La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

« La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "« La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne."— Transcription de la présentation:

1

2 « La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détat Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la républiqueSilvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la république Les lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucleLes lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucle s

3 Les intentions de Zola

4 Zola et ses intentions dans la Préface Les intentions de lauteur dans la préface La présentation des personnages et de Plassans Bilan

5 Zola et ses intentions dans la Préface naturelleDans la préface quil publie avec le 1° volume de son « Histoire naturelle dune famille sous le Second Empire », Zola saffirme dabord, par priorité comme homme de science, puis comme républicain et enfin comme artiste A. Structure de la préface: la 1° ( 5 paragraphes) concerne les lieux( le visible)/ la 2° ( 5 parag. aussi): les hommes( linvisible, les mentalités) Zola affirme: 1. Lêtre humain est le produit de deux grandes déterminations (« je veux expliquer ct… » « en résolvant la question des tempéraments et du milieu ») Lhérédité Le milieu 2. La mise à mort « expérimentale » de la République B. La présentation de Plassans –= Aix-en-Provence= Emploi du présent =valeur de neutralité ( étude scientifique) et datemporalité ( tjs ainsi aujourdhui) –Le « style scientifique » renforce leffet de réel C. Les préférences de Zola –Sous le savant perce lami du peuple –Zola= opposant au régime du 2/11/1851, inauguré par un « guet-apens » et clos par une « trahison » –Lengagement de Zola à travers sa présentation des classes sociales

6 Les classes sociales de Plassans, décrites par un orfèvre qui eut la passion du vrai, du juste, du beau Premier principe: les classes ( les groupes pour Zola) ne se mélangent pas= la ville a sociologiquement conservé les mentalités dun Ancien Régime condamné par lHistoire Dabord la noblesse: long examen ( cest pour souligner leur inexistence; ils sont fermés au monde, comme « morts »= leur rôle sera quasi nul ds le roman) Puis la bourgeoisie( les jugements de lauteur sont ici les + nets: poetit monde ambitieux, rêve de promotion sociale; convaincue de sa supériorité ; cest la classe montante du siècle/ Jugement de Zola??? Ironie, condamnation, jugement Ironie: « ce sont les esprits avancés de la ville »… « parce quils se permettent de rire en parlant des remparts »… quelle audace!! Leur condescendance: « mon brave », pédantisme à base de latin Jugement immédiat par Zola en annonçant le dénouement: « libres penseurs…se jetant dans les bras du 1° sauveur venu Condamnation pour sa poltronnerie, sa prétention, son hypocrisie, son égoïsme… elle a « tout faux », rien ne la sauve Enfin le peuple: il travaille et « végète » ( contradiction de la conjonction : ici: et= pourtant/ cest du peuple que sont issus les deux héros de lidylle Silvère et miette et cest vers le peuple que vont les sympathies de lauteur Lartiste: un architecte ( il lui faudra ¼ de siècle pour écrire les vingt épisodes)…on voit ici déjà son talent de bâtisseur/ de symphoniste/ dartiste Des contrastes saisissants ( en un roman, on découvre une idylle grecque, une comédie, une épopée, une tragédie)) Une certaine symétrie: le 1° chapitre démarre par une longue description de laire Saint-Mitre : cest ici aussi que se termine la tragédie/ lhistoire dure quelques heures du 7 décembre 1851= louverture ( comme dans un opéra) Le 2° chapitre dure 80 ans, SAGA Les comparaisons: la ville entière= un bourgeois, une nonne / il résume lesprit de la ville dans la « promenade règlementaire du dimanche et des tours de clefs donnés aux portes Contraste avec la très belle narration des amours de Miette et de Silvère, placée par Zola juste avant le dénouement tragique Premier principe: les classes ( les groupes pour Zola) ne se mélangent pas= la ville a sociologiquement conservé les mentalités dun Ancien Régime condamné par lHistoire Dabord la noblesse: long examen ( cest pour souligner leur inexistence; ils sont fermés au monde, comme « morts »= leur rôle sera quasi nul ds le roman) Puis la bourgeoisie( les jugements de lauteur sont ici les + nets: poetit monde ambitieux, rêve de promotion sociale; convaincue de sa supériorité ; cest la classe montante du siècle/ Jugement de Zola??? Ironie, condamnation, jugement Ironie: « ce sont les esprits avancés de la ville »… « parce quils se permettent de rire en parlant des remparts »… quelle audace!! Leur condescendance: « mon brave », pédantisme à base de latin Jugement immédiat par Zola en annonçant le dénouement: « libres penseurs…se jetant dans les bras du 1° sauveur venu Condamnation pour sa poltronnerie, sa prétention, son hypocrisie, son égoïsme… elle a « tout faux », rien ne la sauve Enfin le peuple: il travaille et « végète » ( contradiction de la conjonction : ici: et= pourtant/ cest du peuple que sont issus les deux héros de lidylle Silvère et miette et cest vers le peuple que vont les sympathies de lauteur Lartiste: un architecte ( il lui faudra ¼ de siècle pour écrire les vingt épisodes)…on voit ici déjà son talent de bâtisseur/ de symphoniste/ dartiste Des contrastes saisissants ( en un roman, on découvre une idylle grecque, une comédie, une épopée, une tragédie)) Une certaine symétrie: le 1° chapitre démarre par une longue description de laire Saint-Mitre : cest ici aussi que se termine la tragédie/ lhistoire dure quelques heures du 7 décembre 1851= louverture ( comme dans un opéra) Le 2° chapitre dure 80 ans, SAGA Les comparaisons: la ville entière= un bourgeois, une nonne / il résume lesprit de la ville dans la « promenade règlementaire du dimanche et des tours de clefs donnés aux portes Contraste avec la très belle narration des amours de Miette et de Silvère, placée par Zola juste avant le dénouement tragique

