La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réflexions sur les besoins pour la cotation avec les normes ISO pour la conception, la fabrication et la métrologie. Cas du maximum de matière Bernard.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réflexions sur les besoins pour la cotation avec les normes ISO pour la conception, la fabrication et la métrologie. Cas du maximum de matière Bernard."— Transcription de la présentation:

1 Réflexions sur les besoins pour la cotation avec les normes ISO pour la conception, la fabrication et la métrologie. Cas du maximum de matière Bernard ANSELMETTI GRT juin 2014 1

2 PLAN Cadre "Tolérancement 2015" Liaison avec serrage Liaison avec jeu - Ecriture du diamètre de l'état virtuel - Etat virtuel sur une surface - Exemple - Marge sur un état virtuel - Etat virtuel dans une seule direction Liaison avec projection 2

3 3 TOLERANCEMENT 2015 80% Bien défini Normes actuelles 10% Bons concepts mais précisions ou redéfinitions à apporter 10% Inutiles Besoins non remplis (10%) Evolutions proposées Challenge : simplifier en augmentant le domaine d'emploi ! Réflexion personnelle (1 an)

4 4 Petites surfaces d'appui Plan presque perpendiculaire Surface presque plane Liaison sur surface complexe avec jeux et contact (12 plans) ValéoSnecmaDassault aviationRenault Zone flexible interne LA COM… Faire de la cotation ISO, c'est super simple pour les liaisons classiques C'est actuellement plus compliqué pour des liaisons particulières, car les normes sont encore insuffisantes.

5 4 CONCEPTS REAFFIRMES Respecter le principe d'indépendance en toutes circonstances. 5 (*) Cette règle permet d'exploiter la définition nominale définie par la CAO en mesurant les dimensions nominales sur la CAO (si nécessaire), ce qui doit permettre de supprimer toutes les cotes encadrées dans le 3D. Certaines cotes encadrées pourront être placées sur le dessin 2D pour permettre un travail sur papier, par exemple à l'atelier. P Q  0,05 A M La surface désignée sous un cadre de tolérance ne dépend pas de la spécification à l'intérieur du cadre, mais uniquement des surfaces pointées par la flèche et de ce qu'il y a au-dessus du cadre. Ces règles sont très importantes pour assurer la cohérence et la lisibilité de la cotation. M L Etat virtuel = Frontière à ne pas dépasser Ne pas lier la lecture d'une spécification à la présence ou non d'une cote encadrée (*)

6 6 A 4r (Les zones de tolérances sont indépendantes dans chaque motif) Il y a un élément de référence A interne à chaque motif. TROIS TYPES DE COLLECTIONS DE SURFACES Répétition L'indication nr indique que la spécification est répétée de manière indépendante dans chacun des n motifs.. A 4c L'ensemble des 4 surfaces doit respecter la spécification dans la même zone, aussi bien en position, en orientation et en forme. L'élément de référence A est constitué des 4 surfaces Surface composée L'indication nc construit une seule surface continue ou non composée de surfaces élémentaires (1). A 4x L'ensemble des 4 surfaces doit respecter la spécification (les zones de tolérance de position sont liées et centrées sur le nominal, les zones d'orientation sont parallèles au nominal, les zone de forme sont indépendantes.). L'élément de référence A est constitué des 4 surfaces Groupe L'indication nx construit une collection de surfaces similaires (le plus souvent identiques) qui jouent le même rôle fonctionnel. (1) nc correspond à l'indication "zone commune" au dessus du cadre en précisant le nombre d'éléments associés. A 4r (2c) La spécification est répétée 4 fois pour les paires de surfaces composées

