La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Actes de langage et Modèles de dialogue 1.Introduction 2.Actes de langage 3.Travaux d'Allen, Cohen et Perrault.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Actes de langage et Modèles de dialogue 1.Introduction 2.Actes de langage 3.Travaux d'Allen, Cohen et Perrault."— Transcription de la présentation:

1 1 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Actes de langage et Modèles de dialogue 1.Introduction 2.Actes de langage 3.Travaux d'Allen, Cohen et Perrault

2 2 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 1.Introduction Laspect pragmatique du langage concerne : –les caractéristiques de son utilisation les conventions –la référence au « monde » les croyances –la manière dont son utilisation modifie létat des choses l action du discours sur le monde

3 3 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Le dialogue est "Parler, cest sans doute échanger des informations; mais cest aussi effectuer un acte régi par des règles précises qui prétend transformer la situation du récepteur et modifier son système de croyances et/ou son attitude comportementale; corrélativement, comprendre un énoncé cest comprendre son contenu informationnel, sa visée pragmatique …." [Kerbrat-Orecchioni 1970]

4 4 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Le dialogue nest pas un protocole de transfert précis et codifié une structure sans incidence –sur les interlocuteurs –sur l environnement une situation maître-esclave

5 5 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Nest pas un dialogue une interaction sans parité –tous les partenaires ont le même potentiel d activité –exclut les échanges d informations entre un agent et un environnement les conférences un monologue –parler à soi-même ne modifie que par déduction, sans adjonction de réelle information complémentaire

6 6 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les théories sur le dialogue Des théories d actes Théories de croyances Théories de buts et de plans

7 7 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 2. Acte de langage En quel sens dire une chose est-ce la faire ? En quel sens faisons-nous quelque chose en disant quelque chose ? En quel sens faisons nous quelque chose par le fait de dire quelque chose ?

8 8 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les « pères » de la théorie des actes de langage Austin distingue entre énoncé constatif et énoncé performatif (1969). –constatif qui englobe des énoncés descriptifs mais aussi tout ce qui peut recevoir la sanction vrai/faux. exemples : Jean est parti. La terre est ronde.

9 9 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS –performatif où lénonciation est lexécution dune action. exemple : Je baptise ce bateau Queen Elisabeth (en cassant la bouteille sur la coque). Searle classe les actes de langage en fonction de leur but (pourquoi on les réalise) il présente aussi une structuration de ces actes

10 10 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 2.1. Composantes de l'acte de langage Composé de trois actes simultanés –acte locutoire L'acte de prononcer/écrire certains sons formant des mots et des suites grammaticales, expressions pourvues d'un sens. le fait de dire quelque chose : exécution dun acte locutoire. Exemple : « la séance est ouverte ». Lacte locutoire a les mêmes frontières que la proposition.

11 11 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS –acte illocutoire Il sagit dun acte effectué en disant quelque chose. exemple : Dire "La séance est ouverte" revient à ouvrir la séance. –acte perlocutoire acte consistant en la production de certains effets (visés ou non) sur l'auditoire. exemple : "La séance est ouverte" provoque un certain nombre deffets : les participants se taisent, quelquun prend la parole, etc

12 12 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 2.2 Classification des actes de langage Principes de la classification –But de lacte (ou de type dacte): but illocutoire. –Direction dajustement mots-monde détermine le rapport qu'introduit l'acte illocutoire entre l'état des choses et les mots les désignant.Le but illocutoire rend les mots conformes au monde ou le monde conforme aux mots. –Etat psychologique exprimé = > TYPE D ACTE ordonner implique le désir, promettre, lintention, asserter, la croyance… Austin (1969), Searle (1971)

13 13 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Croisement de la classification et des types Types : assertifs, directifs, promissifs,expressifs, déclaratifs. Hypothèses données : –un acte de langage est porté par une proposition p –le type de lacte est porté par un verbe typé (prédicat).

