La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Politiques commerciales des grandes puissances Lahsen Abdelmalki René Sandretto La tentation du néoprotectionnisme Chapitre 12 La politique commerciale.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Politiques commerciales des grandes puissances Lahsen Abdelmalki René Sandretto La tentation du néoprotectionnisme Chapitre 12 La politique commerciale."— Transcription de la présentation:

1 Politiques commerciales des grandes puissances Lahsen Abdelmalki René Sandretto La tentation du néoprotectionnisme Chapitre 12 La politique commerciale du Japon

2 Le Japon est à la fois le moins vaste et le moins peuplé des grandes puissances Le pays est aussi plus pauvre en matières premières. La dépendance des approvisionnements externes le pousse à sen affranchir par le développement des biens déquipement et des produits manufacturés La réussite est telle que le Japon est perçu communément comme étant la patrie du high-tech Les performances commerciales accumulées par le Japon invitent à considérer le rôle des institutions qui ont la charge de la politique commerciale jusquau milieu des années 1990 Des menaces récurrentes de déflation depuis 1992 et lessor impressionnant du grand voisin chinois invitent à tirer quelques conclusions nuancées concernant lavenir de la puissance japonaise L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

3 À la suite du Traité de paix de San Francisco ainsi quau Pacte de sécurité nippo- américain, le Japon accède à son indépendance en 1951 Près de quinze ans après, le Japon se hisse au rang de deuxième puissance industrielle du monde, avant den devenir la deuxième puissance commerciale dans les années 1970 et la première puissance financière dans les années 1980 Ce retour, le Japon le doit au départ à sa position dans la géopolitique internationale : le déclenchement de la Guerre froide avec lURSS (1947) et lentrée en scène de la Chine communiste (1949) poussent les États-Unis à considérer le Japon comme un allié régional Au niveau intérieur, le gouvernement accorde une importance stratégique aux questions économiques (restauration le MITI dès 1949) Au niveau extérieur, le Japon consacre ses efforts à « la diplomatie économique » (keizai gaikou) L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

4 Au Japon, 30 % seulement de la surface du pays est habitable et, plus restrictif encore, seules 15 % des terres sont cultivables Le taux dalphabétisation compte parmi les plus importants (99 %) et lIDH se trouve régulièrement parmi les plus élevés de la planète Pendant longtemps, le taux dépargne nippon comptait parmi les plus élevés au monde. La crise du logement est souvent considérée comme le principal facteur explicatif du comportement de « fourmis » des Japonais Alors quil était évalué à 23 % du revenu en 1975, il est revenu à 11,4 % en 1997 puis à 3,2 % en 2009 Enfin, les Japonais ont la réputation dêtre extrêmement sérieux, acharnés et perfectionnistes. Cette idée nest pas nouvelle On la retrouvait dans les témoignages des premiers Européens arrivés au Japon L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

5 Sur le long terme, la croissance japonaise est lune des plus fortes de laprès-guerre À la fin de 2009, le PIB du pays est le troisième du monde (5 068 M$US), derrière celui des États-Unis ( M$US) et devant celui de la Chine (4 909 M$US) Il est le troisième du monde si lon considère lUnion européenne comme un tout ( M$US) La croissance japonaise a connu des variations cycliques très accentuées, avec une tendance baissière à long terme 10 % dans les années 1960, 8 % dans les années 1970, 4 % dans les années 1980 et, enfin, 2 % dans les années De nouveau, la croissance japonaise connaît des oscillations très marquées actuellement Elle passe de phases de reprise (2,9 % en 2005) à des phases de baisse plus ou moins forte (-5,9 % en 2009) L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

6 Le Japon inspire contradictoirement de la crainte et de ladmiration, aussi bien à ses partenaires les plus compréhensifs quà ses adversaires les plus suspicieux Dans le top des 500 premières entreprises industrielles mondiales, le Japon compte 68 sociétés, dont le constructeur automobile Toyota (10e place) Le Japon compte 10 groupes industriels parmi le top 25 des plus puissants du monde. Tous bénéficient dune réputation mondiale en matière de qualité des produits, de lassistance technique après-vente Le Japon est aussi lun des premiers marchés mondiaux de la propriété industrielle, avec près de marques et brevets déposés au « Japan Patent Office » (JPO) en 2009 Dans le classement mondial des villes accueillant le plus de sièges dentreprises, Tokyo arrive en tête avec 11 localisations Enfin, le Japon demeure dans le peloton de tête des pays hôtes des meilleures écoles et universités dans le monde L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

