La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en santé publique Robert Jean FREUND.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en santé publique Robert Jean FREUND."— Transcription de la présentation:

1

2 1 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en santé publique Robert Jean FREUND Epidémiologiste, Département Politiques et Institutions ENSPRennes

3 2 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Plan suivi (1) : Contexte historique et Introduction Définitions : –observation, vigilance, veille sanitaire –la surveillance (HCSP, CDC, Canada) Buts de la surveillance Utilisation de la surveillance Place de la surveillance La surveillance en France, en Europe et dans le monde Qualité des systèmes de surveillance

4 3 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Plan suivi (2) : Qualité des données et SI Un exemple cocasse en Lituanie ! Discussion : les systèmes de surveillance produisent ils des informations « décisionnelles »? 2 exemples très « décisionnels » : –légionellose et infection nosocomiale Les outils de la surveillance : –le SIEL, système d ’information épidémiologique local. Conclusion

5 4 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Le contexte historique : les « affaires » la décentralisation la géographie retrouvée l

6 5 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les « affaires » : Le contexte des affaires de santé publique : –« La défaite de la santé publique », Aquilino MORELLE, 1996 Intérêt de la surveillance en santé publique, pour pouvoir alerter, agir, suivre et évaluer.

7 6 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les « affaires » : 1/- Les crises sanitaires : amiante (1970), sang contaminé (1983), hormone de croissance (1980), ESB (1990), etc... –absence d ’information ? –lenteur de l ’information ? –méconnaissance de l ’information disponible ?

8 7 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les « affaires » : étiologie du mal …. Manquait - on vraiment d ’informations ? –vraisemblablement pas, la documentation scientifique existait (1983 pour le VIH, 1980 pour l ’hormone de croissance) Il existait dans les années 80 probablement un problème de diffusion de l ’information La pratique de l ’utilisation rapide de l ’information pour l ’action d ’urgence était peu développée.

9 8 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les « affaires » : les leçons... Les systèmes de surveillance doivent donc assurer : –la collecte rapide et de qualité des données sur le terrain – la mise à disposition en temps opportun des données et de l ’information utile à la décision lors des crises sanitaires.

10 9 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La décentralisation : Avant la décentralisation, beaucoup de SI ont une architecture pyramidale, avec une remontée lente des données jusqu ’au sommet. La production descendante d ’informations prend alors jusqu ’à 2 ans. Ces délais qui résultent de l ’organisation sont un frein à l ’évaluation de la qualité des données et à la réactivité du système. Les changements qui interviennent à partir de 1982 sont propices à la création de SI non plus pyramidaux descendants mais décentralisés et ascendants, selon le modèle des CDC, Atlanta, USA.

11 10 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La géographie retrouvée : 3/- Emergence ou réemergence de l ’analyse géographique en santé: La pratique de l ’observation de la santé au niveau local ou régional a permis au concept de territoire de réemerger. Les inégalités régionales de santé longtemps ignorées voire refusées comme réalité, sont désormais bien établies.

12 11 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La géographie retrouvée : Désormais le niveau local constitue le premier granule géographique permettant de définir un territoire. (« bassin de santé, aire d ’attraction, grappe - cluster épidémiologique, zonage,… ») est reconnu. Cette perspective géographique modifie les conditions de la planification (planification normative ? ).

13 12 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Introduction

14 13 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Objectifs : Cette présentation se propose : –de définir ce qu ’est la surveillance en santé publique –de montrer ses buts et objectifs –de présenter les utilisations de la surveillance –d ’identifier sa place en santé publique ainsi que les acteurs qui participent à cette activité –d ’identifier son rôle dans l ’aide à la décision.

15 14 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Objectifs : –de sensibiliser les acteurs à l ’importance : du recueil de données du traitement des données de l ’élaboration d ’une information utile de la publication et de la communication –de montrer l ’importance de l ’approche épidémiologique en santé publique

16 15 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définition de la surveillance

17 16 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définitions : Quelques définitions d ’autres termes avant la surveillance: 1/- Observation de la santé : « recueil d ’informations de base ayant pour objectif la gestion du système de santé et son amélioration à travers l ’étude de phénomène de santé à moyen et long terme. Peut intéresser l ’état de santé et ses déterminants » (HCSP, 1994)

18 17 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définitions : 1/- L ’observation de la santé : les ORS

