La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Circuits en secteur de santé: une démarche qualité 1claude léger.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Circuits en secteur de santé: une démarche qualité 1claude léger."— Transcription de la présentation:

1 circuits en secteur de santé: une démarche qualité 1claude léger

2 1- introduction, objectifs 2-les personnes 3-Lélimination des déchets 4-La fonction linge 5-La fonction alimentation 6-Entretien des locaux et des surfaces 2claude léger

3 3 1-Introduction/objectifs Pour tous les circuits, une une méthode de travail et formation du personnel Quand Pourquoi Qui Ou Comment

4 Objectif : organiser les circuits des personnes et des matériels pour éviter les transmissions croisées Moyens : étudier comment tout ce qui entoure le patient et le soin, ne sera pas facteur de risque infectieux « la qualité des soins en dépendra » Indications :se former, connaitre ces circuits et leur fonctionnement, toutes catégories confondues 4claude léger

5 Régles: Séparer le propre du sale, en respectant toujours « la marche en avant « A savoir : sorganiser en allant toujours du plus propre au plus sale Valable pour tous les actes 5claude léger

6 Etat des lieux : Personnes : patients, personnels,consultants, visiteurs divers, Matériels: très divers, en matériau, en taille.. Matières : repas, linge, déchets, dispositifs médicaux…. Fluides : électricité, gaz médicaux, eau, effluents 6claude léger

7 7 2 -circuit des personnes Concepts divers,circuits visiteurs, galerie de circulation, circuit personnel Bureau du cadre Se positionner pour maintenir le calme autour du patient et prévenir les Infections nosocomiales et faciliter le travail de tous

8 3-Elimination des déchets Objectif: Lutter contre les infections nosocomiales (décret N° du 6 mai 1988-circulaire N°263 du 13 octobre 1988 ) respects des règles d' hygiène Assurer la sécurité des personnes Eliminer chaque type de déchets dans la filière appropriée, dans le respect de la réglementation 8claude léger

9 9 Pour tous les circuits : Lavage des mains, port de gants adaptés Entretien des surfaces, produit détergent, détergent/désinfectant adaptés Entretien du matériel- cf protocoles institutionnels Chariots= couloir, avec matériels et produits adaptés, jamais dans la chambre

10 Sauvegarder l'environnement Considérer l'impact économique Préserver l'image de marque de l'établissement producteur Est un des éléments (ch 7) du manuel daccréditation des établissements de soins Règlementation premier texte en France, 15/07/75: 10claude léger

11 énonce la responsabilité de tout producteur ou détenteur de déchets et ce jusquà lélimination finale des déchets dans des conditions satisfaisantes pour lenvironnement et la santé publique La loi du 6 novembre 97 : précise : Dans un établissement de soins, la responsabilité incombe au directeur de létablissement, cest le principe : « du pollueur payeur » 11claude léger

12 Elle définit 3 critères : -la collecte -le transport -le traitement Guide technique élimination des déchets hospitaliers (1998): les déchets à risques, représentent 15 à 20% de la production totale, soit environ tonnes par an, pour la seule ile de france règlementation spécifique, selon les déchets, risque infectieux,, agent biologique, pièces anatomiques, prions ATNC,etc…. 12claude léger

13 Suppression des thermomètres a mercure Réglementation pour la récupération des objets tranchants et coupants (seringue, trocart etc..) contrôles réglementaires : organismes officiels DDASS, DRASS, DRIRE… une seule filière pour éliminer les déchets : la crémation prions circulaire: DGS/5C/DHOS/E2/ claude léger

14 Classification A-filière déchets ménagers et d'activités de soins, assimilables aux déchets ménagers= DADM emballage : sac plastique noir nature des déchets hôtellerie papiers administratifs papier essuie main, chiffonnette à usage unique Plâtre,couches enfants ou adultes** lieu du tri: lieu de production Transport, stockage 14claude léger

15 enlèvement / incinération 700°, 800° (obligation loi 2002) B - déchets dactivité de soins à risques infectieux, DASRI emballage : sac plastique jaune ou fut en carton doublé ou plastique contexte :on parle de risque infectieux, lorsque des personnes peuvent être exposées à des agents biologiques susceptibles de provoquer une infection 15claude léger

