La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Influence d’une co-construction de rationnement amélioré sur les performances d’embouche ovine paysanne dans la commune rurale de Korsimoro, au Burkina.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Influence d’une co-construction de rationnement amélioré sur les performances d’embouche ovine paysanne dans la commune rurale de Korsimoro, au Burkina."— Transcription de la présentation:

1 Influence d’une co-construction de rationnement amélioré sur les performances d’embouche ovine paysanne dans la commune rurale de Korsimoro, au Burkina Faso 16/12/2014 GNANDA B. Isidore, NIGNAN Man, OUEDRAOGO Souleymane, WEREME N’DIAYE A, TRAORE Oumar et SINON Boukaré Quatrième Semaine Scientifique agricole de l’Afrique de l’Ouest et du Centre et Onzième Assemblée Générale du CORAF/WECARD du 16 au 20 juin 2014 Palais des Congrès de Niamey, Niger

2 Plan de présentation Introduction Matériel et Méthodes o Identification du besoin d’appui en technologie d’embouche ovine o Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins Résultats & Discussions Conclusion et perspectives 16/12/2014

3 I. Introduction (1/2) Un des défis majeurs que la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre doivent relever, est de parvenir à assurer un niveau de sécurité alimentaire adéquat à leur population de plus en plus croissante ; Pays d’élevage, le Burkina Faso peut compter sur ce sous- secteur pour relever en partie ce défi : deuxième sous-secteur productif du secteur agricole et implique directement la plus grande proportion de pauvres (SCADD, 2007) ; Dans ce sous-secteur, la pratique de l’embouche ovine est d’une importance capitale dans la vie des populations rurales burkinabé (ZOUNDI et al., 2003) ; L’essor de l’activité reste toujours limité par un certain nombre d’entraves : o (i) faible niveau de maîtrise technique des emboucheurs ruraux (BOURZAT et al., 1987 ; NIANOGO et al., 1997). 16/12/2014

4 I. Introduction (2/2) o ( ii) l’inexistence des conditions favorables à l’application des innovations technologiques (accessibilité et qualité limitée d’intrants zootechniques hors-fermes, insuffisance d’instruments adaptés de dosage des rations, etc.) ; o (iii) Manque d’opportunités intéressantes de marchés capables d’inciter les éleveurs à s’investir dans les modèles d’alimentation améliorés élaborés par les techniciens. La présente étude a eu pour objet d’améliorer les performances d’embouche ovine paysanne dans la commune rurale de Korsimoro à travers une démarche de co-construction et d’application participative d’un rationnement amélioré des animaux Réalisée dans le cadre du projet OID : Hypothèse base de recherche a été que l’intégration des cultures et de l’élevage à l’échelle des exploitations peut contribuer à accroître durablement la productivité agricole des pays sahéliens tels que le BF.. 16/12/2014

5 II. Matériel et Méthodes (1/9) 1.1. Identification du besoin d’appui en technologie d’embouche ovine Elle a été basée sur la démarche de recherche agricole intégrée pour le développement (RAIPD) ; Organisation d’un atelier de concertation nationale qui a permis à tous les acteurs directs et indirects du projet OID de partager l’information sur sa démarche et sur les activités à mener ; Les échanges au cours de cet atelier ont permis l’identifier 3 produits phares à performer à Korsimoro : chaîne de valeur bétail/viande ; Des enquêtes diagnostiques qualitatives ont été réalisées dans la commune à l’aide des outils MARP et ont permis de confirmer l’importance et la place de cette chaîne de valeur bétail-viande dans l’intensification agricole des exploitations paysannes de la localité. 16/12/2014

6 II. Matériel et Méthodes (2/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (1/8)  (i) Co-identification du rationnement à appliquer dans les ateliers d’embouche l’équipe de chercheurs a d’abord défini quatre (4) formules de ration sur la base d’un seul profil nutritionnel assurant un niveau d’apport de 98 g MAD et 0,80 UF /kg MS ; Ces formules placées auprès des producteurs pour analyser et choisir une d’entre elles en tenant compte de l’accessibilité des matières premières (aliments) qui entrent dans sa composition ; Le choix définitif des producteurs a porté sur la formule de ration (Ration D) composée de 15 % de tourteau de coton, 6 % de son de maïs, 31 % de graines de coton et 48 % de gousses de Piliostigma reticulatum. 16/12/2014