19 18 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définitions : 2/- Vigilance : « surveillance des effets inattendus ou indésirables liés à la toxicité ou dangerosité des produits à usage thérapeutique » (ADSP, 1994, n°8)

20 19 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définitions : 3/- Veille sanitaire :

21 20 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Définitions : 3/- La veille sanitaire en France :

22 21 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les définitions de la surveillance : 1/- « recueil d ’informations ciblé sur des situations pathologiques avec pour finalité l ’alerte et l ’intervention rapide. Il s ’agit donc d ’une observation à court terme ». HCSP, Définition restrictive, certes, comme on va le voir, mais qui a le mérite de bien séparer les fonctions.

23 22 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les définitions de la surveillance : Définition du « Réseau de surveillance du Canada » :

24 23 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les définitions de la surveillance : Définition des CDC, USA : “Ongoing, systematic collection, analysis, and interpretation of health- related data essential to the planning, implementation, and evaluation of public health practice, closely integrated with the timely dissemination of these data to those responsible for prevention and control.” Procédure permanente et systématique de recueil, d ’analyse et d ’interprétation des données de santé nécessaires à la planification, la mise en place des services et l ’évaluation des pratiques en santé publique, qui permet de fournir rapidement et en temps opportun les informations aux responsables de la prévention et de la lutte [contre les maladies].

25 24 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Buts, utilité, utilisation et place de la surveillance en santé publique

26 25 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Buts de la surveillance : Buts selon les CDC : Évaluer le niveau de santé publique Définir les priorités de santé publique Evaluer les programmes Stimuler la recherche Des buts très généraux …..

27 26 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Utilisation de la surveillance : Selon les CDC : –estimer l ’importance d ’un problème –déterminer la distribution géographique –décrire l ’histoire naturelle de la maladie / du problème –formuler des hypothèse et stimuler la recherche –évaluer les mesures de lutte –monitorer les problèmes en évolution –monitorer les pratiques de santé publique –faciliter la planification

28 27 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Utilisation de la surveillance : Quelques critique de l ’approche CDC : –Une approche trop englobante qui finit par reprendre une part très importance du champ d ’action qu ’est la santé publique. –Inconvénient : cette approche ne favorise pas l ’identification et la reconnaissance des partenaires. –Une approche très formelle qui tient peu compte des spécificités culturelles et politiques.

29 28 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Utilisation de la surveillance : Réseau de surveillance du Canada :

30 29 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Place de la surveillance : La surveillance est donc en lien avec : –les services de santé publique et de soins sur le terrain pour le recueil des données –les services d ’observation pour les problèmes émergents et nouveaux –les différents échelons locaux, régionaux et nationaux pour la gestion des risques : alerte action / programme recherche

31 30 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Place de la surveillance : –les institutions de recherche en santé –les différents échelons locaux, régionaux et nationaux pour la planification et l ’évaluation : actions / programmes –les différents media permettant de publier (« dissemination ») les données pour les mettre à disposition La surveillance est donc une activité ( et non un service) qui a une place centrale au sein des différents services de santé publique.

32 31 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Place de la surveillance : La surveillance en santé publique correspond à : –une approche transversale ( / différents services de santé) –une approche pluri - disciplinaire et pluri - professionnelle. La surveillance, méthode descriptive, est jugée peu valorisante dans les cours classiques d ’épidémiologie ; c ’est souvent une discipline relativement méconnue.

33 32 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France

34 33 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : les agences Les agences :

35 34 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : L ’InVS :

36 35 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : L ’InVS :

37 36 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 InVS : données de surveillance données de surveillancedonnées de surveillance

38 37 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : Les Centres nationaux de référence :

39 38 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : Les réseaux sentinelles : Sentiweb Le réseau des médecins sentinelles comprend 500 médecins généralistes sur le territoire soit près de 1 %

40 39 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003Sentiweb

41 40 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Sentiweb : vers sentiweb vers sentiwebvers sentiweb

42 41 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les GROG : grog grog

43 42 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les ORS : fnors fnors But :

44 43 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les ORS : Les tableaux de bord de bord régionaux :

45 44 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les ORS : score détail score détailscore détail Les ORS : –un système d ’information cohérent : Score- Santé (site FNORS)

46 45 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Score-Santé (site FNORS) Nombre de cas de SIDA :

