La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Atelier 6 : Comment prendre en compte les données socio- économiques pour lorientation ? Les ateliers régionaux de lorientation tout au long de la vie.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Atelier 6 : Comment prendre en compte les données socio- économiques pour lorientation ? Les ateliers régionaux de lorientation tout au long de la vie."— Transcription de la présentation:

1 Atelier 6 : Comment prendre en compte les données socio- économiques pour lorientation ? Les ateliers régionaux de lorientation tout au long de la vie Intervenants : Samuel BELLOT, Karen COURTOIS Novembre 2008

2 Introduction : quelques principes généraux Les principales nomenclatures des activités et de lemploi Les outils disponibles au niveau national Les outils disponibles au niveau régional et local Sommaire

3 1 - Les outils à utiliser diffèrent selon la finalité de lorientation - Les enquêtes conjoncturelles (type enquête « Besoins de main dœuvre » de lASSEDIC) sont conçues pour mettre en œuvre des formations courtes permettant un retour à lemploi rapide : elles portent sur des besoins anticipés par les entreprises à un horizon court (un an maximum) -Pour lorientation pour des publics susceptibles dentrer dans des cursus de longs de formation, les outils de prospective à moyen et long terme sont les plus adaptés : -Travaux nationaux portant sur des projections à lhorizon 2015 ou plus -Contrats détudes prospectives de branches -Diagnostics territoriaux avec pistes daction à long terme 2 - La géographie du marché du travail sétend avec le niveau de diplôme* - Léchelon local (zone demploi, Pays de Picardie, etc.) est une échelle pertinente pour lanalyse des besoins sur les « bas » niveaux de formation Exception : métiers manuels très spécifiques (Métiers dart) - Inversement, les niveaux supérieurs (cadres) fonctionnent sur un marché du travail national voire international *Cf. notamment Cécile Vignal, « Concilier mobilité résidentielle et mobilité professionnelle : cadrage statistique et pistes de réflexion », CAS, Numéro 2 – Octobre 2006 Introduction : quelques principes généraux

4 3 – Lapproche sectorielle et lapproche « métier » : des outils et des finalités différentes 3.1 Lapproche sectorielle permet : De déterminer lévolution dun secteur du point de vue quantitatif (nombre dentreprises, demplois, etc.) ou du point de vue qualitatif (analyse des facteurs dévolution réglementaire, technique, sociale, etc.) De cerner le tissu productif dun territoire : quelles sont les activités sur-représentées ou sous-représentées dans mon territoire ? évoluent-elles différemment de léchelon national, régional, ou des territoires voisins ? Les secteurs dactivité se construisent à partir des codes APE, qui désignent lactivité principale dune entreprise (cf. page suivante) 3.2 Lapproche métier est la plus opérationnelle pour lorientation : elle est basée sur les compétences et savoirs dun individu. La plupart des métiers peuvent sexercer dans plusieurs secteurs dactivité (ex : cariste, informaticien, etc). Plusieurs nomenclatures sont utilisées dont les principales sont : -Le ROME (Répertoire opérationnel des métiers, ANPE) -Les PCS (catégories socio-professionnelles, INSEE) -Les NSF (nomenclature des spécialités de formation, Education nationale) -Les FAP (familles professionnelles dactivité, DARES, OREF) Introduction : quelques principes généraux

5 La Nomenclatures dActivités Françaises – NAF = secteurs dactivités. Les entreprises sont regroupées en secteur réalisant le même produit (ex : industrie agro-alimentaire) ou le même service (ex : santé). – Le classement en secteur est réalisé selon lactivité principale déclarée dans le répertoire officiel des entreprises (répertoire SIRENE, géré par lINSEE) : lors de son inscription, toute entreprise ou établissement se voit attribuer un code APE. Les principales nomenclatures de lactivité et de lemploi Pour en savoir plus, consulter le site de lINSEE rubrique « définitions et méthodes » : Décomposition des activités économiques en 36 postes

