La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

La présentation est en train de télécharger. S'il vous plaît, attendez

Le PCC reproche au PCUS davoir osé critiquer la politique de Staline lors de son XXe Congrès. Pour les Chinois, Staline reste « un grand marxiste léniniste.

Présentations similaires


Présentation au sujet: "Le PCC reproche au PCUS davoir osé critiquer la politique de Staline lors de son XXe Congrès. Pour les Chinois, Staline reste « un grand marxiste léniniste."— Transcription de la présentation:

1 Le PCC reproche au PCUS davoir osé critiquer la politique de Staline lors de son XXe Congrès. Pour les Chinois, Staline reste « un grand marxiste léniniste » et « un grand révolutionnaire prolétarien => FAVORABLE AU CULTE DE LA PERSONNALITE Mao refuse toute remise en question du culte de la personnalité quil applique à lui-même en Chine Refus des autorités chinoises de la politique de destalinisation. = > LE FOSSE SE CREUSE PROGRESSIVEMENT ENTRE LES DEUX ALLIES Ils refusent aussi la politique de coexistence pacifique menée par lURSS de Khrouchtchev. Pour le PCC : cest une capitulation du mouvement communiste international face au système capitaliste incarné par les Etats-Unis. Mao refuse quant à lui ce quil juge être un abandon de la lutte contre les régimes impérialistes. La crise de Cuba est pour les Chinois « lexemple frappant » de la capitulation des soviétiques face au bloc occidental mené par les Etats-Unis. Pour éviter un affrontement avec les États-Unis, lURSS a accepté de retirer les missiles nucléaires quelle avait installé sur lîle mais elle obtient la promesse du gouvernement américain quaucune tentative de renversement du régime ne sera mise en œuvre. A la fin des années 50, la Chine prend de plus en plus ces distances avec lURSS, elle critique ouvertement la politique de déstalinisation et la coexistence pacifique. En juin 1959, lURSS unilatéralement le traité de 1957 de coopération nucléaire avec la Chine. En 1960, lURSS rappelle ses experts. Mais la rupture officielle entre le PCUS et le PCC nintervient que fin 1962 à loccasion de la Crise de Cuba. UN ISOLEMENT RELATIF DE LA CHINE SUR LA SCENE INTERNATIONALE CONCURRENCE DES DEUX PAYS (la chine se dote de larme nucléaire en 1964)

2 Mise en place par la Chine de Mao dun modèle concurrent du modèle soviétique qui sarticule autour de deux axes 1.Le grand bond en avant 2.La révolution culturelle Document 1 « Malgré nos propres difficultés […] nous avions investi en Chine des sommes considérables. […] Quand Mao proclama que la Chine pouvait rattraper lAmérique en cinq ans, il le fit en nous attaquant ouvertement. Cest à peu près à ce moment quil mit sur pied ses communes et entrepris la construction de ses hauts fourneaux du genre samovar (1). Mao déclarait aussi que la coexistence pacifique était un concept pacifiste bourgeois […] Par la suite, la presse Chinois, inspirée par Mao, se mit à proclamer que Vladivostok était en territoire chinois (2). N. Khrouchtchev, Souvenirs, ed. Robert Laffont, 1971 (extrait du manuel Hatier Terminale ES/L, 2012, p Bouilloire russe 2.En 1960 et à nouveau en 1964, la Chine réclame à lURSS la restitution de Vladivostok, mais aussi dune partie de la Mongolie, des deux rives du fleuve Amour et la péninsule de la Kamtchatka. Référence à la politique soviétique de soutien à lindustrialisation de la Chine : envoi de plus de experts russes et formation du double de techniciens chinois en URSS. + Aide apportée sous forme de prêt minime car lURSS doit faire face dans les années 50 à des difficultés économiques. Propos à nuancer : lampleur de laide apportée à la Chine est quelque peu exagérée par Khrouchtchev. : une aide minime mais inférieure à celle accordée à certaines démocraties populaires => déception de la Chine Mise sur pied par Mao de sa politique du Grand bond en avant : critique du modèle soviétique qui a privilégié lindustrie lourde en sacrifiant lagriculture et volonté daccroître la productivité par la mobilisation des masses = CONCURRENCE DES DEUX MODELES ET MISE EN PLACE D UNE VOIE CHINOISE SPECIFIQUE Khrouchtchev fait ici brièvement allusion à la critique en règle de la politique dapaisement et de coexistence pacifi que de lURSS, point de désaccord qui a conduit à la rupture sino-soviétique. Il pointe aussi du doigt les velléités nationalistes du gouvernement chinois, notamment sur certains territoires frontaliers => Tensions en ASIE lallusion aimable aux communes populaires (et à leur principe de répartition selon les besoins) et aux petits hauts-fourneaux sur un tonn plein de dédain => ce qui traduit un certain sentiment de supériorité. Les raisons de la rupture sino-soviétique vue dURSS

3 Les communes populaires vont constituer des structures par lesquelles Mao tente de mettre en place un système dautosuffisance pour le pays en accentuant le processus de collectivisation tant sur le plan agricole quindustriel. Ces communes populaires deviennent le cadre de la construction de manière très rudimentaires de hauts fourneaux visant à accroître la production dacier. Les masses paysannes sont mobilisées pour la mise en œuvre de grands travaux comme la construction de routes ou de vastes barrages. Bilan catastrophique : la politique chinoise va présenter des statistiques erronées visant à souligner le succès de cette politique mais en réalité. Pendant cette période le pays va connaître : une des pires famines de son histoire affectant davantage les campagnes que les villes/ estimation encore en débat plus de 30 millions de victimes. Document extrait du manuel Hatier Terminale ES/L, 2012, p 230.

4 la Chine de Mao : un rayonnement international ? Reprise du travail préparatoire Idées clés > La Chine fait connaître « sa révolution » en publiant des magazines de propagande à létranger, notamment en Occident. Le mensuel La Chine en construction est publié en différentes langues, ici le français et langlais. Dans ces deux documents, on insiste sur lidée de mobilisation des masses enthousiastes et souriantes. Un rassemblement de jeunes chinois qui brandissent des symboles du maoïsme, le drapeau rouge ou le petit livre rouge. La figure de Mao Zedong est aussi exaltée (sur le document 3a, sa photographie et sa statue apparaissent à larrière-plan) > La photographie montre linfluence du maoïsme auprès de la jeunesse française. En effet, les étudiants qui occupent la Sorbonne en mai 1968 ont accroché sur les murs de luniversité un gigantesque portrait de Mao Zedong et des slogans communistes tel que « servir le peuple ». Un rayonnement idéologique du communisme chinois. La propagande maoïste en Occident notamment en Europe marque les esprits des élites intellectuelles et politiques ainsi que ceux de la jeunesse (notamment lors des mouvements de 1968).


Télécharger ppt "Le PCC reproche au PCUS davoir osé critiquer la politique de Staline lors de son XXe Congrès. Pour les Chinois, Staline reste « un grand marxiste léniniste."

Présentations similaires


Annonces Google