47 46 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en France : Autres dispositifs: –les enquêtes de prévalence ; ex: les infections nosocomiales –les vigilances : hemo, toxico, pharmaco

48 47 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003

49 48 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance : quelques résultats Les maladies à déclaration obligatoire : mdo mdo2 guidesurv vihmdo mdo2 guidesurv vih

50 49 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance : quelques résultats Les maladies à déclaration obligatoire :

51 50 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Listériose : Source : IVS

52 51 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Listériose : Maîtrise des épidémies

53 52 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Légionellose :

54 53 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Légionellose : Source : InVS 2001

55 54 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIDA :

56 55 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIDA : Ivs 2001 Grève des MISP 11/98 ---> 04/2000

57 56 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003

58 57 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance en Europe

59 58 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

60 59 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe : 1/- OMS1 2/- OMS2 3/- Exemple : OMS1 2/- OMS2 3/- Exemple :OMS1 2/- OMS2 3/- Exemple :

61 60 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

62 61 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Eurosurveillance : 1/- Hebdo 2/- Mensuel Hebdo 2/- MensuelHebdo 2/- Mensuel

63 62 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

64 63 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance au R.U. : 1/- Index thématique 2/- Exemple1 3/- Exemple2 Index thématique 2/- Exemple1 3/- Exemple2Index thématique 2/- Exemple1 3/- Exemple2

65 64 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

66 65 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 EuroHIV : 1/- HIV 2/- Bulletin HIV 2/- BulletinHIV 2/- Bulletin

67 66 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

68 67 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 EuroTB : 1/- EuroTB suite 2/- Un exemple EuroTBsuite 2/- Un exempleEuroTBsuite 2/- Un exemple

69 68 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

70 69 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe :

71 70 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe : EpiNorth EpiNorth

72 71 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en Europe : EWGLI guideline guideline

73 72 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance dans le monde

74 73 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance dans le monde - France France - IndicateursIndicateurs

75 74 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance dans le monde

76 75 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 La surveillance dans le monde - Les CDCLes CDC

77 76 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Qualité des systèmes de surveillance

78 77 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance : qualité des systèmes et évaluation Quelques critères d ’évaluation : –importance en santé publique : gravité, fréquence, mortalité prématurée (APVP), coût, actions de prévention possibles –clarté et utilité des objectifs –simplicité et adaptabilité –acceptabilité –sensibilité et VPP (valeur prédictive positive) –représentativité –« timeliness » = réactivité + opportunité –coût –production de recommandations et aides à la décision

79 78 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance : qualité des systèmes et évaluation Un référentiel d ’évaluation solide : –Guide pour l ’évaluationGuide pour l ’évaluation

80 79 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Importance de la qualité des données Comme dans toute chaîne, la fiabilité de l ’ensemble d ’un système d ’information correspond à celle du maillon le moins fiable ! Le maillon le moins fiable est bien souvent celui du recueil de l ’information sur le terrain Il est donc essentiel que la qualité des données soit assurée dès le recueil de l ’information.

81 80 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Importance de la qualité des données La validation des données à la source repose sur: –L’application des règles d ’évaluation des données : représentativité, reproductibilité, validité, réactivité et opportunité. –La valorisation rapide au niveau local grâce à un SI performant –La publication et la communication des informations –La maintenance de la cohérence avec les autres niveaux.

82 81 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Importance de la qualité des données : un exemple en Lituanie

83 82 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Importance de la qualité des données : un exemple en Lituanie La Maladie de Lyme : –un spirochète Borellia burgdorferi, transmis par les tiques –donc fréquente dans les zones rurales –plutôt inattendue avec un maximum de fréquence en centre urbain !! Traduit simplement un très important biais de recrutement (sélection) !!!

84 83 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Discussion

85 84 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les systèmes de surveillance en santé publique produisent - ils une information utile ?

86 85 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Discussion : un sytème de surveillance produit - il des informations utiles à la décision ? Le fossé connaissance action Le problème de l ’intégration des différents SI : –statistiques –épidemiologiques –de management L ’information est - elle en forme décisionnelle ? –indicateurs –scénarios –recommandations –prévisions

87 86 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Discussion : un sytème de surveillance produit - il des informations utiles à la décision ? « Une connaissance possède une valeur décisionnelle si elle permet d ’expliciter un ou plusieurs critères utilisés dans la prise de décision ». –William DAB, in « La décision en santé publique », 1993.

