La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le développement de la peinture de la fin du XIXe – au début du XXe siècle en France Le projet d’après Makarova Marie, l’élève de 10 classe. Le dirigeant.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le développement de la peinture de la fin du XIXe – au début du XXe siècle en France Le projet d’après Makarova Marie, l’élève de 10 classe. Le dirigeant."— Transcription de la présentation:

1 Le développement de la peinture de la fin du XIXe – au début du XXe siècle en France Le projet d’après Makarova Marie, l’élève de 10 classe. Le dirigeant du projet est Makarova I.A., le prof de français

2 Plan La caractéristique de la peinture de la fin du XIXe siècle –Camille Pissarro –Paul Cézanne –La dérogation de l’impressionnisme –Claude Monet –Georges Seurat et Paul Signac –Paul Gauguin –Vincent Van Gogh –Henri de Toulouse-Lautrec –Les Nabis Les conclusions La littérature

3 « A Paris, je ne visitait ni académies, ni professeurs. Je les trouvais dans la ville même, à chaque pas, dans tout. C’était les commerçants du marché, les paysans, les ouvriers. Autour d’eux planait cette étonnante « lumière – libreté » que je n’ai jamais vue ailleurs. Et cette lumière, facilement, passait sur les toiles des grands maîtres français et renaissait dans l’art ». M.Chagall Марк Шагал. Автопортрет с семью пальцами Стеделик музеум, Амстердам.

4 La caractéristique de la peinture de la fin du XIXe siècle La peinture c’est un art de représenter sur une surface plane des objets, réels ou imaginaires, au moyen du dessin et des couleurs. On distingue : peintures murales, peintures de chevalet, peintures sur porcelaine et sur émaux. A certaines époques, on a confié la fonction de la peinture à d’autres arts – la mosaїque, le vitrail, la tapisserie – qui tous ont tendu à concurrencer la peinture jusqu’à l’époque moderne que leur redonne leur spécificité.

5 Pendant les années 1870 – 1890 la peinture française illustrée par de grands artistes au cours des siècles a connu une célébrité universelle avec l’impressionnisme. L’impressionnisme, c’est un mouvement de recherche expérimentale visant la découverte de la lumière et de ses rapports avec les formes et les couleurs. Cette recherche est due à la peinture d’un groupe d’artistes parmi lesquels les plus importants sont Alfred Sisley ( ), Edgar Degas ( ), Auguste Renoir ( ), Paul Cézanne ( ), Claude Monet ( ) et Camille Pissarro ( ) ; ce dernier est considéré comme le parrain, l’animateur et le représentant le plus typique de ce groupe.

6 Camille Pissarro ( ). Il peint les paysages modestes des villes. Il aime beaucoup de peindre les curiosités de Paris et de Rouen. Ses paysages de la nature sont vivants et spontanés. Les sujets sont véridiques. Les couleurs sont réservées. Le boulevard de Montmartre, 1897 Au jardin Les maisons des paysans

7 Les impressionnistes ont inventé une technique faite de touches divisées qui se superposent – technique qui découle d’une étude approfondie des vibrations de l’atmosphère et de leurs impressions sur la retine de l’oeil humain. Le mot « impressionnisme » est né du mot « impression » pronocé par Claude Monet cherchant un titre pour le catalogue. La critique en a fait « impressionnisme » et l’a longtemps employé dans le sens péjoratif. Parmi les peintres qui, en prolongeant l’impressionnisme, apportent à son esthétique leurs propres recherches, Paul Cézanne occupe la place le plus importante.

8 Paul Cézanne Paul Cézanne fait ses études à l’Ecole des beaux-arts à Paris. Il tente d’exposer ses toiles, mais ses envois au salon sont toujours refusées. Reçu avec hostilité aux expositions des impessionnistes en 1874 et 1877, il quitte Paris pour n’y jamais revenir. Il travaille sur ses natures mortes, paysages et compositions. Le succès lui vient seulement en 1904, où il expose au salon d’automne ses 42 toiles. Cézanne poursuit parallèlement deux séries de recheches – la première ligne, c’est la simplification et la synthèse (Paysage des environs d’Aix, 1886), l’autre c’est la dissociation du volume à partir de points culminants autour desquels s’organise un entourage (Paysage à l’Estaque).

9 La dérogation de l’impressionnisme L’art artistique de la deuxième moitié du XIXe jusqu’au début du XXe siècle a été caractérisé de : - la crise profonde des formes de l’art réaliste démocratique quelles existaient dans la société pendant le XIXe siècle ; - la crise profonde des principes du réalisme et d’humanisme qui était préséntée dans le monde entier. Depuis ce temps-là, on a apparu des genres artistiques qui étaient hostiles ouvertement et conséquent au réalisme.

10 A la fin du XIXe siècle la dérogation de l’impressionnisme commençait aux beaux arts de la France, surtout à la peinture. Aux oeuvres des impressionnistes il y avaient les tendances du refus du plénaire réalistique. La manière de l’exécution est devenue décorative. Ce processus est répresenté dans les oeuvres de Claude Monet, du maître de l’impressinnisme. Des changements dans les oeuvres tardifs des impressionnistes avaient une grande importance. En ce moment à l’avant-scène de la vie artistique nous voyons l’apparition les noms des nouveaux peintres qui comprenaient leur problème artistique en manière diffèrente et le resolvaient aussi en même manière. Les peintres voulaient changer l’impressionnisme et opposer à l’impressionnisme leur compréhension de l’essence de la peintre et du rôle de l’art.Voilà pourquoi les oeuvres des fondateurs d’un divisionnisme de G.Seurat et de P.Signac, la peinture décorative- symbolique de P.Gauguin, l’oeuvre créateur et tendue de P.Cézanne, les recherches passionnées de Van Gogh, l’art nerveux de A.Toulouse- Lautrec, ont été unis d’une notion «postimpressionnisme».