7 Zola et ses intentions dans la Préface, bilan Même si Zola tente une expérience de scientiste, on voit très vite que la présentation de Plassans est celle du républicain dont lironie, la férocité, la conviction quil a de se battre pour de nobles idéaux nous entraînent dans lHistoire et nous montrent par la caricature les vrais visages des bourgeois: On aime aussi lécrivain qui fait entrer le peuple dans la, littérature sous le signe de la tendresse et de la pureté avec Miette et Silvère On aime encore « le brave homme » ( Flaubert) ainsi on le retrouvera au moment de lAffaire Dreyfus, risquer sa tranquillité décrivain pour défendre lopprimé On aime enfin lartiste, qui a ici réalisé une œuvre dart ( architecture grandiose, écriture puissante et juste….)

8 « La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détat Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la républiqueSilvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la république Les lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucleLes lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucle s

9 Une œuvre métaphorique

10 Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon Les étapes de la « résistible ascension de Napoléon le petit » Une violente satire du Second Empire= parodie métaphorique de lépopée impériale = Pierre Rougon sempare de Plassans, comme Napoléon le fait de la France

11 Laction du roman retrace la prise du pouvoir politique à Plassans par les ambitieux Rougon : ce roman est une violente satire du 2nd empire, sous forme dune parodie métaphorique de lépopée impériale 1. La seconde république=> vers la dictature ( ) 1848: fraternisation : bourgeois et clergé ( arbres de la liberté…) Le peuple fait entendre sa voix… Propositions de réforme..=> on refait le monde MAIS Poursuite de lagitation, effondrement des cours de la Bourse => retour des royalistes à lAssemblée Constituante Réduction des libertés=> fermeture des Ateliers Nationaux => nouvelle révolution 23 juin: nouvelles barricades => 24 juin: état de siège=> répression violente=> anéantissement du mvt ouvrier 4 nov: vote de la Constitution de 1848: exécutif à un Président de la République/ élu au S.U pour 4 ans, non rééligible Victoire de LN ( ambitions personnelles/ se veut le chef du clan bonaparte et le successeur de NB) 1850: lois réactionnaires en accord avec les royalistes, à qui LN laisse prendre des mesures impopulaires alors que lui= défenseur du SU Loi Falloux ( suppression du monopole de lUniversité) au profit des congrégations religieuses Loi du 31 mai restriction des électeurs Loi limitant la liberté de la presse LN se donne des atouts: Sentoure dune équipe restreinte, cynique et dévouée Médiatique, il organise des « tournées » en province=> le pays est quadrillé de sociétés bonapartistes, qui font de lui lhéritier de la légende napoléonienne Ils se présente, sans crainte de passer pour démagogue, comme le défenseur de lordre, de la propriété, de la religion Les foules crient: « Vive lempereur » La « résistible » ascension de Louis Napoléon

