siècle; pas en Europe occidentale)  Pendant les Ming ( ), expéditions de Zheng He ; l’Occident décolle (arts, sciences, explorations, réformes religieuses, …).  fin Ming et Qing: des échanges réguliers, Portugais, Hollandais, Français, etc.

4  1542: François Xavier débarque à Goa; meurt en 1552 devant la Chine.  1582: Matteo Ricci entre en Chine  1610: mort de Ricci à Pékin  1644: début dynastie mandchoue ; promulgation calendrier « jésuite »  1692: édit de tolérance (autorisation générale de prêcher) par Kangxi  1707: édit de Mgr de Tournon interdisant les rites chinois  1717: interdiction de la prédication par Kangxi  1723: expulsion des missionnaires (sauf astronomes); proscription du christianisme  1742: condamnation des rites chinois par le pape Benoît XIV  1773: suppression de la Compagnie de Jésus par Clément XIV

5  1814: rétablissement de la Compagnie de Jésus par Pie VII  1842: trois jésuites français arrivent à Shanghaï  1900 etc. : fondation de l’Université Aurore à ShanghaI  1949: expulsion de tous les religieux étrangers  2014: moins de dix jésuites étrangers résidant en Chine

6

7

8  Né à Macerata en Italie en  1568 : début d’études de droit à Rome.  1571 : entre au noviciat des Jésuites.  : formation humaniste et scientifique au Collège romain.  1577 : six mois de théologie à Coimbre.  1578: voyage de Lisbonne à Goa.  Etudes de théologie et ordination à Goa.

9 Etapes de son parcours en Chine  Arrive à Macao en août 1582 et commence à apprendre le chinois.  Entre en Chine en septembre 1583 et fonde la première résidence à Zhaoqing.  1589: obligé de partir, s’installe à Shaozhou.  1595: s’installe à Nanchang.  1598: parvient à Pékin, mais doit retourner à Nankin.  1601 : arrive à Pékin, où il mourra en 1610.

10  Linguistique (dictionnaire, transcription)  Mathématiques (traduction de livres de géométrie et d’arithmétique)  Astronomie (calcul des éclipses, fabrication d’instruments d’observation,…)  Géographie (relevé des latitudes, identification du Cathay de Marco Polo avec la Chine atteinte par la mer)

11 « Carte Complète du Ciel, de la Terre et de la myriade de pays » 坤舆万国全图 6 panneaux, haute de 1m50 et large de 3m30.

12  Traité de l’Amitié  Vingt-cinq paroles (Epictète)  Mnémotechnique de l’Occident  La vraie signification du Seigneur du Ciel  Catéchisme  Histoire de l‘entrée de la Compagnie de Jésus en Chine

13

14  Brandir un crucifix dans les rues en demandant de se repentir, un interprète à ses côtés?  Le Visiteur (Alessandro Valignano), tirant les leçons des missions dans plusieurs îles du Japon, définit une autre orientation:  Apprendre la langue, étudier la culture, traduire les textes religieux,  Vivre comme les locaux (noms chinois, nourriture, mœurs, …),  Prendre l’habit des moines bouddhistes,  Susciter l’intérêt des gens par de petits objets (prime), des tableaux en perspective, la cosmologie, …  Entretenir de bonnes relations avec les autorités locales, s’efforcer d’avoir l’autorisation de prêcher dans tout l’empire,  Etre d’un comportement irréprochable.

15  Environ 12 ans après son entrée en Chine, un jeune homme lui suggère de revêtir la robe des Lettrés et de les rencontrer pour discuter avec eux.  Rencontrer des personnes haut placées peut être utile …  mais c’est s’éloigner de la mission de convertir.  Il obtiendra l’autorisation. Ses discussions avec les Lettrés formeront la substance de son livre La vraie signification du Seigneur du Ciel.

16  Un vice-ministre des cultes fait part à Ricci des erreurs dans l’établissement du calendrier et lui demande d’aider les astronomes chinois à corriger la manière de l’établir,  Ricci imagine un chantier important et le rôle indispensable qu’ils joueront au palais.  Vers 1605, Ricci envoie une lettre à Rome pour demander des astronomes compétents ; ils arriveront dans les années 1610 et les travaux préliminaires ne commenceront qu’en 1627.

