La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Ministère de lAgriculture et de lÉlevage Bureau de Stratégie et de Développement ******************* Atelier Régional sur le Riz et lAquaculture STRATEGIE.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Ministère de lAgriculture et de lÉlevage Bureau de Stratégie et de Développement ******************* Atelier Régional sur le Riz et lAquaculture STRATEGIE."— Transcription de la présentation:

1 Ministère de lAgriculture et de lÉlevage Bureau de Stratégie et de Développement ******************* Atelier Régional sur le Riz et lAquaculture STRATEGIE NATIONALE DE DEVELOPPEMENT DE LA RIZCULTURE EN GUINEE Ouagadougou, 23-27 mars 2009

2 Plan de communication I.Contexte et justification II.Revue du secteur rizicole national III.Les zones de priorité et les approches IV.Vision et Cadre de la Stratégie V.Stratégies pour les sous-secteurs VI.Conclusion et Recommandations

3 Contexte et Justification E n Guinée, la sécurité alimentaire repose essentiellement sur lautosuffisance en riz avec une consommation per capita de 100 Kg La culture de riz occupe 60% des surfaces cultivées 80% des exploitations agricoles (844 854) cultivent du riz soit 670 000 (3 160 000 hbts) Potentiel important de terres rizicultivables dont 8% seulement aménagés La production nationale en nette progression (plus de 1 400 000 tonnes en 2008) Contribution de 6% au PIB Importation de 300 000 à 350 000 de riz en moyenne par an (140 millions $US en 2007) Doù la priorité accordée à la filière riz dans les politiques agricoles

4 Quatre principaux systèmes de culture rizicoles en Guinée (2001 ) Coteaux (abattis-brûlis) : 493.000 ha (64%) avec des rendements de lordre de 0,8- 1 t/ha ayant un impact négatif sur lenvironnement Bas-fonds : 70.000 ha (9%) avec des rendements de 1,5 à 2,5 t/ha et possibilité de diversification (poisson, produits maraîchers, etc.) Plaines alluviales du fleuve niger et affluents :150.000 ha (19%) avec des rendements de 0,8 à 2 t/ha; Plaines de mangroves :60.000 ha (8%) avec des rendements de1,5 à 3,5 t/ha ; émergence dune sous- filière Boora malé (produit bio) et opportunité de marchés importants (Sociétés minières, capitale Conakry, etc.

5 Vision et Cadre de la Stratégie Objectif global : Assurer lautosuffisance du pays en Riz à lhorizon 2018 et exporter sur les marchés sous- régional et international Objectifs quantifiés passer dune production de 1 206 915 tonnes de riz paddy en 2008 à 2 726 460 tonnes de riz en 2018 ; faire passer les rendements moyens du riz de 1,43 t/ha en 2008 à 2,75 tonnes en 2018 ; Aménager avec maîtrise totale de leau à lhorizon 2015, au moins 90 000 ha de grandes et moyennes plaines rizicoles en Basse Guinée et 90 0000 ha en Haute Guinée et 20 000 ha de bas-fonds en Guinée forestière

6 Choix et axes stratégiques PNDA-Vision 2015 la concentration des investissements rizicoles dans deux grands pôles de développement situés en Basse Guinée (dans les plaines de mangroves) et en Haute Guinée (dans les plaines alluviales, le long du fleuve Niger et de ses affluents) ; le développement de la riziculture de mangrove en mettant laccent sur les aménagements avec maîtrise de leau dans un objectif de double culture ; la poursuite du développement de la riziculture de bas-fonds dans une perspective de diversification intégrant la rizipisciculture et les cultures de contre-saison dont le maraîchage ; le soutien à la riziculture de coteau à travers la large diffusion du riz NERICA dans le cadre dun système intensif intégrant une bonne gestion de la fertilité des sols ; la mise en place dun système de financement adapté pour favoriser laccès aux intrants agricoles ; le renforcement des activités post-récoltes par la diffusion de décortiqueuses et détuveuses en faveur des femmes ; lappui au secteur privé en infrastructures de commercialisation (magasins de stockage, aménagements de marchés nationaux, transfrontaliers et régionaux) ; le renforcement des services de recherche et de conseils agricoles en vue dune amélioration de la productivité agricole