6 Les Familles Professionnelles : – Les FAP ont été créées dans lobjectif de rapprocher les différentes sources « métiers » existantes, ce qui permet par exemple de faire le lien entre données sur lemploi et données sur le chômage : comprendre le fonctionnement du marché du travail, repérer les emplois susceptibles dapporter des débouchés… – Cest donc une table de passage entre le ROME (Répertoire Opérationnel des Métiers) utilisé par lANPE pour codifier les demandes demploi et les PCS, utiliséezs par lINSEE. – Niveau le plus détaillée : FAP 224 : 1 lettre, trois chiffres Les principales nomenclatures de lactivité et de lemploi Domaine (FAP 22) Ex : C : Électricité Électronique CO Ouvriers non qualifiés de lélectricité et de lélectronique C020 Ouvriers NQ élec C1 Ouvriers qualifiés de lélectricité et de lélectronique C140 OQ élec C141 Bobiniers C142 Contrôleurs en élec C2 Techniciens, agents de maîtrise, de lélectricité et de lélectronique C270 Techniciens en élec C271 Dessinateurs projeteurs C272 Dessinateurs détudes C280 Agents dencadrement fabrication en matériel élec

7 1 – Les travaux généraux sur les besoins en formation et en emploi - Au niveau national, ils sont réalisés principalement par : -La DARES (service études et statistiques du Ministère du travail) et le CAS (Centre danalyse stratégiques : qualifications/publications-documents-reference/metiers-2015-rapport-cas-dares.html -La DEP (services études et statistiques de lEducation nationale) et le BIPE -http://www.education.gouv.fr/cid4944/prospective-emploi-formation-a-l-horizon-2015-derniers- resultats-nouvelles-approches.htmlhttp://www.education.gouv.fr/cid4944/prospective-emploi-formation-a-l-horizon-2015-derniers- resultats-nouvelles-approches.html Intérêt : ces travaux permettent de quantifier, pour chaque grande famille de métiers (domaines professionnels), les évolutions prévisibles de lemploi. De là, on peut en déduire des perspectives sur les besoins de recrutement des entreprises et de la sphère publique, y compris en termes de niveaux de formation requis. Ces exercices reposent sur projections établies à partir dhypothèses macro-économiques (de taux de croissance, etc.) Limites : -Incertitudes sur la fiabilité des projections réalisées -Ne prennent pas en compte les évolutions « qualitatives » (facteurs dévolutions liées aux innovations techniques, à la réglementation, aux modes de vie, etc.) -Pas de déclinaison possible au niveau régional ou local Les outils disponibles au niveau national

8 2 – Les travaux nationaux sur les secteurs et/ou les métiers Les contrats détudes prospectives de branches (CEP) Ils constituent le volet prospectif des ADEC (actions de développement des emplois et des compétences), signés entre Etat et partenaires sociaux. Ils portent sur la réalisation détudes visant à établir un diagnostic économique et social, des hypothèses dévolution à court et moyen terme et des préconisations dactions pour accompagner les évolutions de lemploi et des compétences. Les CEP les plus récents: -Construction, Mutuelles, Gardiens concierges et employés dimmeuble (2005) -Social et médico-social, pharmacie, volailles (2006) -Commerce de détail non alimentaire, industrie aéronautique et spatiale, plasturgie (2005) Liste et accès aux CEP : ministere/collection-prospective-formation-emploi/ Intérêt : ces travaux permettent de quantifier, pour chaque grande famille de métiers (domaines professionnels), les évolutions prévisibles de lemploi. De là, on peut en déduire des perspectives sur les besoins de recrutement des entreprises et de la sphère publique, y compris en termes de niveaux de formation requis. Ces exercices reposent sur projections établies à partir dhypothèses macro-économiques (de taux de croissance, etc.) Limites : périodicité des documents, peu de prise en compte des spécificités régionales Les outils disponibles au niveau national