7 II. Matériel et Méthodes (3/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (2/8) 16/12/2014 Matières premièresFormules alimentaires composées (%) ABCD Maïs grains32 Sorgho grains35 Tourteaux coton Son de blé36913 Son de maïs6 Graines de coton Gousses5048 TOTAL100 Tableau 1 : Les quatre (4) formules de ration soumises au choix des producteurs

8 II. Matériel et Méthodes (4/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (3/8)  (ii) Choix des expérimentateurs et constitution d’échantillon d'animaux de l’étude Information et sensibilisation des producteurs sur la base d’un cahier de charges pour le recrutement des candidats pour l’expérimentation; Quarante six (46) exploitants (22 femmes et 24 hommes) ont pris part à l’étude, avec 92 ovins mâles mis en embouche et suivis à terme ; Les animaux ont été soumis au protocole de prophylaxie sanitaire en vigueur dans la région, mis en œuvre par les agents de la zone d’appui technique en élevage (ZATE) de Korsimoro. 16/12/2014

9 II. Matériel et Méthodes (5/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (4/8)  (iii) Formation des producteurs en technique d’embouche Cette formation a permis de passer en revue avec tous les producteurs expérimentateurs les principaux points suivants : o Organisationnelle interne à entreprendre pour réussir une opération d’embouche ; o Conduite alimentaire d’une opération d’embouche ; o Conduite à avoir face aux problèmes de santé des animaux ; o Importance de la qualité de la viande pour le marché et le développement de la chaine de valeur bétail/viande ; o Evaluation des performances économiques d’un atelier d’embouche. 16/12/2014

10 II. Matériel et Méthodes (6/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (5/8)  (iv) Rationnement des animaux dans les ateliers d’embouche La formule de ration a d’abord été fabriquée industriellement sous forme d’aliment composé en poudrette (aliment composé D) et apportée aux paysans dans des sacs de 50 kg ; Au niveau des fermes d’embouche, les animaux ont été suivis pendant un mois sous rationnement paysan, puis soumis à deux modalités d’alimentation améliorée : o 1 ère modalité (T1)= Aliment composé industriel D + fourrages locaux o 2 ème modalité (T2)= Aliment composé D + fourrages locaux+ BMN Le BMN était composé d’urée (10 %), de TC (35 %), de son de maïs (7,5 %), de gousses de Piliostigma reticulatum (7,5 %), de ciment (12 %), de kaolin (5 %), de coquilles d’huîtres (11 %) et de sel de cuisine (12 %). 16/12/2014

11 II. Matériel et Méthodes (7/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (6/8)  Rationnement des animaux dans les ateliers d’embouche 16/12/2014

12 II. Matériel et Méthodes (8/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (7/8)  (v) Caractérisation, suivi des ateliers et collecte de données Les ateliers-tests ont été caractérisés et suivis tous les 15 jours pour collecter les données relatives à l’alimentation des animaux et aux performances pondérales exprimées ; un suivi alimentaire quotidien a été réalisé auprès d’un échantillon de 10 ateliers d’embouche (23 animaux) afin d’apprécier l’ingestion volontaire des rations par les animaux et d’évaluer l’indice de consommation (IC). Des prélèvements d’échantillons d’aliments ont été réalisés à des fins d’analyses bromatologiques de laboratoire : matière sèche, matière minérale, matière organique et matière azotée. 16/12/2014

13 II. Matériel et Méthodes (9/9) 1.2. Identification et développement avec les acteurs de la formule de rationnement des ovins (8/8)  (vi) Analyses financières des unités d’embouche L’analyse financière a porté sur la détermination de la marge brute, de la marge nette et de la productivité du capital ;  (vii) Analyse statistiques des paramètres des données collectées l’analyse des données relatives aux caractéristiques des emboucheurs et de leurs ateliers d’embouche, a été réalisées à l’aide du tableau croisé dynamique du logiciel Excel ; Les données pondérales et celles relatives à l’alimentation ont fait l’objet d’analyse de variance (ANOVA) à l’aide du logiciel R. 16/12/2014

14 III. Résultats et Discussions (i) : Traits caractéristiques des ovins embouchés Les 92 béliers de l’étude mâles entiers, âgés de 8 à 24 mois et de race Djallonké variété Mossi (90 % d’entre eux). Les 10 % restant des sujets étaient de sang métissé (croisement entre Mouton Djallonké variété Mossi et mouton sahélien) ; 70 % des sujets utilisés étaient achetés et le reste (30 %) a été prélevé des troupeaux familiaux ; Les ateliers de deux (2) têtes d’ovins étaient les plus nombreux (73 % des cas). 16/12/2014