7 Projections des production par zone de culture (tonnes) Types de riziculture 200820132018 Plaines alluviales 112 368221782388 895 Mangroves et plaines intérieures 332 942470 094635 058 Bas-fonds 166 471230 047605 029 Coteaux 595 1341 206 9171 397 479 Total (paddy) 1 206 9151 942 8322 726 460 Riz Net 820 7021 321 1311 853 993 Besoins nationaux -- 1 641 404 Surplus commercial -- 212 589

8 Projections des superficies et rendements Types de riziculture 200820132018 SuperficiesRendtSuperficiesRDTSuperficiesRDT Plaines alluviales 749121,554 00040 0003,549 26370 0004,5 Mangroves et plaines intérieures 133.1772,5118 037500003,5142 023700004,0 Bas-fonds 832362,095 023100004,0112 515200004,0 Coteaux 5410311,1382 6523000002,0361 344500002,0 Total 832 3551,45649 712400 0002,3 9 665 1452100002,45

9 Phases de la stratégie La première phase, échéance 2009 Appui à la mise en valeur de 150 000 ha (83% en pluvial et 17% en bas-fonds et en plaines) Fourniture de 9 600 tonnes de semences améliorées dont 64% de durée, 13 000 tonnes durée, 19 500 tonnes de NPK, 530 000 litres dherbicides 7 200 tonnes NERICA pour un coût total de 38,710 millions $US. Lobjectif recherché est de réduire le déficit de riz de 15 % soit 45 000 tonnes de riz net

10 Suite phases de la stratégie La deuxième phase, échéance 2013 Aménagement de 50 000 ha de mangrove, 40 000 ha de plaines alluviales et de 10 000 ha de bas-fonds avec maîtrise totale de leau si possible Fourniture dintrants agricoles : 28 000 tonnes de semences améliorées et 87 500 tonnes dengrais minéraux et 1 600 000 litres dherbicides. Le coût total des intrants se chiffre à 108 millions U$ La production escomptée est de 1 942 839 tonnes de riz de paddy soit de 1 321 000 tonnes de riz net. Comparée à la production de lannée de référence, cela correspond à une augmentation de 735 924 tonnes soit 61% daugmentation

11 Suite phases SNDR La troisième phase, échéance 2018 Aménagement de 160 000 ha avec maîtrise totale de leau dont : 70 000 ha de mangrove, 70 000 ha de plaines alluviales et 20 000 ha de bas-fonds. Apport dintrants de : 46 400 tonnes de semences améliorées, 59 000 tonnes durée, 88 500 tonnes de NPK et 2 600 000 litres dherbicides pour un coût global de 130 millions U$ La production de riz attendue est de 2 726 460 tonnes de paddy soit 1853 992 tonnes de riz net. Cela correspond à une production supplémentaire de 1 519 446 tonnes de riz paddy soit une augmentation de 125% par rapport aux besoins nationaux Objectif de la CARD pour la Guinée est largement dépassé et dont lexcédent sera commercialisé dans la sous région

12 Budget prévisionnel Coût global : 1,300 milliard $US dont : 488 850 000 $US au titre des intrants agricoles, 520 000 000 $US pour la maîtrise de leau, 17 500 000 pour lachat des équipements agricoles de production et de post-récolte, 8 000 000 $US pour les pistes de désenclavement, 675 000 $US pour la réhabilitation des centres semenciers et de recherche agricole, 6 000 000 $US pour la recherche agricole, le conseil agricole et le suivi de la mise en œuvre

13 Gouvernance de la stratégie Cette initiative devra être pilotée sous les auspices du Conseil National de Sécurité Alimentaire (CNSA) présidé par le Premier Ministre. Pour son opérationnalité il est proposé un dispositif institutionnel pour la réalisation des pôles de développement sous forme dOffices au niveau de la Haute et de la Basse Guinée sur la base des expériences réussies au niveau de lOffice du Niger au Mali la définition dune lettre de mission pour la filière riz renouvelable tous les 5 ans comme conditions préalables aux investissements à mettre en place dans la filière riz. Un Comité de pilotage de coordination et de suivi de la stratégie sera mis en place aux niveaux national, régional, préfectoral et local (CRD si possible). Il sera renforcé par un dispositif de suivi et dévaluation et décentralisé. La stratégie sera mise en œuvre aux travers des programmes et projets portés par les Etats et les organisations professionnelles Dans ce cadre un système de contractualisation sera généralisé à travers les conventions, les contrats de prestations, le transfert de compétence et de délégation de maîtrise douvrage