16 16 décret n° du 18 avril 2002, relatif à la classification des déchets, dits dangereux déchets à risque septique lieux de production: services de soins blocs opératoires, labos, radios, chambres mortuaires, ana path et pièces anatomiques, les antimitotiques, et tout ce qui peut avoir un impact psycho émotionnel

17 claude léger17 tri des DASRI les DASRI doivent être séparés des autres déchets dès leur production et placés dans des emballages spécifiques si par hasard des déchets dactivités de soins assimilés déchets ménagers sont mélangés dans un même contenant, lensemble sera considéré comme DASRI choix de lemballage :en fonction des propriétés physiques du déchet

18 claude léger18 les pièces à risques dATNC,agent transmissibles non conventionnels suivront un autre processus important : objets piquants et tranchants,: conditionnements spécifiques avant la mise en sac plastique loi de 98 sur les recommandations du GERES, et loi de janvier 2005

19 claude léger19 Container: utilisation les containers ne doivent pas être remplis plus quau ¾ ne doivent pas être transportés dun site à un autre, doivent être datés doivent être fermés hermétiquement stockage et transport = sont ensuite évacués dans le sac jaune 48 heures après leur production au maximum, de manière à être incinéré 72 h après leur production -loi du 7/7/99

20 claude léger20 Gestion: mission de lIDE

21 claude léger21 Sp:Labos, ana path, transfusion Futs doublés dun plastique jaune Enlèvement /incinération Conteneur jaune, incinération 1200°à1500° 72h après la production, cout 10 fois + élevé °

22 claude léger22 Effluents liquides: toujours encore un peu lanarchie produits :divers et variés Contraintes : protection de la santé et de lenvironnement Règlement sanitaire dhygiène publique relatif à la collecte des eaux usées (avril 1975) Protocoles institutionnels Autres déchets

23 claude léger23 Importance de ce circuit Risque infectieux Risque toxicologique Risque manutention, à tous les niveaux Support globaux: Transports: agrées, bordereau CERFA Entretien du matériel, support, bac …et

24 claude léger24 Conclusion Ne pas banaliser,pourquoi?? Toujours respecter les protocoles validés par le CLIN et le CHSCT

25 claude léger25 4-fonction linge

26 claude léger26 Le linge est partout: autant confort que protection mais au contact du patient, du personnels = facteur de risque dinfection nosocomiales Objectifs: pour quil ne soit pas facteur de risque( quel que soit le fournisseur) Approvisionnement Entretien Distribution linge de qualité

27 claude léger27 Savoir: un homme émet à 1 million de particules par minutes Secteur hospitalier:, réservoir potentiel dagent infectieux Rôle du linge :filtrer et avoir un effet barrière à savoir: -Empêcher le passage des bactéries du personnel vers le patient,· -Empêcher le passage des bactéries du patient vers le personnel,· -

28 claude léger28 -Protéger le personnel de la contamination par les liquides biologiques,· -Protéger lenvironnement. Besoins: linge propre, sans qualité microbiologique particulière,parfois linge stérile, en tous cas pas contaminé Matiére: actuellement majoritairement polyester-coton

29 claude léger29 Connaissance des types de linges: -Plat: draps, alèses, champs, torchons, serviettes, couches, taies doreillers -Linge de forme:tenue de travail du personnel Tenue pour les patients: chemises -Divers: couverture, dessus de lits..

30 claude léger30 Étape du circuit du linge a-approvisionnement: dotation par service fréquence en fonction de lorganisation du service b-stockage Endroit propre (parfois film protecteur)mais sans réserve premier rentré, premier sorti c-utilisation: toujours manipulé avec des mains propres en fonction, des besoins, défini lactivité du service,

31 claude léger31 Linge sale: circuit pré-tri But éviter le tri en blanchisserie, se fait immédiatement, dans le couloir, avec le chariot / linge(qui nentre pas dans la chambre) 4 sacs, couleurs différentes

32 claude léger32 Attention de ne pas enfermer des objets Manipuler avec des gants Le linge ne doit pas stagner dans le service Transport en fonction du lieu de traitement intérieur ou extérieur, dans container fermé

33 claude léger33 4: la fonction alimentation

34 claude léger34 Législation : manuel accréditation,avril 1996 Arrêté du 29 sêptembre 1997, précise les responsabilités de létablissement Fournir une alimentation de qualité, exempte de risque infectieux en éliminant tout risque de TIAC Visite, inspection: Services Vétérinaires DDASS