7 Si la crise de avait révélé limpréparation de lEurope aux chocs extérieurs, elle est pour le Japon loccasion de restructurations industrielles importantes La priorité est donnée à une nouvelle génération dindustries (automobiles, électronique, machines-outils - qui bénéficient de méthodes de production inédites En 1985, le fameux accord du Plaza oblige le Japon à réévaluer fortement le yen. Le « yen cher », gêne un temps les exportations japonaises, mais contribue à faire du pays une puissance financière majeure Le Japon devient le premier créancier mondial en La même année, son PIB dépasse celui de lAllemagne, de la France et de la Grande-Bretagne réunies. De 1976 à 1990, le Japon oriente sa politique industrielle dans trois directions : La substitution des industries lourdes par des industries de haute technologie Le soutien à la rationalisation des activités en déclin Le développement des industries nouvelles L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

8 On ne peut comprendre les performances du Japon, comme du reste ses contre- performances récentes, si on ne les replace pas dans le cadre du système social Dès lère Meiji, le Japon sest positionné dans un élan de rivalité avec le reste du monde. Faute dune classe dentrepreneurs assez puissante, le développement industriel est mis en œuvre par lÉtat qui crée, de facto, un « capitalisme sans capitalistes » Longtemps isolée, la société japonaise entretient un « esprit de corps », cest-à-dire un sentiment de cohésion très fort On trouve des phénomènes de soumission à plusieurs niveaux de lorganisation sociale : la famille est soumise aux parents, lentreprise au patron, la nation à lempereur… Des phénomènes de collusion existent aussi entre sphère publique et sphère privée, entre fonctionnaires, entrepreneurs et banquiers, etc. Cette solidarité du corps social existe aussi dans le domaine de la mutualisation de linformation (cf. rôle du JETRO /Japan External Trade Organization) L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

9 Le rôle économique du MITI est celui dun « coordinateur » des initiatives et des incitations de lÉtat. Les origines du MITI remontent à 1925, lorsquil est créé une première fois, par scission du ministère de lAgriculture et du Commerce. Démantelé en 1943, il a été reconstitué en 1949 Le MITI encadre lactivité économique de lÉtat. À ce titre, il se pose comme le chef dorchestre de la croissance japonaise. Il oriente également les stratégies des Keiretsu Le MITI a été rebaptisé en METI (Ministry of Economy, Trade and Industry) en 1997 Le METI est derrière le formidable bond en avant du Japon dans les domaines des nouvelles technologies de linformation et de la communication (NTIC). Le METI opère en relation avec deux autres ministères : le ministère des Affaires étrangères (veille sur limage du Japon à létranger) et le ministère des Finances (gestion de la parité du yen) Toutefois, le génie du METI est de stimuler lémulation entre groupes et non de se substituer au rôle du secteur privé (M. Porter) L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

10 L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances Source : CEPII, CHELEM-International Trade, CHELEM-GDP et CHELEM-Balance of Payments databases

11 La force du Japon es dans la force quil met dans la protection de ses marchés Le Japon a constamment défendu ses intérêts commerciaux, expérimentant très tôt le « protectionnisme éducateur », pourtant inventé par les Européens Cest dans cet esprit que le pays avait empêché limplantation de Fiat en 1960 Cette stratégie sest accompagnée dune tactique délimination de la concurrence par des politiques de prix permettant la conquête des marchés mondiaux Historiquement, léconomie du Japon a dabord reposé sur son marché intérieur et le commerce japonais est resté déficitaire jusquen Ensuite, les excédents vont exploser à partir du premier choc pétrolier et jusquen 1992 Après des difficultés importantes entre 1993 et 2008, le commerce extérieur semble sêtre redressé au début des années 2000 : Depuis le, cest en Asie que le Japon trouve ses principaux débouchés, avec 54 % du total, devant lAmérique du Nord (21 %) et lEurope (16 %) Enfin, cest avec le Moyen-Orient que le Japon accuse les plus gros déficits : 132,6 milliards en On retrouve ici ce qui fait sa plus grande fragilité : la dépendance à légard des approvisionnements pétroliers L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

