La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Syndicat mixte d'études pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde Secrétariat technique de la Commission locale de l'eau du.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Syndicat mixte d'études pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde Secrétariat technique de la Commission locale de l'eau du."— Transcription de la présentation:

1 1 Syndicat mixte d'études pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde Secrétariat technique de la Commission locale de l'eau du SAGE Nappes profondes de Gironde Approvisionnement en eau du département de la Gironde Le défi de la gestion des nappes profondes Journée bleue de l'IPB 18 avril 2013

2 Syndicat mixte détudes pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde : Établissement public de coopération entre : le département de la Gironde, la Communauté urbaine de Bordeaux, à compter du 13 mai 2013, tout service de l'eau qui le souhaitera, Mission actuelle : Étude de la faisabilité technique, économique, juridique et financière des solutions permettant de préserver ou datteindre « le bon état » de la ressource en eau des nappes profondes de Gironde. Mission future (à compter du 13 mai 2013) : Conduite, dans lintérêt général, toutes actions visant à assurer la préservation, la valorisation et la protection quantitative et qualitative des ressources en eau souterraine et des ressources et milieux naturels associés. Le SMEGREG

3 Prévus par la Loi sur leau de 1992, deuxième grande loi de décentralisation des politiques de leau après celle de 1964, un schéma schéma daménagement et de gestion est : un outil de planification à portée réglementaire pour un bassin versant (une entité hydrologique cohérente), élaboré localement par une Commission locale de leau (CLE) souvent appelée « parlement local de leau ». Schéma daménagement et de gestion des eaux (SAGE) Installée par le représentant de lEtat, la CLE est composée de : 50% au moins délus locaux ; 25% au moins de représentant des usagers ; 25% au plus de représentant de lEtat.

4 4 Les ressources en eau du département de la Gironde

5 5 Territoire : Km² Population : habitants Croissance démographique : +1,1% par an

6 6 Nappes profondes (SAGE) Eaux de surface et nappes phréatiques en millions de m 3 hors refroidissement CNPE du Blayais 160 Département de la Gironde Les volumes prélevés et les usages

7 7 Nappes profondes (SAGE) Eaux de surface et nappes phréatiques en millions de m Département de la Gironde Les volumes prélevés et les usages

8 8 Les nappes profondes du département Miocène Oligocène Eocène supérieur Eocène inférieur à moyen Campano-maastrichtien (Crétacé supérieur) Cénomano-turonien (Crétacé supérieur)

9 9 Aire d'extension de la nappe de l'Eocène

10 Aire d'étude des nappes profondes (de Gironde) L'aire d'extension des nappes profondes de Gironde est bien supérieure au territoire départemental et leur comportement s'analyse cette échelle supra-départementale, On utilise notamment des outils de simulation du comportement des nappes, et notamment le Modèle mathématique nord Aquitain (MONA) développé par le BRGM, Prélèvements cumulés moyens : m 3 /an Mais pourquoi une gestion à l'échelle du département de la Gironde ? aire d'extension du modèle mathématique nord Aquitain

11 Quelques repères pour une mise en perspective du territoire Population Valeur ajoutée brute Emploi Prélèvements dans les nappes profondes Aire d'extension des réservoirs : m 3 /an Département de la Gironde : m 3 /an (50% de ses besoins)

12 12 Une exploitation récente Évolution du nombre de forages exploités sollicitant les nappes profondes en Gironde

13 13 Jusqu'à un passé récent, une croissance ininterrompue des prélèvements

14 14 Conséquence : le "bon état" des ressources n'est pas garanti Les objectifs du SAGE : un bon état chimique (qualitatif) tel que défini dans l'annexe V de la directive cadre et précisé dans la directive "fille" sur la protection des eaux souterraines contre la pollution et la détérioration un bon état quantitatif "défini sommairement" dans la directive cadre (art. 2) et dans son annexe V et dont une définition a été arrêtée par la CLE le 11 juillet Le SAGE a donc arrêté une définition de ce « bon état quantitatif » qui a été repris par le Ministère de lécologie.

