La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

1 Les manœuvres et les tests utilisés lors dune expertise médico-légale de lappareil locomoteur Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "1 Les manœuvres et les tests utilisés lors dune expertise médico-légale de lappareil locomoteur Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats."— Transcription de la présentation:

1 1 Les manœuvres et les tests utilisés lors dune expertise médico-légale de lappareil locomoteur Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats avec la collaboration du Dr. Michel Leroux, chirurgien-orthopédiste Partie I

2 2 Introduction Nous vous proposons : Deffectuer une revue des manœuvres les plus couramment utilisées lors de lexamen médical de lappareil locomoteur (rachis cervical et membres supérieurs); Les manœuvres seront tour à tour discutées en fonction de larticulation ou de la région du corps concernée; Pour faciliter le repérage, les manœuvres vous seront présentées sous forme de grille.

3 3 Présentation Introduction 1.Présentation de la grille danalyse 2.Rachis cervical 2.1 amplitude de mouvement 2.2 schéma en étoile de Maigne 2.3 manoeuvres pour la cervico-brachialgie manœuvres de mise en tension radiculaire manœuvre de Spurling manœuvre de distraction manœuvre dabduction de lépaule manœuvres du syndrome du défilé thoracique manœuvre de Roos manœuvre dAdson manœuvre de Wright manœuvre du syndrome scapulo-costal manœuvre de la posture militaire

4 4 Présentation 3. Épaule 3.1 amplitude de mouvement 3.2 manœuvres de lépaule évaluation de laccrochage manœuvre de Neer manœuvre de Hawkins manœuvre de Yocum évaluation de la coiffe des rotateurs manœuvre de Jobe manœuvre de la canette pleine manœuvre de Patte lift-off test manœuvre de Speed manœuvre de Yergason

5 5 Présentation 3.Épaule (suite) évaluation de larticulation acromio-claviculaire manœuvre dOBrien manœuvre de Paxinos manœuvre du foulard évaluation de linstabilité manœuvre dinstabilité antérieure manœuvre de mise en tension postérieure évaluation de la laxité manœuvre du sulcus manœuvre du tiroir évaluation de la scapula (omoplate) manœuvre de rétraction scapulaire manœuvre de glissement scapulaire évaluation du bourrelet glénoïdal (labrum) évaluation du bourrelet glénoïdal (labrum) manœuvre dOBrien

6 6 Présentation 4. Coude 4.1 amplitude de mouvement 4.2 manoeuvres du coude manœuvre de Cozen test de Mills test de Mills manœuvre dODriscoll 5. Poignet 5.1 amplitude de mouvement 5.2 manoeuvres du poignet manœuvre de Watson manœuvre de Watson manœuvre de Finkelstein test de compression du canal carpien signe de Tinel test de Phalen test de Phalen inversé ConclusionRemerciement

7 7 1. Présentation de la grille danalyse Chacune des manœuvres est a priori classée en fonction de la région du corps quelle vise; Dans certains cas, le classement sest fait en fonction dune région anatomique plus précise ou en fonction dune problématique médicale particulière; Un index inséré à la fin de la documentation vous permettra de repérer rapidement une manœuvre.

8 8 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

9 9 Nom de la manœuvre Cette cellule vise à identifier le nom le plus couramment utilisé de la manœuvre, du test, du signe ou de lépreuve. Il est possible que le nom dune manœuvre ne corresponde pas nécessairement à celui retenu par certains experts. À noter, cependant, que lorsque la manœuvre porte, également, une autre appellation, celle-ci sera identifiée à la cellule suivante.

10 10 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

11 11 Autre appellation de la manœuvre Cette cellule permet didentifier une ou dautres appellations retenues par les experts pour une même manœuvre ou une manœuvre semblable.

12 12 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

13 13 Le but de la manœuvre Cette cellule vise à identifier le but de la manœuvre, à savoir lidentification dune pathologie par la mise en évidence: dune diminution ou dune augmentation de la douleur ou des symptômes; ou du mécanisme susceptible de causer la douleur ou les symptômes.

14 14 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

15 15 La description de la technique Cette cellule vise à décrire sommairement la technique utilisée par lexaminateur pour accomplir la manœuvre, le test ou lépreuve.

16 16 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

17 17 Vidéo de la manœuvre Cette cellule permet de visualiser la technique utilisée pour exécuter une manœuvre.