12 L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances Solde Export - Import Var Monde109,397,076,7106,958,24,3-92,6 Amérique du Nord54,073,363,968,384,363,918,2 États-Unis42,471,561,765,177,559,740,9 Amérique du Sud et centrale7,6-0,2-0,1-2,3-4,2-2,9-138,6 Europe34,532,817,630,333,939,715,1 Afrique1,8-0,7-1,7-2,1-4,8-8,9-594,3 Moyen-Orient-13,1-39,5-29,3-48,3-89, ,6913,7 Asie24,431,326,460,938,945,184,9 Chine--12,6-9,3-1,4-6,52,9- Source : OMC, Statistiques du commerce international, 2009

13 L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances ZonesExportationsImportations Monde100 % Amérique du Nord21 %13 % États-Unis18 %10 % Amérique du Sud et centrale 3 % Europe16 %11 % Afrique 2 % 3 % Moyen-Orient 5 %22 % Asie54 %48 % Chine20 %19 % Source : OMC, Statistiques du commerce international, 2009

14 Certains observateurs nhésitent pas à qualifier le Japon déconomie mercantiliste. Le mercantilisme peut se résumer en une proposition simple : tout par et pour le pays Lune des principales caractéristiques du mercantilisme en Europe était le développement contrôlé et satellisée des colonies par la métropole. Le mercantilisme nippon se reflète aussi dans la structure des échanges extérieurs Les plus gros postes parmi les importations sont : les œuvres dart, lacier, le cuivre et les alliages, le coton brut, lor, laluminium, les diamants, le maïs, les produits chimiques ainsi que les produits pétroliers. Les exportations sont dominées par les véhicules automobiles et les matériels de transport. Viennent ensuite les deux-roues, les matériels de chauffage, les moteurs, les semi-conducteurs, les télécommunications, les bateaux et lélectronique grand public Bien que le Japon n'assure que 4 % des exportations mondiales, son dynamisme commercial fait figure dexemplarité L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

15 Le Japon a été très longtemps accusé par ses partenaires de pratiquer la prédation par les prix, en maintenant artificiellement bas le niveau de sa monnaie Il nest pas certain que les faits corroborent cette accusation. Ainsi, sur toute la période , le taux de change effectif nominal du yen est celui qui a enregistré la plus forte appréciation parmi les monnaies des grands pays industrialisés (+228 %). Au cours de la même période, lappréciation nominale du DM (Allemagne) a atteint 148 % Sur toute la période , la parité est revenue de 300 yens à moins de 90 pour un dollar. Contre les apparences, lévolution à long terme du taux de change du yen montre que la monnaie japonaise na pas été une monnaie structurellement faible. Cest lun des traits de distinction entre le Japon dhier et la Chine daujourdhui L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances

16 L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances Source : FMI, Statistiques financières internationales, février 2011

17 Au début des années 1990, léconomie japonaise bénéficiait dune position forte en Asie (60 % du PIB de lAsie orientale). Cette situation lui a permis de profiter pleinement de lessor économique de la région Depuis 1993, le leadership économique et commercial du Japon sur lAsie na cessé de séroder, à mesure que cette région (Chine en tête) engrangeaient les dividendes de leur essor économique En 2010, le Japon a cédé sa place de deuxième puissance mondiale, selon le critère de la valeur nominale du PIB, à la Chine (5 474,2 contre 5 878,6 milliards de dollars pour la Chine) Si, le Japon a lavantage de se retrouver dans une aire de croissance soutenue, la nouvelle situation ravive les rivalités entre les deux pays en menaçant ce qui reste de la suprématie régionale du Japon, cest-à-dire son avance technologique Le pays a récemment fait évoluer sa politique commerciale en sassociant à plusieurs pays dAsie et dAmérique latine. Cest un signal que le Japon envoie à la Chine et aux États-Unis, pour signifier quil nentend pas renoncer à ses intérêts sur les deux continents L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances L. ABDELMALKI et R. SANDRETTO : Les politiques commerciales des grandes puissances


Télécharger ppt "Politiques commerciales des grandes puissances Lahsen Abdelmalki René Sandretto La tentation du néoprotectionnisme Chapitre 12 La politique commerciale."

Présentations similaires


Annonces Google