La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Réflexions et Propositions du Comité Santé Publique Responsable : Jean-Claude Fouron Membres : Alix Adrien, Marie-Luce Ambroise, Raymond Duperval, Rose-Andrée.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Réflexions et Propositions du Comité Santé Publique Responsable : Jean-Claude Fouron Membres : Alix Adrien, Marie-Luce Ambroise, Raymond Duperval, Rose-Andrée."— Transcription de la présentation:

1 Réflexions et Propositions du Comité Santé Publique Responsable : Jean-Claude Fouron Membres : Alix Adrien, Marie-Luce Ambroise, Raymond Duperval, Rose-Andrée Éloi, James Féthière, Marie-Hélène Lindor, Marie-Francoise Megie, Lys Montas, Jacqueline Rampy, Frantz Raphael, Jenny-Laure Sully

2 « Il sagit dun mouvement large, inclusif, ouvert et multidisciplinaire en vue darticuler un cadre de reconstruction qui va au-delà de la simple réfection des infrastructures physiques endommagées ou détruites, pour sétendre à la construction dune nouvelle société moins inégalitaire, fondée sur le droit, le partage, la solidarité, léducation, le respect de lenvironnement et le culte du bien commun. » Samuel Pierre

3 Dix commités Thématiques sont définis : 1. Aménagement du territoire et environnement. 2. Développement économique et création demplois. 3. Infrastructures nstionales. 4. Reconstruction de lÉtat et gouvernance. 5. Santé publique et population 6. Solidarité et développement social. 7. Système éducatif 8. Développement culturel et préservation du patrimoine 9. Interventions durgence. 10.Planification globale et financement.

4 Santé Publique Vision Stratégique Assurer laccessibilité à des soins de santé primaire de qualité pour tous en tenant compte des points fondamentaux suivants: Prise en charge globale, médico-psycho-sociale Implication des groupes communautaires aux prises de décisions qui les concernent Intégration des soins médicaux à léducation, linfrastructure (eau potable, routes), le niveau économique familial (logement, revenu) Importance capitale des programmes de prévention (vaccination, nutrition, éducation sanitaire) Respect et mise à profit de la médecine traditionnelle Reconnaître et intégrer les structures et/ou projets qui ont fait leur preuve

5 Court terme : I – Prise en charge des besoins de santé des déplacés. Justifications: Un million dhommes, femmes et enfants vivent sous des tentes dans une promiscuité totale et des conditions dhygiène précaires. Conscience et solidarité sociales Propositions : Prévention : programme rigoureux de vaccination des groupes à risques : enfants et femmes enceintes ou en âge de procréer. Organisation des soins : tant pour les pathologies organiques que pour les désordres psychologiques et mentaux. Respect et dignité : les tenir régulièrement informés des projets concernant leur prochain habitat (lieu, échéancier, etc); leur assurer en priorité un emploi rémunéré dans laménagement et la construction de cet habitat. 5

6 Court terme: II- Programme de soins appropriés aux handicapés Justification: Avant le séisme : handicapés en Haïti (Partners in Health). Sajoutent après le séisme plus de 4000 amputations, y compris des enfants (Healing Hands for Haïti) Propositions : (projet structurant) Mise sur pied dun programme décentralisé de prise en charge impliquant : Hôpitaux départementaux (services de réhabilitation, dorthopédie) et UCS avec un minimum de personnel qualifié pour soins de base, suivi et visites à domicile. Ressources humaines: médecins, infirmiers, physio et ergothérapeutes etc. Ressources matérielles: locaux réservés à la réadaptation (appareils dexercice, prothèses, etc), installation et gestion dun système informatisé (?) pour le suivi des patients et un système de prêts déquipements. Un personnel haïtien qualifié est essentiel à la pérennité dun tel programme avec laide dONGs spécialisées et surtout lexpertise disponible dans la diaspora. 6

7 Moyen terme: I- La Décentralisation/Déconcentration Justification Toutes les études montrent un écart géographique dans la répartition des ressources et du personnel au profit de la capitale. Résultat : les UCS sont inefficaces Propositions Une rémunération stable et adéquate du personnel des UCS associée à la fourniture de matériel et équipement de base La création dun cadre juridico-légal favorable à lautonomie régionale, administrative et budgétaire Lintégration de la population aux décisions et initiatives au sein des UCS Aménagement dinfrastructures : routes, téléphones, radio, informatique, sites de visio-conférences La décentralisation en santé est liée aux propositions de 3 autres comités du GRAHN: laménagement du territoire, léconomie et léducation. 7

8 Moyen terme: II- La Santé Materno-Infantile Justification Mortalités maternelle et infantile en Haïti: parmi les plus élevées d Amérique. Propositions Construction de 3 centres mère-enfant (P-auP, Cayes, Cap) prodiguant soins spécialisés, médicaux et chirurgicaux, en pédiatrie, obstétrique et gynécologie et assurant la formation du personnel dans ces spécialités. Au niveau des UCS : sage-femmes, infirmières et matrones bien formées. Prévention ciblant les maladies contagieuses de la mère et de lenfant. Aménagement d infrastructures : routes, téléphones, radio, internet. La mortalité materno-infantile dépasse le drame humain familial pour atteindre lensemble de la collectivité. Les nombreux membres qualifiés de la diaspora devraient être sollicités dans ce dossier. 8

9 Moyen terme: III- Les Programmes Spéciaux Justification L anémie falciforme est une pathologie propre, entre autres, à la race noire mais nest pas intégrée au PMS. Propositions Ajouter lanémie falciforme à la liste des pathologies (malaria,SIDA, tuberculose etc) déjà ciblées par le MSPP Création en Haïti dun centre de soins, de formation et de recherche sur lanémie falciforme Au niveau des UCS : présence dune infirmière bien formée pour assurer le dépistage et les soins de base.. 9