18 18 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

19 19 La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test Cette cellule identifie la fiabilité de la manœuvre. La fiabilité est le degré de constance obtenu lorsquun test est répété dans des condition identiques (reproductibilité). La validité dune manœuvre se reflète, quant à elle, par lexactitude avec laquelle elle mesure ce quelle prétend réellement mesurer, donc sa spécificité. La manœuvre doit aussi être sensible, cest-à-dire être à même de détecter les variations de la condition du patient.

20 20 Nom de la manœuvre Vidéo de la manœuvre Autre appellation de la manœuvre La fiabilité, la spécificité et la sensibilité du test lorsque disponible Référence La description de la technique Le but de la manœuvre

21 21 Référence Cette cellule vous réfère, sauf de rares exceptions, aux pages concernés du traité suivant: Yves BERGERON, Luc FORTIN et Richard LECLAIRE, Pathologie médicale de lappareil locomoteur, 2 e éd., St-Hyacinthe: Edisem, Paris: Maloine, 2008; Aux fins de la présente conférence, nous nous sommes principalement inspirés de ce traité qui constitue un ouvrage de référence québécois complet et de haute qualité.

22 22 2. Rachis cervical Lexamen dun individu se plaignant dun problème cervical doit commencer par une inspection générale.Lexamen dun individu se plaignant dun problème cervical doit commencer par une inspection générale. Lexamen se poursuit par la palpation, en restant vigilant à toute modification musculaire ou à la présence de points douloureux.Lexamen se poursuit par la palpation, en restant vigilant à toute modification musculaire ou à la présence de points douloureux. Lexaminateur doit, par la suite, évaluer la mobilité du rachis cervical, tant activement que passivement, de manière globale et segmentaire. Idéalement, lexaminateur doit identifier, aux fins dune expertise, les amplitudes normales auxquelles il réfère comme point de comparaison.Lexaminateur doit, par la suite, évaluer la mobilité du rachis cervical, tant activement que passivement, de manière globale et segmentaire. Idéalement, lexaminateur doit identifier, aux fins dune expertise, les amplitudes normales auxquelles il réfère comme point de comparaison.

23 23 2. Rachis cervical

24 24 2. Rachis cervical 2.1 Amplitude de mouvement Larticle 3 des règles dévaluation de lunité fonctionnelle déplacement et maintien de la tête mentionnées à lannexe I du Règlement sur lindemnité forfaitaire pour préjudice non pécuniaire prévoit que: Larticle 3 des règles dévaluation de lunité fonctionnelle déplacement et maintien de la tête mentionnées à lannexe I du Règlement sur lindemnité forfaitaire pour préjudice non pécuniaire prévoit que: Lévaluation globale pondérée est réalisée en présence dune diminution de la mobilisation active;Lévaluation globale pondérée est réalisée en présence dune diminution de la mobilisation active; Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.

25 25 2. Rachis cervical Tableau 1: Amplitude normale de mouvement du rachis cervical Mouvement Barème BarèmeA.M.A. Ancien barème SAAQCSST Flexion50°40°40° Extension60°30°30° Flexion latérale (inclinaison) 45°40°40° Rotation80°60°60°

26 26 extension/flexionflexions latéralesrotations Klaus BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, page 11 Ces images ont été légèrement modifiées. À lorigine, elles proviennent de : Klaus BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, page 11 40° 60° 30° Fig. 1 Les mouvements du rachis cervical 40°

27 Schéma en étoile de Maigne Le schéma en étoile de Maigne utilise des traits et des croix plus ou moins rapprochés dun épicentre. Les traits traduisent une limitation non douloureuse et, les croix, une limitation douloureuse. Limportance des limitations est représentée par le nombre de traits ou de croix (de 1 à 3) et par leur distance de lépicentre.

28 28 DroiteGauche flexion latéroflexion rotation extension Fig. 2 Le schéma en étoile de Maigne

29 29 2. Rachis cervical 2.3 Manœuvres pour la cervico-brachialgie En présence dune cervico-brachialgie à connotation radiculaire, différentes manœuvres peuvent être effectuées pour objectiver lexistence dune irritation radiculaire Manœuvres de mise en tension radiculaire

30 Manœuvre de Spurling test de compression La fiabilité de ce test est bonne. Sa spécificité est élevée, mais sa sensibilité est faible. pages 210, 238, 239 et 246 pages 210, 238, 239 et 246 Le patient est assis, la tête inclinée du coté symptomatique, et lexaminateur effectue une pression axiale sur le dessus de la tête. La manœuvre a pour but de mettre en évidence une irritation radiculaire en augmentant la tension sur la racine nerveuse atteinte et en aggravant la douleur radiculaire ou les dysesthésies.

