La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Rapport présenté à la Mars 2008 Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Rapport présenté à la Mars 2008 Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire."— Transcription de la présentation:

1 Rapport présenté à la Mars 2008 Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire

2 1 Tables des matières Page Contexte et objectifs…………..………….………………….………………………………………………………………………2 Méthodologie………………………………………………………………………………………………………………………….3 Profil des répondants………………………………………………………………………………………………………………...6 Faits saillants………………………………………………………………………………………………………………………..10 Analyse des résultats…………………………………………………………………………………………………….……..….16 Incidence et caractéristiques de la cyberintimidation………………………………………………………..……….…17 Perception de lincidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail……...….……………………….……….23 Attitudes et perceptions à légard de la cyberintimidation…………………..…….……………………………………30 Annexes : 1.Questionnaire 2.Liste des mentions « autres » aux questions ouvertes

3 2 Contexte et objectifs La firme CROP a été mandatée par la CSQ afin de réaliser un sondage auprès de ses membres. Le principal objectif de ce sondage est dévaluer le phénomène de la cyberintimidation dans le milieu scolaire québécois. De façon plus spécifique, le sondage répond aux objectifs suivants : Mesurer lincidence de la cyberintimidation; Connaître les formes et les contenus de la cyberintimidation; Identifier les auteurs de cyberintimidation; Identifier les attitudes et perceptions à légard de la cyberintimidation.

4 3 Méthodologie Collecte des données Les résultats du sondage reposent sur entrevues téléphoniques effectuées du 6 au 19 février 2008 auprès dun échantillon stratifié non proportionnel des membres de la Centrale des syndicats du Québec. Dune durée moyenne de 6 minutes, les entrevues téléphoniques ont été effectuées par une équipe denquêteurs professionnels, depuis le centre dappels de CROP à Montréal. Le questionnaire a été élaboré, conformément aux objectifs généraux et spécifiques de létude, et ce, conjointement avec les personnes impliquées dans le projet. Conçu en français, il a été soumis à lapprobation de la CSQ et il est présenté en annexe 1. Population détude Les membres de la CSQ oeuvrant en milieu scolaire, soit quelque membres. Léchantillon des membres a été prélevé par le Centre informatique de la CSQ selon un plan présentant neuf catégories professionnelles : enseignants du préscolaire/primaire; enseignants du secondaire/éducation aux adultes/formation professionnelle; professionnels - commission scolaire; employés de soutien - commission scolaire; établissements privés; EHDAA; enseignants CÉGEP; professionnels CÉGEP; employés de soutien CÉGEP.

5 4 Méthodologie (suite) Analyse des résultats Après la collecte de données, les résultats ont été compilés et pondérés sur la base de la population de référence, selon les diverses catégories professionnelles et le sexe des membres de la CSQ. D'un point de vue statistique, un échantillon de cette taille (n=1 200) est précis à 3 points près, 19 fois sur 20. Rappelons que la marge d'erreur augmente lorsque les résultats portent sur des sous-groupes de l'échantillon. Les marges derreur sont donc les suivantes : enseignants du préscolaire/primaire et du secondaire/éducation aux adultes/formation professionnelle (n=250) : 6 %; pour les autres catégories professionnelles (n=100) : 10 %. Le lecteur est fortement avisé de considérer avec circonspection tout pourcentage basé sur un échantillon plus petit que 50.

6 5 Méthodologie (suite) Analyse des résultats (suite) Le traitement statistique des données a été effectué à laide du logiciel STAT XP afin de produire des tableaux croisés permettant une analyse détaillée des résultats. Le total de certains résultats négale pas toujours 100 % puisque les calculs sont basés sur des pourcentages arrondis. Le total des résultats peut parfois excéder 100 % lorsquune question permet des réponses multiples. Lorsque pertinent, des différences statistiquement significatives sont indiquées par le symbole suivant :

7 PROFIL DES RÉPONDANTS

8 7 Profil des répondants Total des répondants (n=1200) % Secteur dactivité des membres sondés Enseignants du préscolaire/primaire 27 Enseignants du secondaire/Éducation aux adultes/Formation professionnelle 28 Professionnels - commission scolaire 6 Employés de soutien - commission scolaire 24 Établissements privés 2 EHDAA 7 Enseignants du CÉGEP 2 Professionnels CÉGEP 1 Employés de soutien CÉGEP 3 Milieu scolaire (selon lévaluation des membres) Très favorisé 5 Assez favorisé 44 Ni favorisé, ni défavorisé 9 Assez défavorisé 29 Très défavorisé 11