12 2. La mort de la république 1851: NB ne peut se représenter en raison de la Constitution( non-rééligibilité) NB demande à lAssemblée la révision de cet article Victor Hugo écrit un discours: « Napoléon le petit » et la majorité nest pas atteinte Les royalistes préparent le retour de Louis-Philippe =>Coup de force inéluctable NB propose une nouvelle loi électorale( rétablissement du SU) Refus de lAssemblée( qui sisole du monde ouvrier et paysan) NB devient le champion de la démocratie et peut préparer le coup détat (= plan Rubicon/ 2 décembre) 1° déc: arrestations de républicains et révolutionnaires 2 déc: soulagement malgré le caractère illégal de la prise de pouvoir: personne nest fâché de ce coup détat pour différentes raisons liées à lintérêt personnel Acclamations « Vive lEmpereur » V.Hugo rédige et proclame un appel au peuple et à lArmée 3 et 4 déc:barricades/ écrasement en 3 heures des 2000 émeutiers Les émeutes sont plus importantes et sanglantes en province ainsi que les répressions ( arrestations/65 expulsions de députés: V.Hugo devance lappel La prétendue menace de « péril rouge »et lagitation en province permet le rapprochement des notables et de léglise de LN => nécessité de rétablir lordre 21 décembre 1852: les Français choisissent « entre lui et la ruine totale de la France » et une nouvelle constitution est établie selon le 2 décembre. Constitution= dictature, régime de terreur, darrestations, Rétablissement de la dignité impériale Le 2 décembre 1852: LN devient « par la grâce de Dieu et la volonté nationale, EMPEREUR DES FRANCAIS »= Napoléon III/ second Empire La « résistible » ascension de Louis Napoléon

13 La résistible ascension de LN: LHistoire jugera césarisme démocratique Représentant du « césarisme démocratique », N. demeure une figure du pouvoir insaisissable, donc fascinante secret et du mystère,Goût du secret et du mystère, Qualités humaines mais aucun sens moral ridicule et sans consistanceAventurier ridicule et sans consistance => il échoue dans ses premiers complots => exils au brésil….condamnation à perpétuité au fort de ham un manœuvrier habilePUIS: le « crétin » se révèle un manœuvrier habile qui va lui permettre de semparer du pouvoir et de le garder pendant 20 ans linstrument de la destinéeIl se croyait « linstrument de la destinée » Il aura donné quelques pistes aux hommes de pouvoir à venir: Comment devenir dictateur en se faisant passer pour démocrate Comment imposer la tyrannie au nom de lordre Comment utiliser toutes les ressources de la démagogie (appels directs au peuple/ voyages en province/ ) Comment associer le politique à la nouvelle puissance de léconomie

14 « La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détat Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la républiqueSilvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la république Les lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucleLes lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucle s