14 Engagements financiers de lEtat Actuellement la contribution de létat au secteur agricole est de lordre de 3,5% du budget national contre 10% prévu par la déclaration des Chefs dEtats de lUnion Africaine dite de Maputo en 2003 Sur proposition du Conseil économique et Social et conformément aux recommandations de latelier national sur le riz tenu à Conakry, les 17 et 17 février 2009, il est prévu la création dun Fonds pour le Développement de la Riziculture qui sera constitué par laffectation de 10% des recettes minières et des prélèvement de taxes sur les importations de produits alimentaires et sur les exportations des produits agricoles ; Soutien à la mise en place de la Banque de Développement Agricole et Minier BADAM

15 Stratégies pour les sous-secteurs Systèmes de semence Renforcement des capacités de la recherche pour la production de semences de pré-base et de base Renforcer la collaboration entre la recherche et la production en impliquant les producteurs, les multiplicateurs et les distributeurs dans le développement dun système semencier Renforcer la collaboration avec les centres de recherche internationale. La spécialisation des paysans leaders et coopératives dans la production de semences (assistance technique) La promotion de limplication des maisons internationales dans la fourniture nationale des semences (50 000 -100 000 tonnes) Lappui à la mise en place dun réseau décentralisé et efficient de distribution dintrants à proximité des producteurs ; Création de laboratoires privés de contrôle de qualité Commercialisation et distribution des engrais Appui à la mise en place dun réseau de proximité de distribution dintrants; Appui à la mise dun fonds de roulement permettant aux producteurs daccéder aux intrants ; Mise en place dun système de subvention dégressif pour lacquisition des engrais et pesticides Appui à la mise en place dune unité de conditionnement des engrais et des pesticides avant la fin de la première phase en 2013

16 Techonlogie post-récolte Créer les conditions dacquisition de moissonneuses-batteuses dans les grands bassins de production rizicole de la Haute et la Basse Guinée en vue de faciliter les récoltes et par la même occasion, réduire les pertes post-récoltes (fonds de soutien de linde en cours); Favoriser la construction daires de séchage et la mise à disposition de bâches ; Appuyer le transfert de technologies en matière de séchage et de conditionnement du paddy Mettre à la disposition des femmes du matériel amélioré détuvage ; sensibiliser les femmes à assurer un bon nettoyage du riz avant et après décorticage. mettre à la disposition des femmes du matériel amélioré détuvage ; sensibiliser les femmes à assurer un bon nettoyage du riz avant et après décorticage

17 Commercialisation du riz Elaborer une stratégie cohérente de commercialisation du riz définissant les responsabilités des différents acteurs et les mécanismes de gestion Redynamiser le réseau de collecte, de stockage, de transport et de distribution du riz local par la mise en place de centrales dachat de riz et dinterprofessions ; Favoriser la création de banques de céréales pour le riz et de bourses de riz dans le cadre de la constitution des stocks de sécurité alimentaire ; Assurer la promotion du riz local par lamélioration de sa compétitivité ; Promouvoir la gestion de la qualité du riz (étiquetage du riz et labellisation) ; Favoriser laccès des opérateurs à des emballages et des poids et mesures standardisés ; Construire des magasins de stockage dans les grands bassins de production rizicole en Basse et Haute Guinée et dans les grands centres de consommation notamment, à Conakry ; Renforcer les capacités des opérateurs en gestion simplifiée de la commercialisation du riz ; Créer un fonds dappui à la commercialisation du riz local ; Valoriser les sous-produits du riz notamment : les pailles, les sons etc. Mettre en place un système dinformation adapté aux acteurs de la filière riz

18 Irrigation et investissements dans les technologies de régularisation des eaux Réhabilitation Responsabilisation des OP (comités dusagers) la réfection des digues de ceinture ; La réfection des ouvrages hydrauliques et leurs accessoires (vannes, etc.) Le curage des canaux et drains principaux et secondaires Nouveaux aménagements En mangrove de front de mer : les ouvrages de régulation des eaux de mer et des eaux douces ; les réseaux de distribution et dirrigation et les réseaux de drainage

19 (Suite maîtrise de leau) plaines darrière mangroves Mise en place de réseaux dirrigation et de drainage (canaux dirrigation et de drainage et aménagements intérieurs : casiers) Construction douvrages de stockage (notamment les retenues deau : barrages et micro-barrages, seuils déversants et retenues collinaires) Plaines alluviales Construction de stations de pompage et de barrages hydro-agricoles à simple ou buts multiples Construction de réseaux dirrigation et de drainage (canaux de distribution, dirrigation et de drainage, organes de régulation).