9 8 Profil des répondants (suite) Total des répondants (n=1200) % Ancienneté 5 ans ou moins 18 6 à 15 ans à 25 ans ans ou plus 16 Lieu de résidence Région de Montréal (codes régionaux 514 et 450) 44 Région de Québec (code régional 418) 33 Reste du Québec (code régional 819) 23

10 9 Profil des répondants (suite) Total des répondants (n=1200) % Âge 18 à 24 ans 4 25 à 29 ans à 34 ans à 44 ans à 54 ans ans et plus 15 Sexe Homme 26 Femme 74

11 Faits saillants

12 11 Faits saillants Incidence et caractéristiques de la cyberintimidation Demblée, on note que peu de membres sondés (5 %) ont été victimes de cyberintimidation depuis le début de leur carrière. Les enseignants en établissements privés semblent toutefois être davantage la cible de menaces ou dinsultes en ligne que leurs confrères (9%). Cependant, aucune différence significative nest remarquée. En moyenne, les victimes ont vécu trois incidents distincts de cyberintimidation. Cependant, on remarque que la moitié (51 %) dentre elles ont été la cible de ces attaques ou propos injurieux à une seule reprise. La plupart (54 %) indiquent avoir été insultés ou menacés par courriel. Les sites de clavardage (20 %) semblent aussi être un des moyens privilégiés par les auteurs de cyberintimidation. À linverse, les sites comme « Rate my teachers » (2 %) et les sites de réseautage social (3 %) semblent peu prisés pour commettre ces actes. Près de six victimes sur dix (57 %) ont été ciblées directement. Un peu plus du tiers (36 %) des victimes affirment que les insultes reçues portaient sur leur apparence et 22 % soutiennent avoir été la cible de propos diffamatoires. Lauteur des insultes ou menaces diffusées sur Internet est connu de la plupart (57 %) des victimes. Dans près de la moitié (45 %) des cas, les élèves (élèves de sexe masculin (24 %) ou féminin (17 %), groupe délèves (4 %)) sont en cause. Les collègues de travail (22 %) se révèlent aussi être des auteurs de cyberintimidation, tout comme les membres de la direction (13 %).

13 12 Faits saillants (suite) Perception de lincidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail Les résultats du sondage démontrent par ailleurs que les membres de la CSQ ont connaissance dincidents de cyberintimidation ayant lieu dans leur milieu de travail et que le phénomène semble surtout toucher les élèves et les enseignants. Un peu plus du quart (27%) des individus interrogés affirment connaître au moins une personne ayant été la cible dattaques ou de menaces sur Internet. On note que les enseignants de niveau secondaire (35 %) de même que les membres travaillant en institutions privées (41 %) ont eu connaissance quau moins une personne de leur milieu de travail a été victime de cyberintimidation dans de plus fortes proportions que leurs confrères. Selon les individus ayant eu connaissance de ces incidents, les victimes sont surtout dautres élèves fréquentant létablissement (45 %), des enseignants (40 %) et des élèves de leur classe (38 %). À linverse, peu connaissent des employés de soutien (8 %), des professionnels (4 %) ou des membres de la direction (2 %) ayant été victimes de cyberintimidation. On remarque que les membres enseignant au niveau secondaire public (54 %) ou privé (63 %) sont plus susceptibles de connaître un enseignant ayant été victime de cyberintimidation.

14 13 Faits saillants (suite) Perception de lincidence de la cyberintimidation dans le milieu de travail (suite) Toujours selon les individus connaissant des victimes, celles-ci auraient été la cible dinsultes ou dattaques en ligne à environ trois occasions différentes. On note toutefois que le quart dentre eux nont pas été capables de se prononcer sur cette question. Les attaques ou menaces en ligne prendraient souvent la forme de commentaires sur lapparence (38 %) et de propos diffamatoires (34 %). Les menaces de dommages corporels (20 %) ainsi que les commentaires sur le travail (16 %) sont aussi prisés des auteurs de cyberintimidation. Par ailleurs, les résultats indiquent que davantage de membres travaillant en milieu quils qualifient eux-mêmes de défavorisé croient que la victime a reçu des menaces de dommages corporels (28 %) et des messages datteinte à ses biens (9 %). Les victimes connaîtraient la personne sattaquant à eux dans une proportion de 74 %. Sans surprise, il sagirait surtout délèves (83 %). Les élèves de sexe masculin seraient à blâmer dans près de la moitié (46 %) des cas alors que 18 % disent que lauteur de la cyberintimidation était un groupe délèves et 17 %, délèves de sexe féminin.