17

18 浑仪

19  Arrivé à Pékin, Ricci ne tarde pas à comprendre qu’il ne verra jamais l’empereur et ne pourra jamais lui demander d’autoriser la prédication dans l’empire. Mais il interprète le silence de l’empereur comme un accord tacite de prédication, tout en insistant sur la prudence …  Des jésuites fonderont des communautés chrétiennes dans de grandes villes, notamment celles où les convertis peuvent les aider: Hangzhou, Shanghai, etc,

20  Les rites du culte des ancêtres amenaient à se prosterner devant une tablette de bois portant le nom de l’ancêtre, action qualifiable de superstitieuse s’il y a croyance en la présence réelle de l’ancêtre.  Ricci constate que les mêmes gestes sont effectués pour exprimer le respect vis-à-vis de l’empereur et les interprète comme de simples marques de respect. ???  Ceux qui ont à effectuer ces rites doivent les faire avec l’intention exclusive de manifester leur reconnaissance à l’empereur et aux ancêtres, comme à des bienfaiteurs,

21

22  Ricci avait choisi comme successeur Niccolo Longobardo. A sa mort, ce dernier fait connaître son opposition à la politique d’accomodation de Matteo Ricci et les supérieurs de Macao le soutiennent.  Interdiction (qui ne durera que quelques années) de s’adonner à des activités scientifiques.

23 63 jésuites ont été enterrés dans ce cimetière situé à 1 km environ à l’ouest des anciennes murailles ouest de la capitale, dont 14 chinois et 9 français.

24  « Cette réaction [de Longobardo] est révélatrice du clivage précoce (dès 1610) qui s’opère entre jésuites de Cour, en dialogue étroit avec les mandarins, et leurs confrères confrontés au vécu populaire des croyances « rationalisées » par ces mêmes lettrés. » (Benoît Vermander)  « Partage des tâches ou tension entre tempéraments apostoliques incompatibles? » (Benoît Vermander)  Nombreuses activités à la cour (astronomes, cartographes, peintres, compositeurs, …) ; sur le terrain, une pastorale adaptée (pratiques inspirées des pratiques bouddhistes, goût pour une dévotion compassionnelle, statues, pèlerinages, …)

25  Discussion vive sur l’interprétation des classiques chinois, la pratique des rites chinois, sur les noms de Dieu à utiliser en, chinois, …  Ces questions seront résolues plusieurs fois et encore rediscutées par d’autres personnes :  - entre jésuites,  - entre jésuites et autres religieux en Chine,  - par Blaise Pascal en France (puis en Europe),  - par le légat du pape envoyé en Chine,  - par une publication jésuite au début du XVIIIe …

26  Des sensibilités différentes, des perceptions différentes, des rapprochements avec d’autres territoires.  Des rivalités entre nations européennes.  Positions validées par le discernement des esprits ou bien nourries par des sentiments peu nobles.  Deux positions contradictoires pouvaient-elles être acceptables?

27

28 Trois grands jésuites

29  La réforme du calendrier demandée à Ricci ne sera effectuée que par les Qing et la dynastie présentera ce calendrier « occidental / nouveau » comme symbole de sa légitimité.  Les Jésuites astronomes ont deux tâches principales: l’établissement du calendrier et le calcul des dates répondant aux critères chinois de dates de bon augure et de mauvais augure.  Adam Schall sera violemment critiqué par quelques jésuites et notamment un jésuite portugais, Gabriel de Magalhães, dans une lettre envoyée à Rome en 1649 qui demanderont sa suspension pour sa publication d’un calendrier « superstitieux ».

30  Des astronomes opposés à la réforme du calendrier occidental s’efforcent de faire condamner Schall et ses collaborateurs dans les années Les premiers griefs présentés ne sont pas retenus, seul le quatrième le sera : ils sont associés aux religieux qui ne cessent de propager des doctrines perverses en Chine et de construire des temples non autorisés.  Jugement très sévère: condamnation à mort de Schall, … mais grâce impériale accordée aux étrangers …

31  Les Jésuites « missionnaires » Des religieux envoyés par leurs supérieurs pour la mission, y compris certains spécialisés en astronomie, cartographie, etc. Surtout des Italiens, Portugais, Allemands, Belges. Des tensions entre les nationalités, mais aussi Adam Schall ( ), Ferdinand Verbiest ( ), Michel Benoist ( ).  Les « Missionnaires du Roi » envoyés par Louis XIV Ils sont correspondants de l’Académie des Sciences de Paris, à qui ils envoyaient des rapports. Ils arrivent directement de France, sans passer par Macao. Ils écriront les Lettres édifiantes et curieuses (parution de 1702 à 1776). 45 religieux dont Louis Le Comte, JF Fouquet, Ph.Couplet, J.Bouvet, JF Gerbillon, JM Amiot, etc...

