La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Observations photométriques Observatoire de Lyon Formation continue par imagerie numérique.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Observations photométriques Observatoire de Lyon Formation continue par imagerie numérique."— Transcription de la présentation:

1 Observations photométriques Observatoire de Lyon Formation continue par imagerie numérique

2 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon2 Etoile et rayonnement Corps noir Magnitudes Indices de couleurs

3 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon3 Le corps noir - émet un rayonnement propre à sa température - corps en équilibre thermique - absorbe tout rayonnement reçu

4 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon4 Le corps noir

5 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon5 Magnitudes Les anciens répartissaient les étoiles en 6 grandeurs : - grandeur 1, les plus brillantes, - grandeur 2 un peu moins brillantes,... - grandeur 6, à peine visibles à loeil. Maintenant on mesure léclat des étoiles dans une échelle logarithmique : la magnitude. Echelle raccordée à l'échelle des anciens = loi de Pogson La différence de magnitude permet de comparer les éclats de deux objets.

6 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon6 Magnitudes magnitudes m B, m V, m R L'indice B-V est un repère de température Cest un indice de couleurs : B-V ou U-B, I-R etc Observation des étoiles en plusieurs couleurs : La magnitude dun objet dépend du domaine de longueur donde observé : visible, bleu, ultraviolet, infrarouge, radio… Pour un même objet, la différence de magnitude correspond à mesurer le rapport des intensités en deux couleurs

7 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon7 Indice de Couleurs Couleur de létoile donnée par la différence de magnitude entre deux couleurs On lappelle lindice de couleur : A lorigine entre les magitudes visuelles et les magnitudes photographiques (bleu) pg : photographique, pv : visuel Ou de tout autre domaine de couleur : filtres U, B, V indices : U-B, B-V Indépendant de la distance : cest une mesure dun rapport déclairement. Directement relié à la Température.

8 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon8 Indice de Couleurs En passant en magnitude, l'inégalité s'inverse : Directement relié à la Température. étoile 2étoile 1 Lindice B-V peut être calibré en température.

9 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon9 Systèmes photométriques On mesure le rayonnement dans des bandes spectrales au moyen de filtres. Le plus simple et plus répandu est le système UBV - l'ultraviolet (U), le bleu (B) et le visible (V). Et extension au rouge R et à linfrarouge IJKLMN dans les fenêtres atmosphériques. Un ensemble de filtres choisis forme un système photométrique. Il existe de nombreux systèmes photométriques Caractéristiques des filtres : - largeur de la bande passante (largeur à mi-hauteur 90% du flux). - centre de la bande passante,

10 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon10 Champ d'un instrument Champ de linstrument : portion du ciel que lon peut voir simultanément dans loculaire ou sur lappareil de prise dimages. Il se mesure suivant linstrument, en degrés, minutes ou secondes darc.

11 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon11 Grandeur du champ Calcul du champ : la largeur du champ au foyer de l'instrument est fonction de : - la focale du miroir ou de la lentille - du diamètre d'entrée de l'oculaire ou des dimensions du détecteur.

12 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon12 Grandeur du champ

13 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon13 Grandeur du champ

14 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon14 Repérages et coordonnées sur la sphère céleste

15 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon15 La sphère céleste De la sphère céleste, centrée sur lobservateur, sphère imaginaire où semble être accrochées les étoiles, on nen voit que la moitié, limitée par lhorizon. A la verticale est le zénith. Le plan qui passe par le zénith et les pôles est le plan méridien du lieu. Il indique les directions Nord, Sud. La position des pôles et du plan équateur est fonction de la latitude du lieu. Au pôle nord, Pôle et zénith sont confondus, à léquateur les pôles sont sur lhorizon. La hauteur dun astre étant langle de la direction de lastre avec le plan horizon, la latitude dun lieu est la hauteur du Pôle au dessus de lhorizon.

16 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon16 La sphère céleste De la sphère céleste, centrée sur lobservateur, sphère imaginaire où semble être accrochées les étoiles, on nen voit que la moitié, limitée par lhorizon. A la verticale est le zénith. Le plan qui passe par le zénith et les pôles est le plan méridien du lieu. Il indique les directions Nord, Sud sur lhorizon.