10 Moyen terme: IV- La Santé Mentale Justification Laccès aux soins de santé mentale est difficile en Haïti : pas assez de psychiatres et de professionnels paramédicaux. Les 2 hôpitaux psychiatriques sont à P-au-P; lun est en désuétude. Propositions Remise en état des institutions psychiatriques éxistantes et construction dhôpitaux ou départements psychiatriques en province Prise en compte de la culture et des croyances locales (spiritualité vaudou) Intégrer les UCS aux soins en santé mentale Mettre laccent sur la formation, sur place ou à distance (télé-médicine), déquipes multi-disciplinaires aux 3 niveaux primaire, secondaire et tertiaire. Favoriser la création de réseaux dentraide pour les groupes à risque : handicapés, déplacés, traumatisés du séisme. 10

11 Moyen terme: V- La Formation des professionnels de la Santé Justification En mai 2009, la direction de la FMP souligne la nécessité dune refonte du contenu et des méthodes pédagogiques. Les professionnels de la santé sont formés sans aucun contrôle extérieur à leur établissement. Propositions Un jumelage temporaire entre facultés locales et facultés étrangères reconnues devrait être encouragé. Laccent devrait être porté sur la formation adéquate des médecins de famille, (projet structurant). La remise en état de fonctionnement de lHUEH. La compétence des futurs diplômés en sciences de la santé devrait être sanctionnée par un examen final, national, géré par lOrdre des professionnels concernés. Lobtention du diplôme dépendrait de la réussite à cet examen. Les ordres professionnels devraient sassurer de la qualité des actes posés par leur membre tout au long de leur carrière (enseignement continu).. 11

12 Moyen terme: VI- Intégration et Rétention des Diplômés Justification Daprès un recensement du PARC publié en octobre 2008, près de 80% des diplômés de la FMP ont quitté le pays durant ces 10 dernières années. Propositions Une éducation civique systématiquement répétée au cours de la formation du jeune haïtien (niveaux primaire, secondaire et universitaire) Lamélioration des conditions de travail du personnel en santé publique (salaire, médicaments, équipements de base, etc… ) Un réseau de soutien et de formation continue régionale et nationale. Une stabilité politique assurant un environnement sécuritaire et des perspectives davenir encourageantes.. 12

13 Moyen terme: VII- Le dossier des ONG Justification Historiquement,laide humanitaire en santé en Haïti sest justifiée par la faiblesse des ressources locales. Des vies ont été sauvées et le sont encore. Actuellement plus de 800 ONG sont impliquées en santé sur lîle, sans contrôle systématique du type et de la qualité des soins prodigués. Propositions Limplication dune ONG dans le système de santé devrait être rigoureusement contrôlée par le MSPP qui détermine la région où elle sinstalle, précise le type dinterventions souhaitées et accorde un permis toujours temporaire. Embauche dun personnel local et transfert de connaissances devraient être la règle. La réussite dune intervention humanitaire devrait être jugée par sa capacité de partir sans laisser un vide.. 13

14 VIII-Réduction des Coûts Propositions Développer un réseau de communication couvrant tout le territoire pour des programmes intensifs déducation sanitaire locaux, régionaux (radio) ou nationaux (télémédecine) Encourager les laboratoires locaux à préparer à un moindre coût les médicaments dont les brevets sont expirés ou les produits à base de plantes médicinales locales dont lefficacité est documentée Instaurer une campagne de sécurité routière visant une réduction des accidents de la route Accorder une priorité aux programmes de prévention (vaccination, éducation de base) et dinfrastuctures (eau courante) Favoriser une médecine ambulatoire et les chirurgies dun jour. La réussite dune intervention humanitaire devrait être jugée par sa capacité de partir sans laisser un vide.. 14

15 Réflexions et Propositions du Comité Santé Publique Merci à tous nos conseillers de la diaspora et du pays.

16 État des Lieux Depuis 1996, le système de santé haïtien est organisé selon une pyramide à 3 niveaux: Niveau primaire: les unités communales de santé (UCS) Niveau secondaire: hôpitaux départementaux, cabinets médicaux spécialisés Niveau tertiaire: hôpitaux universitaires et spécialisés. 1996/Politique de santé

17 Indicateurs en matière de santé en Haïti Espérance de vie à la naissance59.5 ans (PNUD ) 54 ans (EMMUS IV) Taux de mortalité en-dessous de 5 ans120 %o (PNUD ) (86%o) (EMMUS IV) Population sous-alimentée46% (PNUD ) Population sans accès à une source deau potable améliorée 46% (PNUD ) Probabilité à la naissance de ne pas survivre jusquà 40 ans 21.4% (PNUD ) Mortalité maternelle63%o (EMMUS IV)

18 Santé Publique État des Lieux 18

19 A court terme: Prise en charge des besoins de santé des déplacés. Fournir un programme de soins appropriés aux handicapés (projet structurant) A moyen terme: La décentralisation / déconcentration La Santé materno-infantile Les programmes spéciaux Les soins de santé mentale La formation des professionnels de la santé (projet structurant) Intégration et rétention des diplômés Le dossier des ONG A long terme: Améliorer de façon significative les indicateurs de santé en Haïti Santé Publique Objectifs


Télécharger ppt "Réflexions et Propositions du Comité Santé Publique Responsable : Jean-Claude Fouron Membres : Alix Adrien, Marie-Luce Ambroise, Raymond Duperval, Rose-Andrée."

Présentations similaires


Annonces Google