La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Replacer la nutrition au cœur du développement 14 mars, 13 h 00 -14 h 00 Directeur : Zulfiqar Bhutta,Aga Khan Univ. Pakistan Rappel des faits : Meera Shekar,

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Replacer la nutrition au cœur du développement 14 mars, 13 h 00 -14 h 00 Directeur : Zulfiqar Bhutta,Aga Khan Univ. Pakistan Rappel des faits : Meera Shekar,"— Transcription de la présentation:

1 Replacer la nutrition au cœur du développement 14 mars, 13 h h 00 Directeur : Zulfiqar Bhutta,Aga Khan Univ. Pakistan Rappel des faits : Meera Shekar, Banque mondiale Commentateurs : Catharine LeGales Camus, ADG, WHO Andrew Tomkins, Inst. of Child Health, UK Julia Tagwireyi, Zimbabwe Débats : Tous les participants Pour plus dinformations : worldbank.org/nutrition

2 Redonner sa place à la nutrition Réseau du développement humain Banque mondiale Janvier 2006

3 Trois questions fondamentales Pourquoi est-il essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté ? La malnutrition est-elle un GRAVE problème ? Comment pouvons-nous améliorer la nutrition ?

4 La nutrition nest pas seulement une question de promotion sociale nest pas seulement un droit de la personne humaine nest pas non plus principalement et seulement un problème alimentaire ou de consommation La nutrition est une question dinvestissement, et lamélioration de la nutrition est lun des MOTEURS de la croissance économique Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

5 Malnutrition Pauvreté Pertes en termes de PIB 2-3 % Engendre une réduction potentielle >10 % des revenus dune vie entière pour chaque personne malnourrie La malnutrition (hypotrophie nutritionnelle) dans les premières années de vie est associée à –un manque à grandir de 4,6 cm à ladolescence –une réduction de la scolarisation de 0,7 classe –une scolarisation débutant avec 7 mois de retard Source : Alderman et al (2003) (Lamélioration de la nutrition peut être un moteur de la croissance économique) Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

6 Le cercle vicieux de la pauvreté et de la malnutrition Perte indirecte de productivité due à linsuffisance du développement cognitif et de la scolarité Perte directe de productivité due à un mauvais état de santé Perte de ressources dues aux dépenses de santé élevées liées à une mauvaise santé Pauvreté monétaire Alimentation insuffisante Infections fréquentes Dur travail physique Large families Grossesses fréquentes Malnutrition Source :Basé sur baqneu mondiale (2002a) ; Bhagwati et al. (2004).

7 ODM 1- «Éradiquer lextrême pauvreté et la faim» Objectifs : Réduire de moitié entre 1990 et 2015 –la proportion de la population dont le revenu est <1USD/jour (pauvreté monétaire) –la proportion de la population qui souffre de la faim (pauvreté non monétaire) Indicateurs pour lobjectif axé sur la « faim » (pauvreté non monétaire) : –Prévalence denfants (<5 ans) souffrant dune insuffisance pondérale –Proportion de la population dont la ration énergétique est inférieure au minimum La plupart des études réalisées à ce jour mettent laccent sur lobjectif relatif ç la pauvreté monétaire – et aboutissent à la conclusion : « les pays sont sur la bonne voie pour atteindre lobjectif de réduction de la pauvreté » !!! Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

8 Recul de la pauvreté non monétaire (ODM nutrition) Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

9 La nutrition est laspect non monétaire de la pauvreté… et le monde nest PAS sur la bonne trajectoire pour atteindre lobjectif en ce domaine

10 Source : Haddad et al (2003) Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté Laugmentation du revenu améliore la nutrition, mais trop lentement pour quil soit possible datteindre les ODM

11 Si lon devait compter uniquement sur laugmentation des revenus pour atteindre lODM pour la nutrition : LInde pourrait atteindre cet ODM en 2035 La Tanzanie latteindrait en 2065 Data Source: World Bank (2006) Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

12 Nutrition et pauvreté… Source : Gwatkin et al Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté Ce sont les plus pauvres qui souffrent le plus de malnutrition ; en la ciblant nous ciblons les pauvres ; mais la malnutrition touche aussi les non-pauvres …

