La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Les classiques ou les fondements de la science économique moderne.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Les classiques ou les fondements de la science économique moderne."— Transcription de la présentation:

1 Les classiques ou les fondements de la science économique moderne

2 But de léconomie: « cest enrichir à la fois le peuple et le souverain » A. Smith Théorisé en 1776 dans Recherches sur la nature et les causes de la richesse des nations

3 Terme « classique » apparaît dans le Capital de Marx Marx: tout les théoriciens de la valeur travail Keynes: tous ceux qui lont précédé et adhèrent à la thèse de la loi des débouchés Schumpeter: exclut Smith mais inclut Marx Courant classique: 1776 à 1848 (Principes déconomie politique de J.S Mill)

4 En quoi le courant classique a-t-il initié la pensée économique moderne en dégageant des problématiques essentielles?

5 Plan: I. Une thèse fondatrice fruit dun contexte particulier A). Héritage et contexte économique B). Des problématiques nouvelles II. Une évolution de la pensée autour de grandes thèses A). Les visions optimistes B). Les visions pessimistes

6 I. Une thèse fondatrice fruit dun contexte particulier A). Héritage et contexte historique a). La révolution industrielle Augmentation de la production industrielle Développement du machinisme

7 b). Naissance du capitalisme moderne nouveaux phénomènes de croissance Problèmes de répartitions des richesses entre classes sociales

8 c). Linfluence physiocrate Critiques communes des physiocrates et de Smith des mercantilistes Recherche de « lois naturelles » du système économique Idée dune autorégulation du marché

9 A). Des problématiques nouvelles a). La division du travail -exemple de la fabrique dépingles Meilleure habilité au travail Moins de perte de temps entre les différentes tâches Apparition du machinisme

10 b). Léchange Moteur de léconomie de Gournay: « Laissez faire, laissez passer » La Division internationale du travail augmente la productivité

11 c). Théorie de la valeur travail La valeur dun bien résulte du coût des facteurs de production nécessaires à sa production Smith, Ricardo, Marx: la valeur dun bien doit être en fonction de la valeur du travail fourni

12 II. Une évolution de la pensée autour de grandes thèses A). Les visions optimistes a). Le libre échange Deux théories: La théorie des avantages absolus La théorie des avantages comparatifs

13 Théorie des avantages absolus (Smith): « il est prudent de ne jamais essayer de faire chez soi la chose qui coûtera moins à acheter quà faire». Théorie des avantages comparatifs (Ricardo): Intérêts des nations à se spécialiser PaysDu drap en vin Du vin en drap Portugal90/80=1,125 80/90=0, 888 Angleterre100/120 =0, /100= 1,2

14 Rééquilibrage automatique de la balance commerciale: ->excédent commercial -> excédent dor -> hausse des prix -> handicap de la compétitivité-prix -> baisse des exportations

15 b). Le marché et lEtat La main invisible (Smith): -Processus dautorégulation de léconomie. -Un intérêt privé profite au bien collectif

16 La loi des débouchés: Say: « cest la production qui ouvre des débouchés aux produits » « lachat dun produit ne peut être fait quavec la valeur dun autre » « un produit terminé offre, dès cet instant, un débouché à dautres produits pour tout le montant de sa valeur. » Traité déconomie politique Keynes: « Loffre crée sa propre demande »

17 La monnaie: -Introduite pour faciliter les échanges -Neutre et instrumentale

18 Le rôle de lEtat: -Fonctions régaliennes + investissements bénéfiques à lensemble de la société ne pouvant être assurés par le marché(grandes infrastructures)

19 B). Les visions pessimistes a). Les crises Critique de Malthus: une augmentation de loffre ne signifie pas toujours une augmentation de la demande Trop dépargne peut provoquer une crise

20 Critique de Sismondi: Offre généralement supérieure à la demande soit Y le revenu, D la d é pense, P la production, t un instant donn é. Y(t) = D (t+1) car la dépense est différée dans le temps. P(t+1) P(t) puisque la production croît dune année sur lautre P(t+1) D(t+1)… Si cet écart est trop brutal, alors il y aura engorgement brutal des marchés. Crise de surproduction

21 b). Les visions catastrophistes: Théorie de la population (Malthus) la croissance de la production agricole est linéaire ( …) tandis que celle des naissances est arithmétique ( …) Danger dune surpopulation, limiter les naissances. « Tout le monde nest invité au grand banquet de la nature » Risque de létat stationnaire -théorie des rendements décroissants de la terre: une augmentation des facteurs de production nentraîne plus une croissance de la production

22 bibliographie Découverte de léconomie: Concepts, mécanismes et théories économiques n°345, juillet-août 2008 Découverte de léconomie: Histoire de la pensée économique, Cahiers français, n°280, mars-avril 1997 Boncoeur, Thouément: Histoire des idées économiques, Nathan Université, 2004 Ahmed Silem: Histoire de lanalyse économique, Hachette, 2005 Dictionnaire déconomie et sciences sociales, sD Echaudemaison, Nathan, 2000


Télécharger ppt "Les classiques ou les fondements de la science économique moderne."

Présentations similaires


Annonces Google