11 Claude Monet ( ) Dans un reportage de 1900, Claude Monet se présente lui-même : «Je suis Parisien de Paris». Il était le plus audacieux et le plus original. Sa passion pour la couleur et son tempérament lyrique prenaient le dessus et il intensifiait dans sa peinture ses sensations colorées. Il s’accoutumait à choisir un motif qu’il peignait aux différents heures du jour et exécutait ainsi ses séries de toiles.

12 "Terrasse à Sainte-Adresse" (1867) "Plus je vais plus je regrette le peu que je sais. C'est cela qui me gêne le plus, c'est certain." Claude Monet "Le bassin d'Argenteuil" (1872) A Argenteuil Claude Monet va retrouver un thème qui lui est cher : les bateaux. "Le Pont d'Argenteuil" (1874) «La cathédrale de Rouen la nuit» (1894) «La cathédrale de Rouen le jour» (1894) "Nymphéas" (1897) " J'ai mis du temps à comprendre mes nympheas... Je les avais plantés pour le plaisir ; je les cultivais sans songer à les peindre...Un paysage ne vous imprègne pas en un jour..." Claude Monet

13 Georges Seurat ( ) Paul Signac ( ) Georges Seurat et Paul Signac proclament l’utilisation des couleurs pures sans les mélanger. Cette conception axerce ultérieurement une influence sur les nabis, les fauves et les cubistes. Ils étaient comme les fondateurs du néo-impressionnisme. Le cirque, G.Seurat La Seine, G.Seurat

14 Paul Gauguin ( ) Paul Gauguin est parti de l’impressionnisme, mais il a su s’en dégager lui opposer son propre système. Il aime le dessin, qui établit la forme : en dessinant avec la couleur, il supprime le relief, sa peinture est plate. C’est ainsi qu’il ouvre la voie à la création de la forme par l’artiste. Les toiles de Gauguin sont très décoratives, des couleurs aux tons purs couvrent la surface du tableau en couches plates et immobiles, les contours des figures et des objets prêtent à l’image le caractère d’un opulent motif de broderie. La femme au fruit, 1893 Les pastorales tahitiennes, 1898

15 Vincent Van Gogh ( ) « J’exerce un métier sale et difficile : la peinture. Mon travail à moi, j’y risque ma vie et ma raison y a sombré à moitié ». La reception dramatique propre à Van Gogh est rendue par l’éclat pathétique des couleurs, le rythme inquiet des touches épaisses et mouvantes, et par le dessin violement expressif. La terrasse du café de nuit, 1888 Les fleurs dans le vase, 1890

16 Henri de Toulouse-Lautrec ( ) Henri de Toulouse-Lautrec, c’est un peintre français qui a fait beaucoup de travaux graphiques. C’est un maître des caractéristiques fins et aigles. Ses dessins sont flexibles et ont plein d’énergie. Ce sont ses affiches et ses compositions de la vie quotidienne de la bohème parisienne. Une femme qui se peigne ses cheveux. Une danseuseLa Goulu dans le « Moulin Rouge » La chanteuse

17 Les Nabis En 1888 des jeunes artistes, liés par l’amitié et par des etudes communes à l’Académie Julian (préparant à l’Ecole des beaux-arts), décident de créer un groupe. Ce groupe s’intéresse au symbolisme littéraire et a un goût du mystère. Il comprend : Redon, Vuillard, Mourice Denis, Sérusier, Ranson, Roussel, Bonnard. Les peintres font un travail de groupe jusqu’à La leçon de Gauguin qu’ils reconnaissent comme leur « doyen » les encourage à utiliser la couleur pure et à faire la synthèse des formes. L’oeil comme le ballon, 1890, O.Redon Le vase turquoise, 1911, O.Redon

18 Les conclusions Ça ne se discute pas, le développemment de la réalité sociale de la France pose beaucoup de problemes devant l’art artistique. Mais tous les peintres les résoudrent différents. Il faut trouver les nouvelles formes du réalisme qui ont lié avec le commencement du passage vers le nouvel stade qualificatif du développemment social pour les présenter véritablement, artistiquement et esthétiquement. Dans les oeuvres on présente toute la vie d’une grande ville où la déshumanisation des conditions de la vie sociale de l’homme est grandie et où encore, l’activité politique de la classe ouvrière de la France est faite renaître après la Commune de Paris. Voilà pourquoi l’art artistique de la fin du XIXe jusqu’au début du XXe siècle est caractérisé de la contradiction compliquée et des résultats ambigus des recherches novateurs intensifs qui sont très typiques pour l’art français de cette époque.

19 La littérature Cyril & Methodius. Great Encyclopedia. – Doubanova M.V. Français. L’examen ? C’est si facile... // Karo, Saint-Petersbourg. – Vedenina L.G. La France, les Français, le français. // Prosvéchtchénié. –


Télécharger ppt "Le développement de la peinture de la fin du XIXe – au début du XXe siècle en France Le projet d’après Makarova Marie, l’élève de 10 classe. Le dirigeant."

Présentations similaires


Annonces Google