15 III. Résultats et Discussions (ii) : Ressources alimentaires utilisées et alimentation des animaux 16/12/2014 Catégories d’alimentsPrincipaux aliments utilisés Fourrages d’herbacées naturelles Andropogon gayanus, Pennisetum pedicellatum, Loudetia togoensis, Ipomea vagans, Alysicarpus ovalifoliu. Fruits et gousses de ligneux fourragers Fruits de Faidherbia albida et gousses de Piliostigma reticulatum Pailles de céréales Paille de sorgho, tiges de mil, paille de riz et rachis de maïs Sons locaux et glumes Sons de sorgho, de maïs, de riz et des glumes de sorgho Cosses et fanes de légumineuses Fanes de niébé, d’arachide et les cosses de niébé Sous-produits agro-industriels (SPAI) Pellettes de tourteau de coton et aliment composé D de la recherche. Tableau 2 : Principales ressources alimentaires utilisées dans les ateliers d’embouche

16 III. Résultats et Discussions (ii) : Ressources alimentaires utilisées et alimentation des animaux 16/12/2014 Tableau 2 : Composition chimique des principaux aliments utilisés dans les ateliers d’embouche de Korsimoro Aliments%MS%MM%MO%MAT Paille de sorgho local93,397,9492,053,70 Foin de Pennisetum pedicellatum95,6411,1988,809,42 Paille de riz96,3825,5274,473,13 Andropogon gayanus (pailleux)96,477,3892,622,1 Son de riz93,5614,6885,137,69 Fanes d’arachide93,7018,8281,178,38 Fanes de niébé92,447,5992,4014,69 Cosses de niébé93,0410,2389,766,28 Tiges de mil94,318,1291,874,9 Sorgho fourrager95,169,0590,946,62 Glumes de sorgho93,784,2895,718,72 Rachis de maïs95,0612,0287,972.5 Son local (sorgho)93,775,1294,8710,12 Faidherbia albida95,535,7694,245,06 Piliostigma reticulatum94,735,3194,696,61 SPAI (pellettes tourteau de coton)95,776,2193,7829,72 NB : MS = matière sèche ; MM = matière minérale ; MO = matière organique ; MAT = matière azotée totale

17 III. Résultats et Discussions (ii) : Ressources alimentaires utilisées et alimentation des animaux Les pellettes de tourteau coton ont été utilisés dans des proportions de 2 à 5 % des quantités des rations paysannes ; Son local entre 6-8 % et les glumes de sorgho pour environ 3 % ; Les pailles de sorgho ont contribué plus de 60 % aux rations paysannes et les fanes de légumineuses entre 13 et 21 % ; Les quantités des rations paysannes ont été évaluées entre 1,86 et 2,72 kg /animal / jour, soit des valeurs d’offre de 9 à 13 kg MS/100 kg de poids vif ; nettement supérieures aux valeurs de références de 3 à 6 kg MS pour 100 kg de poids vif Indiquées par Rivière (1991). 16/12/2014

18 III. Résultats et Discussions (ii) : Ressources alimentaires utilisées et alimentation des animaux Dans le rationnement amélioré, l’ingestion volontaire globale (aliment composé D + fourrages locaux) a été légèrement plus élevée au niveau du lot 1 (aliment D sans BMN) qu’au niveau du lot 2 (aliment D associée au BMN) : 104  61 g MS/kg P 0,75 pour les animaux le lot 1 et 98  16 g MS/kg P 0,75 pour ceux du lot 2 ; L’indice de consommation (IC) a été plus intéressant chez les animaux du lot 2 (IC =18,9) que les animaux du lot 1 (IC=24) (valeurs souhaitées ≤ 10) 16/12/2014

19 III. Résultats et Discussions (iii) : Performances zootechniques des animaux et analyse financière des ateliers d’embouche 16/12/2014 Figure 1: évolution pondérale des ovins d’embouche