7 COLLECTIONS DE SURFACES Répétition d'un motif : Lorsqu'une pièce comporte plusieurs jonctions identiques avec plusieurs pièces et non reliées entre-elles par ailleurs, les surfaces de chaque jonction constitue un motif qui est répété plusieurs fois. Les cotations des surfaces des motifs sont identiques. Pour éviter de dupliquer les spécifications et les références, le symbole nr placé au-dessus du cadre de tolérance indique que la spécification est répétée n fois. Groupe : Lorsqu'une jonction est réalisée par l'association de surfaces similaires, (non coplanaires et non coaxiales), ces surfaces constituent un groupe (ex : groupe de trous ou de rainures). Surface composée de plusieurs surfaces élémentaires Les surfaces composées sont principalement des plans coplanaires, des surfaces de révolution coaxiales et des surfaces complexes composées de plusieurs surfaces élémentaires différentes qui sont associées en une seule surface pour assurer une liaison fonctionnelle. 3 motifs Répétition de compositions 3r(2c)

8 8 0,5 8x B 0,4 A[PL]* B[ Ø 8,2] L A[PL] A [ Ø 8,7] A[PL]* M Référence équivalente EXEMPLES DE PROPOSITION B1 B2 A C1 40 60 A B C  0,05 C C1,2 C2 Référence tertiaire sans contrainte de position par rapport à la secondaire C2 Les targets mobiles sont inutiles ASME Contrainte de position entre les références par défaut Assimilation de surface complexe "pseudo xxx" à une référence équivalente. Libère les ddl pour positionner la secondaire

9 9 EXEMPLE DE PROPOSITION A Utiliser le même symbole de zone partielle pour spécifier cette zone réelle et créer la référence. B1 0,05 B1 B B1 est la ligne réelle (composée de points palpés au voisinage de la droite) A B  0,2 A Dans A B, B est le plan perpendiculaire à A, minimax extérieur matière à la ligne réelle B1. B est la surface réelle plane représentée par B1 La rectitude s'applique à la ligne B1

10 10 3 PRINCIPES DE COTATION => maxi / mini matière Pions ou vis serrés => P ML jeu serrage Liaison avec serrage ou auto-centrante pas de modificateur La cohérence et la simplicité de la cotation impose le bon usage des modificateurs avec les 3 règles suivantes : Liaison avec jeu palier hydrodynamique huile F

11 11 POUR EN SAVOIR PLUS Méthode de Cotation fonctionnelle Bases du langage de cotation Désignation des surfaces Cotes Élément spécifié Références simples par défaut Références simples spécifiques Système de références Références partielles Zone de tolérance État virtuel Groupe Zone projetée Références incomplètes Pièces non rigides Battement Statistique Cotation de fabrication WEB LURPA, page Anselmetti : 970 diapositives…

12 PLAN Cadre "Tolérancement 2015" Liaison avec serrage Liaison avec jeu - Ecriture du diamètre de l'état virtuel - Etat virtuel sur une surface - Exemple - Marge sur un état virtuel - Etat virtuel dans une seule direction Liaison avec projection 12

13 SERRAGE ENTRE 2 PLANS x y z Fi Pièce étudiée (compressible)Support infiniment rigide 2R Fi x y z Chaque surface élémentaire en Mi de la pièce subit une compression qui génère un effort Fi dirigé vers l'intérieur de la pièce. Mi(xi,yi,zi) Fi Aire Si Sur la face supérieure, la compression est z'i - R. L'effort appliqué est Fi = k.si.(R-z'i) Fi Mi(xi,yi,zi) Aire Si Sur la face inférieure, la compression est -z'i - R. L'effort appliqué est Fi = -k.si.(R+z'i) Mi(xi,yi,zi) Plan xy x y z x y z On cherche la position d'équilibre statique. Dans le repère bleu de la pièce support, on a : z'i = zi + w + .yi – .xi Que se passe t-il avec une bosse ? R R