14 14 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les Assertifs But illocutoire : –engager la responsabilité du locuteur sur lexistence dun état de choses. Direction dajustement : les mots sont conformes au monde. C'est la description qui doit correspondre à la réalité, au monde. Etat psychologique exprimé : –la croyance que p

15 15 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples : assertion fortement marquée –Jaffirme quil pleut. –Je te prédis quil va pleuvoir. –Je tavertis que le taureau est sur le point de charger. assertion non fortement marquée –La terre est ronde –Le soleil va mourir dans 5 milliards d années.

16 16 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Arbre illocutoire Vanderveken 1988 Un verbe est le successeur immédiat dun autre verbe si et seulement si la force illocutoire quil nomme peut être obtenue à partir de la force nommée par lautre par lajout de nouvelles composantes ou laugmentation du degré de puissance. Les pointillés représentent des alternatives.

17 17 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS

18 18 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les Directifs But illocutoire : –mettre l'interlocuteur dans l'obligation de réaliser une action future. Direction dajustement : le monde s'ajuste aux mots. l'acte de langage a pour but de transformer la réalité conformément à la description qu'il en fait. Etat psychologique exprimé : –la volonté, le souhait, le désir. Exemples : –Je vous ordonne de partir. –Je vous supplie de rester. –Je vous provoque en duel.

19 19 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples Fortement marqué –je te demande de sortir. –il est interdit de fumer. –je te prie de cesser de fumer. –je veux manger. non fortement marqué –sors –ne fume pas

20 20 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS ndrecommander adjurer prescrire conjurer revendiquer déconseiller défendre interdire proscrire permettre consentir vouloir désirer souhaiter

21 21 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les Promissifs But illocutoire : – obligation pour le locuteur de réaliser une action future. Direction dajustement : le monde s'ajuste aux mots. l'acte de langage a pour but de transformer la réalité conformément à la description qu'il en fait. Etat psychologique exprimé : – intention du locuteur

22 22 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples : –Je promets de te payer. –Je fais vœu de me venger. Les formes verbales au futur peuvent être la forme non fortement marquée (sur le plan illocutoire)

23 23 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS

24 24 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les Expressifs But illocutoire : –exprimer un état psychologique associé à l'acte expressif (plaisir/déplaisir, désir/rejet,etc). Direction dajustement : pas pertinent Etat psychologique exprimé : –parmi tous les états possibles, P celui qui est manifesté par le but illocutoire.

25 25 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples : –Je mexcuse de vous avoir marché sur le pied. –Je vous félicite davoir gagné la course. –Je vous remercie de mavoir payé. Il n existe pas de marquage « faible » pour ces actes.

26 26 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS

27 27 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les Déclaratifs But illocutoire : –provoquer un changement par notre déclaration. Direction dajustement : –à la fois des mots au monde et du monde aux mots par le seul fait de laccomplissement de lacte. Etat psychologique exprimé : – pas pertinent

28 28 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples : –Je vous déclare mari et femme. –La guerre est déclarée. –Je déclare la séance suspendue. –Je démissionne. Non fortement marqué –je pars

29 29 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS

30 30 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 2.3Limites Le même verbe peut correspondre à des actes illocutoires différents : –Je jure que cest vrai. -> acte assertif –Je jure de dire la vérité. -> acte promissif Certains verbes sont systématiquement ambigus(plusieurs buts illocutoires). –Avertir est à la fois assertif et directif.

31 31 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Certains verbes nont pas dusage performatif –Je me vante. –on ne se vante pas de façon explicite De nombreux actes sont tels que leur but illocutoire nest pas porté par un verbe typé (marquage faible) Le type n épuise pas l éventail des buts illocutoires.

32 32 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Extension en situation de dialogue Lindication de lacte est aussi portée par : –le temps et le mode du verbe le présent de l indicatif est plus assertif et déclaratif le futur peut être promissif le conditionnel peut être directif l imperatif est directif. –la forme de la proposition : positive, interrogative, négative, interro-négative

33 33 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS But illocutoire et forme de la proposition Forme interrogative : –recherche dinformation –Où est Jean-Pierre ? Forme interro-négative –recherche de confirmation/infirmation –Jean-Pierre nest pas là ? Forme positive/négative –information –Jean-Pierre est là/n est pas là.