35 claude léger35 Une méthode :fonction hôtelière HACCP ou ADPCM Méthode utilisée pour lalimentation mais peut aussi sappliquer en blanchisserie Analyse des ponts critiques pour leur maitrise Analyse des dangers, corrections, traçabilité Démarche qualité

36 claude léger36 Site : cuisine centrale, fabriqué sur place ou à lextérieur Gestion avec diététicienne et le CLIN Grand type de distribution A-Liaison chaude : pratiquement abandonnée en collectivité B-Liaison froide, réfrigérée: la plus utilisée réglementation arrêté 29 septembre 1997,redéfinit les règles dhygiène

37 claude léger37 Méthode liaison froide -Cuisson 63° à cœur, refroidi à cœur à moins 10°en – de 2 heures -Conditionnement: barquette, filmage.. -Stokage: 0 +1ou 2°, 3 jours maxi -Remise en température: 63° en 1heure, a cœur -Transport : chariot ou camion isotherme -consommation rapide, dans des plateaux, pas de stockage

38 claude léger38 Récupération : plateaux dans loffice dit « sale » Traitement de la vaisselle Meilleur traitement : lavage en machine Contrôles: autocontrôles, obligatoires -installations, matériel -environnement -matiéres premières, produits finis -les pratiques

39 claude léger39 Obligation : conserver des plats témoins Durée : 5 jours Contrôle par laboratoire agréé Important: organisation des repas en lien étroit avec lorganisation des soins= donc planification

40 claude léger40 6-entretien des locaux et des surfaces Lentretien des locaux hospitaliers concourent directement à lhygiène des établissements de soins Décret n° du 11 février 2002 relatif aux actes professionnels et à lexercice de la profession dinfirmier

41 claude léger41 Méthode: bionettoyage Bionettoyage: Nettoyage +désinfection Nettoyage: évacuation des souillures, déchets, sur surfaces Désinfection: action chimique adaptée à un milieu pour éliminer les micro- organismes; produit, cf cours moyens de prévention Produits détergents/désinfectants, rémanents Action possible mécanique, chaleur

42 claude léger42 Régles de base: du + propre au + sale Classification des locaux: En fonction des risques Techniques: Techniques de dépoussièrage -essuyage humide Technique de lavage des sols -lavage manuel -lavage mécanisé, lavage à la vapeur

43 claude léger43 Modalité bionettoyage: cercle de Sinner Action physico- chimique Action mécanique Température Temps daction Nettoyage: propreté macroscopique Bionettoyage: propreté microbiologique, (nettoyage + désinfection)

44 claude léger44 ZONE 1 RISQUES MINIMES ZONE 2 RISQUES MOYENS ZONE 3 RISQUES SÉVÈRES ZONE 4 TRÈS HAUTS RISQUES Halls Bureaux Services administratifs Services techniques Maison de retraite Maternité Soins de suite et de réadaptation Soins de longue durée Salles de rééducation fonctionnelle Etablissement dhébergement pour personnes âgées dépendantes (EHPAD) Psychiatrie Consultation externe Crèche Laboratoires Stérilisation centrale (zone lavage) Pharmacie Blanchisserie Dépositoire Offices Sanitaires Ascenseurs Escaliers Salles dattente Circulations Soins Intensifs Réanimation Urgences Salle de surveillance post interventionnelle Salles daccouchement Pédiatrie Chirurgie Médecine Hémodialyse Radiologie Exploration Fonctionnelle Nurserie Biberonnerie Stérilisation Centrale (zone de conditionnement) Salle dautopsie Néonatologie Salle dintervention Service de greffe Service de brûlés Imagerie médicale interventionnelle Oncologie / Onco-hématologie Hématologie Hémodynamique Endoscopie Nettoyage quotidienNettoyage-désinfection quotidien Nettoyage-désinfection quotidien voire pluriquotidien Nettoyage-désinfection pluriquotidien et étape de désinfection

45 claude léger45 Ex: Technique sols Toujours précéder le lavage dun balayage humide, chariot dans le couloir Technique balayé poussé Technique à la godille

46 claude léger46 Lavage: technique des 2 seaux


Télécharger ppt "Circuits en secteur de santé: une démarche qualité 1claude léger."

Présentations similaires


Annonces Google