31 Manœuvre de distraction test de la traction cervicale La fiabilité de ce test est bonne. Sa spécificité est élevée, mais sa sensibilité est faible. pages 210 et 238 Le test consiste à étirer la tête du patient. Il est positif si la douleur radiculaire est diminuée. La manœuvre a pour but de mettre en évidence une irritation radiculaire en diminuant la tension sur la racine nerveuse atteinte et la douleur radiculaire ou les dysesthésies.

32 Manœuvre dabduction de lépaule test dabduction ipsilatérale de lépaule, test de Bakody La fiabilité de ce test est moyenne. Sa spécificité est élevée, mais sa sensibilité est faible. pages 210 et 239 Le test consiste à réaliser passivement une abduction complète du côté symptomatique. Il est positif si la douleur radiculaire est diminuée au niveau des racines C4 à C6. La manœuvre a pour but de mettre en évidence une irritation radiculaire en diminuant la tension sur la racine nerveuse atteinte et la douleur radiculaire ou les dysesthésies.

33 33 2. Rachis cervical 2.3 Manœuvres pour la cervico-brachialgie Ce syndrome peut être défini comme une compression des structures neurovasculaires au moment de leur passage à lintérieur du défilé thoracique. Différentes manœuvres existent afin de tenter dobjectiver la présence de ce syndrome et den déterminer létiologie Manœuvres du syndrome du défilé thoracique ( SDT) ( SDT)

34 Manœuvre de Roos Elevated Arm Stress Test (EAST) ou syndrome deffort du bras élevé (SEBE) La fiabilité de ce test serait la plus élevée des tests du SDT. page 296 Il sagit délever les 2 bras à 90° dabduction et de rotation latérale avec les épaules et les coudes dans le plan frontal du thorax. Les coudes sont fléchis à 90° tout en ouvrant et fermant lentement les mains durant 3 minutes. La manœuvre a pour but de reproduire les symptômes du SDT: apparition graduelle de douleurs au cou et aux épaules, aux bras ou des paresthésies dans les avant-bras et les doigts.

35 Manœuvre dAdson N/A La fiabilité de ce test est faible compte tenu de nombreux faux positifs. page 297 Le test seffectue alors que le patient assis, membres supérieurs reposant sur les genoux, inspire profondément, soulève le menton et tourne la tête dun côté. La manœuvre a pour but déliminer la présence dun syndrome du scalène antérieur ou dune côte cervicale. Elle vise à objectiver la disparition ou la diminution du pouls radial.

36 Manœuvre de Wright manœuvre pour détecter un syndrome du petit pectoral (syndrome dhyperabduction) Ce test est considéré comme plus ou moins spécifique puisquil peut être positif dans divers syndromes. page 297 Le test consiste à élever le bras en hyperabduction avec une rotation externe à 90° et le coude en légère flexion. La manœuvre a pour but de mettre en évidence le syndrome du petit pectoral. Elle vise à objectiver la disparition ou la diminution du pouls radial reproduisant les symptômes habituels.

37 Manœuvre du syndrome scapulo-costal Manœuvre costo-claviculaire N/A pages 297 et 298 Le test consiste à positionner le bras le long du corps puis, vers larrière. La manœuvre a pour but de mettre en évidence un syndrome scapulo-costal par la diminution du pouls radial en fonction de la position du bras.

38 Manœuvre de la posture militaire manœuvre du militaire N/A pages 297 et 298 Le test consiste à demander au patient de porter les épaules vers larrière et vers le bas (exagération de la position militaire). La manœuvre a pour but de mettre en évidence un syndrome costo- claviculaire. Elle vise à objectiver une diminution ou une abolition du pouls radial.

39 39 3. Épaule Lexamen dun individu se plaignant dun problème à lépaule doit commencer par une inspection générale.Lexamen dun individu se plaignant dun problème à lépaule doit commencer par une inspection générale. Lexamen se poursuit par la palpation des os, de larticulation et des tissus mous.Lexamen se poursuit par la palpation des os, de larticulation et des tissus mous. Par la suite, il y a mesure des amplitudes de mouvements, activement et passivement.Par la suite, il y a mesure des amplitudes de mouvements, activement et passivement. Lexamen doit, aussi, comprendre les manœuvres dites daccrochage, de la coiffe des rotateurs, de laxité, dinstabilité et dévaluation de larticulation acromio-claviculaire.Lexamen doit, aussi, comprendre les manœuvres dites daccrochage, de la coiffe des rotateurs, de laxité, dinstabilité et dévaluation de larticulation acromio-claviculaire. Le tout est complété par un examen du rachis cervico-dorsal, par un examen neuro-vasculaire des membres supérieurs et par des manœuvres du syndrome du défilé thoracique.Le tout est complété par un examen du rachis cervico-dorsal, par un examen neuro-vasculaire des membres supérieurs et par des manœuvres du syndrome du défilé thoracique.