13 Le Consensus de Copenhage fait de ladministration de micronutriments un investissement prioritaire… avant même la libéralisation du commerce, la lutte contre le paludisme, leau/lassainissement … Source : Bhagwati et al. (2004) …Les interventions en nutrition sont très efficaces par rapport à leur coût… Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté

14 Le problème qui se pose dans le domaine de la nutrition est très grave et de très vaste portée…

15 Évolution des cas de déficit pondéral dans le monde (Enfants de 0 à 4 ans) Data Source : de Onis et al (2004) Le problème est grave et de vaste portée Taux de sous-nutritionNb. denfants ayant un déficit pondéral

16 Évolution des cas de déficit pondéral dans le monde (Enfants de 0 à 4 ans) Data Source : de Onis et al (2004) Le problème est grave et de vaste portée Nb. enfants ayant un déficit pondéral Taux de sous-nutrition Prévalence de déficit pondéral (%) Bangladesh Inde Chine Nb. enfants ayant déficit pondéral (M) Afrique Asie LAC En dévelop. Développé Prévalence de déficit pondéral (%) Bangladesh Inde Chine Nb. enfants ayant déficit pondéral (M) Afrique Asie LAC En dévelop. Développé

17 Le problème est grave et de vaste portée Gravité de la malnutrition : % enfants <5 ans ayant une insuffisance pondérale. Carte établie par le Service de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur cette carte n'impliquent de la part du Groupe de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique dun territoire quelconque et ne signifient nullement que le Groupe reconnaît ou accepte ces frontières.. Base de données mondiale sur la croissance et la malnutrition chez l'enfant PRÉVALENCE DE CAS DINSUFFISANCE PONDRALE CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS : TRÈS ÉLEVÉE (>30 %) ÉLEVÉE (20-29 %) MOYENNE (10-19 %) FAIBLE (<10 %) PAS DE DONNÉES FRONTIÈRES INTERNATIONALES

18 Le problème est grave et de vaste portée Gravité de la malnutrition : % enfants <5 ans ayant une hypotrophie nutritionnelle Carte établie par le Service de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur cette carte n'impliquent de la part du Groupe de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique dun territoire quelconque et ne signifient nullement que le Groupe reconnaît ou accepte ces frontières. Base de données mondiale sur la croissance et la malnutrition chez l'enfant PRÉVALENCE DE CAS DHYPOTROPHIE NUTRITIONNELLE CHEZ LES ENFANTS DE MOINS DE 5 ANS : VERY HIGH (>30%) HIGH (20-29%) MEDIUM (10-19%) LOW (<10%) NO DATA FRONTIÈRES INTERNATIONALES

19 Le problème est grave et de vaste portée TAUX DES TOUBLES DE LA CARENCE EN IODE ET CONSOMMATION DE SEL IODÉ Carte établie par le Service de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur cette carte n'impliquent de la part du Groupe de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique dun territoire quelconque et ne signifient nullement que le Groupe reconnaît ou accepte ces frontières. Source: Vitamin and Mineral Deficiency, UNICEF/MI, POURCENTAGE TOTAL? CAS DE GOÎTRE : N/D Cutoff for moderate public health problem when total goitre rate >20% POURCENTAGE DES MÉNAGES CONSOMMANT DU SEL IODÉ ( ) : 49 % OU MOINS FRONTIÈRES INTERNATIONALES

20 Le problème est grave et de vaste portée AVITAMINOSE A ET APPORTS SUPPLÉMENTAIRES Carte établie par le Service de cartographie de la Banque mondiale. Les frontières, les couleurs, les dénominations et toute autre information figurant sur cette carte n'impliquent de la part du Groupe de la Banque mondiale aucun jugement quant au statut juridique dun territoire quelconque et ne signifient nullement que le Groupe reconnaît ou accepte ces frontières Source: Vitamin and Mineral Deficiency, UNICEF/MI, POURCENTAGE ESTIMATIF DES ENFANTS < 6 ANS AYANT AVITAMINOSE A SUB-CLINIQUE : COUVERTURE APPORTS SUPPLÉMENTAIRES > 70 % EN 1999 FRONTIÈRES INTERNATIONALES