15 "Bon état quantitatif" Définition arrêtée par la CLE L'analyse de l'état d'une nappe captive combine une approche globale en bilan et des approches locales en pression. Une nappe captive est en bon état quantitatif lorsque à la fois : la diminution de la réserve que peut faire apparaître le calcul des bilans annuels à moyen et long termes (plusieurs décennies a minima) ne remet pas en cause la pérennité de la ressource ; les niveaux piézométriques sur les zones à enjeux identifiés permettent de garantir : l'absence de dénoyage permanent et étendu du réservoir ; des directions et sens d'écoulement interdisant l'entrée d'eaux parasites ; des débits sortants au profit des milieux aval suffisants pour ne pas empêcher l'atteinte ou le maintien du bon état pour ces milieux.

16 Les concepts : pour la gestion globale en bilan : des unités de gestion (UG) des volumes maximum prélevables objectifs (VMPO) Les concepts : pour la gestion globale en bilan : des unités de gestion (UG) Bon état ? Les concepts, constats et outils

17 OligocèneEocèneCampano-maastrichtien Eocène Campano-maastrichtien Les concepts : pour la gestion globale en bilan : des unités de gestion (UG) des volumes maximum prélevables objectifs (VMPO) un classement des UG : à l'équilibre : Oligocène centre Eocène Médoc Estaire Campano Maastrichtien Médoc Estuaire déficitaires : Eocène Centre Campano Maastrichtien Centre Les concepts : pour la gestion globale en bilan : des unités de gestion (UG) Les concepts, constats et outils

18 Risque de dénoyage Oligocène Risque de salinisation Éocène inférieur à moyen Les concepts : pour la gestion globale en bilan : des unités de gestion (UG) des volumes maximum prélevables objectifs (VMPO) un classement des UG pour la gestion locale en pression : zones à risque zones à enjeux aval Les concepts, constats et outils

19 Les constats du SAGE Des bilans déséquilibrés à grande échelle Des risques locaux Risque de dénoyage Oligocène Risque de salinisation Éocène inférieur à moyen

20 Les actions à mettre en oeuvre Pour atteindre le bon état quantitatif, il est nécessaire de réduire les prélèvements dans les Unités de gestion déficitaires et dans les Zones à risque ce qui passe par : en priorité une optimisation des usages (économies d'eau et maîtrise des consommations) ; une substitution de ressource pour les prélèvements résiduels en excès dans les Unités de gestion déficitaires ; une diminution des prélèvements dans les Zones à risques, le cas échéant par redistribution spatiale au sein de l'Unité de gestion considérée.

21 Une réduction des prélèvements pour quels usages ? AEP 47% Agriculture 47 % AEP 93% AEP 92% Stabilisation des prélèvements Réduction des prélèvements + réduction des prélèvements dans les Zones à risques ou à enjeux aval => une réduction des prélèvements de l'ordre de 30 Mm 3 /an Origine des 320 Mm 3 /an prélevés en Gironde 160 Mm 3 /an

22 22 La politique de gestion des nappes profondes de Gironde est inscrite dans le Schéma d'aménagement et de gestion des eau (SAGE) des nappes profondes de Gironde. Le SAGE impose une réduction des prélèvements dans les nappes surexploitées par : en priorité une optimisation des usages (économies d'eau et maîtrise des consommations) ; complétée par une substitution de ressource. Qui, où, quand, comment ?

23 23 COMMENT MAITRISER LA DEMANDE EN EAU ? Maîtriser la demande en eau, c'est d'abord répondre à deux questions :- qui utilise leau prélevée ? - à quel usage est destinée cette eau ? Mm 3 /an via les réseaux d'eau potable 40 Mm 3 /an pour un usage direct Analyse des consommations de abonnés girondins sur trois ans (60% des usagers de l'eau potable).

24 24 QUI UTILISE LEAU PRELEVEE ?

25 25 QUEL USAGE FAIT ON DE CETTE EAU ?

26 26 ECONOMIES D'EAU : LA STRATEGIE La stratégie de maîtrise de la demande du SAGE Nappes profondes concerne tous les usages et tous les usagers mais sa mise en oeuvre donne la priorité : à la réduction des pertes en distribution (25% de l'eau) ; aux usages domestiques (66% de l'eau) ce qui nécessite une adhésion de l'ensemble des habitants ; aux usages collectifs, les acteurs publics se devant d'être exemplaires si l'on sollicite le grand public.