40 40 3. Épaule 3.1 Amplitude de mouvement Larticle 6 des règles dévaluation de lunité fonctionnelle déplacement et maintien du membre supérieur mentionnées à lannexe I du Règlement sur lindemnité forfaitaire pour préjudice non pécuniaire prévoit que: Lévaluation globale pondérée est réalisée en présence dune diminution de la mobilisation active;Lévaluation globale pondérée est réalisée en présence dune diminution de la mobilisation active; Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.Cette diminution est évaluée en mesurant les amplitudes maximales des mouvements obtenues avec effort optimum, en les comparant aux résultats obtenus pour le même mouvement controlatéral si celui-ci est sain ou, à défaut, en se référant aux données conventionnelles généralement reconnues normales pour l'âge.

41 41 Mouvement Barème BarèmeA.M.A.AncienBarèmeSAAQ CSST CSST Flexion antérieure 180°180°180° Extension50°40°40° Adduction50°20°20° Abduction180°180°180° Rotation interne (abduction à 90°) 90°40°40° Rotation interne (bras long du corps) _40°40° Rotation externe (abduction à 90°) 90°90°90° Rotation externe (bras long du corps) _45°45° Tableau 2: Amplitude normale de mouvement de lépaule

42 42 extension 40° flexion antérieure Ces images ont été légèrement modifiées. Elles proviennent de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 475 Fig. 5 Les mouvements de flexion et dextension

43 43 Ces images ont été légèrement modifiées. Elles proviennent de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 478 rotation externe en abduction à 90° rotation interne en abduction à 90° 40° Fig. 6 Les mouvements de rotation externe / interne

44 44 K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98 Cette image a été légèrement modifiée. Elle provient de : K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98 40° rotation externe et interne le bras le long du corps Fig. 7 Les mouvements de rotation externe / interne

45 45 Cette image a été légèrement modifiée. Elle provient de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page ° Fig. 8 Les mouvements dabduction et dadduction

46 46 K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98 Cette image a été légèrement modifiée. Elle provient de : K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, à la page 98 40° antépulsion/rétropulsion Fig. 9 Les mouvements dantépulsion /rétropulsion

47 47 3. Épaule Évaluation de laccrochage Il existe quatre manœuvres visant à reproduire un accrochage entre les tendons de la coiffe des rotateurs et les diverses structures de larche subacromiale. 3.2 Manœuvres delépaule 3.2 Manœuvres de lépaule

48 Manœuvre de Neer test du choc Ce test a une haute sensibilité de 89%, mais une spécificité de 30%. page 571 Lexaminateur se place derrière le patient. Lépaule est fléchie passivement jusquà 180°. Un test positif suggère un accrochage antéro- supérieur. La manœuvre a pour but de reproduire un accrochage. Elle vise à objectiver une douleur causée par le contact entre la surface supérieure des tendons de la coiffe et une partie de lacromion et du ligament coraco- accromial.

49 Manœuvre de Hawkins manœuvre de Hawkins-Kennedy Ce test a une sensibilité de 92% et une spécificité de 25%. pages 571 et 572 Lépaule est fléchie passivement à 90° et des mouvements de rotations internes répétées sont effectués. Un test positif suggère un accrochage antéro-supérieur ou antéro-interne. La manœuvre a pour but de reproduire un accrochage. Elle vise à objectiver une douleur causée par le contact entre la surface supérieure des tendons de la coiffe et une partie de lacromion et du ligament coraco- acromial.

50 Manœuvre de Yocum N/A Ce test a une sensibilité de 78%. page 572. Lexaminateur se place derrière le patient qui place sa main sur lépaule opposée à celle examinée et élève le coude contre résistance. Un test positif suggère un syndrome daccrochage antéro-supérieur ou antéro-interne La manœuvre vise à objectiver une douleur témoignant de la présence dun syndrome daccrochage.

51 51 3. Épaule Les manœuvres servent à identifier le ou les tendons responsables des symptômes et utilisent des contractions résistées spécifiques à chaque muscle de la coiffe Évaluation de la coiffe des rotateurs Sus- épineux Sous- épineux Longue portion du biceps Petit rond

52 52 Fig.10 La coiffe des rotateurs

53 Manœuvre de Jobe manœuvre de la canette vide renversée ou empty can Ce test a une sensibilité de 44% et une spécificité de 90%. page 573 Lépaule est positionnée à 90° dabduction, 30° de flexion horizontale et en rotation. Le patient élève le bras contre résistance. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une déchirure du tendon du supra-épineux.