14 EQUILIBRE STATIQUE L'équilibre est assuré si : Moment en x =- k.[  si.(  i.yi) + w.  si.yi + .  si.yi² - .  (si.xi.yi)] = 0 Moment en y =- k.[  si.(  i.xi) + w.  si.xi + .  (si.xi.yi) - .  si.xi²] = 0 Résultante en z = - k.[  si.(  i) + w.  si + .  si.yi - .  si.xi] = 0 La position est indépendante de la raideur k. Si la densité de points est constante, l'aire de la surface élémentaire si est la même pour tous les points. Le système d'équation devient :  (  i.yi) + w.  yi + .  yi² - .  (xi.yi)= 0  (  i.xi) + w.  xi + .  (xi.yi) - .  xi²= 0  (  i) + w.  si + .  yi - .  xi = 0 Avec  (  i) =  (zi- R) +  (zi +R) =  zi + (n inf – n sup ) R  (  i.yi) =  ( z i) + R (  yi  yi  Si les palpages sont aux mêmes points sur les 2 plans, la solution correspond exactement à la méthode des moindres carrés et est indépendante de la largeur nominale (R). SupInf SupInf

15 PRECONISATION L'aire si de chaque petit élément de surface autour de chaque point peut être donné par l'algorithme de Voronoi (faces élémentaires limitées par les médiatrices avec des points voisins)  si.(  i.yi) + w.  si.yi + .  si.yi² - .  (si.xi.yi) = 0  si.(  i.xi) + w.  si.xi + .  (si.xi.yi) - .  si.xi² = 0  si.(  i) + w.  si + .  si.yi - .  si.xi = 0 Pour deux plans face à face avec des contours différents et/ou des palpages quelconques, il faudrait appliquer les relations complètes : Partager la surface en zones de même aire et palper un point au centre de chaque zone.

16 Critère d'association Chebychev tangent extérieur matière [CE] pour minimiser la distance maxi. 30° Critère d'association des moindres carrés [G] (sans contrait de tangence). Contact plan ou surface "tendue" (si toute les normales sont comprises dans un cône d'angle 30°). Surface fermée Surface bilatérale Autres cas CRITERE D'ASSOCIATION POUR LES LIAISONS SANS JEU L'association d'une surface de référence à une surface réelle n'est utile que pour les liaisons surfaciques et les liaisons avec serrage ou auto-centrantes. Dans les autres cas, (liaisons avec jeu), il n'est pas nécessaire d'avoir un critère d'association, car la surface doit simplement respecter un état virtuel au maximum ou au minimum de matière. Liaison "surfacique" Surface gauche

17 Ajout d'un point ATTENTION AUX AUTRES CRITERES ! [N] CIRCONSCRIT ou [X] INSCRIT L'orientation dépend de la position des points palpés. [CE] Chebychev tangent Impossible d'être tangent extérieur matière si la pièce est fermée. [C] Chebychev La surface nominale peut être contrainte par un défaut local. Distance s maxi Impossible d'être extérieur matière partout Le concepteur pourrait imposer un autre critère dans le système de références. A[C]  0,05 Position indéterminée

18 PLAN Cadre "Tolérancement 2015" Liaison avec serrage Liaison avec jeu - Ecriture du diamètre de l'état virtuel - Etat virtuel sur une surface - Exemple - Marge sur un état virtuel - Etat virtuel dans une seule direction Liaison avec projection 18

19 MAXIMUM DE MATIERE Dans un assemblage avec jeu, la montabilité des jonctions est assurée par des spécifications au maximum de matière internes à chaque jonction. M M 19

20 MAXIMUM ET MINIMUM DE MATIERE Dans un assemblage avec jeu, la montabilité des jonctions est assurée par des spécifications au maximum de matière internes à chaque jonction. Dans un assemblage la précision du mécanisme impose une position relative entre les jonctions. Chaque maillon est défini par une spécification au minimum de matière L M M M M L L L 20