17 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon17 La sphère céleste De la sphère céleste, centrée sur lobservateur, sphère imaginaire où semble être accrochées les étoiles, on nen voit que la moitié, limitée par lhorizon. A la verticale est le zénith. A cause de la rotation de la Terre, la sphère céleste et les étoiles qui y sont fixées semblent tourner autour dun axe qui passe par les pôles célestes P N et P S. Le plan qui passe par le zénith et les pôles est le plan méridien du lieu. Il indique les directions Nord, Sud. Le grand cercle perpendiculaire à la ligne des pôles P N P S est le cercle équateur.

18 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon18 La sphère céleste La position des pôles et du plan équateur est fonction de la latitude du lieu. Au pôle nord, Pôle et zénith sont confondus, à léquateur les pôles sont sur lhorizon. Le grand cercle perpendiculaire à laxe P N P S est léquateur céleste. La hauteur h dun astre est langle de la direction de lastre avec le plan horizon. h

19 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon19 La sphère céleste La position des pôles et du plan équateur est fonction de la latitude du lieu. Au pôle nord, Pôle et zénith sont confondus, à léquateur les pôles sont sur lhorizon. la latitude dun lieu est la hauteur du Pôle au dessus de lhorizon. Le grand cercle perpendiculaire à laxe P N P S est léquateur céleste. La hauteur h dun astre est langle de la direction de lastre avec le plan horizon. h

20 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon20 La direction dun objet du ciel est repérée par 2) langle direction objet, plan équateur : déclinaison (en degrés -90 à +90) 1) langle direction objet, plan méridien H : angle horaire (en heures dangle) 24h = 360° ; 1h = 15°

21 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon21 A cause de la rotation de la Terre, la sphère céleste tourne par rapport à laxe des pôles. La direction dun objet du ciel est repérée par Langle horaire de lobjet croit constamment de 0 à 24 heures. 2) langle direction objet, plan équateur : déclinaison (en degrés -90 à +90) 1) langle direction objet, plan méridien H : angle horaire (en heures dangle) 24h = 360° ; 1h = 15°

22 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon22 Pour se repérer sur la sphère céleste, on a : -laxe des pôles -le cercle équateur - un point origine sur léquateur : le point direction du Soleil à léquinoxe de printemps Le point est à lintersection du plan équateur et du plan écliptique, trajectoire apparente du Soleil sur la sphère céleste au cours de lannée, qui correspondant à la position du Soleil le jour de léquinoxe de printemps.

23 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon23 Pour se repérer sur la sphère céleste, on a : Coordonnées équatoriales : : ascension droite (heures dangles) : déclinaison Coordonnées des catalogues. -laxe des pôles -le cercle équateur - un point origine sur léquateur : le point direction du Soleil à léquinoxe de printemps

24 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon24 Le temps solaire est langle horaire du Soleil. Le temps sidéral est langle horaire du point Ayant et dun objet (catalogue) la direction de visée instrumentale est : La visibilité et l observation dun astre dépendra de ses coordonnées et sur la sphère céleste du temps sidéral du lieu Temps (déclinaison) H = TS – (angle horaire)

25 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon25 Dans les éphémérides, on trouve le temps sidéral à 0h TU (*) pour Greenwich. temps sidéral local = temps sidéral de Greenwich + longitude du lieu. La longitude est comptée positivement à lEst et négativement à lOuest. Le temps sidéral dun lieu, langle horaire du point est fonction de la longitude comme le temps solaire. (*) UT ou TU Temps Universel, est le temps solaire moyen de Greenwich origine des longitudes décalé de 12 heures. Temps sidéral

26 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon26 Temps sidéral – temps solaire Le temps sidéral saffiche dans toute les coupoles. Il peut se calculer au moyen de formules un peu complexes, à partir du TU T intervalle de temps entre la date qui nous intéresse et le 1 janvier 2000 à 12h, en siècles juliens JJ est le jour julien (Jour Julien) Le temps sidéral moyen de Greenwich à 0h TU se calcule par : GMST à 0h TU = 24110s s T+0s T 2 -6s.2x10-6 T 3 avec T = (JJ ) / 36525

27 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon27 Pour avoir une idée approximative du temps sidéral à une date dobservation, il faut savoir que : - Au moment léquinoxe de printemps, le Soleil est au point. donc le temps solaire (approximativement TU décalé de 12h) égale le temps sidéral. - Le temps sidéral avance de 2 heures sur le temps universel chaque mois. 12 mois à 2 heures = 24 heures (le compte est bon) Exercice : Quel est temps sidéral approximatif à Lyon à 20h Temps civil le 7 février ? Temps sidéral – temps solaire