32  Astronomes, mathématiciens  Peintre, sculpteur, compositeur de musique  Fabricant de canon  Interprète chinois-russe pour négociations internationales  Cartographes  Botanistes  Traducteurs d’œuvres chinoises anciennes  Publication d’ouvrages en chinois  …

33

34

35

36

37

38 L’empereur Qianlong Tombe de Castiglione

39

40  Du temps de Matteo Ricci : jamais plus de 20 religieux en même temps.  A sa mort: 16 jésuites, huit chinois et huit étrangers,  1629 : 26 jésuites dont 5 frères chinois.  1634 : 12 résidences dans 7 des 15 provinces de l’empire.  1680 : de 30 à 40 jésuites.  1687 : arrivent les 5 premiers « mathématiciens du Roi (Louis XIV) » ; dans les quinze années qui suivent, quarante autres les rejoindront.  En 1688 : les premières ordinations de chinois (dont 3 jésuites).  Au début du XVIIIe, 82 jésuites actifs, dont 15 à 20 dans des tâches scientifiques. Le nombre total de missionnaires et du clergé chinois passe par un maximum (140 personnes).  Entre 1732 et 1742, le nombre de jésuites chinois passe à 22.  En tout de 1552 à 1775 : 990 jésuites; durée moyenne de présence : 20 ans.

41  En 1610, à la mort de Ricci : de 2500 à  En 1615,  En ,  Vers 1700: catholiques servis par les jésuites (dans 266 églises)  Ensuite diminution (interdiction de la religion)  Vers 1800, environ

42 Transmission et réception Révélation de modes de penser irréconciliables

43  Son caractère rituel et religieux  Le respect du ciel  L’observation des cycles réguliers

44 Le Ciel lui-même parle-t-il jamais? Les quatre saisons se succèdent, Les cent créatures prolifèrent: Qu’est-il besoin au Ciel de parler? Entretiens XVIII,19, trad. Anne Cheng.

45

46 Observation depuis la terre (bleue) d’une autre planète (rouge). 从地球 (蓝色)观察令个行星(红色)的位置。

47  Les étoiles tournent en bon ordre, le soleil et la lune brillent à tour à tour,  Les quatre saisons se succèdent, Yin et yang opèrent leur grande transformation, vent et pluie se propagent partout,  Les dix mille êtres trouvent chacun l’harmonie requise pour leur engendrement et la nourriture nécessaire à leur accomplissement.  Or, tout ce processus reste invisible, seuls en sont visibles les résultats : cela s’appelle l’esprit.  Nous ne connaissons ce processus qu’à l’état achevé, aucun ne le connaît au stade du « sans forme ». Cela s’appelle l’œuvre du Ciel.  Seul le saint ne cherche pas à connaître le Ciel.

48  Un calendrier mixte luni-solaire  L’année solaire divisée en 24 périodes (jieqi 節期 nœud, articulation).  L’année lunaire composée de 12 (ou 13) mois lunaires de 29 ou 30 jours.  Les deux cycles correspondent presqu’exactement sur 19 années, dont 7 années lunaires de 13 mois, les positions du soleil et de la lune étaient identiques avec une erreur de 87 minutes (c’est-à-dire un jour complet après 24 cycles de 19 ans, soit 312 ans).  Le calendrier était établi à partir d’algorithmes qui prenaient en compte les durées apparentes des cycles du soleil, de la lune et des planètes, afin de pouvoir déterminer leurs positions tout au long du cycle de 19 années.  Les petites approximations s’ajoutent les unes aux autres, la précision des prédictions se détériore et des « réformes » sont nécessaires.

49  XU Guangqi converti au catholicisme, ministre des cultes et grand secrétaire sous l’empereur Chongzhen.  Atmosphère délétère de l’époque.  Recherche de certitudes.  Rencontre de Ricci, traduction d’Euclide.  Le tour qu’il donne à la réforme du calendrier n’était pas conforme à l’approche chinoise, donnant la priorité à l’observation des phénomènes sans tenir beaucoup compte des pratiques anciennes.  L’empereur tergiverse à mettre la réforme en pratique, la dynastie tombe et le calendrier légitimera la dynastie des Mandchous (Qing).

50  Peu de spécialistes acceptent l’approche occidentale intégralement,  La plupart procèdent à une approche sélective:  Adoption des méthodes d’observation et de calcul,  Refus des résultats obtenus par des raisonnements, par des déductions logiques à partir d’hypothèses.

51  一陰一陽之謂道  Un yin, un yang, tel est le Dao.  形而上者謂之道,形而下者謂之器  Ce qui est en amont des formes, s’appelle Dao,  Ce qui est en aval des formes, s’appelle « objets concrets »


Télécharger ppt "François HOMINAL le 20 juin 2014 Préparation de la session d’été à Inoï."

Présentations similaires


Annonces Google