La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN)

Présentations similaires


Présentation au sujet: "LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN)"— Transcription de la présentation:

1 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006

2 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre Séminaire international sur la lutte contre la contrefaçon et la piraterie

3 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 I. Introduction Selon le Petit Robert, la contrefaçon est « une reproduction par imitation de toute œuvre (littéraire, artistique ou industrielle) au préjudice de son auteur ou de son inventeur ». Elle transgresse les droits de la propriété industrielle et tire sa référence du non respect de la qualité. La contrefaçon touche tous les produits : maroquinerie, produits alimentaires, chaussures, cigarettes, produits numériques, matériel informatique, jouets, billets de banque, textiles, cosmétiques, parfumerie, médicaments, pièces détachées dautomobiles,...

4 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 II. Historique plus de ans La contrefaçon nest pas un phénomène récent : elle est en effet apparue avec le commerce des produits conditionnés, il y a plus de ans. gallo-romaines Ainsi, on a retrouvé des amphores gallo-romaines qui portaient des inscriptions imitant celles des vins de Campanie. Ces amphores sont dailleurs exposées au Musée de la Contrefaçon à Paris, rue de la Faisanderie. Il y a vingt ans, la contrefaçon était considérée comme un problème touchant essentiellement les fabricants de sacs à main onéreux.

5 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 III. Evolution de la contrefaçon Avec la mondialisation, la contrefaçon a pris de lampleur. Elle sest enracinée, délocalisée et internationalisée. 70% produits de luxe. Dans les années 80, 70% des entreprises concernées par la contrefaçon appartenaient au secteur des produits de luxe. faux produits alimentaires et de fausses boissons 196% Or, en 2004, plus de 4,4 millions de faux produits alimentaires et de fausses boissons ont été saisis aux frontières de lUE, ce qui représente une augmentation de 196% par rapport à lannée précédente. dordinateurs et de matériel informatiqueont triplé Aux Etats-Unis, les saisies dordinateurs et de matériel informatique contrefaits ont triplé entre 2004 et 2005.

6 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 III. Evolution de la contrefaçon Les contrefaçons concernent également les appareils électriques, les pièces de véhicules automobiles et les jouets. 10% du marché mondial de médicaments Les contrefaçons représentent plus de 10% du marché mondial de médicaments, selon la Food and Drug Administration pièces davions Même des pièces davions ont été piratées : laccident du Concorde en 2000 a, semble-t-il, été causé par une pièce contrefaite, tombée dun autre avion

7 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 IV. Une logique industrielle La contrefaçon est passée à partir des années 1990 dune activité artisanale - de petits ateliers clandestins -, à une logique industrielle, sappuyant sur des installations coûteuses et modernes. Les contrefacteurs nagissent plus de manière isolée et ponctuelle et sont devenus de véritables « entrepreneurs internationaux », reliés à de grands réseaux extrêmement organisés. La pratique démontre que les contrefacteurs apprennent très rapidement à utiliser les progrès technologiques. Equipés de matériels sophistiqués, les réseaux de contrefaçon sapparentent à une véritable industrie de production de masse.

8 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 IV. Industries à portée de main Il est de plus en plus courant de découvrir que des usines, situées dans des régions en voie dindustrialisation (comme en Chine, en Thaïlande, en Turquie, au Maroc) ou dans les pays de lex URSS au premier rang desquels évidemment la Russie, fabriquent du faux avec un outil de production à la pointe de la technologie. Parallèlement, se développement à un rythme effréné, la contrefaçon dœuvres artistiques, musicales et de logiciels sur supports numériques avec des stations de travail à dimension hyper réduite voire familiales.

9 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 V. Etendue du mal Une soixantaine de pays gros contrefacteurs. Près de 70% des produits contrefaits proviennent de lAsie 30% du Bassin méditerranéen. Léconomie de la contrefaçon générerait entre 75 et 90 milliards dEuros. La contrefaçon occupe entre 8 et 10% du commerce international. Une part bien au-dessus de celle de lAfrique. Le continent ne pèse que 2% dans les échanges commerciaux au niveau mondial. Source OCDE

10 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 VI. Consommateurs et producteurs floués La contrefaçon ébranle le commerce international et met les grandes marques (Nike, Sony, Adidas, Lacoste, Puma,...) dans la tourmente Abidas, Mike, Laccoste, Sonny ou Yves Saint Lorent Car, elle repose aussi sur lusage du faux et de la confusion. Ainsi « Abidas, Mike, Laccoste, Sonny ou Yves Saint Lorent » sèment le trouble aussi bien sur les marchés que dans lesprit des consommateurs. Lacoste, la marque au crocodile débourse à elle seule, quatre (4) millions dEuros par an soit 3 milliards de F CFA, pour lutter contre la contrefaçon. A. Produits courants

11 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 B. Logiciels 80%. Cest le taux de piratage de logiciels en Afrique occidentale et en Afrique centrale que subit Microsoft. Cette situation est en plein essor avec la démocratisation de loutil informatique. La régression de ce taux de 10% seulement, représenterait un doublement du chiffre daffaires de la firme de Bill Gates. Il passerait de 9 à 18 millions de dollars pour les 23 pays concernés de la sous-région.