28 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon28 Temps sidéral – temps solaire Quel est le temps sidéral approximatif à Lyon à 20h Temps civil le 7 février ? Du 21 mars au 7 février suivant, il y a 10 mois et 15 jours environ. Avance du temps sidéral sur le temps solaire depuis le 21 mars précédent : 10,5 * 2 = 21 heures TS = Tsolaire + 21 heures = 28h20min = 4h20 min Tsolaire = 20h -1h (décalage horaire) + 20 min (longitude) – 12h = 7h20min Le 21 mars le temps solaire est égal au temps sidéral. Remarques : - le jour solaire commence à midi au passage du Soleil au méridien. - on ne tient pas compte de léquation du temps qui peut entraîner un décalage supplémentaire entre temps civil et temps solaire de +/- 20 mn.

29 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon29 Pointage Le pointage d'un astre à partir de ses coordonnées et : Ayant le temps sidéral du lieu, est d'une simplicité biblique. Orientation de l'instrument : H et on applique la formule magique: H = TS -. Instrument équatorial : instrument dont laxe principal de rotation est orienté parallèle à laxe de rotation de la Terre. La position de lastre est définie par ses coordonnées horaires : - langle par rapport au plan méridien (angle horaire H) - la distance angulaire par rapport à léquateur céleste (déclinaison ). Pour pouvoir viser toute direction de la demi-sphère céleste, un instrument doit posséder deux axes de rotation disposés orthogonalement.

30 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon30 Pour observer dans de bonnes conditions, il faut que les objets ou le champ dobjets soient : Observations – position de lastre - visible assez longtemps pour faire les observations - la dégradation due à latmosphère minimisée Utilisation dun planétarium - permet de visualiser la portion du ciel visible à un moment donné, - la position du Soleil (jour, nuit ou crépuscule) - hauteur dun objet à ce moment skyglobe

31 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon31 Absorption et agitation atmosphérique Latmosphère nest pas neutre au passage des rayons lumineux. Deux actions 1) - déformations des trajets avec la non homogénéité des couches donnent agitation atmosphérique et turbulence et les images des étoiles, non stables, sont plus grandes que la tache dAiry ou tache de diffraction. 2) – absorption dune partie de la lumière, dautant plus importante que la couche est plus épaisse. Cette absorption est fonction de la longueur donde (couleur) de la lumière. Loi de labsorption Il faut ajouter leffet de réfraction atmosphérique qui dévie les rayons lumineux, latmosphère jouant le rôle de prisme. Un objet paraît toujours plus haut au dessus de lhorizon quil nest réellement. Au zénith, la réfraction est nulle et peut atteindre 30 darc à lhorizon (diamètre du Soleil).

32 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon32 Le moment dobservation dun objet est le meilleur quand H est nul : Observation, absorption et agitation atmosphérique Pour minimiser leffet dabsorption et dagitation, lobjet à étudier doit être le plus haut possible au-dessus de lhorizon. Cest au passage au méridien que cela se produit. H = TS – le temps sidéral égale lascension droite de lobjet

33 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon33 Observations photométriques astronomiques par imagerie numérique Objets à observer dimension de lobjet / au champ position et date dobservation magnitude type dobservations bibliographie cartes des champs organisation des observations matériel dobservation Préparer lobservation type dobjets but des observations état des objets (catalogue)

34 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon34 Type dobjets - observation damas ouverts But des observations - mesurer des étoiles en différentes couleurs pour avoir une évaluation de leur brillance et leur température. - établir un diagramme HR de lamas Matériel dobservation - télescope de 1 mètre de diamètre ouvert à f/8 - caméra CCD 1024x1536 pixels - filtres montés dans la caméra : B, V, R - champ de la caméra Objets observables (position et date) - magnitudes - dates dobservation - temps sidéral - objets de raccordement

35 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon35 Observer des amas ouverts Amas ouverts : - ensemble de quelques centaines détoiles, originaires dune même formation détoiles et situés en général dans le disque des galaxies spirales. -liées gravitationnellement. - dimension de lordre de 100 pc - ensemble jeunes quelques 100 millions dannées - originaires dune même formation détoiles, liées gravitationnellement. - se dispersent assez rapidement donc étoiles jeunes