34 34 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 2.4 Actes de langages indirects Les actes de langages indirects concernent des énonciations non littérales : on dit autre chose que ce quon veut dire. (Searle 1982) Exemples –Acte direct : Donne-moi le sel ! –Acte direct typé : je voudrais que tu me passes le sel. –Acte indirect : Peux-tu me passer le sel ?

35 35 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS On passe dun acte illocutoire secondaire littéral à un acte illocutoire primaire non littéral grâce à une stratégie inférentielle. La stratégie inférentielle combine des principes généraux de conversation (PGC), des informations factuelles darrière-plan (IF).

36 36 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Stratégie inférentielle Etape 1: –X ma posé la question de savoir si jai la possibilité de lui passer le sel. Etape 2 : –Je suppose quil coopère à la conversation et que son énonciation a donc un objet ou un but (PGC).

37 37 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Etape 3 : –Le cadre de notre conversation nest pas propre à indiquer un intérêt théorique portant sur ma capacité à passer le sel (IF). Etape 4 : –En outre il sait probablement déjà que la réponse est oui (IF). Etape 5 : –Son énonciation nest donc probablement pas une question. Elle a un autre but illocutoire.

38 38 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Etape 6 : –Lune des conditions préparatoires de tout acte illocutoire directif est que A ait la possibilité daccomplir lacte prédiqué dans la condition de contenu propositionnel (Théorie des actes de langage). Etape 7 : – Donc une réponse affirmative à la question que ma posée X impliquerait que la condition préparatoire à sa demande de lui passer le sel soit satisfaite.

39 39 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Etape 8 : –Nous sommes en train de déjeuner et lon se sert normalement de sel à table. On se le passe de lun à lautre etc (IF). Etape 9 : –Il a donc fait allusion à la satisfaction dune condition préparatoire dune demande dont il veut probablement que je satisfasse les conditions dobéissance.

40 40 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Etape 10 : –Donc en labsence de tout autre but illocutoire plausible, il me demande probablement de lui passer le sel.

41 41 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Formalisation Gordon & Lakoff 1973 Règles dinterprétation des requêtes –REQUETE(L, FAIRE(I,A)) -> CAPACITE (I, FAIRE(I,A)) Si le locuteur L demande à son interlocuteur I de faire A alors cest que I a la capacité de faire A. –REQUETE(L, FAIRE(I,A)) -> DESIR (L, FAIRE(I,A)) Si le locuteur L demande à son interlocuteur I de faire A alors cest que le locuteur L désire que I fasse A.

42 42 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Règles d'interprétation des actes de langages indirects –INTERROGER(L, CAPACITE(I, FAIRE(I,A)) -> REQUETE(L, FAIRE(I,A) Si le locuteur L interroge la capacité de I à faire A alors L fait une requête à I de faire A. Pourrais tu me passer le sel ? –ASSERTER(L, DESIR(L, FAIRE(I,A))) -> REQUETE(L, FAIRE(I,A)) Si L asserte son désir que I fasse A alors L demande à I de faire A. Je désirerais que tu me passes le sel.

43 43 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS 3.Les travaux d'Allen, Cohen et Perrault (1980) Un plan : état initial du monde, séquence d'actions, état final

44 44 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Les primitives A CROIT (P) –Lagent A croit une certaine proposition P. A VEUT (P) –Lagent A désire que le but P soit réalisé. A SAIT (P) P & A CROIT (P) –Lagent A sait P croit P et que P est vrai. A SAIT-SI (P) (P ET A CROIT (P)) OU ( NON P ET A CROIT (NON P)) –A connaît la valeur de vérité de P A SAIT-REF (P) ( a, P(x) = a) ET ( A CROIT (P(x) = a)) –A connaît la valeur dun paramètre lié à P

45 45 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Système daxiomes A CROIT(P) pour tout P, axiome quelconque du calcul des prédicats du premier ordre. A CROIT (P) A CROIT (A CROIT (P)) A CROIT (P) OU A CROIT (Q) A CROIT (P OU Q) A CROIT (P ET Q) A CROIT (P) ET A CROIT (Q) A CROIT (P) NON ( A CROIT (NON P) ) (A CROIT (P Q)) (A CROIT (P) A CROIT (Q) ) ( x, A CROIT (P (x)) ) A CROIT ( x, P(x))