15 Silvère et Miette

16 Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés 1. Les lieux 1. Des références à la tradition antique Le prénom végétal de Silvère = forêt Des ressemblances avec Daphnis et Chloé: « leur idylle garda son charme exquis de conte grec, son ardente pureté » Les épisodes du baiser et de la baignade => scènes de lidylle antique Les métaphores et comparaisons associent la croissance de leur amour à celle dune nature vierge: « leur amour avait poussé comme une belle plante robuste et grasse [… ] avait grandi ainsi que des herbes folles […] avait fleuri comme des coquelicots » 2. Le monde des morts: le cimetière Lieu de rencontre: les vestiges dun ancien cimetière qui éloigne dune nature romantique et innocente Les morts témoignent aux enfants de laffection dont le monde des vivants semble dépourvu ( à lexception de tante Dide): « La tendresse flottante quils devinaient autour deux les touchait » La nuit, laire Saint-Mitre se peuple de créatures fantomatiques et surnaturelles: « les haleines tièdes passant sur leur front, les chuchotements entendus dans lombre, le long frisson qui secouait lallée » 3. Le monde des morts révèle le langage des corps Champ du désir: « et Silvère nosait répéter les mots ardents quil croyait saisir dans lair » Ici se dévoilent les sentiments refoulés par la jeunesse des deux amoureux et leurs pulsions

17 Silvère et Miette, amoureux sacrifiés Eros et thanatos= lamour et la mort 1. Un narrateur omniscient. Les héros nosent pas exprimer les sentiments que leur soufflent les morts: » les voix bourdonnantes… les vieux morts chuchotèrent vainement à leurs oreilles » Ainsi, on ne les entend pas parler au style direct, ni au style indirect= style indirect libre: lauteur se charge lui- même de penser et de dire pour ses jeunes héros qui nosent pas avoir de telles pensées, en raison de leur immense pureté 2. Le champ lexical de la mort, de lamour et de la nature La fécondité de la mort: véritable appel au désir et au plaisir des sens est métaphorisée par la nature luxuriante et sauvage: »les morts, les vieux morts, voulaient les Noces de Silvère et Miette » Emploi du champ lexical de la fertilité: »ce coin de terre fertilisé/ la senteur fécondante/ le suc puissant de la vie/ la terre engraissée suait la vie » Fusion de: nature+sensualité+désir+mort: Les morts représentent lardeur amoureuse: »les mortspris du furieux désir daimer[…]; la tombe mal fermée brûlant du désir de servir de couche aux amours de ces deux enfants[…]/ » Lappel de la mort: la sensualité macabre rappelle aux amoureux que la transgression de linterdit mène à la mort, que le plaisir conduit au châtiment=> lépisoçde du baiser « avant-goût du dernier grand sommeil » Une métaphore: lallée étroite= métaphore du tombeau… « ils respirèrent leur amour de la mort, cet âpre désir de se coucher ensemble dans la terre »

18 Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés pour lidéal républicain 3. Une valeur prophétique Linscription funéraire à demi effacée = trame dun destin déjà écrit Annonce de la mort de Miette analogie des prénoms ( miette) Lespace tragique qui sera le théâtre du meurtre de Silvère Valeur métaphorique: la mort des jeunes gens sonne le glas des espérances républicaines Le chant funèbre et nocturne des deux cloches préfigure le martyre des jeunes gens ET nous annonce la mort dun monde Le rôle des martyres La mort de Silvère inscrit la violence comme origine du pouvoir La prophétie dun avenir radieux: au-delà de linnocence sacrifiée, se dessine l espoir dun bel avenir: « le tintement des deux cloches qui leur semblaient sonner joyeusement laube dun jour de fête » Musique harmonieuse+ paysage lumineux et transparent succédant aux ténèbres: « une clarté de cristal, » Métaphore de la victoire fugace des insurgés qui vont croire un instant en leur réussite/ Le couple dinnocents a su conquérir, par sa pureté préservée, sa place au jardin dEden Les associations: Miette meurt alors quelle porte encore le drapeau rouge ( devenu un linceul) => symbolise tous les insurgés Silvère meurt en héros du peuple et représente la grandeur des idéaux républicains: il meurt mais sest montré plus fort que les compromissions mesquines et égoïstes des autres