12 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 C.Œuvres artistiques et musicales Au Sénégal, tous les supports contenant des œuvres artistiques et notamment de la musique sont contrefaits. Des cassettes audio et video, Cd-Roms, Vcd, Dvd, sont reproduits par des centaines de pirates ou importés et et vendus dans la rue, à ciel ouvert et au vu de tous. Les producteurs, réunis, estiment que la piraterie n'est qu'un des aspects qui menace la production musicale et artistique dans ce pays, mais c'est le plus saillant. Le Cipeps précise que 90 % des produits musicaux et artistiques vendus sur le marché sont des contrefaçons.

13 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 D. Billets de banque Une contrefaçon sans précédent des billets de la gamme 1992 de lémission de la BCEAO, en particulier de la coupure de FCFA, était apparue de manière simultanée dans ces Etats, sest ensuite propagée en Europe. Plusieurs industries étaient impliquées dans cette affaire (imprimerie, papeterie fiduciaire, production déléments de sécurité, numéroteurs et encres de sécurité). De même, les principaux cerveaux de lorganisation criminelle internationale à lorigine de cette contrefaçon ainsi que leurs multiples complices ont été identifiés et plusieurs arrestations opérées.

14 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 E. Equipements électriques Le marché sénégalais est inondé déquipements électriques contrefaits et non-conformes qui causent chaque année plusieurs incendies et débuts dincendie. Ces équipements sont en général, des câbles, disjoncteurs, rallonges, fiches multiples, connecteurs et petit matériel divers, Parfois cest du plomb que lon retrouve à lintérieur de ces disjoncteurs contrefaits. Ce qui pourrait être une explication toute simple par rapport aux incendies qui se produisent très souvent dans les marchés du Sénégal, à côté des installations non-conformes.

15 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 F. Pièces détachées Selon lUnifab, la contrefaçon des pièces de rechange automobile représenterait 5 à 10% sur le marché européen. En France, selon Philippe Kearney, de la Direction générale des douanes, "Alors que 3000 pièces détachées avaient été saisies en 2004, ce chiffre est passé à en 2005". En Algérie, deuxième grand marché en la matière sur le continent après lAfrique du Sud, selon des estimations, la contrefaçon concurrence à hauteur de 50% le marché légal des pièces automobiles et constitue aujourdhui un véritable fléau.

16 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 F. Pièces détachées dangers Les pièces détachées automobiles constituent de véritables dangers pour les automobilistes. des accidents mortels peuvent être cancérigènes En effet, en dehors des accessoires, certaines pièces telles que les freins et les amortisseurs peuvent provoquer des accidents mortels. Dautres pièces dites de friction (plaquettes de freins, disques dembrayage, mâchoires de freins...) peuvent être cancérigènes, car certaines sont fabriquées à partir damiante. 70 millions deuros 90 à 130 millions Autre conséquence et non des moindres, les préjudices financiers sont estimés à 70 millions deuros chez Peugeot et entre 90 à 130 millions chez Renault.

17 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 G. Produits pharmaceutiques la plus dangereuse La contrefaçon des médicaments, au même titre que celle des pièces détachées pour les voitures, est la plus dangereuse de toutes selon lOMS. dintoxications mortelles aucun principe actif Plusieurs cas dintoxications mortelles consécutives à la prise de ces médicaments ont été notifiés. Elle est à lorigine de ravages sanitaires énormes. La dangerosité de ces produits contrefaits tient du fait quil ne contiennent parfois, aucun principe actif susceptible de soigner. million de personnes décédantdu paludisme chaque année en Afrique auraient pu être sauvées Daprès une étude publiée dans la revue médicale britannique, The Lancet, sur le million de personnes décédant du paludisme chaque année en Afrique, auraient pu être sauvées si les médicaments nétaient pas mal administrés ou contrefaits.