36 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon36 Observer des amas ouverts Catalogue damas ouverts - les plus brillants catalogue de Messier - plus damas Catalogue NGC Recherche par le web CDS :

37 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon37 Observation damas ouverts Observations individuelles détoiles -choisir les étoiles à observer : magnitudes filtres (ou couleurs) - repérer leur position dans lamas (coordonnées) Choisir un ou des amas (catalogues) - position de lamas (coordonnées) - liste des étoiles - cartes - époque de lannée - champ de linstrument - appareil dobservation - séquences

38 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon38 Catalogue Messier Recherche damas ouvert

39 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon39 Recherche damas ouvert Amas ouverts du catalogue Messier : M44NGC h40m+19°593,1 M67NGC h50m+11°496,9 M6NGC h40m-32°134,2 M7NGC h54m-34°493,3 M23NGC h57m-19°015,5 M21NGC h05m-22°305,9 M16NGC h19m-13°476,0 M18NGC h20m-17°086,9 M25IC472518h32m-19°154,6 M11NGC h51m- 6°165,8 M39NGC h32m+48°264,6 M52NGC h 24m+61°356,9 M103NGC 581 1h33m+60°427,4 M34NGC h42m+42°475,2 M45Pléiades 3h49m+24°06 M38NGC h29m+35°506,4 M36NGC h36m+34°086,0 M37NGC h52m+32°335,6 M35NGC h09m+24°204,8 M41NGC h47m-20°444,5 M50NGC h03m- 8°205,9 M47NGC h37m-14°304,4 M93NGC h45m-23°526,2 M48NGC h14m- 5°485,8

40 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon40 Constel.NGCMalphadeltamag ,2 Hydre ,8 Cancer , , ,9 Serpent (queue) ,0 Sagittaire ,9 Serpent (queue)IC ,8 Scorpion ,2 OphiucusIC ,2 Scorpion ,3 Sagittaire ,5 Ophiucus ,6 SagittaireIC ,6 Ecu ,8 Cygne ,8 Cygne ,6 Lézard ,4 Céphée ,9 Cassiopée ,9 Constel.NGCMalphadeltamag. Cassiopée , ,4 Cassiopée ,1 AndromPde ,7 Persée , , ,2 TaureauPléiades Girafe ,7 Persée ,4 Cocher ,4 Cocher ,0 Cocher ,6 Orion ,9 Gémeaux ,8 Licorne ,8 Chien (Grand) ,5 Cocher ,4 Licorne , ,9 Poupe ,4 Principaux amas ouverts visibles dans de petits instruments Répartition ? voir skyglobe

41 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon41 Travail de préparation Bases de données Catalogues Cartes

42 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon42 Base de données Centre de données stellaires CDS – Strasbourg Aladin Le logiciel Aladin est un atlas interactif du ciel. Il permet aux utilisateurs de visualiser des images digitalisées du ciel et d'y superposer des informations issues de catalogues astronomiques ou de fichiers locaux. Simbad La base de données SIMBAD présentent des données de base, des identifications croisées et de la bibliographie pour tous les objets astronomiques hors du système solaire. The SIMBAD astronomical database provides basic data, cross-identifications and bibliography for astronomical objects outside the solar system. VizieR catalogue service VizieR met à disposition la plus complète librairie de catalogues astronomiques publiés et de tableaux de données disponibles en ligne, organisée dans une auto documentée base de données. Les outils de recherche permettent à lutilisateur de selectionner les tables de données relatives et extraire les enregistrements formatés par des critèes donnés. Un soin spécific a été pris pour optimiser laccès à de très grand catalogues comme les Guide Star Catalogs, USNO-B1, ou le 2MASS dernière mise à jour.

43 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon43 Catalogue utilisé Centre du champ ou nom de lobjet Largeur et forme du champ Nbre maxi de lignes Formatage sortie Choix des colonnes à éditer Exécuter CDS – VIZIER –

44 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon44 CDS – VIZIER Catalogues dobjets Les catalogues les plus usuels servent principalement à trouver la position des objets, et avoir leur magnitude. Plus avant, ils donnent une multitude de renseignements sur tous les objets du ciel : mouvements propres, parallaxes, types spectraux, indices de couleurs, etc. Pour la préparation dobservations, les catalogues servent à faire des cartes des champs à observer, identifier les objets quil faudra mesurer, avoir des objets de référence, etc.