15 14 Faits saillants (suite) Attitudes et perceptions à légard de la cyberintimidation Les membres sondés se montrent préoccupés par le phénomène de la cyberintimidation et souhaitent un engagement plus soutenu de la part de leur établissement denseignement : la presque totalité (97 %) dentre eux croient que les établissements ont un rôle déducation à jouer afin de sensibiliser les jeunes et les adultes sur cette problématique; les établissements devraient aussi se montrer plus sévères et punir les élèves qui intimident autrui sur Internet (94 %); une très forte majorité (92 %) de répondants indiquent aussi que les établissements devraient inscrire des éléments sur la cyberintimidation dans leur code de conduite et signaler à la police les incidents sy rapportant. On note toutefois un certain découragement : les trois quarts (76 %) des individus interrogés croient que les établissements sont démunis face à ce phénomène.

16 15 Faits saillants (suite) Attitudes et perceptions à légard de la cyberintimidation (suite) Les résultats de lenquête démontrent aussi que la plupart des établissements denseignement ont encore fort à faire pour réagir à ce phénomène : seulement 15 % des répondants indiquent que leur établissement denseignement a des règles formelles qui sont comprises et qui sont bien appliquées et plus du tiers (36 %) indiquent que leur établissement denseignement na aucune de règle concernant la cyberintimidation. Les membres travaillant en établissements privés (53 %) de même que les enseignants de CÉGEP (53 %) sont plus susceptibles dindiquer que leur établissement/commission scolaire na aucune règle concernant la cyberintimidation. La très grande majorité (92 %) des membres de la CSQ sondés croient que les conséquences de la cyberintimidation pour la victimes sont graves : 43 % estiment quelles sont très graves et 49 % disent quelles sont assez graves.

17 Analyse des résultats

18 INCIDENCE ET CARACTÉRISTIQUES DE LA CYBERINTIMIDATION

19 18 Victimes Q1. Au cours des douze derniers mois, avez-vous été victime de lune ou lautre de ces formes de cyberintimidation? Q2. Depuis le début de votre carrière dans léducation, avez-vous déjà été victime de cyberintimidation? Q3. Depuis le début de votre carrière, à combien de reprises environ avez-vous été victime de cyberintimidation? n=1200* Oui Non 95% 5% (n=64) % Nombre dévénements (moyenne) à à et plus8 NSP/refus3 Nombre dévénementsVictime de cyberintimidation depuis le début de leur carrière Seulement 5 % des membres de la CSQ ont été victimes de cyberintimidation depuis le début de leur carrière. À peine 2 % affirment avoir souffert de cela au cours des douze derniers mois.

20 19 Formes Q4. Sous quelle forme s'est produite la cyberintimidation (la plus récente)? n=64 Courriels Messages textes sur leur cellulaire Profils en ligne comme Facebook/MySpace Sites de clavardage Au téléphone Blogues En personne/de vive voix Autres NSP/Refus Photos sur un site web Vidéos sur un site web Contenus sur des sites web comme Rate your teacher Formes de cyberintimidation Le courriel est la méthode privilégiée par les auteurs de cyberintimidation : plus de la moitié (54 %) des victimes indiquent avoir été atteintes de la sorte. Les sites de clavardage (20 %) ainsi que les messages textes sur cellulaire (11 %) sont aussi des moyens fréquemment utilisés pour atteindre les victimes. Plusieurs mentions possibles

21 20 Victimes directes et indirectes Q5. Est-ce que le message ou les images vous ont été envoyés directement, ou vous avez su par d'autres que des propos ou des images diffamatoires circulaient à votre sujet? n=64 NSP/refus Directement 57% 40% Victimes directes et indirectes 3% Indirectement La plupart (57 %) des victimes de cyberintimidation sondées ont appris de façon directe quelles étaient la cible dinsultes ou de menaces. Quatre victimes sur dix (40 %) en ont plutôt été informées par dautres.

22 21 Contenus Q6. Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées ? n=64 Contenus de la cyberintimidation Commentaires sur lapparence Commentaires sur le travail Propos diffamatoires Menaces ou insultes à caractère sexuel NSP/Refus Menaces datteinte à leurs biens Menaces de dommages corporels Un peu plus du tiers (36 %) des victimes indiquent que la cyberintimidation a pris la forme de commentaires sur lapparence alors que le tiers ont été lobjet de propos diffamatoires. Deux victimes sur dix (21 %) ont reçu des insultes concernant leur travail. Les contenus à caractère sexuel (10 %), les menaces datteinte à leurs biens (6 %) ainsi que les menaces de dommages corporels (5 %) sont des contenus de cyberintimidation moins utilisés. Plusieurs mentions possibles