54 Manœuvre de la canette pleine full can test Ce test a une sensibilité de 44% et une spécificité de 90%. pages 573 et 574 Lépaule est positionnée à 90° dabduction, 45° de flexion horizontale et en rotation latérale. Le patient élève le bras contre résistance. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une déchirure du tendon du supra-épineux.

55 Manœuvre de Patte N/A Ce test a une sensibilité de 92% et une spécificité de 30%. page 574 Lépaule est positionnée à 90° dabduction et en rotation neutre. Le patient exécute une rotation latérale contre résistance. Cette manoeuvre a pour but de mettre en évidence une atteinte du tendon infra-épineux et du petit rond.

56 Lift-off test Gerber lift-off test, manœuvre de décollement de Gerber Ce test a une sensibilité de 100% et une spécificité de 100%. page 574 Lépaule est placée passivement en rotation médiale et légèrement en extension afin de placer le dos de la main à 5 à 10 cm de la région lombaire, coude fléchi à 90°. Ce test est positif si le patient ne peut maintenir la main dans cette position. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une atteinte du tendon du subscapulaire.

57 Test de Napoléon belly press test, test de compression abdominale N/A K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 114. Lexamen est réalisé en position debout. Lavant bras du patient, coude fléchi et le bras en rotation interne maximale, sera positionné par lexaminateur sur le ventre. En cas datteinte le patient est incapable de maintenir le bras sur le ventre. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une atteinte du tendon du muscle subscapulaire.

58 Manœuvre de Speed manœuvre de la paume vers le haut Ce test a une sensibilité de 38% et une spécificité de 83%. page 574 Lépaule est positionnée à 90° de flexion avec le coude en extension et lavant-bras en supination. On effectue une flexion de lépaule contre résistance. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une atteinte de la longue portion du biceps brachial.

59 Manœuvre de Yergason N/A N/A Éric RENAUD, «Les maladies courantes de lépaule», novembre 2001, le clinicien, 153, en ligne: ien/images/clinicienpdf/november01/ericrenaud.pdf On place le membre supérieur le long du corps, le coude fléchi à 90° et on demande au patient deffectuer une supination-rotation externe contre résistance. Cette manœuvre a pour but de mettre en évidence une atteinte du tendon de la longue portion du biceps.

60 60 3. Épaule Évaluation de larticulation acromio-claviculaire Les manœuvres visent à reproduire une douleur au niveau de larticulation acromio-claviculaire. Il existe trois manœuvres pour vérifier lintégrité de larticulation.

61 Manœuvre dOBrien N/A Ce test a une sensibilité de 100% et une spécificité de 96,6% selon OBrien. Une étude récente parle dune sensibilité de 16% et dune spécificité de 90%. page 575 Lépaule est positionnée à 90° de flexion, 15° dadduction et en rotation médiale complète, pouce pointé vers le bas et le coude en extension. On effectue une pression vers le bas. Par la suite, le bras est maintenu dans la même position et lavant-bras en supination. La manœuvre est répétée. Cette manœuvre a pour but dévaluer larticulation acromio-claviculaire en produisant une douleur localisée à larticulation durant la première manœuvre, puis une diminution ou disparition de la douleur à la seconde.

62 Manœuvre de Paxinos N/A Ce test a une sensibilité de 79% et une spécificité de 50%. page 576 Lépaule est au repos le long du corps. Lexaminateur applique une force antéro-postérieure rapprochant le pouce situé sur lacromion de lindex et du majeur situés sur la clavicule distale. Cette manœuvre a pour but dévaluer larticulation acromio-claviculaire en produisant une douleur localisée à cette articulation si positive.

63 Manœuvre du foulard manœuvre dhyperadduction de lépaule Ce test a une sensibilité de 77% et une spécificité de 79%. pages 576 et 609 Lépaule est placée à 90° de flexion et une adduction passive complète est effectuée par lexaminateur. La manœuvre est positive lorsquelle reproduit une douleur à larticulation acromio-claviculaire.

64 64 3. Épaule Évaluation de linstabilité Les manœuvres de provocation placent lépaule dans une position de subluxation ou de luxation et évaluent la capacité de lépaule à sopposer à des forces dans des positions où les ligaments sont mis sous tension.