20 16/12/2014 FacteursGMQ P1 (g)GMQ P2 (g)GMQ P3 (g) Effet Type de rationnement : Lot 1 (45 ovins))51,73 ± 71,36 a 71,82 ± 34,16 a 62,53 ± 30,13 a Lot 2 (47 ovins)40,23 ± 55,22 a 78,70 ± 39,77 b 61,21 ± 26,83 a Effet âge des animaux en début essai : Classe 1 (61 ovins)55,49 ± 65,82 a 72,60 ± 39,58 a 64,00 ± 29,82 a Classe 2 (22 ovins)25,68 ± 53,66 a 79,73 ± 28,59 a 56,41 ± 24,05 a Classe 3 (9 ovins)29,89 ± 61,31 a 83,44 ± 39,65 a 60,67 ± 28,82 a Effet période :GMQ (g) Période 1 (P1) (92 ovins)45,85 ± 63,53 a Période 2 (P2) (92 ovins)75,33 ± 37,09 b NB 1 : Classe : 18 mois d’âge : classe 3. Période 1 (30 j) : temps entre la première et la troisième pesée sous la conduite paysanne (témoin) Période 2 (60 j) : temps entre le début d’application du rationnement amélioré et la fin de l’essai. Période 3 (90 j) : Temps total mis pour les suivis des ateliers (temps mis pour le suivi des pratiques paysannes et du rationnement amélioré). NB 2: Les moyennes figurant sur la même colonne et portant des lettres différentes sont significativement différentes au seuil de 5 % Tableau 3 : Gain moyen quotidien (GMQ) des animaux par lots, par classes d’âge et par périodes (moyennes + écart types)

21 16/12/2014 Tableau 4 : Compte d’exploitation d’opération d’embouche avec 2 têtes d’ovins LibellésCoûts/unitéMontant (F CFA) A. COUTS DE PRODUCTION 1. Coûts variables 1.1. Frais sanitaires67, Abreuvement Alimentation Prestations diverses (suivi véto, transport, etc.) Achat des animaux des animaux à emboucher Total coûts variables Coûts fixes 2.1. Amortissement Matériel/équipement Amortissement Infrastructures1004, Main d'œuvre Frais financiers- - Total coûts fixes 4819 Coûts totaux B. PRODUITS DE L'EMBOUCHE 1. Vente animaux sur pieds/viande Valeurs du fumier et autres Total des produits Marge brute globale (valeur des produits-valeur des charges variables) (MB) Marge brute (MB)/Animal Marge nette globale (Total des produits-Coûts totaux) Marge nette (MN)/animal 9173 Ratio Avantage/coût (Total des produits/ Coûts totaux) 1,27

22 IV. Conclusion (1/2) Les résultats de l’étude montrent qu’il est possible d’améliorer significativement les performances zootechniques des animaux embouchés sous gestion paysanne grâce à un transfert participatif de ration éprouvée de recherche ; L’étude confirme également le rôle déterminant de complémentation d’appoint du Bloc multinutritionnel (BMN) pour l’optimisation de l’utilisation des aliments locaux qui constituent la base de l’alimentation des animaux d’embouche dans les exploitations paysannes étudiées ; l’efficacité du rationnement testé aurait pu être plus plausible si le temps de mesure sous le rationnement amélioré avait atteint au moins 90 jours, durée généralement recommandée pour les opérations d’embouche intensive ; Majorité des animaux utilisés étaient très jeunes et avaient besoin d’un temps d’embouche plus long pour une réponse plus optimale au rationnement ; 16/12/2014

23 IV. Conclusion (2/2) L’association des industriels d’aliments à une telle opération de recherche permet d’assurer la durabilité de l’approvisionnement des producteurs en rations alimentaires finies pour leurs besoins d’embouche ; Les résultats de l’étude suggèrent la nécessité d’améliorer le dispositif organisationnel des emboucheurs afin de permettre à ces derniers de tirer meilleur profit des marchés locaux à bétail qui constituent les premières opportunités d’écoulement des animaux des petits exploitants ; Renforcer la concertation entre les acteurs au sein de la plateforme d’innovation (PI) bétail-viande en construction dans cette commune dans le cadre du projet OID ; la disponibilité des ressources alimentaires locales globalement satisfaisante dans la zone d’étude, représente un atout très intéressant pour développer des stratégies de leur mobilisation et des techniques plus appropriées de leur valorisation dans la production de viande ovine. 16/12/2014

24 Merci pour votre aimable attention 16/12/2014


Télécharger ppt "Influence d’une co-construction de rationnement amélioré sur les performances d’embouche ovine paysanne dans la commune rurale de Korsimoro, au Burkina."

Présentations similaires


Annonces Google