21 ETAT VIRTUEL MAXIMUM ET MINIMUM DE MATIERE Le principe est de définir une frontière à ne pas dépasser. L'état virtuel a la même forme que la surface nominale M Au maxi matière : L Au mini matière la frontière est hors matièrela frontière est dans la matière au maximum de matièreau minimum de matière Frontière Pièce à mesurer Pièce correspondant à l'état virtuel : La frontière peut être positionnée par rapport à un système de références. 21 Pour garantir la montabilité, il suffit d'étudier la pièce virtuelle au maximum de matière Pour les chaînes de cotes, il suffit d'étudier la pièce virtuelle au minimum de matière

22 MONTABILITE DE 2 PIECES 60 d D Etats virtuels au maximum de matière Frontière Pour assurer la montabilité de 2 pièces avec du jeu, il suffit de définir une frontière entre les pièces Embase Plaque Si chaque pièce respecte sa frontière et si D > d, le montage est assuré avec le jeu mini D-d 22

23 MAXIMUM DE MATIERE ACTUEL 60 A  0 M 2x  D +t 0 A 60 A  0 M 2x  d 0 -t A L'état virtuel a la même forme que les surfaces tolérancées + les références Ecriture actuelle Remarque : Lecture complexe qui est en contradiction avec le principe d'indépendance La tolérance 0 est mal comprise Interrogation récurrente des utilisateurs sur l'élément tolérancé (axe ou surface) ? Si les pions sont partiellement dégagés, la notion de dimension locale n'existe pas, pourtant, il faut pouvoir définir l'état virtuel au maxi matière pour assurer la montabilité. 23

24 24 SONDAGE A 0,02 E  29,98±0,02  0,1 A M B E M 4x A B C  8,6±0,4 M 86  60  D2  D1 Ø 60 Quels sont les valeurs des dimensions des états virtuels D1 et D2 pour cette localisation ? D1 = Dmini – tol = 8,2 – 0,1 = 8,1 D2 = Dmaxi = 30

25 25 Règle D Lorsque des éléments tolérancés (lorsqu'il y en a plus d'un) sont contrôlés par la même indication de tolérance, ou lorsque la spécification géométrique est l'orientation ou la localisation, les états virtuels au maximum de matière, MMVC, du (des) élément(s) tolérancé(s) sont en localisation(s) et orientation(s) théoriques exacte(s) les uns par rapport aux autres et par rapport à la (aux) référence(s) spécifiée (s) (voir Figures A.6, A.7, A.10 et A.11). Règle E L'état virtuel au maximum de matière, MMVC, de l'élément référence corrélé ne doit pas être dépassé par l'élément référence (intégral) extrait à partir duquel la référence est dérivée Règle F La taille à l'état virtuel au maximum de matière, MMVC, de l'élément référence corrélé est la dimension au maximum de matière, MMS, lorsque l'élément référence corrélé n'a pas de tolérance géométrique, ou a une tolérance géométrique de forme non suivie du modificateur Ⓜ Règle G La taille à l'état virtuel au maximum de matière, MMVC, de l'élément référence corrélé est la dimension au maximum de matière, MMS, plus (pour les entités dimensionnelles extérieures) ou moins (pour les entités dimensionnelles intérieures) la tolérance géométrique, lorsque l'élément référence corrélé a une tolérance géométrique de forme suivie du modificateur Ⓜ (voir Figure A.7) ISO/FDIS 2692:2006(F) Projet janvier 2013 ?? (non disponible sur SAGA WEB)

26 ECRITURE DES DIMENSIONS DES ETATS VIRTUELS (cette proposition est déjà décrite dans la ASME Y14.5) 60 A  [  D] M 2x A 60 A M 2x A  [  d] L'indication du diamètre entre crochets suivi du symbole ou donne directement la dimension de l'état virtuel au maximum ou au minimum de matière pour l'élément tolérancé ou pour la référence. 26 Exemple sur la référence : Avantages : définition très claire et erreur impossible respect du principe d'indépendance Inconvénient :spécification longue A B MM  8,2]  30] ML

