La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Démographie des médecins libéraux omnipraticiens Réunion 25-09-08.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Démographie des médecins libéraux omnipraticiens Réunion 25-09-08."— Transcription de la présentation:

1 Démographie des médecins libéraux omnipraticiens Réunion

2 1.Lavenant 20, premiers éléments de bilan 2.Comment poursuivre et améliorer lefficacité de laction pour garantir une desserte de lensemble du territoire ? 2.1. Le ciblage des zones déficitaires 2.2. Le projet de contrat santé solidarité issu des EGOS 2.3. Quelques pistes de réflexion

3 1. Lavenant 20, premiers éléments de bilan

4 Population : 2,3 millions (3,9 %) Environ 1600 médecins généralistes libéraux exerçant dans ces zones (dont, si les résultats nationaux de lenquête DREES sappliquent, environ 600 à 700 seraient en groupe) Les zones ciblées par les MRS en 2006

5 En moyenne France métropolitaine : HSD moyens : 126,4 K, Activité moyenne : 4742 actes Les professionnels des zones MRS apparaissent plus proches de la moyenne nationale que ceux des bassins de vie classés comme sous dotés ou très sous-dotés Nombre de bassins de vie ou communes concernés Effectif omniprati ciens % des effectifs Honoraires totaux moyens / PS Nombre de C+V moyens / PS Communes de l'avenant ,5% Classification nationale des bassins de vie en 5 catégories (2008) bassins de vie Très sur-dotés ,0% bassins de vie Sur-dotés ,8% bassins de vie Intermédiaires ,5% bassins de vie Sous-dotés ,4% bassins de vie Très sous-dotés ,3% Les zones concernées

6 Entrée en vigueur de lavenant : 29 mars médecins ont bénéficié de loption (données septembre2008) Montant total des aides versées : euros Montant moyen versé par médecin : euros 30 nouvelles installations en zones déficitaires depuis la mise en place de lavenant n°20, dont 16 depuis le 1er janvier 2008 Les médecins bénéficiaires

7 Sur lensemble du territoire métropolitain, le taux de renouvellement des médecins résulte dun taux de sortie qui a été en 2005 et 2006 respectivement de 3 % puis 2,6 % et dun taux dinstallations de 3,3 % et 3,2 % Effectif ayant exercé au cours de l'année (1) Sorties avant le 31/ Entrées avant le 31/ Taux de sortie3,0%2,6% Taux d'entrée 3,3%3,2% La situation sur lensemble du territoire = ayant perçu au moins 1 dhonoraires – ce critère sera revu dans un sens plus restrictif pour éviter denglober des activités marginales

8 Sur les zones définies par les MRS par nature faiblement attractives, on a donc constaté 30 nouvelles installations - le rapport des 30 sur leffectif total des médecins installés sur les communes des zones MRS qui est de 1593 (mais qui ne sont pas tous éligibles au dispositif) et se situe à environ 2 %. - si on les rapporte à lensemble des professionnels qui ont bénéficié sur la période du dispositif de lavenant 20, cela donne un taux de 5,8 %. Une analyse complémentaire est en cours pour affiner ce constat, notamment pour évaluer si le dispositif a pu conduire à un infléchissement de lattractivité de ces zones pour linstallation de médecins. 1ers éléments de jugement à approfondir

9 1.Lavenant 20, premiers éléments de bilan 2.Comment poursuivre et améliorer lefficacité de laction pour garantir une desserte de lensemble du territoire ? 2.1. Le ciblage des zones déficitaires 2.2. Le projet de contrat santé solidarité issu des EGOS 2.3. Quelques pistes de réflexion

10 Le zonage de lavenant 20 Circulaire DHOS/UNCAM du 14 janvier 2005 Territoires dau moins 1500 habitants (commune, canton, regroupement de communes ou de cantons) Densité des praticiens inférieure de 30% à la moyenne nationale Activité (C + V) supérieure de 30% à 50 % à lactivité moyenne nationale pour plus de la moitié des médecins du territoire Références adaptables en fonction des particularités territoriales et critères complémentaires possibles : délai daccès, part des personnes âgées, fragilités sociales plus globales des territoires

11 Le zonage de lavenant 20 En pratique, des critères différents selon les MRS Exemples : découpage géographique et seuil minimal de population (ex 5000 hab en Bourgogne) ; seuils retenus pour définir la notion de suractivité des médecins ont été plus ou moins stricts (5800 actes en Auvergne, en Picardie) ; multiplicité des critères pris en compte ; sources dinformation, années de référence, champ des médecins englobés dans lanalyse

12

13

14

15

16

17 Ladaptation des critères aux réalités de terrain est bien sûr souhaitable. Ce qui est plus problématique est lhétérogénéité créée entre régions (en termes de « droit de tirage » sur un dispositif national).