9 2 – Les travaux sectoriels nationaux Les travaux des observatoires de branches La loi du 13 aout 2004 sur la formation tout au long de la vie a notamment acté que la branche devient le cadre privilégié de définition des politiques de formation. Ceci implique la création dobservatoires prospectifs des métiers et des qualifications. Il nexiste pas encore de liste exhaustive des observatoires créés. Quelques exemples : -observatoire prospectif des industries chimiques (OPIC) -Observatoire des métiers automobiles de lANFA -http://www.anfa-auto.fr/http://www.anfa-auto.fr/ -Observatoire des métiers de lanimation -Observatoire des métiers de la publicité Intérêt : les observatoires de branches sont des lieux ressources publiant généralement des éléments sur les perspectives dinsertion professionnelles dans un secteur, sur les évolutions des métiers, sur les compétences attendues, sur les voies daccès à la formation, etc. Limites : le regard dune branche professionnelle sur un métier ne recouvre pas forcément toutes les perspectives (cas des métiers transversaux à plusieurs activités) Les outils disponibles au niveau national

10 2 – Les travaux sectoriels nationaux 2.3 – Les fiches métiers - Les portraits détaillés de métiers de la DARES contiennent, pour chaque famille professionnelle, des données et des commentaires sur : -Les évolutions de lemploi -La pyramide des âges, la place des femmes -Lévolution des qualifications -Le chômage -Linsertion des jeunes Accessibles depuis : qualifications/portraits-detailles-metiers/ -Les fiches métiers de lONISEP -En région : Planète métiers Picardie, Portail de lorientation tout au long de la vie (à venir) Les outils disponibles au niveau national

11 1 – Les travaux sectoriels régionaux Différentes structures régionales sont susceptibles de produire des études sectorielles. En règle générale, les études régionales reposent sur un diagnostic quantitatif de lexistant (évolution de lemploi, du marché du travail, etc.) et sur des éléments qualitatifs de prospective Exemples : -Études SGAR/GESTE sur le secteur santé et sur le secteur chimie à lhorizon 2015 Documents accessibles depuis le site du SGAR Picardie rubrique emploi/formation : -Tableau de bord prospectif du BTP (site CARMEE) -Les fiches sectorielles du CARMEE (nouvelle édition mise en ligne en décembre 2008) A limage des CEP nationaux, les contrats dobjectifs tripartites Etat/région/ branches professionnelles peuvent être outillés par des études sectorielles prospectives ou par des tableaux de bord Les outils disponibles au niveau régional et local

12 2 – Les diagnostics locaux économie – emploi - formation Ils reposent principalement sur les évolutions observées des statistiques de lemploi et du marché du travail. Les projections tendancielles ne sont pas pertinentes à léchelon local. Ils doivent donc être enrichis de la contribution des acteurs locaux de lemploi et du développement économique. Sources : -Les analyses territoriales du CARMEE (nouvelle version en ligne en décembre 2008) -Les portraits de territoire de lINSEE -Les travaux des Maisons de lemploi et de la formation, dans leur cadre de leur mission dobservation locale -Les monographies par Pays du Conseil régional (cartographie) -Les diagnostics « identification des besoins de formation » par Pays, co-produits par le CARMEE, les MEF, les Conseil régional et les acteurs locaux (mise en ligne sur le site du Conseil régional) Intérêt : ils permettent des analyses au plus près des réalités locales, notamment pour les emplois peu qualifiés. Echelon le plus pertinent pour lévaluation des besoins de formation Limites : le marché du travail ne sarrête pas aux frontières dun territoire (exemple : sud de lOise) Les outils disponibles au niveau régional et local

13 3 – Les sources de données locales -Le fichier « entreprise » de la Chambre régionale de commerce et dindustrie : -Site « statistiques locales » de lINSEE : -Site « Unistatis » de lASSEDIC* sur lemploi salarié privé : -Enquête Besoins de main dœuvre de lASSEDIC* par zone demploi (id.) -Site « observatoire des territoires » de la DIACT : *Remarque : les données UNEDIC sur lemploi ou les prévisions dembauche portent uniquement sur lemploi salarié relevant du régime général d'assurance chômage, ce qui exclut lemploi public (administration, hôpitaux) et les régimes spéciaux (agriculture, SNCF, EDF GDF, etc.) Les outils disponibles au niveau régional et local


Télécharger ppt "Atelier 6 : Comment prendre en compte les données socio- économiques pour lorientation ? Les ateliers régionaux de lorientation tout au long de la vie."

Présentations similaires


Annonces Google