27 NN ECRITURE DE L'OFFSET AU MAXIMUM DE MATIERE 60 A  M 2x A 60 A M 2x A Il n'y a pas de symbole Ø nn {t} NN t Etat virtuel ØN – 2t nominal {t} désigne l'offset par rapport à la surface nominale nn t Etat virtuel Øn + 2t nominal nn A M {t} CZ Etat virtuel Øn + 2t Application à une surface 27 t L'indication de l'offset entre accolades suivi du symbole ou donne l'offset de l'état virtuel au maximum ou au minimum de matière par rapport à la surface nominale pour l'élément tolérancé ou pour la référence. ML

28 28 ETAT VIRTUEL SUR UN PLAN A surface de référence zone de tolérance surface réelle 0,1 A A 30 A A  M {0,05} Frontière maxi matière Frontière mini matière A 30 A  L {0,05} Frontière maxi matière uniquementFrontière mini matière uniquement La combinaison des 2 spécifications permet d'avoir une zone de tolérance asymétrique. L'indication de l'offset suivi de ou peut s'appliquer à un plan. ML

29 ETATS VIRTUELS SUR UNE SURFACE QUELCONQUE {0,05} M Pour garantir la montabilité, l'état virtuel au maximum de matière à ne pas dépasser est obtenu à partir de la surface nominale par un offset de 0,05 29 L'indication de l'offset suivi de ou peut s'appliquer à une surface complexe continue ou discontinue. ML

30 30 SURFACE AVEC ARETES VIVES Les surfaces (ou lignes) offset extérieures à l'angle sont prolongées selon le vecteur tangent t pour définir une courbe intersection. n u t Surface nominale Surface offset n : normale à la surface sur la courbe limite. u : vecteur tangent à la courbe limite. t= u ^ n : vecteur tangent Courbe limite de la surface offset (obtenue lorsque la sphère parcours la courbe intersection) Courbe intersection des surfaces nominales Surface nominale Surface offset Etat vituel au maxi matière Application à un cube

31 EXEMPLE M Pour un profil, la norme actuelle a défini une zone de tolérance "bilatérale" de largeur t. Pour la cotation fonctionnelle, nous n'avons besoin que d'une seule de ces 2 limites désignée par M ou L. Surface nominale Frontière L mini matière Frontière M maxi matière Cette définition marche aussi bien pour de la forme, de l'orientation ou de la position ! {t1} L {t2} A L t1 t2 31

32 MONTABILITE DE 2 PIECES Surface nominale Frontière L mini matière Frontière M maxi matière ARBRE ALESAGE Surface nominale jeu mini/2 jeu maxi/2 Frontière L mini matière Frontière M maxi matière On peut calculer les jeux mini et maxi, sans problème. Il n'est pas nécessaire de mesurer des dimensions locales pour garantir la montabilité et la précision de l'assemblage. 32 Jeu maxi = jeu nominal + 2 (somme des offsets L ) Jeu mini = jeu nominal - 2 (somme des offsets M )

33 A B [ø10,2] 4x R50 A B [ø30] GROUPE DE TROUS R50 Les 4 état virtuels de diamètre 10,2 sont perpendiculaires à A et centrés sur l'état virtuel de B. L'indication 4x constitue le groupe de 4 cylindres sur lequel est appliqué la localisation. Les diamètres des états virtuels sont 10,2. L'état virtuel sur B est 30. MM Le diamètre de l'état virtuel est indiqué directement à côté de la référence avec le modificateur ou. LM

34 34  M  29,96  39,96 2c CYLINDRES COAXIAUX A A L  50]  L Lorsqu'il y a plusieurs éléments de références différents, il est préférable de définir le nominal et de préciser l'offset. Ø30 et Ø40 au maxi matière Ø29,9 et Ø39,9 au mini matière