45 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon45 CDS – VIZIER Catalogue de positions utilisables pour cartes et identifications Positions et magnitudes Etoiles brillantes Identifications croisées Non stellaires Historique Voici quelques catalogues à différents usages

46 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon46 Positions et magnitudes I/252The USNO-A2.0 Catalogue (Monet+ 1998)526,280,881 stars I/254The HST Guide Star Catalog, Version 1.2 (Lasker+ 1996) 19 million objects I/255The HST Guide Star Catalog, Version GSC-ACT 19 millions I/259The Tycho-2 Catalogue (Hog+ 2000) 2.5 Million Brightest Stars I/271The GSC 2.2 Catalogue (STScI, 2001) objects I/280AAll-sky Compiled Catalogue of 2.5 million stars (Kharchenko 2001) I/239The Hipparcos and Tycho Catalogues (ESA 1997) objets I/250The Tycho Reference Catalogue (Hog+ 1998) objets CDS – VIZIER Catalogues de positions utilisables pour cartes et identifications Grands catalogues qui proviennent principalement des compilations faites pour les missions spatiales. Les deux derniers catalogues proviennent du satellite Hipparcos dédié à lastrométrie. La référence de droite est celle du CDS lors de leur utilisation dans VizieR du CDS de Strasbourg.

47 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon47 CDS – VIZIER Catalogues (suite) Etoiles brillantes V/50Bright Star Catalogue, 5th Revised Ed. (Hoffleit+, 1991)9110 objets II/128Photometric Data for the Bright Stars (Hauck+, 1986)9030 étoiles V/36BSupplement to the Bright Star Catalogue (Hoffleit+ 1983)2611 étoiles V/53ACatalogue of the Brightest Stars (Ochsenbein+ 1988) 1628 objets I/258Pleiades positions and proper motions (Wang+, 1996)441 étoiles Identifications croisées IV/12SAO-HD-GC-DM Cross Index (ADC 1983) (Roman+ 1983) objects IV/17AHD,HDE,DM Identifications in Open Clusters (Mermilliod 1986)9543 objects Non stellaires IV/24Catalogue of Galactic Planetary Nebulae (Kohoutek, 2001) 1510 objects Historique V/61Almagest (Ptolemy's Star Catalog) 1027 étoiles

48 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon48 Observations

49 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon49 Photométrie d'amas Observations avec la Caméra CCD Comar sur T1m Observations : amas NGC 2420 en B et V (bleu et Visible)

50 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon50 Carte de champ à lIMCCE (http://lychnis.imcce.fr/Starfield.html) Entrée des données : Types de catalogues : GSC et USNO stellaires identiques BS : Bright Star Catalogue sarrête à la magnitude 7 Les autres catalogues nont pas dintérêt. Les ascensions droites et déclinaisons du centre en heures et degrés décimaux. Idem largeur du champ Magnitudes : prendre toutes les étoiles Request Chart : crée un fichier PostScript que lon ramène. A imprimer (si imprimante PS) ou à transformer en PDF avec Acrobat Reader. Ne pas prendre trop grand sinon le fichier est énorme.

51 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon51 Exemple de carte de lamas ouvert NGC 1502 Carte de champ à lIMCCE (http://lychnis.imcce.fr/Starfield.html)

52 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon52 Exemple de cartede lamas ouvert NGC 1502 Carte de champ à lIMCCE (http://lychnis.imcce.fr/Starfield.html) Même que précédemment avec un champ de 1,0 degrés. Remarque : Dans un chercheur ou à loculaire du télescope, les images sont renversées. Sil y a un renvoi, limage peut être symétrisée.