18 Zonage en 5 catégories, réalisé sur le croisement de deux critères simples : la densité les honoraires moyens + inclusion systématique de certaines zones (zones franches urbaines) a permis de constituer la carte qui accompagnait la circulaire de mars 2008 Le zonage réalisé en 2008

19

20 Ce découpage : - donne une image à un instant donné - ne tient pas compte déléments locaux (dynamique éventuelle des territoires, proximité de zones bien desservies, âge des praticiens et perspectives de départs en retraite, structure âge de la population,…) Les MRS ont été sollicitées pour refaire une concertation sur cette base et acter les zones avec des modifications à la marge (+/- 5%). Le zonage réalisé en 2008

21 Quelques retours régionaux sur le zonage national Nord-PdC Constat : la prise en compte du régime minier fait passer de sous-doté à intermédiaire Le zonage bassins de vie est trop petit par rapport au bassin de clientèle des médecins (incitatif : les médecins plus attachés à la qualité de l'exercice et donc l'augmentation des honoraires n'est pas levier principal)

22 Quelques retours régionaux sur le zonage national Languedoc Roussillon : existant : schéma régionaux de soins de proximité, concertés et fondés pour les zones sensibles sur la coopération médecins urbains et ruraux Constat : zonage inégal entre pôles urbains (parfois trop gros) et ruraux (parfois trop petits) zones franches non déficitaire Axe de travail : regroupements de cabinets y compris maisons de santé mais pas seulement

23 Quelques retours régionaux sur le zonage national Midi Pyrénées Prise en compte des activités saisonnières Changement entre 2005 et aujourd'hui changement de classement remettent en cause les efforts des acteurs locaux prospective et perspective des départs à la retraite délai d'accès superficie âge population zone de revitalisation rurale (ex Lot)

24 Quelques retours régionaux sur le zonage national Bourgogne Réactualisation, rythme du changement ? Problème de pérennité des aides au financement liées au classement de la zone qui disparaissent une fois le nouveau classement décidé les zones sous-dotées contiguës aux pôles urbaines pourraient ne pas être prises en compte cohérence secteurs de gardes/pds avec le zonage

25 1.Lavenant 20, premiers éléments de bilan 2.Comment poursuivre et améliorer lefficacité de laction pour garantir une desserte de lensemble du territoire ? 2.1. Le ciblage des zones déficitaires 2.2. Le projet de contrat santé solidarité issu des EGOS 2.3. Quelques pistes de réflexion

26 26 MPS-16/06/2005 en mettant en place un « Contrat Santé Solidarité » PRINCIPE : Inciter les professionnels de santé des zones sur-dotées à réaliser des missions de service public (participation à la permanence des soins, participation au service public hospitalier…) ou une partie de leur activité en zones sous-dotées, notamment dans des cabinets secondaires ou des maisons de santé La mise en place de ce contrat Santé Solidarité doit respecter léquité inter-générationnelle Objectif : créer les conditions dune solidarité inter-géographique et inter- professionnelle Proposition EGOS :

27 1.Lavenant 20, premiers éléments de bilan 2.Comment poursuivre et améliorer lefficacité de laction pour garantir une desserte de lensemble du territoire ? 2.1. Le ciblage des zones déficitaires 2.2. Le projet de contrat santé solidarité issu des EGOS 2.3. Quelques pistes de réflexion

28 2 objectifs Garantir la couverture des besoins dans les zones mal desservies Éviter de renforcer les zones aujourdhui très bien pourvues Zones locales, ciblées, représentant une faible part de la population Déséquilibres globaux, entre petites zones mais aussi entre régions Pb existe même avec forte densité Pb accentué par la baisse des effectifs

29 1. Garantir la couverture des besoins dans les zones mal desservies Bilan plus approfondi de lavenant 20 à faire En tout état de cause, il faut concilier souplesse locale : –Permettre ladaptation des zonages et le choix des cibles (zones fragiles plutôt que totalement dépourvues, élargissement, etc.) –Faire appel à la palette des solutions que les structures régionales (URCAM notamment dans un certain nombre de régions) ont envisagées (approche par projet, aide à lingénierie, accompagnement et appui personnalisé, solutions permettant de dégager du temps médecin, incitation à être maître de stage, …) et équité inter-régionale / cohérence / non surenchère

30 1. Garantir la couverture des besoins dans les zones mal desservies (2) équité inter-régionale / cohérence / non surenchère : –suppose de calibrer la distribution des moyens entre régions en fonction de leur situation relative –en laissant une autonomie dutilisation des moyens à lintérieur, mais encadrée par la convention nationale (liste de dispositifs possibles, encadrement des niveaux daides,…) –et avec bilan des résultats

31 1. Garantir la couverture des besoins dans les zones mal desservies (3) Parmi les outils : –Faire appel à des praticiens en exercice dans des zones proches des zones sous-dotées et qui peuvent contribuer, sous diverses formes, à maintenir une présence médicale (consultations avancées dans des maisons médicales ou locaux organisés pour, participation à la permanence des soins sur la zone,…) Sinscrit dans le contrat santé - solidarité

32 2. Eviter de renforcer les zones aujourdhui très bien pourvues Utilisation du contrat santé solidarité pour favoriser une auto-régulation plus globale de la répartition géographique ? pas uniquement dans les zones très sous-dotées (les praticiens pouvant être mobilisés étant à lévidence ceux qui exercent dans une relative proximité), mais aussi plus globalement pour éviter de grandes disparités de couverture des besoins au sein de zones plus larges, au niveau départemental,… Choix du praticien de sinscrire ou non dans cette dynamique, mais avec un dispositif incitatif / désincitatif (modulation de la prise en charge des cotisations notamment) ?


Télécharger ppt "Démographie des médecins libéraux omnipraticiens Réunion 25-09-08."

Présentations similaires


Annonces Google