65 Manœuvre dinstabilité antérieure cran test, test dappréhension antérieure de lépaule Ce test a une sensibilité de 88% et une spécificité de 50%. page 601 Le patient est sur le dos ou en position assise. Lépaule est située sur le rebord de la table, en abduction et en position neutre, puis progressivement amenée en rotation latérale. Le test est considéré positif si le patient a limpression que son épaule se subluxe ou se luxe antérieurement. Cette manœuvre évalue linstabilité antérieure.

66 Manœuvre de mise en tension postérieure N/A N/A page 601 Le patient est sur le dos ou en position assise. Lépaule est positionnée en flexion, adduction, rotation médiale, coude fléchi. Lexaminateur place une main sur la scapula et lautre main applique une force postérieure et pousse sur lhumérus. La manœuvre est positive, le plus souvent, si elle provoque une douleur à la région postérieure de lépaule. Cette manœuvre évalue linstabilité postérieure.

67 67 3. Épaule Évaluation de la laxité Les manœuvres évaluent les mouvements de translation de lépaule à partir dune position dans laquelle les ligaments sont relâchés. Les manœuvres évaluent les mouvements de translation de lépaule à partir dune position dans laquelle les ligaments sont relâchés.

68 Manœuvre du sulcus sillon subacromial N/A page 603 Le patient est assis ou debout, le bras le long du corps. Lexaminateur prend lavant-bras et exerce une traction vers le bas. Un signe de sulcus se voit par lapparition dune dépression à la région inférieure au bord latéral de lacromion. Cette manœuvre évalue la laxité inférieure en provoquant une traction sur les ligaments de larticulation gléno-humérale.

69 Manœuvre du tiroir N/A page 603 Le patient est debout ou assis, le bras le long du corps. Dune main, on stabilise la scapula et, de lautre, on empoigne la tête humérale et y applique une compression. On exerce une force de translation antérieure puis postérieure sur la tête humérale. Lexaminateur sent la tête glisser vers et sur le rebord de la glénoïde. Cette manœuvre évalue la laxité antérieure et postérieure. N/A

70 70 3. Épaule Évaluation de la scapula (omoplate) Les manœuvres évaluent spécifiquement les muscles stabilisateurs de la scapula. Les manœuvres évaluent spécifiquement les muscles stabilisateurs de la scapula. scapula

71 Manœuvre de rétraction scapulaire N/A N/A page 618 Cette manœuvre vise à stabiliser manuellement la scapula sur le thorax dans une position rétractée ce qui améliore les symptômes daccrochage et la douleur associés à la flexion ou à labduction de lépaule.

72 Manœuvre de glissement scapulaire N/A page 617 Ce test évalue trois positions de la scapula en relation avec un point fixe sur la colonne. À la 1 ère position, les bras sont le long du corps. À la 2ème, les mains sont sur les hanches. À la 3 ème, les épaules sont à 90° délévation et en rotation maximale. Pour chaque position, des points de référence sont marqués. Une différence de plus de 1,5cm de distance entre les points du côté sain et du côté affecté est anormale. La manœuvre permet dévaluer la force des muscles stabilisateurs de la scapula. N/A

73 73 3. Épaule Évaluation du bourrelet glénoïdal (labrum)

74 Manœuvre dOBrien N/A Ce test a une sensibilité de 100% et une spécificité de 98% selon OBrien. pages 601 et 602 Le patient est debout. Lépaule est positionnée à 90° de flexion, 15° dadduction et en rotation médiale complète, le coude en extension. On effectue une pression vers le bas. Par la suite, le bras est maintenu dans la même position et lavant-bras en supination complète et on répète la manœuvre. Cette manœuvre a pour but dévaluer le bourrelet glénoïdal supérieur. Elle produit une douleur profonde ou un déclic douloureux durant la première manœuvre qui diminue ou disparaît à la seconde. Il faut sassurer que le patient ressent une douleur profonde (sinon, il pourrait sagir dune lésion de larticulation acromio- claviculaire).

75 75 4. Coude Lexamen dun individu se plaignant dun problème à un coude doit commencer par une inspection ou une observation, en comparant le côté controlatéral.Lexamen dun individu se plaignant dun problème à un coude doit commencer par une inspection ou une observation, en comparant le côté controlatéral. Le tout est suivi par une palpation de larticulation et une évaluation des tendons et des ligaments.Le tout est suivi par une palpation de larticulation et une évaluation des tendons et des ligaments. Des mesures damplitudes de mouvements doivent être effectuées, tant activement que passivement.Des mesures damplitudes de mouvements doivent être effectuées, tant activement que passivement. Lexamen doit comporter une vérification de lintégrité des tendons et des ligaments à laide de manœuvres si on soupçonne une atteinte à ces niveaux.Lexamen doit comporter une vérification de lintégrité des tendons et des ligaments à laide de manœuvres si on soupçonne une atteinte à ces niveaux.

