La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les prémisses 1.Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les prémisses 1.Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie."— Transcription de la présentation:

1 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les prémisses 1.Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

2 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les prémisses 2. Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

3 « D'une part les animaux domestiques sont d'une nature meilleure que les animaux sauvages, d'autre part, le meilleur pour tous est d'être gouvernés par l'homme car ils y trouvent leur sauvegarde. De même, le rapport entre mâle et femelle est par nature un rapport entre plus fort et plus faible, c'est-à-dire entre commandant et commandé. Il en est nécessairement de même chez tous les hommes. Ceux qui sont aussi éloignés des hommes libres que le corps l'est de l'âme, ou la bête de l'homme (et sont ainsi faits ceux dont l'activité consiste à se servir de leur corps, et dont c'est le meilleur parti qu'on puisse tirer), ceux-là sont par nature des esclaves; et pour eux, être commandés par un maître est une bonne chose. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates ARISTOTE ( )

4 « Il faut faire en sorte que larchitecte reçoive du cordonnier le produit du travail de ce dernier, et lui donne en contrepartie son propre travail. (…) Il doit donc y avoir entre un architecte et un cordonnier le même rapport quentre un nombre déterminé de chaussures et une maison (ou telle quantité de nourriture), faute de quoi il ny aura ni échange ni communauté dintérêts ; et ce rapport ne pourra être établi que si entre les biens à échanger il existe une certaine égalité. Il est donc indispensable que tous les biens soient mesurés au moyen dun unique étalon, comme nous lavons dit plus haut. Et cet étalon nest autre, en réalité, que le besoin qui est le lien universel. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates ARISTOTE ( )

5 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2.Le Mercantilisme 1. Aspects généraux 2. Sur la population 3. Sur la monnaie 4. Sur le colonialisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

6 « Il n'y a personne qui gagne qu'un autre n'y perde. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Jean BODIN ( )

7 « Le commerce est une guerre entre les entreprises et les industries de toutes les nations. Elle est conduite par navires... » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Jean-Baptiste COLBERT (1619 – 1683)

8 « On ne peut augmenter largent dans le royaume quen même temps que lon en ôte la même quantité dans les États voisins. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Jean-Baptiste COLBERT (1619 – 1683)

9 « Le bonheur des hommes (...) consiste principalement en la richesse, et la richesse dans le travail. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Antoine de MONTCHRESTIEN ( )

10 « On dit que l'on ne perd jamais que l'autre n'y gagne. Cela est vray, et se connaist mieux en matière de trafic, qu'en toute autre chose. Je diray pourtant qu'en celuy qui se fait de citoyen à citoyen il n'y va de nulle perte pour le public. C'est, à son regard, comme si l'on tenoit deux vases en ses deux mains et que l'on versast la liqueur de l'un en l'autre. Il n'est pas ainsi des marchands et facteurs estrangers. Tout autant qu'il y en a parmi nous sont des pompes qui tirent et jettent hors du royaume non l'égout ou la sentine du vaisseau, si l'on ne veut appeler les richesses, mais la pure substance de vos peuples. Ce sont des sang- sües qui s'attachent à ce grand corps, tirent son meilleur sang et s'en gorgent, puis quittent la peau et se deprennent. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Antoine de MONTCHRESTIEN ( )

11 « Doù lon peut conclure que les marchands sont plus quutiles en lÉtat et que leur souci de profit, qui sexerce dans le travail et dans lindustrie, fait et cause une bonne part du bien public. Que, pour cette raison, on leur doive permettre lamour et la quête du profit, je crois que tout le monde laccordera. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Antoine de MONTCHRESTIEN ( )

12 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2.Le Mercantilisme 1. Aspects généraux 2. Sur la population 3. Sur la monnaie 4. Sur le colonialisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

13 « Il ny a richesse ni force que dhommes. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Jean BODIN ( )

14 « Loisiveté des premières années est la source des désordres du reste de la vie. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Jean-Baptiste COLBERT (1619 – 1683)

15 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2.Le Mercantilisme 1. Aspects généraux 2. Sur la population 3. Sur la monnaie 4. Sur le colonialisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

16 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2.Le Mercantilisme 1. Aspects généraux 2. Sur la population 3. Sur la monnaie 4. Sur le colonialisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

17 « (…) faire connaître le nom de Dieu, notre créateur à tant de peuples barbares privés de toute civilisation, qui nous appellent, qui nous tendent les bras, qui sont prêts à sassujettir à nous afin que par de saints enseignements et de bons exemples, nous les mettions dans la voie du salut. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Antoine de MONTCHRESTIEN ( )