46 46 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Schéma d'action un nom un ensemble de paramètres un ensemble de formules –des préconditions P –des effets E –un corps C

47 47 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS HYPOTHESES DAPPLICATION acte de langage -> schéma daction paramètres : le locuteur, lauditeur corps de laction -> produire un discours. Notations : le locuteur (L), lauditeur (A), la proposition (P)

48 48 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples INFORMER (L, A, P) –préconditions : L VEUT (INFORMER (L, A, P)) –effets : A SAIT(P) –corps : L DIRE (P, A) OU L ECRIRE (P, A) INFORMER-SI (L, A, P) –préconditions : L VEUT (INFORMER-SI (L, A, P)) –effets : A SAIT-SI (P) –corps : L DIRE (P = Vrai, A) OU L DIRE (P = Faux, A) OU L ECRIRE( P = Vrai, A) OU L ECRIRE( P = Faux, A)…

49 49 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Exemples INFORMER-REF (L, A, D) où D Description –préconditions : L VEUT (INFORMER-REF (L, A, D)) –effets : A SAIT-REF (D) –corps : L DIRE (D, A) OU L ECRIRE( D, A) … DEMANDER(L, A, ACT) où ACT : Action –préconditions : L VEUT (A FAIRE ACT) –effets : A VEUT (A FAIRE ACT) –Corps : L DIRE (DEMANDE A ACT)

50 50 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Règles d'inférences Abréviations –B CAV (X) B CROIT ( A VEUT (X)) –ACT Action, P préconditions, E effets, C corps Règles sur les actions –B CAV(P) B CAV (ACT) si A a le but P alors A peut vouloir réaliser une action ACTpermise par P –B CAV(ACT) B CAV (E) si A veut réaliser ACT alors cest quil veut obtenir les effets E de cette action

51 51 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Règles d'inférences –B CAV(C) B CAV( ACT) si A veut exécuter C alors cest quil peut vouloir réaliser ACT Règles sur les connaissances –B CAV( A SAIT-SI (P)) B CAV(P) –B CAV( A SAIT-SI (P)) B CAV(NON P) si A veut connaître la valeur de vérité de P alors A veut réaliser un but qui requiert que P soit vrai (ou NON P). –B CAV( A SAIT-SI (P (a))) B CAV(A SAIT-REF (x: P(x)) A veut savoir si P(a) est vrai afin détablir lidentité dun des termes de P.

52 52 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Règles d'inférences Règles sur la construction de plans –A VEUT (ACT) A VEUT (P) Si A veut exécuter ACT alors A doit s'assurer que les préconditions P soient vérifiées.

53 53 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS –A VEUT (ACT) A VEUT (C) si A veut exécuter ACT alors A veut exécuter C –A VEUT (E) A VEUT (ACT) pour obtenir leffet E, A veut réaliser ACT –A VEUT (P) A VEUT( A SAIT-SI (P)) Si A veut réaliser P alors il doit savoir si P est vrai ou faux.

54 54 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Génération de réponses : un exemple A quelle heure part le train pour Lyon ? DEMANDER (A, B, INFORMER-REF(B, A, t1) où Temps(t1), Train (T), HeureDeDepart(T, t1), Destination(T, Lyon) plan partiel : possibilités + prévisions

55 55 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Forme du plan

56 56 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS

57 57 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Conclusion Sur le plan de l automatisation : –Difficulté de repérer les actes illocutoires les marques linguistiques de surface ne suffisent pas –Il y a ambiguité des actes. –L hypothèse 1 proposition=1 acte est souvent infirmée

58 58 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Travaux d'Allen, Cohen et Perrault, un grand classique ! –pertinent pour la génération de réponses coopératives –mais il manque la dimension du dialogue

59 59 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Système de questions-réponse à un système de dialogue –historique du dialogue –structuration du dialogue


Télécharger ppt "1 Violaine PRINCE LIRMM-CNRS Actes de langage et Modèles de dialogue 1.Introduction 2.Actes de langage 3.Travaux d'Allen, Cohen et Perrault."

Présentations similaires


Annonces Google