27 27 REDUCTION DES PERTES SUR LES RESEAUX D'EAU POTABLE Diagnostic de réseau obligatoire Guides méthodologiques Indicateurs normalisés dans le rapport annuel Nouvelles autorisations de prélèvements et sous conditions de performance Subventions sous conditions d'action

28 Amélioration des performances des réseaux AEP Données de 2003 : pertes des réseaux d'eau potable estimées à 25 Mm 3 /an, soit 24% des volumes prélevés pour l'AEP Entre 2003 et 2008 : 4 M dépensés sur des diagnostics et des sectorisations de réseau. Recentrage des opérations d'entretien sur des opérations ciblées (réparations). Diminution des pertes sur cette même période 2,5 Mm 3 /an. Etat d'avancement des diagnostics de réseau en 2008

29 29 Consommation moyenne en Gironde : 148 litres/habitant/jour MAITRISE DES USAGES DOMESTIQUES

30 30 Economies passives : matériels réduisant la consommation sans intervention de l'usager Résultats immédiats. MAITRISE DES CONSOMMATIONS DOMESTIQUES Economies actives : nécessite une modification du comportement de l'usager Résultats à terme. MAITRISE DES USAGES DOMESTIQUES

31 31 résultats immédiats retour sur investissement en quelques mois promotion, information, communication vers le grand public développement des filières de distribution sensibilisation des professionnels (plombiers, artisans, etc.) Economies passives : MAITRISE DES USAGES DOMESTIQUES

32 32 Economies actives : objectif : former les usagers de demain résultats : à long terme moyens : un programme d'actions pédagogiques en milieu scolaire en partenariat avec l'Education nationale ( élèves/an) MAITRISE DES USAGES DOMESTIQUES

33 33 LES TROIS DIMENSIONS DU DEVELOPPEMENT DURABLE

34 34 FORMATIONS, INFORMATIONS Guides techniques Programme de sensibilisation en milieu scolaire Formation des professionnels : agents des collectivités et plombiers Des conseils gratuits personnalisés pour les particuliers

35 35 EXEMPLARITE DES ACTEURS PUBLICS Usages collectifs Diagnostic des usages Suivi des consommations Espaces verts Terrains de sport Matériels hydro-économes Ville de Mérignac habitants Usages domestiques

36 Optimisation des usages Les résultats déjà obtenus Nombre d'habitants Prélèvements pour l'alimentation en eau potable (toutes ressources confondues)

37 Optimisation des usages Les résultats déjà obtenus Nombre d'habitants Prélèvements pour l'alimentation en eau potable (toutes ressources confondues)

38 Optimisation des usages Empreinte d'un habitant sur la ressource pour l'AEP Pour l'AEP, l'efficacité de la politique d'optimisation des usages est évaluée à partir du poids en prélèvement d'un habitant toutes ressources confondues. Cet indicateur diminue depuis 2003 (2001 ?) et sa valeur en 2008 est la plus faible depuis 1983,

39 La politique d'économie d'eau et de maîtrise des consommations concerne tous les usagers de la ressource. Elle ne permettra pas à elle seule d'atteindre les objectifs du SAGE, même pour son objectif le plus ambitieux (soit 75 m 3 /hab/an). Il convient donc d'envisager des substitutions de ressources. L'optimisation économique de la politique de substitution amène à écarter la multiplication des solutions ponctuelles et à privilégier des projets structurants ne concernant que quelques services de l'eau. Un complémente indispensable : les substitutions de ressource

40 Trois grands projets : capacité 10 à 12 Mm 3 /an ; HT dinvestissement ; /an de fonctionnement ; un coût du m 3 livré de l'ordre de 0,40 /m 3. Un complémente indispensable : les substitutions de ressource Oligocène Sainte Hélène (10 Mm 3 /an) Cénomien sud Gironde (12 Mm 3 /an) Eau de Garonne, ré-infiltration et reprise (12 Mm 3 /an)

41 Si la politique d'économie d'eau et de maîtrise des consommations concerne tous les usagers de la ressource, les substitutions ne concernent que quelques services dont le prix de l'eau augmentera. Le principe est posé d'une prise en charge de ces surcoûts par les services de l'eau non raccordés, et qui pourront continuer à s'approvisionner à partir de leurs captages. La mise en œuvre de ce principe repose sur un accompagnement de l'Agence de l'eau qui s'appuie sur une majoration des redevances pour prélèvement sur les nappes profondes de Gironde. Dans un cadre solidaire

42 42 POUR EN SAVOIR PLUS Trois sites :


Télécharger ppt "1 Syndicat mixte d'études pour la gestion de la ressource en eau du département de la Gironde Secrétariat technique de la Commission locale de l'eau du."

Présentations similaires


Annonces Google