35 35 CONE SECONDAIRE 0,02 A {0,02} A M {0,02} D (1) E 0,02 D M {0,08} A B L {0,02} L Dans une liaison plan/cône, il est très facile de définir l'état virtuel au minimum ou ou maximum de matière du cône, en le positionnant par rapport au plan. Les cote et les angles théoriquement exacts peuvent être lues en CAO pour définir les nominaux. 0,5 A B {0,02} L B

36 36 serrage jeu 50 ETAT VIRTUEL D'UN CONTOUR A B Ø8,5 {0,5} L Arête du plan L'exigence de pression maxi sous la tête de vis impose une frontière au minimum de matière sur l'arête du plan, en particulier s'il y a un chanfrein. Ø8 {0,5} A B {0,02} C {0,2} LL C Variante possible pour centrer l'état virtuel sur le taraudage de la pièce d'appui : Ø9,5 Frontière Ø9,5 à respecter L Arête = limite avec un changement significatif de l'orientation de la normale

37 APPLICATION h Ce carter doit positionner l'extrémité de l'arbre à la hauteur h. A 0,02 E  29,98±0,02 00 A M B E 00 M 4x A B C  8,6±0,4 M A B  0,05 L L E  20,06±0,04 1 A B Sur toutes les surfaces 86 A0,05  60 8080 embase arbre flasque La cotation actuelle : A 0,02  30 ] B  8,2  M 4x A B C M  20,15] L L 1 A B Sur toutes les surfaces 8 6 A0,05  60 A B  0 L M 8080  29,96 ] A B  20,02] L M  29,96 ] Nouvelle écriture n°1 37

38 ANALYSE 00 A M 00 M A B M  0,05 LL  29,98±0,02  8,6±0,4  20,06±0,04  30  maxi+ tol  29,96  20,15  mini  maxi+ tol  30  8,2  maxi  mini- tol Ø 60  30 ]  8,2  M 4x A B C M Nouvelle écriture n°1 A B  20,15] L L  29,96 ] Diamètre mini de B 38

39 ECRITURE AVEC OFFSET A 0,02 E  29,98±0,02 00 A M B E 00 M 4x A B C  8,6±0,4 M A B  0,05 L L E  20,06±0,04 1 A B Sur toutes les surfaces 86 A0,05  60 8080 La cotation actuelle : A 0,02  0,01} B  M 4x A B C M  0,045} L L 1 A B Sur toutes les surfaces 8 6 A0,05  60 A B  0 L M 8080  0,01} A B  0,02} L M  0,01}  9 maxi Nominal  29,98Nominal  8,6 Nominal  20,06 39

40 40 MARGE SUR UN ETAT VIRTUEL ø44 E ø 80 0 -0,05 ø0 M A 6x ø8 ø0 A B M M 0,1 0 A B Marge sur l'élément de référence : Plus petite distance entre la surface réelle de référence et de l'état virtuel de la référence, sans tenir compte de la surface spécifiée (*). Marge sur l'élément spécifié : Plus petite distance entre la surface réelle et de l'état virtuel de la surface spécifiée. S'il y a un modificateur sur la référence, l'état virtuel doit respecter la surface réelle en apportant une mobilité, pour maximiser cette marge. Si l'état virtuel sur la référence ne respecte pas la surface réelle, la référence est centrée (on néglige le modificateur pour pouvoir donner une caractéristique sur les éléments spécifiés).