53 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon53 Observations Prise d'images centrées sur le champ avec différents filtres Temps de pose Obtention d'images "obscurité" pour compenser l'offset électronique Journal des observations : obs wpd

54 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon54 Journal des observations : obs wpd Observations COMAR du 16 mars 2004 Foyer oculaire : 2341 fichier sauvegarde : obs zip octets Total : octets foyer : savfocus.txt f040316_ fitF2 5.00*f=2355\Temp. CCD : 3.0 f040316_ fit f=2350| f040316_ fit f=2345| f040316_ fit f=2340 > foyer 2341 f040316_ fit f=2335| f040316_ fit f=2330/ f040316_ fit f=2341 f040316_ fitofffset f040316_ fit *f=2341 NGC 2420 f040316_ fitF3 NGC pupitre 7h38'40" et 21°18' f040316_ fitF pupitre +15' N très absorbé f040316_ fit pupitre +9s Ouest f040316_ fit pupitre +35s Ouest f040316_ fit 20.0 etc

55 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon55 Journal des observations : obs wpd Observations COMAR du 16 mars 2004 NGC 2420 f040316_ fitF35.0NGC pupitre 7h38'40" et 21°18' f040316_ fitF pupitre +15' N très absorbé f040316_ fit pupitre +9s Ouest f040316_ fit pupitre +35s Ouest f040316_ fit 20.0 f040316_ fit f040316_ fitF2 f040316_ fit f040316_ fitF4 f040316_ fit f040316_ fit pupitre + 46s Ouest f040316_ fit pupitre + 40s Ouest f040316_ fitF3 Erreur DMA f040316_ fitF3 offset ? f040316_ fit f040316_ fitF2 f040316_ fit f040316_ fit 00offset f040316_ fit f040316_ fit f040316_ fit f040316_ fit f040316_ fit 20.0obscurité f040316_ fit f040316_ fit f040316_ fitF220.0NGC pupitre +56s f040316_ fit f040316_ fitF320.0NGCimage ? f040316_ fit Erreur DMA f040316_ fitF420.0NGC f040316_ fit f040316_ fit f040317_ fitF3 f040317_ fit f040317_ fitF2 f040317_ fit 0.0Obsc. f040317_ fit erreur transmission f040317_ fit

56 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon56 New General Catalogue of Nebulae and Clusters of Stars (NGC) Après Charles Messier qui, en 1784, a été le premier à publier une liste des objets célestes flous et le catalogue de nébulosités célestes de John Herschel, le Danois Johan Ludvig Emil Dreyer a repris la tâche pour, en 1888, sortir avec son New General Catalogue. Dabord uniquement sous des numéros dordre qui, plus tard, ont été complétés par le sigle NGC, il y a répertorié 7840 nébuleuses, galaxies et amas stellaires connus à son époque. Par la suite, ce travail a été suppléé par les Index Catalogues. Après la publication de son New General Catalogue en 1888, lastronome danois Johan Ludvig Emil Dreyer a édité en 1895 lIndex Catalogue IC I, son deuxième inventaire des nébuleuses et galaxies qui, avec le volume IC II de 1908, est considéré comme supplément de sa première oeuvre. Sous le sigle IC accompagné par un numéro dordre, les Index Catalogues indiquent plus de 5000 objets de différentes tailles. Réf.:Dreyer, J. L. E. 1888, "Le Nouveau Catalogue Général des Nébuleuses et des Amas d'Etoiles" (New General Catalogue of Nebulae and Clusters of Stars), Mem. Roy. Astron. Soc. 49, 1ère partie (réimpression de 1953, Londres: Royal Astronomical Society).

57 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon57 Absorption atmosphérique et masse dair Loi de lextinction

58 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon58 OZ = h, épaisseur de latmosphère, supposée constante au cours des mesures avec sec (sécante ) : fonction inverse du cosinus x =h. sec x =h. sec, distance zénithale : angle que fait la ligne de visée avec le zénith Epaisseur d atmosphère traversée OM = x, longueur parcourue par les rayons solaires dans latmosphère

59 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon59 Loi générale de labsorption : x : épaisseur d une couche élémentaire du milieu absorbant I S : intensité du faisceau à la sortie I o : intensité du faisceau d entrée I :intensité du faisceau au niveau de l élément x intensité absorbée dans lépaisseur x : I = - k. I. x (k : caractéristique du milieu absorbant)

60 2005/01/08 Observations CCD - Obs. de Lyon60 à lentrée, x = 0 et I = I o ln I o = c te ln I = - k. x + ln I o () = - k. x ln I = I 0. e - k x ln Iest une fonction affine de x Retour diaporama


Télécharger ppt "Observations photométriques Observatoire de Lyon Formation continue par imagerie numérique."

Présentations similaires


Annonces Google