18 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 G. Produits pharmaceutiques marché illicite des médicaments 60% des volumes Le marché illicite des médicaments sest développé de manière considérable en Afrique, depuis plus dune dizaine dannées. Selon lOrganisation mondiale de la Santé, il représente dans certains pays jusquà 60% des volumes vendus. 10% du marché mondial millions de morts Ce fléau planétaire (10% du marché mondial des médicaments) est à lorigine des millions de morts, victimes de ce dangereux trafic. Niger en personnesdes faux vaccins 2500 décès Au cours de lépidémie de méningite au Niger en 1995, plus de personnes ont reçu des faux vaccins provenant dun don dun autre pays qui les croyait sûrs. Cette contrefaçon a été à lorigine de 2500 décès.

19 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 G. Produits pharmaceutiques 89 décès en Haïti en décès de nourrissons en Inde en La consommation de sirop contre la toux contenant du paracétamol préparé avec du diéthylène glycol (un produit chimique toxique utilisé comme antigel) a provoqué 89 décès en Haïti en 1995 et 30 décès de nourrissons en Inde en Asie du Sud-Est 38 % des 104 antipaludéens aucun principe actif Une étude effectuée en Asie du Sud-Est en 2001 a révélé que 38 % des 104 antipaludéens en vente en pharmacie ne contenaient aucun principe actif et avaient provoqué des décès évitables. 10 médicaments vendus, 6 ne seraient pas homologuésGuinée, plus de 60% contrefaçon Au Nigeria, sur 10 médicaments vendus, 6 ne seraient pas homologués. En Guinée, plus de 60% des médicaments commercialisés seraient issus de la contrefaçon.

20 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 G. Produits pharmaceutiques personnes sont mortes au Cambodge En 1999, au moins 30 personnes sont mortes au Cambodge après avoir absorbé des antipaludéens contrefaits, contenant de la sulfadoxine-pyriméthamine (un ancien paludéen moins efficace), et vendus sous le nom dartésunate ; 7 milliards Au Sénégal, le marché parallèle du médicament fait un chiffre d'affaires de plus de 7 milliards. Keur Serigne Bi 1959 Les vendeurs de "Keur Serigne Bi" se frottent les mains au vu et au su de tout le monde. Même si "Keur Serigne Bi" existe depuis 1959, l'Etat continue de fermer les yeux.

21 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 VII. Le rôle incontournable de la Normalisation Personne na intérêt à contrefaire des produits de mauvaise qualité ou qui ne répondent pas aux normes. Aussi, il est impossible de traiter de manière sérieuse la contrefaçon sans traiter des normes qui, sont de plus en plus utilisées pour déterminer le faux du vrai avec laugmentation de la performance des contrefacteurs. En effet, les produits contrefaits ne répondent presque jamais aux normes invisibles (composition, pureté, teneur en principes actifs, etc.) Aussi, nous déplorons labsence de lAssociation sénégalaise de normalisation (ASN) à ce séminaire..

22 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 VIII. Quand le faux se légalise Aujourdhui, il est légal de fabriquer un « faux jus dorange » avec de leau, du colorant (E102, ou E104) de larôme de synthèse (fausse), et des édulcorants tel que (E951, E952, E954) qui sont de faux sucres autorisés… Il est légal de faire de fausses cuisses de poulets en les rengraissant avec des protéines de porc ; Il est légal de faire du « faux beurre » (beurre allégé, margarine), du « faux lait » en diminuant la matière grasse ou en la substituant, de faire du faux sucre ! Il arrive même parfois que le faux soit plus bénéfique pour le consommateur que le vrai… La seule condition imposée cest de dire que cest du faux!... Et parfois cette condition nest même pas obligatoire…

23 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 IX. Quand le faux se légalise Il est légal de mettre sur le marché de vrais produits sous lapparence de faux, (produits dégriffés, produits sous emballage générique utilisés par certaines chaînes de distribution etc.) Tout ceci donne le tournis au consommateur qui se trouve ainsi balloté au gré des intérêts des producteurs et des distributeurs et des faiseurs de règles.

24 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 X. Le niveau déducation, facteur de frein et de promotion analphabètes dangereux les médicaments, les pièces détachées et les équipements électriques Des consommateurs analphabètes et non sensibilisés, achèteront plus de produits contrefaits dangereux comme les médicaments, les pièces détachées et les équipements électriques, et seront moins attirés par le nom dune marque imitée qui leur est inconnue, alors que : « avertis »« branchés » Les consommateurs « avertis » et les « branchés » seront plus enclin à tenter de se payer des produits de marque contrefaits à des coûts défiant toute concurrence, mais ils seront les premiers à comprendre et à mesurer les dangers des médicaments, des pièces détachées et des équipements électriques et contrefaits.