76 76 Fig.14 Le coude

77 77 4. Coude 4.1 Amplitude de mouvement Les amplitudes normales du coude répertoriées en vertu des différents barèmes utilisés pour lindemnisation au Québec sont sensiblement les mêmes, sauf pour la flexion, tel que le démontre le tableau qui suit.

78 78 4. Coude Mouvement Barème BarèmeA.M.A.AncienbarèmeSAAQ CSST CSST Extension0°0°0° Flexion140°150°150° Pronation80°80°80° Supination80°80°80° Tableau 3: Amplitude normale de mouvement du coude

79 79 Cette image provient de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 471 Fig. 15 Les mouvements de flexion/extension

80 80 Cette image provient de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 473 Fig. 21 Le mouvement de supination/pronation

81 81 4. Coude 4.2 Manœuvres du coude Lévaluation du coude se fait, entre autres, par des manœuvres de mise en tension contrariée des tendons.

82 Manœuvre de Cozen N/A N/A pages 649 et 650 et K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 181 Le patient est assis. Lexaminateur fixe dune main le coude, alors que lautre est posée à plat sur le dos du poing du patient. Celui-ci tente de porter le poing en extension contre la résistance pratiquée par lexaminateur. La présence dune douleur à lépicondyle latéral ou à la face radiale de la loge des muscles extenseurs est indicatrice dune épicondylite. Cette manœuvre vise à mettre en évidence une épicondylite latérale ou externe. Il sagit dune contraction contrariée du court extenseur radial du carpe.

83 Test de Mills N/A N/A pages 649 et 650 Cette manœuvre seffectue par une flexion palmaire passive forcée associée à une pronation-déviation radiale du poignet. Cette manœuvre vise létirement passif de la chaîne musculo- tendineuse des épicondyliens.

84 Manœuvre dODriscoll manœuvre de ressaut latéral N/A page 659 Lexaminateur saisit le coude et le poignet du patient placé sur le dos. Lavant-bras est en supination et un stress en valgus est appliqué lors du passage de lextension à la flexion. La manœuvre est positive si on reproduit un déclic vers 40° de flexion. Cette manœuvre vise à évaluer la stabilité postéro-latérale du coude.

85 85 5. Poignet Lexamen dun individu se plaignant dun problème au poignet doit commencer par une inspection afin de détecter des anomalies visibles (gonflement, luxation, kyste, etc.).Lexamen dun individu se plaignant dun problème au poignet doit commencer par une inspection afin de détecter des anomalies visibles (gonflement, luxation, kyste, etc.). Lexamen se poursuit par la palpation des os, de larticulation proprement dite et des tissus mous.Lexamen se poursuit par la palpation des os, de larticulation proprement dite et des tissus mous. Par la suite, il y a mesure des amplitudes de mouvements, tant activement que passivement.Par la suite, il y a mesure des amplitudes de mouvements, tant activement que passivement.

86 86 Fig. 17 Vue antérieure des ligaments du poignet

87 87 5. Poignet 5.1 Amplitude de mouvement Lamplitude normale du poignet est relativement similaire selon les différents barèmes utilisés pour lindemnisation au Québec, tel que le démontre le tableau suivant.

88 88 5. Poignet Mouvement Barème BarèmeA.M.A. Ancien barème SAAQCSST Dorsi-flexion (extension) 60°60°60° Flexion palmaire 60°70°70° Déviation cubitale ou ulnaire/adduction 30°30°30° Déviation radiale/abduction 20°20°20° Supination80°80°80° Pronation80°80°80° Tableau 4: Amplitude normale de mouvement du poignet

89 89 dorsi-flexion OU extension flexion palmaire 60° 70° K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes- manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, page 98 Cette image a été modifiée. Elle provient de : K. BUCKUP, Examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes- manœuvres, 2e éd., Paris, Maloine, 2010, page 98 Fig. 19 Le mouvement dextension/flexion palmaire

90 90 Ces images proviennent de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 468 Déviation radiale/ Déviation radiale/abduction Déviation cubitale (ulnaire) Déviation cubitale (ulnaire)/adduction Fig. 20 Le mouvement de déviation radiale/cubitale

91 91 Cette image provient de : L. COCCHIARELLA et G. B. J. ANDERSSON, Guides to the Evaluation of Permanent Impairment, 5e éd., Chicago, American Medical Association, 2001, à la page 473 Fig. 21 Le mouvement de supination/pronation

92 92 5. Poignet 5.2 Manœuvres du poignet

93 Manœuvre de Watson Scaphoid shift test N/A page 680 et K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 201. Le pouce de lexaminateur maintient une pression sur le scaphoïde lors dun mouvement en déviation ulnaire du carpe. Le test est positif sil y a mise en évidence dun ressaut. Cette manoeuvre vise à vérifier la stabilité du poignet et, plus particulièrement, à déterminer lexistence dune lésion au ligament scapho-lunaire.