23 22 Auteurs de la cyberintimidation Q7. Connaissez-vous l'auteur de cette cyberintimidation? Q8. Sagissait-il …? n=64* Ne connaît pas lauteur Connaît lauteur 57% NSP/refus 42% *Parmi ceux connaissant lauteur n=37 Auteurs de la cyberintimidation Connaissance de lauteur Plus de la moitié (57 %) des victimes connaissent lauteur de la cyberintimidation. Les élèves sont à lorigine de ces actes dans près de la moitié (45 %) des cas. 1% Élèves : 45 %

24 PERCEPTION DE LINCIDENCE DE LA CYBERINTIMIDATION DANS LE MILIEU DE TRAVAIL

25 24 Connaissance Q9. À part vous-même, connaissez-vous des gens dans votre milieu de travail qui ont été victimes de cyberintimidation? Il peut s'agir d'élèves comme de membres du personnel. n=1200 NSP/refus Ne connaît personne 17% 72% Connaissance dune victime de cyberintimidation 10% Connaît une seule personne 1% Connaît plus dune personne Plus du quart (27 %) des membres sondés connaissent au moins une victime de cyberintimidation. Les gens travaillant dans les écoles secondaires (35 %) ou les établissements privés (41 %) sont plus susceptibles de connaître une personne ayant été la cible dinsultes ou de menaces en ligne. 27 % Établissements privés (41%) Secondaire (35 %)

26 25 Membres de la direction Victimes Q10. Sagit-il de… Q11. La victime de cette cyberintimidation était-elle... n=324 Autres élèves Enseignants Élèves de leur classe Employés de soutien NSP/Refus Professionnels Victimes de cyberintimidation Les hommes (63 %) ainsi que les enseignants de niveau secondaire (54 %) et les membres travaillant en établissements privés (63 %) connaissent des enseignants ayant été victimes de cyberintimidation dans de plus fortes proportions que les autres membres de la CSQ. Femmes (50 %) Hommes (63 %) Établissements privés (63 %) Secondaire (54 %) Autres 18 à 34 ans (53 %) Plusieurs mentions possibles

27 26 Membres de la direction Cas le mieux connu Parmi tous les cas de cyberintimidation que vous pouvez connaître dans votre milieu de travail, parlons maintenant du cas que vous connaissez le mieux. Q11. La victime de cette cyberintimidation était-elle... n=324 Autres élèves Enseignants Élèves de leur classe Employés de soutien NSP/Refus Professionnels Cas de cyberintimidation le mieux connu Lorsquon regarde uniquement le cas de cyberintimidation le mieux connu, on constate que les membres connaissent dabord dautres élèves (33 %) fréquentant leur établissement scolaire, des enseignants (30 %) et des élèves de leur classe (28 %). Femmes (40 %) Établissements privés (61 %) Hommes (46 %) Secondaire (43 %) Autres 18 à 34 ans (42 %)

28 27 Nombre dévénements Q12. À combien de reprises environ cette personne a-t-elle été victime de cyberintimidation? (nombre dévénements différents) (n=324) % Nombre dévénements (moyenne) à à et plus 8 NSP/refus 27 n=324 Nombre dévénements Le quart des gens connaissant au moins une personne ayant été victime de cyberintimidation croient que cette victime a vécu en moyenne trois incidents distincts de cyberintimidation.

29 28 Contenus Q13. Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées? n=324 Commentaires sur lapparence Commentaires sur votre travail Propos diffamatoires Menaces ou insultes à caractère sexuel NSP/Refus Messages haineux Menaces de dommages corporels Messages datteinte à leurs biens Menaces/harcèlement Autres Contenus de la cyberintimidation Les commentaires sur lapparence sont le type dinsultes le plus souvent émis (38 %), suivi de près par les propos diffamatoires (34 %). Plusieurs événements de cyberintimidation connus des membres ont pris la forme de menaces de dommages corporels (20 %) et de commentaires sur le travail (16 %). Vidéos ou photos de la personne Milieu défavorisé (28 %) Plusieurs mentions possibles Milieu défavorisé (9 %) Hommes (5 %)

30 29 Auteurs de la cyberintimidation Q14. Cette personne connaissait-elle l'auteur de cette cyberintimidation? Q15. Lauteur était-il …? n=324* Victime ne connaissait pas lauteur Victime connaissait lauteur 74% NSP/refus 21% *Parmi ceux connaissant lauteur n=239 Auteurs de la cyberintimidationConnaissance de lauteur 6% Dans près des trois quarts (74 %) des cas récents connus des membres, la victime connaît lauteur de la cyberintimidation. Les élèves sont principalement (83 %) mis en cause. Toutefois, on note que les élèves de sexe masculin sont à blâmer dans près de la moitié (46 %) des cas. Élèves : 83 %