19 « La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détat Silvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la républiqueSilvère et Miette, des amoureux sacrifiés, symboles de la république Les lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucleLes lieux et les tonalités: du cimetière au salon jaune / du salon jaune au cimetière/ structure en boucle s

20 Les lieux

21 Les lieux du pouvoir Le cimetière/ tonalité sublime Le salon jaune / tonalité mesquine Le cercle: symbole de Plassans, enfermé entre les collines / le circulus

22 Le cimetière/ tonalité sublime ( = qui élève) Le cimetière: ouvre et ferme le roman/ valeur prophétique de léchec de linsurrection et de la mort des héros ( les morts ouvrent leurs bras pour engloutir les personnages puis les referment, repus) Dans les 1° pages, rien ne semble vivre à Plassans: danse macabre des morts Pourtant, fertilité venant de la terre, par le pourrissement: les morts vont transmettre aux héros le goût du désir, de linterdit Adélaïde, appartenant à la fois à la vie et à la mort, est une messagère du destin: elle semble une statue : « elle sétait roidie, figée … » Elle semble aveugle: « […]avaient éteint ses regards Son lieu de pouvoir est le PUITS cest de lui que sortira la vérité Les héros sy rencontrent On sy mire On y verra sa mort: « prends garde, mon garçon: on en meurt » Univers grandiose, cruel et lié aux grands moments de lhomme: lieux du passé, du présent à travers les jeunes héros qui sy rencontrent, du futur: cest là que lhomme redonne la vie par la terre quil re-produit Le cercle: symbole de Plassans, enfermé entre les collines / le circulus

23 Le café, le magasin, le salon jaune / tonalité mesquine Le salon jaune:Le café: lieu dalcool, lieu de la parole dévalorisée ( il nen sortira rien) Le magasin: tenu par les Rougon: est son frère ennemi; il est le lieu des canailleries travesti du masque de la respectabilité 1. La situation géographique du salon: « ils voyaient de leurs fenêtres, à quelques pas, la ville des gens riches » mais elle, est encore dans la ville « de la canaille » ( jalousie et ambition) => Le salon soppose aux « châteaux en Espagne » dont rêve Félicité et devient le symbole de sa jalousie vis-à-vis des Pierotte 2. La couleur: Félicité limagine orange flamboyant et tombe sur un « jaune crasseux »= minable / Zola emploie un suffixe dépréciatif: « jaunâtre » Ce jaune « sale » soppose au rouge révolutionnaire et pur du drapeau de Miette Sa couleur devient symbole de la perversion, des traîtres, des assassins, de la magouille 3. Les métaphores : Le Dr Pascal lassocie à une « ménagerie » habitée par une « sauterelle verte », « un crapaud », « un mouton gras », « un veau », « sorte danimal antédiluvien » Le jaune, ensuite se transforme et sétend à toute la ville; on assiste au triomphe des « jaunes » mais cest un jaune sale, meurtrier et pitoyable, éclaboussé par la sang de la répression Les terriers minables doù ne peut sortir quun… napoléon le Petit

24 Le circulus Figure emblématique du roman, symbole de lenfermement tragique ou dérisoire : 1. le cercle/ aspect physique Plassans, entouré de collines Le paysage= amphithéâtre La margelle du puits Les cerceaux des tonneaux 2. Le cercle: Larchitecture en boucle par Zola Structure narrative en boucle: du cimetière au cimetière Pascal ( étudie les lois de la vie, de lhérédité »), apparu dans le 1° tome de lœuvre, clôra les Rougon-Macquart « Le Docteur Pascal » Toute lœuvre des Rougon-Macquart tourne comme dans un cercle autour dune idée: démontrer les lois de lhérédité à partir de la folie de Tante Dide= cycle ( rond) de la vie


Télécharger ppt "« La fortune des Rougon », le plan de létude Les intentions de Zola Une œuvre métaphorique: Rougon = Napoléon III / Le contexte historique: le coup détatUne."

Présentations similaires


Annonces Google