41 41 APPLICATION Marges identiques Marge sur la référence La référence est centrée sur l'état virtuel de la référence Marge sur la surface spécifiéeLa référence est dans l'état virtuel de la référence (non centré) Marges identiques Etat virtuel de la référence hors matière

42 ETAT VIRTUEL SANS SYMBOLE Ø A  18±0,04 E 0,05 A M A  17,91 Etat virtuel au maximum de matière hors matière dans cette zone. Pas de Ø L'état virtuel a la même forme que la surface nominale. Sans symbole Ø, l'état virtuel ne doit être hors matière que dans la direction de la flèche issue du cadre de tolérance ou selon la direction définie par le plan d'orientation. A [17,91] A M ou= B // B

43 43 ORIENTATION DE LA ZONE AVEC OFFSET L'écriture avec un offset ne permet pas la nuance avec ou sans symbole Ø. Il faut indiquer le plan d'orientation ou créer la zone partielle qui correspond au locating. A A M {0,05} Zone de mesure 4  17,9 Etat virtuel C2 4x12 C1 4x12 C C1,2 A M // B {0,02} B

44 44 A  [10.2] A B 4c C C B INCLINAISON SUR PLUSIEURS TROUS L'indication 2c créé une seule surface avec les 4 trous avec une seule zone de tolérance. Le plan d'orientation "passant par" impose des zones de tolérance passant par l'axe du cylindre circonscrit au groupe de trous. Ces zones de tolérance peuvent ensuite globalement être translatées dans toutes les directions. L'objectif est de limiter le défaut d'orientation autour de "l'axe" du groupe". L Nouvelle exploitation du symbole cohérente avec l'utilisation avec les plans d'intersection. Zone de vérification du minimum de matière

45 L'étendue de l'état virtuel à vérifier dépend du symbole et éventuellement du plan d'orientation. 45 A M [S  a] ETAT VIRTUEL SUR UNE SPHERE A M [  a] A B M [a] // A A A Dans tous les cas, l'état virtuel est sphérique et en position parfaite par rapport au système de références. Il bénéficie éventuellement des mobilités de ce système. Avec SØ, l'état virtuel doit être respecté dans toutes les directions. Avec Ø, l'état virtuel doit être respecté dans toutes les directions perpendiculaires à l'axe A. A Sans Ø, l'état virtuel doit être respecté dans la direction perpendiculaire au plan A.

46 PLAN Cadre "Tolérancement 2015" Liaison avec serrage Liaison avec jeu - Ecriture du diamètre de l'état virtuel - Etat virtuel sur une surface - Exemple - Marge sur un état virtuel - Etat virtuel dans une seule direction Liaison avec projection 46

47 47 SPECIFICATION ET REFERENCES EN ZONES PROJETEES M8x1,25 6H-6H P1P1 D E [Ø10,04]  0,2 P2 P1P1 10 E D P2P2 12 D P1P1 25 L [Ø9,97] M [Ø9,95] 25 D E [Ø9,97]0,1 P1P1 M Tolérances assurant le serrage des douilles 2x  10,04] M L D ouilles élastiques (hypothèse : Ødouille = Øtrou) Pions rigides M8x1,25 6H-6H P1P1 D E Ø0,04  0,2 P2 P1P1 10 E D P2 12 D  0,04 P1P1 25 L [Ø9,97] M [Ø9,95] 25 D E0,1 P1P1 Tolérance assurant le serrage des pions 2x serrage jeu Embase Plaque Les 2 axes de E doivent se trouver dans une zone de tolérance Ø0,04

48 48 CONCLUSION La cotation serait plus simple si on disposait "du bon outil" en distinguant bien les liaisons avec jeu, serrage ou composants intermédiaires serrés. Il serait plus facile de proposer : - une méthode de cotation, - des outils de calcul des chaînes de cotes, - des outils de métrologie. Il faut aussi simplifier le vocabulaire. Actuellement la cotation est très simple pour les cas classiques, mais elle reste trop compliquée car la norme est encore incomplète. Les dernières évolutions sont parties sur de fausses pistes en n'utilisant pas les bons concepts. On est obligé de fonctionner en mode "dégradé" (et cela ne s'arrange pas avec les projets en cours..). Norme actuelle


Télécharger ppt "Réflexions sur les besoins pour la cotation avec les normes ISO pour la conception, la fabrication et la métrologie. Cas du maximum de matière Bernard."

Présentations similaires


Annonces Google