88 87 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Données et information en forme d ’indicateurs et de tableaux de bord : –InVS –FNORS

89 88 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Cartes : (Atlas de la santé en France)

90 89 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Prévisions : (Source : InVS)

91 90 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Détection de seuils épidémiques : (Source : InVS)

92 91 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Les recommandations : –La coqueluche : guideguide –MéningiteMéningite

93 92 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les SSSP produisent de l ’information décisionnelle Les évaluations : –Dépistage du cancer du seinDépistage du cancer du sein –Texte completTexte complet

94 93 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre exemples très « décisionnels » : 1/- Légionellose et voyage : le travail de EWGLI signalement des hôtels non conformes !

95 94 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre exemples très « décisionnels » : L ’enjeu de la surveillance des infections nosocomiales ! 1/- L ’enquête nationale de prévalenceprévalence 2/- Le projet HELICS-ICUICU Vers une surveillance européenne des infections nosocomiales dans les unités de soins intensifs SRAS (SARS) et infection nosocomiale (OMS)OMS Le site NosobaseNosobase L ’exemple d ’un CCLINCCLIN Données CCLIN - OuestOuest

96 95 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Les outils de la surveillance : le SIEL, système d ’information épidémiologique local.

97 96 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quelles fonctions ? Collecte des données avec contrôle de qualité Validation locale immédiate = –1/- Analyse immédiate des données –2/- Production d ’informations à usage local –3/- Rétro - information des partenaires –4/- Publication des informations (bulletins, Internet) Cohérence avec les autres niveaux administratifs Assure la « timeliness », i.e. alerte au bon moment

98 97 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quels outils ! EpiInfo 6.04d, EpiData, EpiInfo2002 Pack bureautique Bidulsoft Office 19xx ou 200x !! –Traitement de texte –Tableur –Navigateur Package statistique type SAS, SPSS, Stata, BMDP

99 98 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quels outils ! EpInfo 604d : –Programme DOS compatible en version d avec les processeurs rapides –outil remarquable malgré son aspect médiéval –en particulier, les outils d ’ANALYSIS sont à l ’heure actuelle sans équivalent pour la surveillance : fonctions d ’agrégation spatio - temporelle génération des rapports de surveillance par SURV

100 99 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quels outils ! EpiData : –un portage Windows a minima, mais efficace, simple et pratique des 3 programmes : EPED ENTER CHECK –quelques lacunes : pas de fonction INCLUDE –des développements en cours : menu WINGLUE (= EPIGLUE), EpiAnalysis en 2003 ?)

101 100 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quels outils ! EpiInfo2001, 2002 et EpiInfo 3 : SIEL, quels soucis !! –Un programme en VB de BidulSoft : le VB est en voie d ’abandon! –Un développement toujours inachevé avec des bugs –Lourd, lent, complexe, peu performant, difficile à charger et diffuser

102 101 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 SIEL, quels outils à l ’avenir ? Période intermédiaire : EpiData, EpiAnalysis et Winglue Projets Européens pour définir de nouveaux standards de surveillance ( GB, France, Portugal, Espagne(?), Pologne, Lituanie,..) EpiInfo 6.04d : à titre d ’exempleexemple

103 102 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Conclusion

104 103 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Conclusion : La surveillance permet : –d ’établir la connaissance des phénomènes (histoire naturelle, changements, …) –d ’évaluer avant et après action ou programme –d ’établir la répartition géographique –de suivre l ’évolution dans le temps –de mesurer des flux –de fournir une information réactive –de contribuer à la définition des priorités et la planification des programmes –de constituer des éléments de comparaisons internationales –de fournir des aides à la décision, notamment pour l ’allocation de ressources

105 104 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Conclusion : La surveillance occupe une place importante dans le processus de décision et d ’évaluation. C ’est aussi une activité importante dans le dialogue entre partenaires et avec les usagers (espace de concertation ?)

106 105 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Je vous remercie de votre attention.


Télécharger ppt "1 Robert J. FREUND Surveillance en santé publique Master Complexes pathogènes tropicaux novembre 2003 Surveillance en santé publique Robert Jean FREUND."

Présentations similaires


Annonces Google