31 ATTITUDES ET PERCEPTIONS À LÉGARD DE LA CYBERINTIMIDATION

32 31 La cyberintimidation et les établissements denseignement Q16. Êtes-vous tout à fait en accord, plutôt en accord, plutôt en désaccord ou tout à fait en désaccord avec les affirmations suivantes: les établissements denseignement … n=1200 …ont un rôle déducation à jouer pour sensibiliser les jeunes et les adultes sur la cyberintimidation …devraient inscrire dans le code de conduite des élèves des éléments sur la cyberintimidation …sont démunis par rapport à un phénomène comme la cyberintimidation …devraient imposer des sanction aux élèves qui font de la cyberintimidation …devraient signaler à la police les incidents de cyberintimidation 97 % 94 % 92 % 76 % Les établissements denseignement et la cyberintimidation Plutôt en accordTout à fait en accord La très grande majorité des membres de la CSQ sondés dans le cadre de cette enquête croient que les établissements denseignement doivent jouer un rôle plus actif pour contrer la cyberintimidation. Malgré cela, une forte proportion (76 %) croit toutefois que les établissements sont démunis par rapport à ce phénomène.

33 32 La cyberintimidation et les établissements denseignement Q17. Lequel des énoncés suivants décrit le mieux la position de votre établissement d'enseignement ou de votre commission scolaire par rapport à la cyberintimidation. Est-ce… n=1200 NSP/refus Il ny a aucune règle 36% 28% Position de létablissement/commission scolaire à légard de la cyberintimidation 15% Les règles sont bien comprises et appliquées Il y a des règles, mais peu de gens en sont informés Il y a des règles formelles mais elles ne sont pas appliquées 15% 7% Les membres travaillant en établissements privés de même que les enseignants de CÉGEP sont plus susceptibles dindiquer que leur établissement/commission scolaire na aucune règle concernant la cyberintimidation (53 %). Pour leur part, les individus ayant été victimes de cyberintimidation et ceux connaissant des victimes indiquent dans de plus fortes proportions que leur établissement affiche des règles formelles mais quelles ne sont pas appliquées (respectivement 15 % et 10 %). Établissements privés (53 %) Enseignants CÉGEP (53 %) Employés de soutien CS (25 %) Hommes (35 %) A déjà été victime (15 %) Connaît une victime (10 %)

34 33 Conséquences de la cyberintimidation Q18. En général, comment qualifieriez-vous les conséquences de la cyberintimidation pour la victime? Diriez-vous qu'elles sont… n= % 92 % Conséquences de la cyberintimidation pour la victime La très grande majorité des membres sondés (92 %) estiment que les conséquences de la cyberintimidation sont graves pour la victime.

35 Annexe 1 Q4 Sous quelle forme s'est produite la cyberintimidation (la plus récente)? Camera sur téléphone cellulaire Des faux concours, des gens qui sont pris dans d'autres pays, des items non-payés sur Paypal alors que je ne l'utilise pas, il y en a qui se font passer pour la caisse populaire et essaie d'avoir mon mot de passe et numéro de compte. Le portail, réseau de communication interne Des rumeurs sur Internet quelqu'un qui a volé son identité et a fait des avance à d'autres personnes. Supprimer les fichiers, laisser un message de menaces Jeux en ligne (World of Warcraft) Expositions sexuelles Liste des mentions « autres » aux questions ouvertes

36 35 Annexe 1 (suite) Liste des mentions « autres » aux questions ouvertes Q8 S'agissait-il … une connaissance personnelle une organisation un ex-conjoint une cliente Q10 S'agit-il de… mes enfants Q11 La victime de cette cyberintimidation était-elle... mon enfant la fille d'une enseignante des étudiantes

37 36 Annexe 1 (suite) Q13 Quel était le contenu des messages ou des informations véhiculées? Discrimination-règlement de compte Mensonges Sa vie privée Une proposition pour aller travailler ailleurs dans une autre école Vol d'identité Handicap Q15 L'auteur était-il… Ex-conjoint Un transsexuel. Organisation Son amoureux qui appartenait a un gang de rue Une amie de sa cousine


Télécharger ppt "Rapport présenté à la Mars 2008 Sondage sur le phénomène de la cyberintimidation en milieu scolaire."

Présentations similaires


Annonces Google