21 Taux de surpoids maternel Source des données : évaluation DHS ; calculs de lauteur Les cas de sous-nutrition coexistent souvent avec des cas de surpoids… (les deux sont des formes de malnutrition) Le problème est grave et de vaste portée

22 En Mauritanie, nombreux sont ceux qui considèrent que pour être belle, une femme doit être grosse. Dans ce pays de déserts, où la pauvreté et la malnutrition sont généralisées, lobésité est considérée comme un signe de richesse et de prestige. Handicapées par leur obésité. Certaines jeunes femmes obèses souffrent de diabète précoce, de maladies cardiaques, de calculs biliaires et darthrite, qui peuvent à terme les immobiliser et les tuer. Lobsession de lobésité féminine dont font preuve certains Mauritaniens continue dhandicaper un segment limité mais extrêmement vulnérable de sa société. Source : BBC, 2005

23 Comment améliorer la nutrition ?

24 La période propice pour améliorer la nutrition est très courte… préconception à mois Source : Shrimpton et al (2001) Comment améliorer la nutrition ?

25 À plus long terme : Augmentation des revenus, éducation des femmes, interventions dans lagriculture et la production alimentaire, politiques commerciales, politiques macroéconomiques… À court terme : Alimentation au lait maternel exclusivement, compléments alimentaires adéquats, soins prénatals pour les mères,… (information, changement des comportement/interventions côté demande) ; interventions sexospécifiques, micronutriments, apports alimentaires complém. et enrichissement des aliments

26 Consensus sur de nombreux points... Il ny a pas de panacée universelle l! Ciblage des pauvres pour sattaquer aux aspects non monétaires de la pauvreté (= nutrition) Ciblage des investissements sur la période propice ( préconception à 2 ans) Investissement dans les micronutriments (si besoin est) Dosage entre actions à court terme et à long terme (côté offre et côté demande) Investissement dans le renforcement des capacités et de lengagement Comment améliorer la nutrition ?

27 La Banque est le plus gros investisseur dans la nutrition à léchelle mondiale 661 M USD* répartis entre 36 projets (avril 2005) mais, étant donné la gravité et lampleur du problème, les engagements actuels dans la nutrition restent limités 3,8 % des activités de développement humain, 0,7 % du total des prêts de la Banque ; *y compris au titre de la sécurité alimentaire Comment améliorer la nutrition ?

28 Trois points fondamentaux Il est essentiel de réduire la malnutrition pour faire reculer la pauvreté et promouvoir la croissance économique La malnutrition est un problème GRAVE Grave en Afrique PLUS GRAVE en Asie du Sud Non négligeable dans les régions Asie du Sud-Est, LAC, ECA, EAP et MENA Nous savons comment améliorer la nutrition – et cela a été réalisé à une certaine échelle dans certains pays

29 Nous devons agir à plus grande échelle ! lorsque nous sommes sûrs de laction à mener et quil existe un consensus Les pays doivent piloter ces initiatives Partenaires de développement : appui durable pour renforcer les engagements et les capacités ONG partenaires : poursuite du renforcement des capacités nationales et fourniture de modèles des meilleures pratiques Secteur privé : partenariats stratégiques Organismes de recherche : renforcement du suivi et évaluation pour que nous puissions continuer dapprendre les uns des autres Personne ne peut réussir seul (certainement PAS la Banque !) Il est essentiel de créer des PARTENARIATS Comment améliorer la nutrition ? Le plus difficile, pour améliorer la nutrition sur une plus grande échelle, sera de maintenir lengagement et les capacités des pays (et des donateurs)

30 Prochaine étape : opérer à plus grande échelle ! Pour commencer, identifier et appuyer ensemble : pays gravement touchés témoignant dune certaine détermination (projets, appui technique, approches sectorielles, CARP, appui budgétaire, libéralisation des conditions des crédits….) pays gravement touchés témoignant dune détermination (et de capacités) limitée pays où il faudra réorienter dans une certaine mesure des investissements de grande envergure Comment améliorer la nutrition ?


Télécharger ppt "Replacer la nutrition au cœur du développement 14 mars, 13 h 00 -14 h 00 Directeur : Zulfiqar Bhutta,Aga Khan Univ. Pakistan Rappel des faits : Meera Shekar,"

Présentations similaires


Annonces Google