94 Manœuvre de Finkelstein N/A N/A page 693 et K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 197 Lexaminateur place le pouce en adduction devant la paume de la main. Le poignet est mis en inclinaison ulnaire. Le tout reproduit de la douleur. Cette manœuvre consiste à réveiller ou à aggraver la douleur spontanément ressentie dans la région de la styloïde radiale ou sur le trajet des tendons et permet de mettre en évidence une maladie de De Quervain.

95 Test de compression du canal carpien N/A N/A K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 219 Lexaminateur place la main du patient en supination et exerce une pression avec son pouce sur le nerf médian situé au niveau du poignet. Cette manœuvre consiste à mettre en évidence une lésion du nerf médian. Elle oriente vers un diagnostic de syndrome du canal carpien lors de lapparition ou de laggravation de paresthésies dans le territoire du nerf médian.

96 Signe de Tinel signe de Hoffmann-Tinel Le test peut être faussement négatif dans le cas dune atteinte ancienne. K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 217 La main du patient repose sur la table dexamen en légère flexion dorsale. Le nerf médian est percuté au niveau de la face de flexion du poignet. La survenue de paresthésies est indicateur dune compression. Ce test vise à mettre en évidence une lésion du nerf médian et, plus particulièrement, un syndrome de compression du canal carpien.

97 Test de Phalen N/A Le test peut être faussement négatif dans le cas dune atteinte ancienne. K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 220 Le patient place le dos de ses mains (flexion palmaire) lune contre lautre pendant environ 1 à 2 minutes. Laggravation des paresthésies est indicateur dune compression. Ce test vise à mettre en évidence une lésion du nerf médian et, plus particulièrement, un syndrome de compression du canal carpien.

98 Test de Phalen inversé Signe du canal carpien Le test est moins fiable que le test de Phalen classique. K. BUCKUP, examen clinique de lappareil locomoteur. tests-signes-manœuvres, 2 e éd., Paris, Maloine, 2010, page 222 Le patient place la paume de ses mains (dorsi-flexion) lune contre lautre pendant environ 1 à 2 minutes. Laggravation des paresthésies est indicateur dune compression. Ce test vise à mettre en évidence une lésion du nerf médian et, plus particulièrement, un syndrome de compression du canal carpien.

99 99 Conclusion Dans le cas de lindemnisation dune victime daccident dautomobile, une grande partie des litiges devant la section des affaires sociales du TAQ sont de nature médico-légale et sont entendus, généralement, devant deux juges dont lun est médecin. Cette particularité fait en sorte que, dans certains cas, le tribunal utilise sa connaissance spécialisée afin dévaluer le contenu des expertises et le témoignage des experts présents devant lui. Un plaideur possédant certaines connaissances médicales sera, certainement, avantagé lorsquil sagira de faire ressortir des arguments favorables tirés de la preuve médicale ou encore de critiquer un témoignage dexpert ou un rapport dexpertise défavorable.

100 100 Remerciement Nous tenons à remercier les personnes suivantes pour leur collaboration à la réalisation du texte et de la conférence: Auteurs et concepteurs: Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocatsAuteurs et concepteurs: Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats Conseiller médical: Dr. Michel Leroux, chirurgien- orthopédisteConseiller médical: Dr. Michel Leroux, chirurgien- orthopédiste Réalisateur des vidéos: Me André LaporteRéalisateur des vidéos: Me André Laporte Acteurs: Dr. Michel Leroux (dans le rôle du médecin) et M. Adam Jordan Weinstein (dans le rôle du patient).Acteurs: Dr. Michel Leroux (dans le rôle du médecin) et M. Adam Jordan Weinstein (dans le rôle du patient).


Télécharger ppt "1 Les manœuvres et les tests utilisés lors dune expertise médico-légale de lappareil locomoteur Par Me André Laporte et Me Christiane Lavallée, avocats."

Présentations similaires


Annonces Google