25 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XI. La satisfaction du consommateur au cœur du problème définition de la qualité Cependant, lune des problématiques essentielles qui compliquent la situation reste la définition de la qualité par le consommateur. comme marginale En effet, si la différence entre le produit original et la copie est considérée comme marginale par le consommateur, ce dernier nhésitera pas une seule fois pour faire son choix. aucune référence propre niveau de jugement Si le consommateur na aucune référence quant à la qualité qui sied au produit quil doit acheter, il se contentera, bien évidement, de son propre niveau de jugement qui risque dêtre conforme à celui du produit contrefait.

26 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XII. Un mal endémique japonais La contrefaçon sest beaucoup développée au lendemain des indépendances en Afrique, en général, et au Sénégal en particulier où beaucoup de produits de contrefaçon étaient considérés comme « japonais ». chinoise » « nigériane » « gambienne » « sénégalaise» Elle est aujourdhui beaucoup plus diversifiée avec une tendance « chinoise », pour les textiles, les chaussures, les bibelots et certains équipements domestiques, « nigériane » pour les pièces détachées automobiles, « gambienne » pour les vêtements, les médicaments et les produits alimentaires et même « sénégalaise » pour les chaussures, les CDs et DVDs, dans limagerie populaire. imagerie populaire Cette imagerie populaire est à la base de la persistance au Sénégal du succès des produits contrefaits au niveau des consommateurs.

27 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XIII. Une imagerie populaire biaisée lutte contre la contrefaçon dintérêts dindustries au détriment du consommateur Les différentes tentatives de lutte contre la contrefaçon sont souvent considérées par la masse comme étant des moyens de préservation dintérêts dindustries et de puissances financières au détriment du consommateur. est plus important En effet, pour la plupart des sénégalais, obtenir une baisse des coûts pour les membres de la collectivité, même par la contrefaçon, est plus important que le respect de la propriété industrielle. comportement individualiste acte « isolé » De même, dans le comportement individualiste du consommateur africain, en général, et sénégalais, en particulier, il ny a pas de place pour la prise en compte des répercussions macro économiques de son acte « isolé »

28 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XVI. Une imagerie populaire biaisée En outre, une répression sévère de contrefacteurs ou de distributeurs de produits de contrefaçon (médicaments, œuvres artistiques, etc.) est considérée par la grande masse, comme une violence gratuite faite à des gens (des jeunes la plupart) qui « se battent pour survivre ». Cette imagerie populaire biaisée, à côté, de la corruption de certains fonctionnaires, de lapproche politisée des problèmes, du poids de la religion, a pour conséquences une lutte contre la contrefaçon très difficile à mener et à maintenir.

29 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XV. Généralisation des génériques Les principes directeurs pour la protection des consommateurs adoptés par les Nations Unies en 1986 prône, entre autres, le droit daccès du consommateur aux biens de base. La protection de la propriété intellectuelle et industrielle ne doit pas être un frein à ce droit inaliénable du consommateur, particulièrement du consommateur des pays pauvres. La mise en place de médicaments génériques par une déprotection volontaire du droit de leur fabricant est, entre autres, une solution quil faut généraliser.

30 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XI. Généralisation des génériques Aussi, le grandes firmes devraient elles, travailler vers une création de « génériques » sur tous les produits à léchelle de la « générisation » à laquelle le monde est entrain dassister avec lapparition du « low cost »; Au lieu de rester figés dans la définition traditionnelle des normes de qualité, il faut revoir le système sur toutes les normes non sécuritaires, et répondre à un besoin de plusieurs milliards de personnes. Car beaucoup de marques protégées peuvent améliorer leur productivité, sans baisser leur qualité fondamentale.

31 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 XVI. Les associations de consommateurs des alliés incontournables Afin de faire face à la contrefaçon des produits de consommation courante, une bonne implication des associations de consommateurs est une nécessité absolue. En effet, ayant la confiance des populations dont elles défendent les intérêts, elles sont beaucoup plus écoutées que le secteur privé et ladministration dans la sensibilisation des consommateurs. Aussi, des programmes conjoints, de partenariat avec les associations de consommateurs devront être élaborés afin de mieux convaincre les populations dans la nécessité de lutter contre la contrefaçon.

32 LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN) Tél. (221) Séminaire international sur la contrefaçon et la piraterie - Dakar du 7 au 10 novembre 2006 Merci de votre attention


Télécharger ppt "LA CONTREFAÇON DES PRODUITS DE CONSOMMATION COURANTE, UN MAL ENDÉMIQUE Par Momar NDAO, Président de lASCOSEN Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN)"

Présentations similaires


Annonces Google