20 (Suite maîtrise de leau) Bas–fonds : Construction de retenue collinaire Aménagements de bas-fonds avec prise au fil dun cours deau Aménagements de bas-fonds avec système dexhaure pour les grappes de bas-fonds Protection et durabilité Responsabilisation pleine et entière des acteurs bénéficiaires dans le processus de planification et dappropriation des périmètres aménagés Formation à la gestion de leau et lentretien des ouvrages Développer la gestion coopérative et es techniques danimation

21 Mécanisation et Entretien des Equipements Agricoles Mécanisation et Entretien des Equipements Agricoles Elaboration dune stratégie de mécanisation adaptée à la riziculture Appui au développement de la culture attelée (RGTA) Appui au développement de la motorisation (tracteurs, motoculteurs, moissonneuses- batteuses, etc.) Mise en place de fonds de déquipements ou lignes de financement pour les importateurs ou joint venture Mise en place de coopératives de prestations de service ou dentreprises

22 Recherche et diffusion des technologies Génération de technologies et transfert Renforcer les capacités humaines, matérielles et financières de la recherche et du conseils agricoles Développement dune recherche participative et à la demande des producteurs Renforcement du partenariat scientifiques avec CGRAI et autres Identification des thèmes de recherche : Elle seffectue lors des journées de réflexions avec les acteurs de la filière Formulation des projets de recherche autour des contraintes agricoles Tests de technologies en station selon des dispositifs expérimentaux classiques Ressources génétiques Existence dune collection variée de 3000 variétés locales et améliorées Renforcer les moyens du programme Ressources phytogénétiques de lIRAG pour les missions de collecte de conservation (chambres froides, etc.) et de caractérisation Renforcer le partenariat scientifique avec les institutions spécialisées

23 Accès au crédit et financements agricoles Création du Fonds le Développement de la Riziculture en Guinée (FDRG) qui sera géré par un comité tripartite incluant les représentants des riziculteurs, des transformateurs, des importateurs de riz, déquipements et dintrants agricoles ainsi que les consommateurs Appui à la mise en place rapide de la Banque de Développement de lAgriculture et des Mines (BADAM) Réduction du coût du crédit en fonction des spécificités des différents acteurs de la filière

24 Impacts attendus Valeur ajoutée de 1 500 milliards GNF soit millions $US au PIB 1 500 milliards GNF soit 300 millions $US de revenus à partager entre les acteurs de la filière dont environ 40-50% par les producteurs ; 320 000 emplois créés après aménagement de 160 000 ha (lutte contre exode rural) Installation de plus de 500 coopératives de production et de service (jeunes agriculteurs et groupements féminins )

25 Impacts attendus 1 500 000 tonnes de paille comme aliment pour bétail et gestion de la transhumance 550 000 tonnes de sons comme aliment pour bétail et volaille 260 000 tonnes de balles comme combustible pour les rizeries et décortiqueuses Production de 500 tonnes de poisson en Guinée Forestièreet 800 tonnes de produits maraîchers etc.

26 Conclusion et recommandations Recommandations de latelier national sur la filière Riz de février 2009 La création dun Fonds de soutien au développement de la riziculture ; La mise en œuvre des engagements de Maputo; La création dune Banque de développement agricole ; La recherche de financement de la filière auprès des institutions financières internationales en général et arabes en particulier ; La négociation à la baisse des taux de crédits des institutions de microfinance Linstauration de prix suffisamment rémunérateurs et incitatifs pour les acteurs de la filière; Le renforcement du partenariat Public-Privé dans la mise en œuvre de la stratégie de développement de la riziculture en Guinée ; La constitution de stocks de sécurité sur la base des excédents du riz produit localement par la constitution dun fonds de commercialisation pour la filière riz ; Le renforcement des systèmes dinformation de marchés et de productions de données sur lensemble de la filière riz ; Lamélioration de laccès aux intrants agricoles des producteurs; Le renforcement des services de recherche et de conseils agricoles Lorganisation dun atelier national sur le financement de la filière riz

27 Je vous remercie de votre attention


Télécharger ppt "Ministère de lAgriculture et de lÉlevage Bureau de Stratégie et de Développement ******************* Atelier Régional sur le Riz et lAquaculture STRATEGIE."

Présentations similaires


Annonces Google