18 « Il ne faut point douter quoutre la bénédiction de Dieu, qui viendrait à ce grand et puissant État pour des entreprises si pieuses, si justes et si charitables... il souvrirait par ce moyen, tant ici que là-bas, de grandes et inépuisables sources de richesses. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Antoine de MONTCHRESTIEN ( )

19 « La monnaie est la vie du commerce, lesprit vital des échanges ; comme le fumier, elle nest bonne à rien si ce nest à être répandue. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Francis BACON ( )

20 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2.Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie

21 « La noblesse et la valetaille ne sont pas les seules causes des brigandages qui vous désolent ; il en est une autre particulière à votre île. - Et quelle est-elle ? dit le cardinal - Les troupeaux innombrables de moutons qui courent aujourdhui toute lAngleterre. Ces bêtes si douces, si sobres partout ailleurs, sont chez vous tellement voraces et féroces quelles mangent même les hommes et dépeuplent les campagnes, les maisons et les villages ». Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Thomas MORE ( )

22 « Ainsi, un avare affamé enferme des milliers darpents dans un même enclos ; et dhonnêtes cultivateurs sont chassés de leurs maisons, les uns par fraude, les autres par la violence, les plus heureux par une suite de vexations et de tracasseries qui les forcent à vendre leurs propriétés (...) Ils vendent à vil prix ce quils ont pu emporter de leurs effets, marchandises dont la valeur est déjà bien peu de chose. Cette faible ressource épuisée, que leur reste-t- il ? Le vol, et puis la pendaison dans les formes. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Thomas MORE ( )

23 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1. Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2. Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie 1. Un précurseur : Boisguillebert 2. La physiocratie 3. Le Tableau économique Conclusion

24 « Il est certain que largent nest pas un bien de lui-même et que sa quantité ne fait rien pour lopulence dun pays en général... Largent nest que le moyen et lacheminement, au lieu que les denrées utiles à la vie sont la fin et le but. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Pierre de BOISGUILLEBERT ( )

25 « [Le laboureur] donne le premier mouvement à tout. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Pierre de BOISGUILLEBERT ( )

26 « Il est aisé de voir que pour faire beaucoup de revenu dans un pays riche en denrées, il nest pas nécessaire quil y ait beaucoup dargent, mais seulement beaucoup de consommation, un million faisant plus deffet de cette sorte que dix millions lorsquil ny a point de consommation ; parce que ce million se renouvelle mille fois, et fera pour autant de revenu à chaque pas, tandis que les dix millions restés dans un coffre ne sont pas plus utiles à lÉtat que si cétaient des pierres. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Pierre de BOISGUILLEBERT ( )

27 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1. Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2. Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie 1. Un précurseur : Boisguillebert 2. La physiocratie 3. Le Tableau économique Conclusion

28 « La science économique n'étant autre chose que l'application de l'ordre naturel au gouvernement des sociétés, est aussi constante dans ses principes et aussi susceptible de démonstration que les sciences physiques les plus certaines. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates Pierre Samuel du PONT de NEMOURS ( )

29 « (...) que le souverain et la nation ne perdent jamais de vue que la terre est l'unique source des richesses, et que c'est l'agriculture qui les multiplie. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates François QUESNAY ( )

30 François QUESNAY ( )

31

32 Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1. Les débuts (Antiquité - Moyen-âge) 2. Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie 1. Un précurseur : Boisguillebert 2. La physiocratie 3. Le Tableau économique Conclusion

33

34 « Cest dailleurs un grand inconvénient que daccoutumer le peuple à acheter le blé à trop bas prix ; il en devient moins laborieux, il se nourrit de pain à peu de frais et devient paresseux et arrogant : les laboureurs trouvent difficilement des ouvriers et des domestiques ; aussi sont-ils fort mal servis dans les années abondantes. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates François QUESNAY ( )

35 « Largent nest pas la véritable richesse dune nation, la richesse qui se consomme ou qui renaît continuellement, car largent nengendre que largent. Un écu bien employé peut à la vérité faire naître une richesse de deux écus, mais cest la production et non pas largent qui est multipliée. » Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates François QUESNAY ( )

36 Le dauphin : « Que feriez vous si vous étiez roi ? » Quesnay : « Monsieur, je ne ferais rien ». Introduction à lanalyse économique 2. De lAntiquité aux physiocrates François QUESNAY ( )


Télécharger ppt "Partie 2 De lAntiquité aux Physiocrates 1.Les prémisses 1.Le Mercantilisme 3. More et lUtopie 4. Quesnay et la physiocratie."

Présentations similaires


Annonces Google